ERDOGAN RECEP TAYYIP (1954- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme politique turc, Premier ministre de 2003 à 2014, président de la République depuis 2014.

Né le 26 février 1954 à Rize, dans le nord-est de la Turquie, au bord de la mer Noire, Recep Tayyip Erdogan se forge dès le lycée la réputation d'un fougueux défenseur de l'islam politique. Il joue dans un club professionnel de football et suit les cours de l'université de Marmara. C'est à cette époque qu'il rencontre Necmettin Erbakan, dirigeant islamiste historique, et qu'il commence à militer au sein des mouvements présidés par celui-ci, en dépit de l'interdiction qui frappe les partis politiques d'obédience religieuse. En 1994, Recep Tayyip Erdogan est élu maire d'Istanbul sur la liste du Parti de la prospérité. Cette accession sans précédent d'un candidat islamiste au poste de maire heurte les milieux laïques, mais Erdogan se révèle un gestionnaire compétent et prudent. Il abandonne le projet controversé de construire une mosquée sur la place centrale de la ville, mais obtient que la vente d'alcool soit interdite dans les cafés appartenant à la municipalité. En avril 1998, il est accusé d'incitation à la haine religieuse pour avoir récité un poème dans lequel les mosquées étaient comparées à des casernes, les minarets à des baïonnettes et les croyants à une armée. Condamné à dix ans de prison, il démissionne de son mandat de maire.

Libéré après quatre mois, Recep Tayyip Erdogan reprend son activité politique. Lorsque le Parti de la vertu de Necmettin Erbakan est interdit en 2001, il rompt avec celui-ci et participe à la création du Parti de la justice et du développement (AKP). Ce dernier remporte les élections législatives de novembre 2002, mais Erdogan ne peut être élu député, et encore moins nommé président du Conseil – Premier ministre –, en raison de sa condamnation de 1998. Un amendement constitutionnel adopté en décembre 2002 permet d'annuler son inéligibilité. Le 9 mars 2003, Recep Tayyip Erdogan remporte une élection législative partielle. Quelques jours plus tard, le président Ahmet Necdet Sezer le charge de former le gouvernement. Le nouveau président du Conseil entre en fonctions le 14 mai 2003.

Recep Tayyip Erdogan entreprend aussitôt une tournée aux États-Unis et en Europe afin de lever tout soupçon relatif à sa prétendue orientation antioccidentale et de défendre la demande d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne. Le précédent gouvernement avait interdit le stationnement de troupes américaines sur le territoire national dans le cadre de l'intervention de la coalition dirigée par les États-Unis en Irak ; le nouveau propose le déploiement de troupes turques en Irak dans le cadre du maintien de la paix – cette proposition sera toutefois rejetée par Bagdad. En 2004, Erdogan contribue à la recherche d'une solution à la crise chypriote, qui maintient Chypre partagée en deux zones depuis 1974, en soutenant le plan de l'ONU en faveur de la réunification de l'île. En avril 2004, les Chypriotes turcs approuvent ce plan par référendum, tandis que les Chypriotes grecs le rejettent. Le gouvernement Erdogan entreprend de profondes réformes : abolition de la peine de mort, élargissement du droit des minorités, notamment des Kurdes, renforcement de la liberté d'expression, accroissement des droits des religions autres que l'islam, diminution du rôle des forces armées dans l'administration du pays, libéralisation économique. Celles-ci permettent l'ouverture officielle de négociations d'adhésion à l'Union européenne en octobre 2005.

Recep Tayyip Erdogan et José Manuel Durão Barroso à Bruxelles, 2004

Photographie : Recep Tayyip Erdogan et José Manuel Durão Barroso à Bruxelles, 2004

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan (à gauche) et le président de la Commission européenne José Manuel Durão Barroso, à Bruxelles en décembre 2004; quelques jours plus tard, le Parlement européen vote l'ouverture des négociations d'adhésion de la Turquie. 

Crédits : Commission européenne

Afficher

Les rapports entre les partis laïcs et l’AKP d'Erdogan se tendent au printemps de 2007, quand les tentatives de faire élire un candidat islamiste à la présidence du pays (dans un premier temps, Erdogan envisagea de se présenter lui-même) sont bloquées au Parlement par l’opposition. Erdogan appelle alors à des élections législatives anticipées, que son parti remporte largement en juillet, permettant ainsi au numéro deux de l’AKP d'être élu à la présidence le mois suivant. En juillet 2008, Erdogan et son parti évitent de justesse une peine d'inéligibilité de cinq ans pour avoir fait adopter un amendement, jugé anticonstitutionnel, qui autorise le port du voile à l'u [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Médias de l’article

Recep Tayyip Erdogan et José Manuel Durão Barroso à Bruxelles, 2004

Recep Tayyip Erdogan et José Manuel Durão Barroso à Bruxelles, 2004
Crédits : Commission européenne

photographie

Élection de Recep Tayyip Erdogan en 2014

Élection de Recep Tayyip Erdogan en 2014
Crédits : Str/ Depo Photos/ EPA

photographie

Référendum pro-Erdogan, 2017

Référendum pro-Erdogan, 2017
Crédits : Elif Sogut/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Classification

Autres références

«  ERDOGAN RECEP TAYYIP (1954- )  » est également traité dans :

EVREN KENAN (1917-2015)

  • Écrit par 
  • Christophe CHICLET
  •  • 732 mots

Général turc, instigateur du coup d’État de 1980, Kenan Evren est né dans l’Empire ottoman le 17 juillet 1917 à Alaşehir, en Anatolie occidentale, dans l’Ionie largement peuplée de Grecs. Celui qui était surnommé le « Pinochet turc » est issu d’une famille de réfugiés turcs d’Üsküb (Skopje à partir de 1913, aujourd’hui en Macédoine du Nord), chassée par l’armée serbe en 1913, lors des guerres bal […] Lire la suite

FRANCE - L'année politique 2020

  • Écrit par 
  • Nicolas TENZER
  •  • 6 732 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Devant les turbulences du monde »  : […] Particulièrement engagé depuis le début de son mandat dans l’action européenne et internationale, Emmanuel Macron est plongé au cours de l’année 2020 dans de nouvelles turbulences. Le couple franco-allemand est à l’origine d’un plan de relance exceptionnel. Porté par l’Union européenne, celui-ci est destiné à faire face à la crise pandémique et à limiter l’effondrement des économies européennes. […] Lire la suite

KURDES

  • Écrit par 
  • Thomas BOIS, 
  • Hamit BOZARSLAN, 
  • Christiane MORE, 
  • Éric ROULEAU
  •  • 16 404 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les transformations de l'espace kurde depuis la guerre d'Irak »  : […] De 1999 à 2003, l'espace kurde traversa une période de calme relatif : l'appel d'Öcalan à suspendre la guérilla fut entendu par les militants du P.K.K., qui se replièrent en partie sur le Kurdistan irakien. La candidature de la Turquie à l'Union européenne, accompagnée de la levée des interdits concernant l'usage écrit et audiovisuel de la langue kurde, contribua à apaiser la situation, sans pour […] Lire la suite

PROCHE ET MOYEN-ORIENT CONTEMPORAIN

  • Écrit par 
  • Nadine PICAUDOU, 
  • Aude SIGNOLES
  •  • 21 336 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Jeux d'influences des puissances régionales »  : […] L'intervention américaine en Irak, couplée à la multiplication des foyers de crise interne dans la région, conduit au remodelage des jeux d'influences entre puissances régionales. L' Iran voit son rôle renforcé par la « disparition » de ses deux frères ennemis, l'Afghanistan des talibans et l'Irak de Saddam Hussein. Le président Ahmadinejad, arrivé au pouvoir en 2005 et réélu de manière contestée […] Lire la suite

SYRIE

  • Écrit par 
  • Fabrice BALANCHE, 
  • Jean-Pierre CALLOT, 
  • Philippe DROZ-VINCENT, 
  • Philippe RONDOT, 
  • Charles SIFFERT
  •  • 36 889 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « La lutte régionale autour de la Syrie »  : […] En parallèle, la Syrie devient plus encore l'enjeu de vives luttes régionales et internationales. L'intervention russe est conçue certes pour soutenir Bachar al-Assad mais, pour Moscou, c’est uniquement pour restaurer une Syrie réunifiée dans sa souveraineté antérieure, à défaut d'alternative. Il s’agit avant tout pour les Russes de contrer ce qu'ils perçoivent comme des manœuvres occidentales les […] Lire la suite

TURQUIE

  • Écrit par 
  • Michel BOZDÉMIR, 
  • Ali KAZANCIGIL, 
  • Robert MANTRAN, 
  • Jean-François PÉROUSE
  •  • 41 638 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Le tournant autoritaire d'Erdogan »  : […] Lors des élections législatives de 2011, l'AKP remporte sa troisième victoire successive, avec près de 50 p. 100 des suffrages. L'année 2011 devait aussi être celle de la préparation d'une nouvelle Constitution démocratique et consensuelle. Promise par l'AKP depuis 2007, celle-ci devait être le fondement d'un nouveau contrat social et était considérée comme la condition sine qua non de l'avènement […] Lire la suite

Pour citer l’article

« ERDOGAN RECEP TAYYIP (1954- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 24 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/recep-tayyip-erdogan/