DESTIN

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Destin : mythe et concept

De nombreux philosophes ont utilisé le terme de destin, à moins que ce ne soit l'inverse, et qu'ils aient été « utilisés » par lui : la conceptualisation du destin, à travers les romantiques, Hegel et Kierkegaard, ou à travers les Anciens, Platon, Aristote et les stoïciens, est un terrain d'élection pour qui veut saisir sur le fait la contamination, dans la démarche philosophique, des images et des concepts. L'exemple de Kierkegaard est éclairant : on relèvera dans son œuvre, notamment dans Ou bien... ou bien..., l'interférence de trois modèles culturels : le modèle judaïque, le modèle chrétien et le modèle grec.

Le tragique ancien, celui d'Agamemnon mais aussi d'Antigone, est à la fois un tragique de spectacle et le nœud d'une union avec la douleur : « C'est ainsi que notre Antigone est l'épouse de la peine. Elle voue sa vie à pleurer le destin de son père et son propre destin. » Le destin est la déploration, spectaculaire chez les Anciens, silencieuse pour les Modernes, d'une communauté de vie perdue.

Le modèle chrétien inspire toute la thématique de l'éthique et du sérieux, mais aussi le destin du Christ, qui pleure sur Jérusalem : « Ce n'est pas un prophète qui annonce l'avenir, ses paroles n'éveillent pas une inquiétude anxieuse, car ce qui est caché encore, il le voit devant ses yeux. » Le destin est alors accomplissement su et déterminé, accompagné de la douleur, non par suite de la méconnaissance par soi-même mais devant la méconnaissance d'autrui, en l'occurrence le peuple d'Israël.

Selon le modèle judaïque enfin, Abraham, puis Job, déplorent sans comprendre, comprenant seulement, mais d'une certitude sans détours, instantanée, qu'« à l'égard de Dieu nous avons toujours tort ».

Ainsi, le destin implique une relation du sujet à son savoir sur la vie et la mort : certitude rétrospective et cependant aveugle dans le cas du tragique grec ; [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure, agrégée de l'Université

Classification


Autres références

«  DESTIN  » est également traité dans :

AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

  • Écrit par 
  • Marc PIAULT
  •  • 9 611 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un dieu créateur et lointain »  : […] Dans de nombreuses religions africaines , le créateur de toutes choses est la plupart du temps inaccessible au point que, si les hommes s'y réfèrent dans les mythes d'origine, ils ne s'adressent pratiquement jamais à lui. Chez les Dogon, le dieu créateur, Amma, est relativement présent, ses autels sont dans chaque famille et des sacrifices lui sont offerts ; pourtant les cultes principaux sont re […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/afrique-noire-culture-et-societe-religions/#i_5655

AZTÈQUES (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 524 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Toute-puissance du destin »  : […] La société aztèque est régie par un système de prédestination absolue. Le destin (tonalli) de chaque homme descend en lui au moment de sa naissance. Il est révélé par un devin, le tonalpohuani, après lecture du tonalamatl, « le livre des destins », qui reprend le comput du calendrier sacré de vingt symboles gouvernant une période de 13 jours, soit 260 jours. À chaque jour correspond une valeur pa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/azteques-notions-de-base/#i_5655

BOÈCE (480-524)

  • Écrit par 
  • Pierre HADOT
  •  • 1 463 mots

Dans le chapitre « La « Consolation de Philosophie » »  : […] Du fond de sa prison, avant sa mort tragique, Boèce écrit sa Consolation de Philosophie . Dans cette œuvre, où alternent prose et poésie, il fait appel à la tradition de la sagesse antique, stoïcienne et platonicienne, pour assurer la paix de son âme au sein du malheur qui l'accable. Le premier livre décrit la Philosophie apparaissant à Boèce qui, dans sa prison, se lamente […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/boece/#i_5655

CIEL SYMBOLISME DU

  • Écrit par 
  • Gilbert DURAND
  •  • 2 865 mots

Dans le chapitre « L'harmonie des contraires »  : […] Toutefois un autre symbolisme vient se greffer sur l'archétype diurne du Ciel. Car le Ciel peut aussi être nocturne. Bien mieux, il est la scène dramatique par excellence où se succèdent les contraires, où s'affrontent les phases, où se jouent les ascensions astrales comme les déclins. Sans insister ici sur le symbolisme spécifique de la Lune, il nous faut indiquer cependant que c'est bien elle q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/symbolisme-du-ciel/#i_5655

CULPABILITÉ

  • Écrit par 
  • Charles BALADIER
  •  • 9 666 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La loi extérieure du destin »  : […] Pour E. R. Dodds, relève de ce second modèle la société décrite par Homère, le plus grand bien aux yeux de celle-ci étant non la jouissance d'une conscience tranquille, mais la faveur de la timê , l'estime publique. Et l'on peut suivre, avec cet auteur, depuis l'époque homérique jusqu'à l'époque archaïque et au v e siècle, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/culpabilite/#i_5655

ESCHATOLOGIE

  • Écrit par 
  • Michel HULIN
  •  • 6 356 mots
  •  • 1 média

L'eschatologie est la « science des choses ultimes » ( ta eschata , en grec) ou des « fins dernières » de l'homme. Or, comme l'atteste clairement l'histoire des religions, ces fins dernières ont toujours été comprises en deux sens bien différents. D'un côté, c'est le destin post mortem de l'individu qui est en jeu : sa survie, son éventuel jugement dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/eschatologie/#i_5655

ÉVÉNEMENT, sociologie

  • Écrit par 
  • Roger BASTIDE
  •  • 3 184 mots

Dans le chapitre « La prospective et les événements »  : […] Si l'histoire cherche à relier les événements passés en un discours logique qui en constitue la vraie connaissance, la prospective extrapole les tendances passées ainsi mises en place, ou les tendances présentes repérées par l'économiste, le démographe ou le sociologue, à des situations futures. La prospective se veut donc connaissance de l'avenir, comme l'était la divination pour les sociétés arc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/evenement-sociologie/#i_5655

GRÈCE ANTIQUE (Civilisation) - La religion grecque

  • Écrit par 
  • André-Jean FESTUGIÈRE, 
  • Pierre LÉVÊQUE
  •  • 20 051 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Essor de la religion civique »  : […] La Grèce sort paradoxalement victorieuse de la crise des guerres médiques : la ferveur envers les dieux ne laisse pas d'en être considérablement renforcée dans toutes les cités qui ont participé à la gigantesque mêlée. C'est le cas notamment à Athènes. Les dieux et les héros de l'Attique ont lutté aux côtés des Athéniens, à Marathon comme à Salamine ; Athéna a fait repousser l'olivier sacré de l' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/grece-antique-civilisation-la-religion-grecque/#i_5655

IMAGINAIRE ET IMAGINATION

  • Écrit par 
  • Pierre KAUFMANN
  •  • 12 540 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Expression musicale du destin »  : […] Que le détail de ces analyses soit aujourd'hui périmé n'infirme en rien la fécondité de l'inspiration dont elles procèdent : simplement la science des mythes a-t-elle tiré parti pour son compte propre des progrès accomplis depuis Müller par la linguistique. D'une part, élargissant à l'échelle d'une sémantique générale la conception saussurienne selon laquelle il n'est de signifiant que différentie […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/imaginaire-et-imagination/#i_5655

MAL

  • Écrit par 
  • Étienne BORNE
  •  • 5 218 mots

Dans le chapitre « La tragédie et le destin »  : […] La même créativité qui révèle et trompe l'angoisse de vivre s'exerce dans le mythe et dans l'art. N'interrogeons ici que les littératures, notamment dramatiques et romanesques, qui s'apparentent aux mythes dans la mesure où elles inventent des personnages en conflit les uns avec les autres dans des situations imaginaires. Elles n'ont d'autre matière, à moins de se détruire en un vain formalisme, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mal/#i_5655

MOÏRA

  • Écrit par 
  • Robert DAVREU
  •  • 1 004 mots

La Moire, ou Moïra n'a pas de visage : elle est le Destin de chacun, la « part » ( moros , moïra ) dispensée à chaque homme, le lot qui lui est échu. Ses décrets, qui touchent à la sphère biologique de l'existence (naissance, mariage et mort), sont inflexibles ( atropos ) et les dieux, qui pourtant peuvent tout et sont parfois tenté […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moira/#i_5655

MYTHOLOGIES - Dieux des peuples "barbares"

  • Écrit par 
  • Régis BOYER, 
  • Pierre-Yves LAMBERT
  • , Universalis
  •  • 8 018 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La vénération du Destin »  : […] On fera une dernière remarque : comme toutes les mythologies ayant un caractère relativement primitif et conçues par des peuplades que les circonstances de temps et de lieu obligeaient à l'action, le Destin a dû tenir un rang non négligeable, le plus important peut-être, dans l'univers mental des Baltes. Il y a un rapport évident à établir entre les laume pruthènes, entités […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mythologies-dieux-des-peuples-barbares/#i_5655

NIETZSCHE FRIEDRICH

  • Écrit par 
  • Jean GRANIER
  •  • 9 775 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le Retour Éternel »  : […] Le devenir, d'ailleurs, n'est pas seulement un flux qui s'écoulerait selon une ligne allant à l'infini. D'une certaine manière, paradoxale, il est , en tant qu'il demeure le Même ( das Gleiche ). Certes, ce Même n'a rien à voir avec l'identité logique, sa permanence n'est pas celle de la substance métaphysique. Le devenir est, en ce qu'il revient sur so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/friedrich-nietzsche/#i_5655

NORNES

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 860 mots

On caractérise communément les Nornes comme étant les Parques du Nord. En un sens, cette assimilation est judicieuse parce qu'elle met bien en relief l'influence hellénique qui leur a vraisemblablement donné naissance, d'autant plus qu'une étymologie possible de leur nom renverrait à l'idée de tordre, de tresser, et que leur figure s'en trouverait coïncider encore mieux avec celle des sœurs filand […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nornes/#i_5655

ŒDIPE COMPLEXE D'

  • Écrit par 
  • Claude RABANT
  •  • 5 298 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Œdipe, notre destin »  : […] « Mais où retrouver à présent la trace presque effacée de l'ancien crime ? » (Sophocle, Œdipe-Roi ). Œdipe : fils du roi de Thèbes, condamné par l'oracle à tuer son père et épouser sa mère, abandonné, exposé par son père à sa naissance, recueilli par le roi de Corinthe, puis, apprenant à Delphes l'oracle, fuyant ses parents supposés. Alors, au hasard des chemins, meurtrier de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/complexe-d-oedipe/#i_5655

PERSONNE

  • Écrit par 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Nicole SINDZINGRE
  •  • 4 549 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Personne, corps et hérédité »  : […] Dans les sociétés traditionnelles, les notions de personne et de corps se trouvent étroitement imbriquées, puisque certaines parties du corps peuvent être considérées comme des supports privilégiés de principes spirituels ou d'âmes. De même, certains éléments physiologiques participent pleinement à l'édification de la personne, parallèlement à des entités plus « immatérielles ». À cet égard, la di […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/personne/#i_5655

PHÈDRE (J. Racine) - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 001 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « « Le mal vient de plus loin » »  : […] La rigueur structurale de la tragédie renvoie à celle du destin : « Le mal vient de plus loin. » Phèdre est victime de forces qui la dépassent, soumise à la mythologie et aux dieux qui l'incarnent, soumise à l'Origine. Euripide, Sénèque et tant d'autres l'ont déjà écrit : Phèdre est « la brillante », étymologiquement ; elle est la démesure et la fatalité. Fille de Minos (descendant de Jupiter) et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/phedre-fiche-de-lecture/#i_5655

PROSPECTIVE

  • Écrit par 
  • Antoine BAILLY
  •  • 1 080 mots

Même si l'on peut prêter au terme prospective une origine anglaise, il est courant en France d'en attribuer la paternité à Gaston Berger qui, en 1957 (repris en 1967 dans Étapes de la prospective ), le propose comme une manière de réfléchir sur l'avenir. « Avant d'être une méthode ou une discipline, la prospective est une attitude » (Berger, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prospective/#i_5655

RACINE JEAN

  • Écrit par 
  • Paul BÉNICHOU
  •  • 4 340 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Action et passion »  : […] La tragédie classique française est une action. Elle a longuement conquis, au cours de sa formation, ce caractère avant tout dramatique. Or nous savons le rôle que joue la fatalité dans la tragédie de Racine. Mais la fatalité racinienne, qui est avant tout celle des passions, suppose une action intense. Le destin et la volonté des héros sont la même chose. Les dieux peuvent être les auteurs du de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-racine/#i_5655

STOÏCISME

  • Écrit par 
  • Jacques BRUNSCHWIG, 
  • Urs EGLI
  •  • 7 430 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La physique »  : […] La vision stoïcienne du monde consiste essentiellement à ne reconnaître de réalité qu'au monde, à ce qu'il contient et à ce qui le constitue, de l'intérieur, comme monde. C'est un matérialisme, mais un matérialisme dynamiste et comme spiritualiste, bien différent de l'atomisme mécaniste des épicuriens, chez qui l'impénétrabilité de la matière ne laisse subsister d'autre rapport entre les corps que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stoicisme/#i_5655

TESS D'URBERVILLE, Thomas Hardy - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Jean-François PÉPIN
  •  • 835 mots

Dans le chapitre « Une tragédie romanesque »  : […] Tess d'Urberville est, sous une forme romanesque, une tragédie où le destin ne laisse aucune chance aux individus qu'il enserre dans des rets de plus en plus serrés. Le fatalisme de Thomas Hardy s'exprime largement ici : Alec meurt assassiné pour expier sa séduction égoïste, Tess pour y avoir cédé, Angel paie de sa souffrance son manque de compassion. Le propos de Hardy n'es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tess-d-urberville/#i_5655

TRAGÉDIE

  • Écrit par 
  • Bernard DORT, 
  • Jacques MOREL, 
  • Jean-Pierre VERNANT
  •  • 5 382 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une nouvelle tragédie ? »  : […] Ce destin que des dramaturges crurent débusquer dans l'entremêlement des légendes grecques, d'autres se persuadèrent de le retrouver dans les profondeurs de l'homme moderne lui-même. La vieille fatalité antique ne pouvait-elle, aujourd'hui, être avantageusement remplacée par la libido selon Freud ? C'est ce que suggère O'Neill. Déjà, Ibsen et les naturalistes avaient tenté d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/tragedie/#i_5655

YGGDRASILL

  • Écrit par 
  • Régis BOYER
  •  • 645 mots

C'est sans doute la création la plus saisissante du monde mythologique germano-nordique : le grand frêne (ou if ?) Yggdrasill, éternellement vert, embrasse, de ses racines à sa cime, tous les mondes créés, qu'il supporte et tient en vie. Image superbe, principe unificateur et distributeur, il tient sa force de suggestion avant tout de son caractère d'« idéogramme de la mythologie scandinave » (M. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yggdrasill/#i_5655

Voir aussi

Pour citer l’article

Catherine CLÉMENT, « DESTIN », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 août 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/destin/