Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

DESTIN

Le destin, « mouvement éternel, continu et réglé »

Quand la cité grecque disparaît au profit des empires ultérieurs, quand la mesure de l'homme se dérobe à lui-même, quand il faut trouver, dans le chaos qui put faire d'Épictète un esclave et de Marc-Aurèle un empereur, une stature philosophique, c'est le destin qui intervient comme régulateur alors qu'il était dérèglement. Le mouvement réel des choses et du monde est celui des corps matériels : tout est corps, relié à l'éther qui s'épand dans l'univers total. Mais il existe des événements qui sont au mouvement réel ce que la surface est à la profondeur ; incorporels, les événements témoignent de l'existence en se produisant comme actes de langage. Ainsi se pose une double temporalité : celle du temps réel, cyclique, régi par la dilatation et la condensation de l'éther ; et celle du temps superficiel, du devenir où arrivent la vie et la mort de l'homme. Le destin, c'est l'entrecroisement de ces deux temps ; c'est pourquoi la réflexion du stoïcien se consacre à réduire la ponctualité de l'événement tragique à sa dimension réelle, allant de la surface de sa vie à la profondeur de l'éternel retour. La mort n'existe donc qu'en surface ; le destin et la mort, enfin disjoints, permettent au stoïcien de supporter la vie et de s'en abstenir ; cette théorie du destin ne saurait conduire qu'au suicide.

Ainsi, la seule cohérence qui puisse s'accorder à l'idée de destin manifeste encore la puissance de son obscurité. Réponse théâtrale, elle informe toute réflexion sur la mort ; jusqu'à celle de Freud, qui pourtant n'était pas dupe de l'interrogation fondamentale : « D'où viennent les enfants ? » À cette question, Œdipe répond par le mélange et s'avère père et frère de ses enfants. Il est l'impossibilité même de la réponse, et c'est en quoi il est l'incarnation du destin, qui occulte la simple vérité de la naissance.

« Quand s'approche la fin, il ne reste plus d'images du souvenir ; il ne reste plus que des mots...

 » ... J'ai été Homère ; bientôt, je serai Personne, comme Ulysse ; bientôt, je serai tout le monde : je serai mort » (J. L. Borges, L'Immortel).

— Catherine CLÉMENT

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : ancienne élève de l'École normale supérieure, agrégée de l'Université

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AFRIQUE NOIRE (Culture et société) - Religions

    • Écrit par Marc PIAULT
    • 9 619 mots
    • 1 média
    ...secondaires, les orisha, entraînent de la part de leurs sectateurs une dévotion complète et qui ne paraît renvoyer à rien d'autre. Cependant le destin de chacun est fixé à la naissance par Olorun. Cela n'implique aucun fatalisme nécessaire, car tout homme peut et doit prendre les moyens d'assumer...
  • AZTÈQUES (notions de base)

    • Écrit par Universalis
    • 3 537 mots
    • 13 médias
    La société aztèque est régie par un système de prédestination absolue. Le destin (tonalli) de chaque homme descend en lui au moment de sa naissance. Il est révélé par un devin, le tonalpohuani, après lecture du tonalamatl, « le livre des destins », qui reprend le comput du calendrier sacré...
  • BOÈCE (480-524)

    • Écrit par Pierre HADOT
    • 1 463 mots
    ...l'existence du mal dans le monde. Par-delà les apparences, il faut apercevoir l'ordre profond qui règne dans le monde, notamment la subordination du Destin à la Providence, la Providence étant la Raison divine qui ordonne toutes choses, tandis que le Destin est l'ordre même qui règle en détail le...
  • CIEL SYMBOLISME DU

    • Écrit par Gilbert DURAND
    • 2 876 mots
    ...orients de toutes choses. Au sein du contraste ou de l'espace orienté du Ciel s'esquisse donc le symbole de la coincidentia oppositorum (K. G. Jung). Le ciel, ainsi quadraturé et ordonné, devient en quelque sorte le modèle parfait ou puissant de toute destinée terrestre. Aussi à la science du calendrier...
  • Afficher les 24 références

Voir aussi