CRISES ÉCONOMIQUES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Crises commerciales, industrielles et financières des XVIIIe et XIXe siècles

Au-delà des échecs individuels et des difficultés sectorielles et régionales, qui sont inhérents à la dynamique de la croissance, dès le xviiie siècle des crises plus générales, sans antécédent agricole, gonflaient de temps à autre le flux des faillites dans le négoce et l'industrie. À leur origine, il y avait soit un accident financier, soit une soudaine modification des courants commerciaux, des prix des matières premières, et donc des conditions de la concurrence, souvent contrecoup des guerres.

Les « excès du crédit » et les « engorgements des marchés »

En 1715, « la désolation règne partout », écrivait John Law. Les expéditions de draps du Languedoc par le port de Marseille avaient chuté de moitié ; sur toutes les places de commerce, les espèces sortaient de la circulation et les faillites se multipliaient ; c'était la retombée d'une explosion spéculative des affaires et des crédits née de la paix avec l'Angleterre. En 1729-1730, même emballement du crédit, même enchaînement de ruines, mais désormais les places commerciales étrangères, Cadix, Amsterdam, Venise ou Londres, étaient aussi touchées. Les années 1770 furent désastreuses partout en Europe : apogée des faillites en Angleterre en 1772-1773, à Marseille en 1774, à Paris en 1777. Sans poursuivre une fastidieuse énumération, on citera encore la crise de 1810, conséquence du blocus continental et d'un remodelage de la carte européenne, qui, attisant l'instabilité des prix, des approvisionnements et des marchés multipliaient les opportunités de gains, mais aussi de pertes spéculatives. La faillite du négociant Rodde à Lübeck et celle de la banque Smith & Atkinson à Londres faisaient ainsi tomber De Smeth à Amsterdam, Biderman à Paris, Lousberg à Gand... ; à court de crédit, nombre de fabricants du textile devaient suspendre leur activité : en 1811, seules trois cents filatures de coton sur mille sept cents étaient encore en activité en France ; à Paris, sur cinquante et un mille ouvriers, vingt mille étaient au chômage. Plus que sur l'accident qui donnait la première impulsion à cette chaîne d'effondrements, on insistera sur la vulnérabilité des structures commerciales et financières qui permettaient une telle amplification des dérèglements initiaux.

Le profit commercial était fondé sur l'imperfection des marchés, c'est-à-dire sur les différences de prix des marchandises, des traites, des métaux précieux entre places. Ces écarts, parfois considérables, tiraient leur origine non seulement de la lenteur des transports de marchandises et de la propagation de l'information, mais aussi du faible poids des opérations des arbitragistes. Qu'une anticipation sur les cours ou sur l'état des marchés fût déjouée, et une ou plusieurs maisons risquaient de suspendre leurs paiements. Comme la monnaie métallique ne suffisait pas à financer les transactions, les opérations commerciales étaient réglées par des effets, qui – instruments de crédit à court terme – maintes fois endossés, puis escomptés, jouaient pour ainsi dire un rôle de substitut monétaire. Des réseaux d'engagements de paiement liaient ainsi les grandes maisons de commerce dans chaque pays, et les marchands-banquiers de Londres, Amsterdam ou Paris entre eux. Il suffisait de la défaillance d'un des maillons pour interrompre la chaîne des paiements et des crédits. Cette pyramide de crédits descendait jusqu'aux maisons secondaires et aux fabricants. La suspension d'une grande maison entraînait la perte de liquidité de tout le système et une flambée des taux de l'argent, faute d'établissements bancaires qui, par leurs réescomptes, auraient été des « prêteurs en dernier ressort ».

Ces crises, qui affectaient surtout la frange supérieure du grand capitalisme, pouvaient sembler de simples épiphénomènes de la conjoncture économique au xviiie siècle ; l'extension des échanges qui accompagna au xixe siècle l'industrialisation leur donna une importance croissante dans l'économie globale. Jusqu'en 1848 cependant, elles parurent plus spécifiques du secteur textile, dont elles étaient originaires, que généralisées. Par exemple, à la suite de la commotion que firent subir au commer [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 33 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Crise sous l'Ancien Régime

Crise sous l'Ancien Régime
Crédits : Encyclopædia Universalis France

graphique

1914 à 1939. De Sarajevo à Dantzig

1914 à 1939. De Sarajevo à Dantzig
Crédits : Encyclopædia Universalis France

chronologie

Crise de 1929

Crise de 1929
Crédits : The Image Bank

video

Walking Along, D. Lange

Walking Along, D. Lange
Crédits : Dorothea Lange/ Keystone/ Getty Images

photographie

Afficher les 14 médias de l'article

Écrit par :

  • : correspondant de l'Institut, professeur émérite à l'université de Bordeaux-IV-Montesquieu
  • : économiste
  • : ancien élève de l'École normale supérieure, agrégé d'histoire, enseignant en classe préparatoire
  • : docteur ès lettres, maître de conférences à l'université de Paris-I

Classification

Autres références

«  CRISES ÉCONOMIQUES  » est également traité dans :

CRISES ÉCONOMIQUES (1980-2012)

  • Écrit par 
  • Dominique PLIHON
  •  • 3 153 mots
  •  • 3 médias

Depuis ses origines, l'histoire du capitalisme est ponctuée par des crises financières : envolée puis effondrement du cours des bulbes de tulipes en Hollande, en 1634-1637 ; en 1720, crises sur les cours des titres de la Compagnie des Indes en France, et de la South Sea Company en Angleterre. Le xixe siècle a connu de graves crises liées aux investiss […] Lire la suite

ACIER - Économie

  • Écrit par 
  • Franco MANNATO
  •  • 10 109 mots

Dans le chapitre « Un problème de surcapacités »  : […] Depuis 1973 et le premier choc pétrolier, la sidérurgie mondiale souffre d'un problème de surcapacités, problème qui n'a pas été résolu malgré plusieurs dizaines d'années d'efforts. Ces capacités excédentaires grèvent les producteurs et ont souvent limité les bénéfices de l'industrie sidérurgique. Au niveau mondial, les capacités de production d'acier brut ont été profondément restructurées après […] Lire la suite

ALGÉRIE

  • Écrit par 
  • Charles-Robert AGERON, 
  • Sid-Ahmed SOUIAH, 
  • Benjamin STORA, 
  • Pierre VERMEREN
  •  • 42 226 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « La timidité des réformes »  : […] Sur recommandation de l'armée, le colonel Chadli Bendjedid est désigné comme successeur de Boumediene par le FLN, parti unique, en tant qu'« officier le plus ancien dans le grade le plus élevé ». Il est élu président de la République le 7 février 1979. Le nouveau pouvoir se heurte au « printemps berbère », véritable explosion culturelle qui met en lumière la pluralité linguistique en Algérie (l'ar […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 856 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Les milieux sociaux »  : […] La Première Guerre mondiale et la défaite de l'Allemagne n'ont pas eu les conséquences sociales qu'on aurait pu attendre des crises qui l'ont secouée de 1918 à 1923 . Le mouvement spartakiste n'a pas réussi à instaurer la dictature du prolétariat. Les membres des corps francs qui s'étaient battus en Allemagne et dans les pays baltes – ceux qu'Ernst von Salomon a appelés die Geächteten (les hors-l […] Lire la suite

ALLEMAGNE (Politique et économie depuis 1949) - République démocratique allemande

  • Écrit par 
  • Georges CASTELLAN, 
  • Rita THALMANN
  •  • 19 315 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « L'échec du plan septennal »  : […] Ce problème allemand, les lois du développement historique telles que les comprenaient les marxistes seraient-elles capables de le résoudre ? Il fallait pour cela que fût gagné le pari de Khrouchtchev et d'Ulbricht. Or il fut perdu. En République démocratique, ce fut la crise de 1961-1962. Les ambitieuses perspectives du plan septennal ne purent être tenues. Dans l'industrie les investissements a […] Lire la suite

ANTICIPATIONS, économie

  • Écrit par 
  • Christian de BOISSIEU
  •  • 6 070 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Anticipations et ajustements macroéconomiques »  : […] Les principales fonctions de comportement sont, d'une manière ou d'une autre, influencées par les anticipations. Ainsi la consommation des ménages dépend moins de leur revenu courant que du revenu « normal » anticipé pendant un certain horizon temporel (revenu « permanent »), voire du revenu moyen anticipé pendant la durée de vie (théorie du « cycle vital »). L'investissement des entreprises est […] Lire la suite

ARGENTINE

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL, 
  • Romain GAIGNARD, 
  • Roland LABARRE, 
  • Luis MIOTTI, 
  • Carlos QUENAN, 
  • Jérémy RUBENSTEIN, 
  • Sébastien VELUT
  •  • 36 989 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La grande crise de 2001 »  : […] Dans un contexte de déflation et de fortes sorties de capitaux – associées à une diminution persistante des dépôts bancaires, la crise ouverte a été déclenchée en décembre 2001 par la mise en place du corralito (le gel des dépôts bancaires) et la suspension du déboursement d'une tranche du prêt accordé par le FMI, remettant en cause l'accord en vigueur avec cette institution. Bien que largement […] Lire la suite

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 612 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « L'entre-deux-guerres »  : […] L'introduction du suffrage universel unique pour les hommes en 1919 allait exclure dorénavant, à une exception près (1950-1954), la majorité absolue d'un seul parti. On était désormais condamné à un gouvernement de coalition constitué sur la base d'un compromis entre divers programmes de parti. Au cours de l'immédiat après-guerre, les problèmes suscités par le reconstruction entretinrent un clima […] Lire la suite

BELGIQUE - La période contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean FANIEL, 
  • Xavier MABILLE
  •  • 8 985 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « La consécration des asymétries »  : […] Après une loi de régionalisation préparatoire en 1974 et un grand compromis avorté en 1977-1978 (échec des accords Egmont-Stuyvenberg sur la réforme de l'État), une nouvelle révision de la Constitution a lieu en 1980, simultanément à l'adoption de lois de réformes institutionnelles. On parlera désormais de communautés et non plus de communautés culturelles, des compétences leur étant également at […] Lire la suite

BRÉSIL - La conquête de l'indépendance nationale

  • Écrit par 
  • Frédéric MAURO
  •  • 6 213 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les crises de 1900 et 1929 »  : […] Cependant, le café de São Paulo a subi deux grandes crises, celle de 1900 et celle de 1929. L'État de São Paulo a connu une grande fièvre de plantation à la fin du xix e  siècle. Sans doute la crise cyclique de 1896 avait secoué le marché international. Mais la dévaluation du milreis ( cruzeiro ) avait empêché la répercussion de la crise internationale sur le marché brésilien. Or, en 1900, le gouv […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

18-19 février 1999 France – États-Unis. Visite du président Jacques Chirac aux États-Unis

Il plaide notamment, devant les dirigeants du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale, en faveur d'une réforme du système financier international de façon à « fournir une réponse aux crises financières qui prendrait en compte aussi bien les aspects politiques et sociaux qu'économiques ». Il préconise, en outre, à la suite du chancelier allemand Gerhard Schröder, l'effacement de la dette des pays les plus pauvres. […] Lire la suite

23 mars - 2 avril 1998 États-Unis – Afrique. Tournée du président Bill Clinton en Afrique

Le 26, le président Clinton arrive en Afrique du Sud, dont Washington est un des premiers partenaires économiques et dont il souhaite faire son allié principal dans le cadre des nouvelles relations américano-africaines. Toutefois, les dirigeants sud-africains rejettent le rôle de gendarme du monde exercé par les États-Unis ainsi que la logique libérale qu'ils appliquent dans leurs relations économiques. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Charles ASSELAIN, Anne DEMARTINI, Pascal GAUCHON, Patrick VERLEY, « CRISES ÉCONOMIQUES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 janvier 2023. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/crises-economiques/