MONÉTARISME

Article principal

  • ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Monétarisme

    • Écrit par Jean-Marc DANIEL
    • 8 542 mots
    • 1 média

    Mot récent – monetarism apparaît pour la première fois en 1968 dans un article de Karl Brunner sur la politique monétaire publié par la Réserve fédérale américaine de Saint Louis –, le monétarisme désigne une idée pourtant ancienne. Cette idée est que toute augmentation de la quantité de monnaie[...]

Articles associés

  • BANQUES CENTRALES

    • Écrit par Sylvie DIATKINE
    • 37 918 mots
    • 1 média
    Au début du xx e siècle, la politique monétaire s'appuie sur la théorie quantitative de la monnaie, selon laquelle l'inflation a pour origine une émission trop importante de monnaie, en supposant que la vitesse de circulation de la monnaie soit constante et que la monnaie soit neutre, c'est-à-dire[...]
  • CHANGE - Les théories du change

    • Écrit par Hélène RAYMOND-FEINGOLD
    • 50 080 mots
    • 1 média
    Le modèle monétaire à prix flexibles peut être considéré comme une généralisation au cadre international de la théorie quantitative de la monnaie. La théorie quantitative se situe dans un cadre national et prédit que le pouvoir d'achat domestique d'une monnaie est d'autant plus élevé[...]
  • CONSOMMATION - Dépenses de consommation

    • Écrit par Nicolas HERPIN, Daniel VERGER
    • 31 571 mots
    Au sein même de la seule communauté des économistes, l'analyse de la consommation fait débat. Le clivage principal a longtemps opposé les keynésiens et les monétaristes quant à la nature du revenu qui détermine la consommation des ménages.
  • CRISES ÉCONOMIQUES

    • Écrit par Jean-Charles ASSELAIN, Anne DEMARTINI, Pascal GAUCHON, Patrick VERLEY
    • 120 197 mots
    • 14 médias
    [...]taux de croissance redeviennent négatifs en 1982, le chômage bat des records. Le Sud entre à son tour en crise. Comme l'évoque Henri Bourguinat, « le monétarisme sape les bases de l'économie mondiale d'endettement ». En rendant le dollar rare et cher, il alourdit le poids de la dette du[...]
  • CRISES FINANCIÈRES - Instabilité financière

    • Écrit par Dominique PLIHON
    • 39 309 mots
    Pour les économistes de l'école « monétariste », conduite par Milton Friedman, les crises bancaires sont la principale forme de crise financière. Les banques sont en effet des institutions vulnérables : si les déposants perdent confiance dans leur banque, ils demanderont à être remboursés.[...]
  • ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Keynésianisme

    • Écrit par Olivier BROSSARD
    • 45 335 mots
    [...]période de temps considérée. La valeur des transactions est égale au volume des transactions effectuées (T) multiplié par le niveau général des prix (P). Les partisans de la théorie quantitative considèrent que la vitesse de circulation de la monnaie est une constante naturelle indépendante des ajustements[...]
  • ÉCONOMIE (Histoire de la pensée économique) - Les grands courants

    • Écrit par Jérôme de BOYER
    • 47 785 mots
    • 10 médias
    L' école monétariste est menée par Friedman (1953, Essays in Positive Economics ; 1956, Studies in the Quantity Theory of Money ; 1969, The Optimum Quantity of Money and Other Essays) qui, dans les années 1950 et 1960, critique le système de taux de change fixes de Bretton-Woods et les politiques[...]
  • ÉPARGNE

    • Écrit par Didier DAVYDOFF
    • 40 557 mots
    • 3 médias
    L'école monétariste, illustrée par Milton Friedman (A Theory of the Consumption Function, « La théorie de la fonction de consommation », 1957), considère aussi la stratégie économique d'un individu sur l'ensemble de sa vie. La somme actualisée des revenus présents et futurs anticipés par[...]
  • FED (Federal Reserve System ou Système fédéral de réserve américain)

    • Écrit par Dominique LACOUE-LABARTHE
    • 47 227 mots
    • 1 média
    Le 6 octobre 1979, le F.O.M.C., présidé par Paul Volcker (1979-1987), annonce une expérience de monétarisme intégral. L'agrégat monétaire étroit M1 (espèces, plus dépôts à vue) devient l'objectif intermédiaire unique. Le Fed en déduit la quantité nécessaire de réserves non empruntées. [...]
  • FRIEDMAN MILTON (1912-2006)

    • Écrit par Jean-Marc DANIEL
    • 6 364 mots

    Décédé le 16 novembre 2006 à San Francisco, à l'âge de quatre-vingt-quatorze ans, l'économiste américain Milton Friedman, né à New York le 31 juillet 1912, est une figure emblématique du libéralisme économique. Quatrième enfant d'une famille pauvre venue d'Europe centrale, il[...]

  • INFLATION

    • Écrit par Jacques LE CACHEUX
    • 47 329 mots
    • 6 médias
    [...]Sa postérité sera remarquable : reprise par l'économiste de Chicago, futur prix Nobel d'économie, Milton Friedman, qui en fera le pilier du monétarisme, la théorie quantitative, pourtant si évidemment contraire à l'observation empirique, au moins dans les pays développés ne souffrant que d'inflation[...]
  • KALDOR NICHOLAS (1908-1986)

    • Écrit par Gérard GRELLET
    • 5 302 mots

    Économiste britannique d'origine hongroise, Nicholas Kaldor, né à Budapest en 1908, est mort à Cambridge en 1986. Professeur à l'université de Cambridge (1952), conseiller des gouvernements travaillistes de l'après-guerre et de nombreux pays, membre de la Chambre des[...]

  • MACROÉCONOMIE - Emploi

    • Écrit par Bernard GAZIER
    • 52 968 mots
    • 3 médias
    [...]L'État constate du chômage, il le juge excessif et, entreprend une relance de style keynésien. D'où une injection de pouvoir d'achat et, selon la logique monétariste, une hausse des prix, abaissant le pouvoir d'achat des salariés... et rendant possible, hors de toute réaction immédiate de ceux-ci, l'embauche[...]
  • MACROÉCONOMIE - Politique économique

    • Écrit par Antoine d' AUTUME
    • 26 954 mots
    La politique monétaire y est représentée par une règle de Taylor, c'est-à-dire une règle de fixation du taux d'intérêt. Les préceptesmonétaristes recommandaient l'emploi d'une règle fixe de fixation du taux de croissance de la masse monétaire. Mais ce type de politique, destinée à briser[...]
  • NÉO-LIBÉRALISME ou NÉOLIBÉRALISME

    • Écrit par Liêm HOANG NGOC
    • 40 050 mots
    • 4 médias
    Le monétarisme est la version moderne de la « théorie quantitative de la monnaie » de Irving Fisher (1867-1947), elle est fondatrice du point de vue libéral sur la monnaie. Cette théorie quantitative postule que la monnaie est neutre, c'est-à-dire que la variation de la masse monétaire n'exerce[...]
  • SIMIAND FRANÇOIS (1873-1935)

    • Écrit par Bertrand MÜLLER
    • 7 444 mots
    [...]primitivisme »  durkheimien (l’économie moderne est adossée à l’économie primitive) et du « technicisme » marxiste (le machinisme sépare l’ouvrier de son outil), Simiand est monétariste. Il explique la naissance du capitalisme, qu’il préfère appeler « économie d’échanges complexes », comme étant la conséquence[...]

Média

Milton Friedman

Milton Friedman

Milton Friedman

Milton Friedman (1912-2006) a construit son œuvre en s'opposant presque systématiquement à celle de…