BLOCUS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Comme toutes les institutions du droit de la guerre, le blocus a été profondément affecté par l'évolution des techniques de combat et la transformation des règles relatives au recours à la force. À l'origine, le blocus est une opération de guerre maritime par laquelle les forces navales d'un belligérant interceptent les communications avec une portion du littoral occupé par l'ennemi. Aujourd'hui, cette notion s'est étendue et dégradée. D'autres institutions, s'apparentant au blocus (embargo, quarantaine), mais plus souples et mieux adaptées aux conditions de la guerre moderne, se sont développées et tendent aujourd'hui à remplacer le blocus dans la gamme des instruments de coercition.

Dégradation de la notion classique

Pour saisir la dégradation de la notion classique de blocus, il faut analyser ses règles traditionnelles, puis en suivre le déclin.

L'institution dans le droit de la guerre traditionnelle

Jusqu'au xixe siècle, le blocus est une institution du droit de la guerre. Il implique donc l'existence de l'état de guerre entre la « puissance bloquante » et l'État bloqué. Il est soumis à des règles strictes, relatives à sa notification et à son effectivité.

La notification du blocus est une mesure de publicité destinée à porter à la connaissance des intéressés les intentions de la puissance bloquante. Il importe que les navires se dirigeant vers le littoral bloqué connaissent l'interdiction d'accès édictée par le belligérant. Le droit de la guerre impose donc une notification générale du blocus aux États tiers, par voie diplomatique. En outre, le commandant de la « force bloquante » est tenu de notifier sur les lieux, aux autorités locales, l'instauration du blocus. Faut-il, de surcroît, avertir les navires qui tenteraient de gagner la zone bloquée ? L'exigence d'une notification spéciale aux commandants des navires intéressés a fait l'objet d'une controverse à la fin du xixe siècle et au début du xxe ; la jurisprudence française considérait la notification spéciale comme une condition de validité du blocus, alors que les tribunaux britanniques, américains et japonais exigeaient seulement la connaissance de fait du blocus par le commandant du navire coupable de la violation du blocus. Depuis 1934, les instructions navales françaises ont abandonné l'exigence d'une notification spéciale.

En principe, le blocus ne doit pas s'étendre à tout le littoral ennemi ; d'ailleurs, la surveillance constituerait rapidement une charge insupportable. En général, le blocus s'applique à certains ports ou à une partie de la côte ennemie ; il peut être étendu aux ports et côtes de la « puissance bloquante » lorsque ceux-ci sont occupés par l'ennemi : ainsi, lors de la guerre de 1870-1871, la France bloqua les ports de Rouen, de Dieppe et de Fécamp, occupés par les troupes allemandes. Mais le blocus ne doit pas interférer avec les droits des puissances neutres. Les ports et côtes des États neutres ne peuvent évidemment être bloqués, non plus que l'embouchure de fleuves internationaux dont certains riverains seraient neutres et n'auraient pas consenti au blocus. Ainsi, lorsque les puissances alliées bloquèrent l'embouchure du Danube en 1856, la Bavière et le Wurtemberg élevèrent des protestations.

La règle de l'effectivité du blocus est énoncée dans la déclaration de Paris du 16 avril 1856 : « Les blocus, pour être obligatoires, doivent être effectifs, c'est-à-dire maintenus par une force suffisante pour interdire réellement l'accès du littoral à l'ennemi. » La formulation par écrit de la règle coutumière s'explique par les abus antérieurs des blocus fictifs, blocus sur papier ou blocus de cabinet. Un simple ordre écrit déclarait bloqué le littoral ennemi, ce qui permettait, en l'absence d'escadre bloquante, de capturer en tout lieu tout navire soupçonné d'aller vers les lieux bloqués ou d'en venir. Le blocus fictif le plus célèbre fut le décret de Berlin du 21 novembre 1806 par lequel Napoléon établit le Blocus continental. L'abus de cette pratique rendit aléatoire le droit des neutres à commercer en temps de guerre.

Un moment, la doctrine exigea que les navires de guerre participant au blocus fussent mouillés à intervalles réguliers, selon une chaîne ininterrompue.

Mais, dès le xixe siècle, la formule fut assouplie. Pour être effectif, un blocus devait, suivant l'opinion du Dr Lushington dans l'affaire du Franciska (1855), rendre l'entrée ou la sortie des lieux bloqués dangereuses pour les navires qui te [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Blocus de Berlin, 1948

Blocus de Berlin, 1948
Crédits : National Archives

vidéo

Crise de Cuba, 1962

Crise de Cuba, 1962
Crédits : Hulton Getty

photographie

Crise des fusées, 1962

Crise des fusées, 1962
Crédits : National Archives

vidéo

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  BLOCUS  » est également traité dans :

CUBA

  • Écrit par 
  • Marie Laure GEOFFRAY, 
  • Janette HABEL, 
  • Oruno D. LARA, 
  • Jean Marie THÉODAT, 
  • Victoire ZALACAIN
  •  • 24 414 mots
  •  • 26 médias

Dans le chapitre « La période spéciale »  : […] La chute de l'URSS en 1991 a placé l'économie cubaine en porte-à-faux. De 1990 à 1993, le PIB diminue de 30 p. 100, Cuba ne bénéficiant plus de traitement de faveur de la part de Moscou. Cette évolution met le pays en difficulté : par son niveau d'éducation, son taux de croissance, les conditions sanitaires et le mode de vie, la population cubaine présente les caractères d'un pays développé, mais […] Lire la suite

GIBRALTAR

  • Écrit par 
  • Jean-Louis MIÈGE
  • , Universalis
  •  • 2 289 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le différend anglo-espagnol »  : […] À travers le conflit ouvert ou larvé qui ne cesse d'opposer Londres à Madrid s'affrontent deux mythes : celui de l'intégralité du territoire national, celui de l'esprit de l'empire. Salvador de Madariaga le constatait en 1918 : « Gibraltar, le Gibraltar que l'Espagne désire et veut, est corps du corps de l'Espagne. Gibraltar, le Gibraltar que l'Angleterre aime et possède, est l'âme de l'âme de l'A […] Lire la suite

GUERRE FROIDE

  • Écrit par 
  • André FONTAINE
  •  • 10 903 mots
  •  • 29 médias

Dans le chapitre « Le « coup de Prague » et le pacte atlantique »  : […] Un événement dramatique, au début de 1948, fait monter la tension à son comble. Encouragés par la chute de la popularité des communistes, qui partageaient le pouvoir avec eux depuis la Libération, les partis « bourgeois » tchécoslovaques essayent de desserrer le contrôle que l'extrême gauche exerce sur la police. Mais ils perdent la partie, et, le 25 février, le président Edvard Beneš se résigne à […] Lire la suite

GUERRE FROIDE (notions de base)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 3 551 mots

Dans le chapitre « L’apogée de la guerre froide (1947-1962) »  : […] La division du monde en deux blocs engendre des conflits d’intensité croissante, d’abord en Europe, puis en Asie et dans le reste du monde. L’Allemagne est le théâtre de la première crise entre Washington et Moscou. Face à l’unification progressive des trois secteurs occidentaux d’occupation (secteurs américain, britannique et français), Staline réagit en établissant le blocus terrestre de Berlin […] Lire la suite

HESSE, Allemagne

  • Écrit par 
  • Antoine LAPORTE
  •  • 1 136 mots
  •  • 1 média

La Hesse ( Hessen en allemand) est un Land allemand situé dans la partie centrale du pays . D’une superficie de 21 115 kilomètres carrés, ce territoire était peuplé de 6,2 millions d’habitants en 2017. La partie sud, la plus densément peuplée, est occupée par les agglomérations de Francfort-sur-le-Main, Wiesbaden, sa capitale administrative, et Darmstadt, qui font de ce territoire un des plus ric […] Lire la suite

LESOTHO

  • Écrit par 
  • Dominique DARBON, 
  • Benoît DUPIN
  •  • 3 237 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Une vie politique mouvementée »  : […] Le Parti du Congrès (Basutoland Congress Party, BCP), et le Parti national (Basutoland National Party, BNP) polarisent la vie politique du Lesotho depuis l'indépendance. Le Parti du Congrès, parti historique animé par Ntsu Mokhele, se présente, lors des élections législatives démocratiques de 1965 préparant l'indépendance, comme un parti de masse, proche de l'African National Congress (ANC) sud-a […] Lire la suite

NÉPAL

  • Écrit par 
  • Gilles BÉGUIN, 
  • Benoît CAILMAIL, 
  • François DURAND-DASTÈS, 
  • Marc GABORIEAU, 
  • Luciano PETECH, 
  • Philippe RAMIREZ
  •  • 16 331 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La « démocratie panchayat » »  : […] En avril 1962, le roi Mahendra introduit au Népal un système de décentralisation politique désigné par le nom de « démocratie panchayat » ( i.e. assemblée) et destiné à édifier « la démocratie progressivement, étage par étage, du bas vers le haut […], associant les gens à l’administration [et ce] à tous les niveaux ». Cette décentralisation est définitivement adoptée avec son introduction dans l […] Lire la suite

PALESTINIENNE AUTORITÉ

  • Écrit par 
  • Olivier CARRÉ, 
  • Aude SIGNOLES
  • , Universalis
  •  • 28 724 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « L'unité palestinienne en question »  : […] Peu après la prise de contrôle de la bande de Gaza par le Hamas, Israël impose un blocus aux populations de ce territoire. Parallèlement, la communauté internationale fait ouvertement alliance avec le Fatah de Mahmoud Abbas en Cisjordanie. Tel-Aviv ajoute à sa politique de marginalisation économique des actions militaires visant à saper les bases organisationnelles du Hamas dans la bande de Gaza. […] Lire la suite

SEL

  • Écrit par 
  • Jean Claude HOCQUET
  •  • 11 195 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Les guerres du sel »  : […] La guerre a joué un grand rôle dans le renforcement de l'État et dans l'aggravation de la pression fiscale par le moyen de l'impôt. Des guerres ont aussi eu le sel pour enjeu, entre Venise et ses voisines par exemple ; le sel fut utilisé comme arme économique par l'État fournisseur qui organisait son blocus contre ses clients devenus ses ennemis, mais l'État client pouvait s'adresser à d'autres e […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

1er-31 janvier 2022 Mali – France. Blocus du pays par la CEDEAO et expulsion de l'ambassadeur de France à Bamako.

Le 1er, le gouvernement repousse la tenue des élections générales prévues en février, dont le maintien était exigé par la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), et annonce la prolongation de cinq ans de la durée de la transition. En décembre 2021, la Cedeao a adopté des sanctions contre Bamako, où le colonel Assimi Goïta, l’un des organisateurs du putsch d’août 2020, s’est arrogé le titre de président de la transition à l’issue d’un second coup d’État, en mai 2021. […] Lire la suite

4 janvier 2021 Qatar – Arabie Saoudite. Fin du blocus du Qatar par ses voisins.

Le gouvernement koweïtien annonce la fin du blocus diplomatique et commercial imposé au Qatar par ses voisins. En juin 2017, l’Arabie Saoudite, les Émirats arabes unis et Bahreïn, suivis par l’Égypte, avaient coupé leurs relations avec le Qatar qu’ils accusaient de soutenir l’Iran et les Frères musulmans. Ce revirement est le fruit d’une médiation entreprise par le Koweït et les États-Unis. […] Lire la suite

21 décembre 2020 Nicaragua. Adoption d'une loi excluant des élections les « traîtres à la patrie ».

Le Parlement adopte une loi qui interdit aux « traîtres à la patrie » de se présenter aux élections, notamment ceux qui « exigent, soutiennent et se félicitent de l’imposition de sanctions contre l’État du Nicaragua », ceux qui « incitent à l’ingérence étrangère dans les affaires internes, demandent des interventions militaires » ou « proposent et organisent des blocus économiques ». […] Lire la suite

29 septembre 2020 Royaume-Uni – Union européenne. Adoption aux Communes d'un projet de loi contraire à l'accord sur le Brexit.

Le Premier ministre Boris Johnson a accusé l’UE de vouloir instaurer un « blocus alimentaire » entre l’Irlande du Nord et la Grande-Bretagne. Bruxelles a sommé Londres de retirer le projet de loi « avant la fin du mois ». L’Internal Market Bill doit encore être approuvé par la Chambre des lords. […] Lire la suite

5-7 août 2019 États-Unis. Sanctions à l'encontre du gouvernement vénézuélien.

Le 6, Caracas dénonce « un blocus criminel » visant à « étrangler le peuple vénézuélien pour renverser le gouvernement ». L’opposant Juan Guaidó, reconnu par les États-Unis et une cinquantaine d’autres pays comme le président légitime du Venezuela, approuve cette décision, tout comme le Groupe de Lima constitué de quatorze pays américains qui tentent d’établir une sortie pacifique de la crise au Venezuela. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre COT, « BLOCUS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/blocus/