Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

COTON

Le cotonnier fournit des fibres textiles aux usages multiples et des graines oléagineuses riches en protéines à partir desquelles on produit de l'huile pour l'alimentation humaine et des tourteaux pour nourrir les animaux. Le coton entre également dans la composition d'une très large palette de produits chimiques : engrais, insecticides, fongicides, plastiques, explosifs (glycérine)... Plus de la moitié du coton produit dans le monde est désormais issue de variétés génétiquement modifiées.

Origines et principales caractéristiques du cotonnier

Le mot coton (cotton en anglais) vient de l'arabe al-kutun qui a donné en espagnol algodon. Les Arabes ont développé très tôt la culture du coton en Égypte et en Espagne méridionale, après avoir connu le cotonnier en Inde où il avait été domestiqué de longue date et où il demeure aujourd'hui très largement cultivé.

Cotonnier - crédits : Bill Barksdale/ Design Pics/ Getty Images

Cotonnier

Les cotonniers (genre Gossypium L., famille des Malvaceae) sont des arbustes de 80 centimètres à 2 mètres de hauteur. Deux espèces, sur un total d'une cinquantaine, fournissent aujourd'hui l'essentiel de la production mondiale : Gossypiumhirsutum L., qui en fournit près de 90 p. 100 et Gossypiumbarbadense L., qui en fournit 5 p. 100. Cette dernière espèce, cultivée en particulier en Égypte, permet d'obtenir des fibres longues et fines très recherchées pour leur qualité. Depuis le milieu des années 1990 sont cultivés des cotonniers génétiquement modifiés, rendus aptes à résister par eux-mêmes aux attaques de différents insectes qui menacent fréquemment la plante. Ces cotonniers sont plus particulièrement cultivés aux États-Unis, en Chine et en Inde, mais également dans bien d’autres pays (Afrique du Sud, Australie, Argentine, Brésil, Mexique, Pakistan, Paraguay, Uruguay …). Depuis 2012, plus de 50 p. 100 des cotonniers cultivés dans le monde sont des organismes génétiquement modifiés (O.G.M.). Ces derniers représentent plus de 90 p 100 des cultures de coton en Inde et plus de 80 p 100 en Chine. Dans ces deux pays, ces cotonniers transgéniques ont permis de réduire, en moyenne, les apports d'insecticides de moitié et d’accroître les rendements d’un quart. En 2012, sur les 17,3 millions d’agriculteurs dans le monde qui ont eu recours aux O.G.M., 14,4 millions étaient soit des producteurs indiens (7,2 millions), soit des producteurs chinois. En Inde, comme en Chine, la quasi-totalité de ces producteurs de cotons trangéniques sont de petits agriculteurs. Il en va de même en Afrique sahélo-soudanienne où le Burkina Faso a consacré 300 000 hectares aux cotons génétiquement modifiés dès 2011.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur émérite à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense, membre de l'Académie d'agriculture de France

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Cotonnier - crédits : Bill Barksdale/ Design Pics/ Getty Images

Cotonnier

Coton : principaux producteurs
 - crédits : Encyclopædia Universalis France

Coton : principaux producteurs

Coton : principaux importateurs
 - crédits : Encyclopædia Universalis France

Coton : principaux importateurs

Autres références

  • AFRIQUE (Structure et milieu) - Géographie générale

    • Écrit par Roland POURTIER
    • 21 496 mots
    • 29 médias
    Aujourd'hui, la culture de rente la plus importante des savanes ouest-africaines est lecoton, par ailleurs cultivé depuis longtemps en Égypte, premier producteur africain, suivi désormais de près par le Mali. L'or blanc, cultivé du Sénégal au Tchad par de petits producteurs le plus souvent encadrés...
  • AGRICULTURE - Politiques agricoles et négociations internationales

    • Écrit par Laurence ROUDART
    • 10 574 mots
    • 6 médias
    Signalons enfin que le groupe « coton-4 » (ou C-4), constitué de quatre pays très pauvres producteurs de coton (Bénin, Burkina Faso, Mali et Tchad) a réclamé la suppression des subventions américaines et européennes à la production de coton, ainsi qu’une indemnisation financière pour les pays...
  • APPALACHES

    • Écrit par Jacqueline BEAUJEU-GARNIER, Universalis, Catherine LEFORT
    • 5 988 mots
    ...nombre des travailleurs dans les villes et une régression de la population rurale permettant une augmentation de la taille moyenne des exploitations. C'est le travail du coton qui a marqué la première étape, suivie par la pénétration d'industries diversifiées, notamment chimiques et militaires. À l'origine,...
  • BURKINA FASO

    • Écrit par Universalis, Michel IZARD, René OTAYEK, Jean-Fabien STECK
    • 7 432 mots
    • 5 médias
    ...plusieurs types d'agricultures : commerciales d'exportation et vivrières, destinées tant à l'autoconsommation qu'aux marchés locaux. Parmi les premières, le coton, dont la production a été multiplié par 2,5 en quinze ans, pour atteindre 600 000 tonnes en 2005-2006, occupe une place à part puisqu'il représente...
  • Afficher les 41 références

Voir aussi