LAW JOHN (1671-1729)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La personnalité de Law mériterait de retenir l'attention, car il a – reprenant les idées émises par l'économiste Charles Davenant et par Vauban sur le développement de la richesse – démontré l'importance du crédit en répandant en France le papier-monnaie et en fondant une banque d'État. L'échec de son système a compromis l'avenir financier de la France qui prit un énorme retard par rapport à l'Angleterre. En 1806 encore, Napoléon pensait ruiner son adversaire anglais par le blocus continental. Mais il avait négligé le crédit, qui permit à l'économie britannique de survivre aux guerres de la Révolution et de l'Empire. Law a donc été l'un des grands précurseurs, malgré ses limites, de la finance moderne.

La situation financière à l'arrivée de Law aux affaires

À la mort de Louis XIV, la situation financière de la France paraît désespérée ; la dette publique s'élève, en capital, à 1 milliard 200 millions de livres, et le déficit annuel se monte à 77 millions – déficit supérieur, toutes proportions gardées, à celui qui, soixante-quatorze ans plus tard, devait contraindre Louis XVI à convoquer les états généraux. Par le jeu des « anticipations », les revenus du Trésor pour 1716-1717 ont été consommés à l'avance. Les 600 millions de billets d'État ont perdu de 80 à 90 p. 100 de leur valeur nominale et le crédit public est ruiné.

Le régent Philippe d'Orléans, confronté à pareille conjoncture, songea à convoquer les états généraux ; il en fut dissuadé par Saint-Simon qui lui représenta les dangers qui pouvaient découler « de l'esprit zélateur des assemblées ». L'idée de la banqueroute – partielle ou totale – fut aussi évoquée au Conseil des finances ; celui-ci, dirigé par le duc de Noailles, avait pris en main la direction des affaires laissée vacante par l'éviction de Desmarets, le dernier contrôleur général de Louis XIV. C'est à une banqueroute partielle et déguisée que s'arrêta le Conseil : en octobre et décembre 1715 furent publiés des édits qui abaissaient à 4 % l'intérêt des rentes sur les tailles, les recettes générales, les poste [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Écrit par :

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Clermont-Ferrand

Classification


Autres références

«  LAW JOHN (1671-1729)  » est également traité dans :

COMPAGNIES FRANÇAISES DES INDES

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 1 134 mots

Au temps de Colbert, la colonisation devient une affaire d'État ou de grandes compagnies favorisées par l'État. Colbert fonde la Compagnie française des Indes orientales et la Compagnie française des Indes occidentales (1664). Le but de cette dernière est la production de sucre, mais elle ne peut assurer son monopole et est dissoute en 1674. La Compagnie des Indes orientales reçoit le monopole du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/compagnies-francaises-des-indes/#i_13935

CROZAT ANTOINE, marquis du Châtel (1655-1738)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 693 mots

L'un des plus grands financiers de son temps et l'homme le plus riche de Paris si l'on en croit Saint-Simon, qui ne l'aimait pas. Le père d'Antoine Crozat, marchand-banquier, seigneur de deux terres et d'un château, vit ses affaires prospérer à Toulouse, puisqu'il fut appelé deux fois au capitoulat, en 1674 et en 1684. Ses deux fils, Antoine et Pierre, devinrent à leur tour financiers. Antoine est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/antoine-crozat/#i_13935

FRANÇAIS EMPIRE COLONIAL

  • Écrit par 
  • Jean BRUHAT
  •  • 16 589 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Law et les compagnies »  : […] Pendant une partie du xviii e  siècle, on constate une reprise de l'activité coloniale. Elle n'est pas le fait des gouvernements mais de bourgeois plus entreprenants, financiers ou traitants, qui voient dans la colonisation une occasion de profits. On peut distinguer plusieurs étapes. La première est directement liée à l'affaire Law. Avec Law, la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/empire-colonial-francais/#i_13935

MONNAIE - Histoire de la monnaie

  • Écrit par 
  • Michel BRUGUIÈRE
  •  • 9 794 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La monnaie de papier »  : […] On a vu, aux xiv e et xv e  siècles, apparaître en Italie une monnaie de papier constituée par des lettres de change. C'est au début du xvii e  siècle que les banques commerciales d'Amsterdam (1609) et de Hambourg (1619) commencèrent à émettre de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monnaie-histoire-de-la-monnaie/#i_13935

PÂRIS LES

  • Écrit par 
  • Olivier COLLOMB
  •  • 588 mots

Ils sont quatre frères : Antoine Pâris (1668-1733), Claude Pâris de La Montagne (1670-1745), Joseph Pâris Duverney (1684-1770) et Jean Pâris de Montmartel (1690-1766). Leur père tenait à Moirans, près de Grenoble, une auberge à l'enseigne de La Montagne ; les enfants servaient les clients de l'hôtellerie et pansaient leurs chevaux. Or, Moirans était sur la route des convois de vivres destinés aux […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-paris/#i_13935

RÉGENCE

  • Écrit par 
  • Louis TRENARD
  •  • 816 mots

Régime établi pendant la minorité de Louis XV (1715-1723) et dans une période de réaction contre le Grand Siècle, le Conseil de régence est dominé par trois hommes : le régent Philippe d'Orléans, le banquier Law et l'abbé Guillaume Dubois. Louis XIV avait réglé dans son testament l'organisation du Conseil de régence de son arrière-petit-fils âgé de cinq ans. Il devait comprendre les princes légiti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/regence/#i_13935

Voir aussi

Pour citer l’article

Abel POITRINEAU, « LAW JOHN - (1671-1729) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/john-law/