PARNASSE, mouvement littéraire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le Parnasse est un groupement de poètes qui se constitue vers le milieu du xixe siècle autour de Leconte de Lisle. Hostile aux effusions individuelles comme aux engagements politiques, il prétend nourrir la poésie des sciences de la nature, de l'histoire et de la philosophie, pour dégager le pathétique de la vie universelle et des émotions collectives de l'humanité. Soumis à une sévère discipline de la forme et indifférent au suffrage de la foule, l'artiste trouve sa récompense dans la contemplation du beau.

Leconte de Lisle

Après 1850, le romantisme vient d'échouer avec Lamartine, que suivra Hugo, dans la conquête du pouvoir. En réaction contre lui, la bourgeoisie a suscité un art qui se réclame du « bon sens », rase la prose et moralise. Émile Augier, François Ponsard, Joseph Autra sont les têtes de file de cette école qui garde sa faveur sous le Second Empire. La génération littéraire de 1820, avec Flaubert, Baudelaire et Leconte de Lisle, s'élève contre le romantisme, taxé d'impuissance, et l'école du « bon sens », taxée de médiocrité. Cependant, plus d'un lien rattache le Parnasse au romantisme : Leconte de Lisle est fortement marqué par Lamartine et par Vigny. L'énergie passionnelle, l'interprétation symbolique de la nature, le goût de la couleur et de l'exotisme, la liberté dans la fantaisie passent du romantisme au Parnasse, et Leconte de Lisle estime Théophile Gautier.

Charles-René-Marie Leconte de Lisle (1818-1894), né à la Réunion, vient, à dix-huit ans, poursuivre ses études en France, à Rennes ; il applaudit à Chatterton et rime les élégies dans le goût lamartinien. De 1845 à 1848, il fréquente à Paris les phalanstériens (il collabore à La Phalange et à La Démocratie pacifique), espère tout de la révolution de 1848, dont l'échec l'accable ; il ne pardonnera ni à la bourgeoisie sa victoire, ni au peuple d'accepter sa défaite.

Son pessimisme s'alimente à deux sources, passionnelle et politique. Nul ne fut moins impassible que ce grand tourmenté d'amour. L'image d'une vierge approchée à la Réunion, et que la mort a dérobée, s'associera pour lui à l'île natale et à la caresse maternelle (« Le Manchy », « L'Illusion suprême »). Il a aimé à Paris une femme mariée et leur rupture lui dictera « Les Damnés » (1855), « Le Dernier Souvenir » (1868). Ayant laissé sans réponse l'amour d'une jeune fille qui pour lui renonça au monde (« Les Spectres », 1866), il aima jusque dans sa vieillesse d'un amour impartagé (« Le Dernier Dieu », 1886). Contre les exigences de cette sensibilité torturée, il loue l'impassibilité dont les parnassiens se font un masque, souvent mal ajusté au visage. Le désengagement politique est un autre masque. Leconte de Lisle garde la nostalgie secrète de 1848, il écoute « l'appel désespéré des nations en croix et des justes râlant sur le fumier des villes » (« Tristesse du diable »).

Pour oublier sa tristesse, il se réfugie d'abord dans une Grèce de convention, d'une blancheur de statue, et qui emplira la plus grande partie des Poèmes antiques de 1852 : poèmes savants et froids, ils constituent la fraction la plus artificielle de son œuvre. Après 1870, Leconte de Lisle évoque dans les Erinnyes, tragédie créée en 1873, une Grèce archaïque, belliqueuse et farouche, écrasée par le destin, avant de revenir à des teintes plus claires dans l'Apollonide (1888). Il se plonge aussi dans l'Inde antique foisonnante de vie et de mysticité : la beauté de ces pages ne désarmera pas le persiflage d'Alphonse Daudet.

Le poète se réfugie surtout dans l'histoire, et, par elle, tente de concilier la retraite imposée au républicain d'hier et sa nostalgie des actes héroïques ; dans les Poèmes antiques, il chante les héros affranchisseurs, « Héraklès », la grande vaincue, « Niobé », et, dans les Poèmes barbares (publiés en 1862), les fidèles des dieux déchus, « Le Runoïa », « Le Barde de Temrah », le grand révolté, « Qaïn », etc., où l'énergie des époques primitives contraste avec l'énervement des modernes.

Mais de l'histoire naît une nouvelle et plus profonde source de pessimisme. L'histoire des espèces, comme celle des hommes, est un déroulement incessant de violences. L'humanitaire de quarante-huit répugne à ces violences, mais, nourri d'images héroïques ou sanglantes, il se complaît en elles et, en outre, après 1870, l'école darwinienne semble donner au meurtre universel la caution de la science. Leconte de Lisle sera le poète des bêtes de proie, parce qu'il est obsédé de victimes et de bourreaux : l'aigle, le tigre, le jaguar, le lion, le loup, le requin. Il hait et aime à la fois les « hideux siècles de foi, de lèpre et de famine » qui constituent pour lui le Moyen Âge : il voudrait écrire « L'Épopée du moine ». Il a des élans masochistes vers sa propre immolation (« Le Sacrifice ») ou vers l'immolation d'autrui (« Ô sang mystérieux, Ô splendide baptême ! »). Cependant ce violent est « un tendre », disait Heredia, un « faiseur de romances », selon le critique Spronck ; jusqu'au bout, il restera un élégiaque. Conscient de ces contradictions, il enviera Théophile Gautier mort pour « ne plus avoir la honte de penser et l'horreur d'être un homme ». Pour atténuer ce pessimisme, il n'est que quelques surhommes, les héros grecs, Bouddha, le Christ et sa parole d'amour : « Tu n'auras pas menti, tant que la race humaine pleurera dans le temps et dans l'éternité. »

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

  • : correspondant de l'Institut, professeur honoraire de l'université de Bordeaux

Classification

Autres références

«  PARNASSE, mouvement littéraire  » est également traité dans :

BANVILLE THÉODORE DE (1823-1891)

  • Écrit par 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 667 mots

Venu à Paris dans son enfance, Théodore de Banville se passionne très jeune pour le spectacle et pour la poésie. Avant vingt ans, il publie son premier recueil de vers ; il y manifeste déjà un talent sûr qui relève d'une conception de la poésie dont il ne se départira jamais. S'opposant vigoureusement à la nouvelle poésie réaliste, il professe un amour exclusif de la beauté : Les Cariatides (1842 […] Lire la suite

BOUILHET LOUIS (1822-1869)

  • Écrit par 
  • Claude BURGELIN
  •  • 238 mots

Plus que de l'écrivain, c'est de l'ami de Flaubert dont on se souvient aujourd'hui. Le destin de Bouilhet, parallèle à bien des égards à celui de Flaubert, en offre comme une reproduction dans un mode mineur, et sous le signe de l'échec. Condisciple de Flaubert, célibataire comme lui, confiné à Rouen, la pauvreté l'empêche de vivre et de travailler dans les mêmes conditions que ce dernier. D'une s […] Lire la suite

BRÉSIL - La littérature

  • Écrit par 
  • Mario CARELLI, 
  • Ronny A. LAWTON, 
  • Michel RIAUDEL, 
  • Pierre RIVAS
  •  • 12 484 mots

Dans le chapitre « Quatre poètes « parnassiens » »  : […] Le Parnasse est représenté principalement par quatre poètes. Alberto de Oliveira (1857-1937), encore romantique dans Canções românticas ( Chansons romantiques , 1878), est le plus attaché à la discipline formelle des parnassiens. Ses œuvres sont réunies en quatre séries de Poesias publiées entre 1900 et 1927. Raimundo Correia (1859-1911) a laissé de beaux sonnets et excelle à rendre la suave m […] Lire la suite

COPPÉE FRANÇOIS (1842-1908)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 216 mots

Poète, connu pour sa manière simple et intimiste de dépeindre la vie des humbles. Il débuta comme petit employé au ministère de la Guerre et connut le succès en 1869 avec une pièce de théâtre, Le Passant . Son recueil de poèmes Les Humbles (1872) est le mieux connu et le plus caractéristique. Il fut élu à l'Académie française en 1884. Après une grave maladie, il revint au catholicisme et publia L […] Lire la suite

ÉCOLE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 2 644 mots

Dans le chapitre « Abandon de la doctrine, avènement de la singularité »  : […] Le xix e  siècle est l'âge d'or des « écoles » : romantisme, réalisme, naturalisme, symbolisme se succèdent comme à la parade... Chacune a une esthétique affirmée, mise en œuvre collectivement, des bornes chronologiques identifiables (un cas type serait le Parnasse, avec la parution des trois volumes du Parnasse contemporain , de 1866 à 1876), des expressions aisément localisables. Gustave Lanson […] Lire la suite

FRANÇAISE LITTÉRATURE, XIXe s.

  • Écrit par 
  • Marie-Ève THÉRENTY
  •  • 7 788 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Une chronologie complexe »  : […] La question de la chronologie s’avère particulièrement délicate pour le xix e  siècle, premier siècle à se nommer et à se considérer comme une unité : Études de mœurs au XIX e  siècle (Honoré de Balzac, 1833) ou La Confession d’un enfant du siècle (Alfred de Musset, 1836). Faut-il le contenir entre 1800 et 1900 ou, par exemple, entre le Génie du christianisme de François-René de Chateaubriand p […] Lire la suite

MALLARMÉ STÉPHANE (1842-1898)

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BACKES
  •  • 5 980 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le poème, un théâtre de rythmes »  : […] Mallarmé n'a rien d'un enfant prodige. De ce point de vue comme de beaucoup d'autres, il s'oppose absolument à Rimbaud. On le voit vieilli, frileux, calfeutré dans une chambre avec un plaid sur les épaules. Et cette image s'est tellement bien imposée que l'on oublie un tout petit fait : les anthologies n'ont cessé de reprendre plusieurs des poèmes publiés en 1866 dans le Parnasse contemporain , et […] Lire la suite

MENDÈS CATULLE (1841-1909)

  • Écrit par 
  • Claude BURGELIN
  •  • 173 mots

Poète parnassien, épigone de Baudelaire, de Banville, de Leconte de Lisle, de Gautier (dont il épousa la fille, Judith), Catulle Mendès fonda en 1860 La Revue fantaisiste puis, à partir de 1866, donna son élan au Parnasse contemporain . Il se fit remarquer par l'aspect très recherché et vaguement décadent de sa poésie (qui n'est pas sans avoir marqué le jeune Verlaine). Il est aussi l'auteur d'un […] Lire la suite

MÉRAT ALBERT (1840-1909)

  • Écrit par 
  • Claude BURGELIN
  •  • 79 mots

Poète parnassien à la production assez abondante, Albert Mérat composa des pièces faciles et légères, d'une inspiration « réaliste » quelque peu semblable à celle de son ami Coppée. S'il fréquenta Verlaine et la bohème parisienne, sa poésie reste, dans son élégance, passablement académique. En mai 1871, Rimbaud le considérait comme un « voyant » et en faisait presque l'égal de Verlaine. La postéri […] Lire la suite

RIMBAUD ARTHUR

  • Écrit par 
  • Jean-Luc STEINMETZ
  •  • 5 067 mots

Dans le chapitre « L'appel des lointains »  : […] Né à Charleville en 1854, Rimbaud , fort tôt, dut constater l'absence de son père, militaire de carrière, qui s'était séparé de sa mère, Vitalie Cuif, une paysanne de Roche, alors qu'il n'avait que six ans. L'étroit milieu carolomacérien, où M me Rimbaud fait figure de personnalité revêche et rigoriste, où l'enseignement du collège est dispensé par un personnel mêlé de laïcs et de prêtres, consti […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre FLOTTES, « PARNASSE, mouvement littéraire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/parnasse-mouvement-litteraire/