ART POUR L'ART

L'histoire littéraire tend à confondre l'art pour l'art et le cénacle poétique constitué autour de la revue Le Parnasse contemporain (1866) et consacré près de trente ans plus tard, en 1893, par la parution des Trophées de José Maria Heredia. Pourtant, l'idée que l'œuvre d'art n'a d'autre fin qu'elle-même est une préoccupation centrale des théories esthétiques du xixe siècle, qui dépasse largement le cercle des parnassiens. On trouve déjà une occurrence de l'expression « art pour l'art » en 1804, sous la plume de Benjamin Constant, au sujet d'une conversation avec un disciple de Schelling. De même, la Préface de Théophile Gautier à Mademoiselle de Maupin (1835) est considérée comme le texte liminaire de l'art pour l'art, alors qu'il paraît en plein cœur du mouvement romantique. Il semble donc que les principes d'un art pour l'art ne puissent être limités aux seuls auteurs du Parnasse contemporain, mais qu'ils correspondent davantage à la recherche d'une perfection formelle propre à un grand nombre de poètes du xixe siècle.

La théorie exposée par Gautier en 1835 repose en premier lieu sur la recherche de la beauté, en dehors de toute visée utile (éthique, morale, etc.) de l'œuvre d'art. Rappelant les préceptes de l'art poétique de Boileau, Gautier rêve de figer une forme idéale pour rivaliser de précision avec le sculpteur et le peintre : « Oui, l'œuvre sort plus belle / D'une forme au travail / Rebelle » (« L'Art », Émaux et camées, 1857). Chaque poème devient une pierre précieuse que le poète façonne avec le soin d'un orfèvre, refusant les facilités rythmiques qu'offre l'alexandrin romantique, considéré comme « un soulier trop grand » (« L'Art »). Pour obtenir ce poème parfait et soigneusement ciselé, le poète va emprunter des formes contraignantes héritées du Moyen Âge et de la Renaissance : le rondeau, le madrigal et, surtout, le sonnet. Ce goût pour la forme travaillée du vers [...]


pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : professeur agrégé de l'Université (lettres modernes), doctorante en études théâtrales à l'université de Paris-X

Classification


Autres références

«  ART POUR L'ART  » est également traité dans :

ART (Aspects culturels) - Public et art

  • Écrit par 
  • Nathalie HEINICH
  •  • 6 253 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La perception esthétique »  : […] toute la période académique ; elle s'est vue peu à peu battue en brèche par l'émergence d'un nouvel idéal esthétique, celui de « l'art pour l'art ». Or prôner celui-ci, comme on le fera de plus en plus à partir de la seconde moitié du xixe siècle, c'est, de manière générale, affirmer la primauté de la « forme » (exécution, qualités plastiques […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-aspects-culturels-public-et-art/#i_93227

BAUDELAIRE CHARLES

  • Écrit par 
  • Pierre BRUNEL
  •  • 6 901 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La question de l'Art pour l'Art »  : […] Théophile Gautier (1811-1872) est sans doute épargné par les attaques ou les remarques acerbes de Baudelaire, qui lui rend au contraire hommage dans la dédicace des Fleurs du mal, toujours maintenue en tête du recueil. Pourtant les rapports qu'il entretient avec l'école de l'Art pour l'Art sont complexes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-baudelaire/#i_93227

BEAUTÉ, MORALE ET VOLUPTÉ DANS L'ANGLETERRE D'OSCAR WILDE (exposition)

  • Écrit par 
  • Marie-Claude CHAUDONNERET
  •  • 1 030 mots
  •  • 1 média

de la beauté et le rejet des œuvres porteuses d'un discours moralisateur ou didactique. Leur mot d'ordre est « l'art pour l'art », formule héritée de Théophile Gautier. Ces esthètes ne sont pas réunis par une théorie précise mais par un goût commun de la provocation, une volonté commune d'échapper aux rigidités morales de la société bourgeoise, de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/beaute-morale-et-volupte-dans-l-angleterre-d-oscar-wilde-exposition/#i_93227

CRITIQUE D'ART EN FRANCE AU XIXe SIÈCLE

  • Écrit par 
  • Christine PELTRE
  •  • 6 627 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre «  Écrivains et critiques d'art »  : […] dans la préface de Mademoiselle de Maupin (1835). La quête de « l'art pour l'art » – qui ne veut pas dire « la forme pour la forme » mais « la forme pour le beau » – éclaire le refus du réalisme : Courbet est surnommé le « Watteau du laid », pour se complaire avec « maniérisme » dans la trivialité. La célébration de la beauté pure trouve sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/critique-d-art-en-france-au-xixe-siecle/#i_93227

LITTÉRATURE - Du texte à l'œuvre

  • Écrit par 
  • Alain VIALA
  •  • 6 930 mots

Dans le chapitre « La multiplication des postulations »  : […] et escompté une reconnaissance à long terme. C'est ainsi qu'a pris forme le courant de « l'art pour l'art ». Il est représenté notamment par l'école parnassienne, mais il concerne toute une génération aussi bien des romanciers (Flaubert) que de poètes (Baudelaire). La quête de la beauté formelle peut en elle-même engager une option idéologique. En […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/litterature-du-texte-a-l-oeuvre/#i_93227

Pour citer l’article

Florence FILIPPI, « ART POUR L'ART », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 octobre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-pour-l-art/