Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ART POUR L'ART

L'histoire littéraire tend à confondre l'art pour l'art et le cénacle poétique constitué autour de la revue Le Parnasse contemporain (1866) et consacré près de trente ans plus tard, en 1893, par la parution des Trophées de José Maria Heredia. Pourtant, l'idée que l'œuvre d'art n'a d'autre fin qu'elle-même est une préoccupation centrale des théories esthétiques du xixe siècle, qui dépasse largement le cercle des parnassiens. On trouve déjà une occurrence de l'expression « art pour l'art » en 1804, sous la plume de Benjamin Constant, au sujet d'une conversation avec un disciple de Schelling. De même, la Préface de Théophile Gautier à Mademoiselle de Maupin (1835) est considérée comme le texte liminaire de l'art pour l'art, alors qu'il paraît en plein cœur du mouvement romantique. Il semble donc que les principes d'un art pour l'art ne puissent être limités aux seuls auteurs du Parnasse contemporain, mais qu'ils correspondent davantage à la recherche d'une perfection formelle propre à un grand nombre de poètes du xixe siècle.

La théorie exposée par Gautier en 1835 repose en premier lieu sur la recherche de la beauté, en dehors de toute visée utile (éthique, morale, etc.) de l'œuvre d'art. Rappelant les préceptes de l'art poétique de Boileau, Gautier rêve de figer une forme idéale pour rivaliser de précision avec le sculpteur et le peintre : « Oui, l'œuvre sort plus belle / D'une forme au travail / Rebelle » (« L'Art », Émaux et camées, 1857). Chaque poème devient une pierre précieuse que le poète façonne avec le soin d'un orfèvre, refusant les facilités rythmiques qu'offre l'alexandrin romantique, considéré comme « un soulier trop grand » (« L'Art »). Pour obtenir ce poème parfait et soigneusement ciselé, le poète va emprunter des formes contraignantes héritées du Moyen Âge et de la Renaissance : le rondeau, le madrigal et, surtout, le sonnet. Ce goût pour la forme travaillée du vers, pour la virtuosité du rythme et de la rime est résumé par ces vers de Théodore de Banville, tirés des Stalactites (1846) : « Sculpteur cherche avec soin, en attendant l'extase, / Un marbre sans défaut pour en faire un beau vase. » Les préceptes de Gautier deviennent la référence majeure de revues qui paraissent entre 1860 et 1866, regroupant les nouveaux dissidents du romantisme comme la Revue fantaisiste de Catulle Mendès (1861) ou la Revue du progrès de Xavier de Ricard (1863-1864). Ces deux parutions fusionnent pour laisser place à une revue hebdomadaire, L'Art, qui s'inspire des théories exposées par Leconte de Lisle dans Le Nain jaune (1864) et regroupe une première génération de poètes parnassiens : Leconte de Lisle, Banville, Heredia, Ménard, Coppée, Baudelaire, Catulle Mendès, Léon Dierx, Sully Prudhomme, mais aussi Verlaine, Mallarmé. En 1866, ils publient chez l'éditeur Alphonse Lemerre Le Parnasse contemporain. Deux autres recueils portant le même titre suivront en 1869-1871 et 1876, où l'on peut lire également des poèmes de Glatigny, Mérat, Valade, Plessis, Anatole France, Charles Cros. Le Parnasse ne constitue pas une école poétique à proprement parler, mais devient la référence commune de ceux qui se considèrent comme des artisans du vers.

Les tenants de l'art pour l'art peuvent être perçus comme des romantiques dissidents. Leur conception de la poésie repose sur une exaltation de la forme ; le poète renonce à toute effusion lyrique pour réaliser l'union de la science et de l'art selon une exigence d'impersonnalité. Dans ce privilège accordé à la langue plutôt qu'au message, à la technique plutôt qu'à l'inspiration, à l'éternel plutôt qu'à l'historique, on peut lire davantage une inversion des valeurs romantiques qu'un[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur agrégé de l'Université (lettres modernes), doctorante en études théâtrales à l'université de Paris-X

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ART (Aspects culturels) - Public et art

    • Écrit par Nathalie HEINICH
    • 6 256 mots
    • 1 média
    ...était centrale dans toute la période académique ; elle s'est vue peu à peu battue en brèche par l'émergence d'un nouvel idéal esthétique, celui de « l' art pour l'art ». Or prôner celui-ci, comme on le fera de plus en plus à partir de la seconde moitié du xixe siècle, c'est, de manière générale,...
  • BAUDELAIRE CHARLES

    • Écrit par Pierre BRUNEL
    • 6 903 mots
    • 2 médias
    ...Gautier (1811-1872) est sans doute épargné par les attaques ou les remarques acerbes de Baudelaire, qui lui rend au contraire hommage dans la dédicace des Fleurs du mal, toujours maintenue en tête du recueil.Pourtant les rapports qu'il entretient avec l'école de l'Art pour l'Art sont complexes.
  • BEAUTÉ, MORALE ET VOLUPTÉ DANS L'ANGLETERRE D'OSCAR WILDE (exposition)

    • Écrit par Marie-Claude CHAUDONNERET
    • 1 029 mots
    • 1 média

    Après le Victoria and Albert Museum de Londres (2 avril-17 juillet 2011), le musée d'Orsay (12 septembre 2011-15 janvier 2012), puis le Legion of Honor San Francisco (18 février-17 juin 2012), l'exposition consacrée à l'Aesthetic Movement a permis de mettre en lumière un mouvement...

  • CRITIQUE D'ART EN FRANCE AU XIXe SIÈCLE

    • Écrit par Christine PELTRE
    • 6 622 mots
    • 5 médias
    ...de leur œuvre. On retrouve dans les choix artistiques de Gautier ceux qu'il exprime dans la préface de Mademoiselle de Maupin (1835). La quête de «  l'art pour l'art » – qui ne veut pas dire « la forme pour la forme » mais « la forme pour le beau » – éclaire le refus du réalisme : Courbet est surnommé...

Voir aussi