CRÉATION LITTÉRAIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les filles de mémoire

La troisième fonction, ou le troisième impératif, de la création littéraire est en effet d'arracher quelque chose d'humain, vécu et écrit par l'homme, aux usures du temps et à la pourriture de la mort. Bien des critiques (G. Poulet, Études sur le temps humain ; J. Pouillon, Temps et roman) se sont penchés sur les singularités de ce « temps » de l'œuvre d'art et de la littérature, qui échappe non seulement au « temps des horloges », dont parlait Bergson, mais aussi à la « durée concrète » qui ronge l'âme au plus profond.

Les structures de l'imaginaire humain, pourtant contradictoires, ont cette fonction commune, qui les hausse au rang de prouesse chevaleresque, de dresser « l'honneur des poètes » contre le temps mortel (G. Durand, Les Structures anthropologiques de l'imaginaire). De même que la création du poète transforme les lieux indifférents en topoi porteurs d'un sens, et l'insignifiance – « tremblante sur les échasses du temps », comme dit Proust – des personnes en personae, de même tout acte littéraire transmue chronos en kairos, c'est-à-dire en instants et en séquences d'instants instauratifs d'un sens. L'écriture, qui permet la lecture et la relecture, place le créateur et son œuvre dans une temporalité qui n'est plus celle des horloges, ni celle du morceau de sucre dans le verre d'eau. Comme le note Georges Poulet à propos de Gide, de Schwob ou de Rimbaud, « l'acte créateur du temps apparaît comme mort du temps lui-même » (Études sur le temps humain) ; et Valéry n'écrit-il pas que le poème est refuge absolu, « objet dégagé du temps » ?

Et d'abord la répétition infinie de la lecture donne à toute littérature le trait même du mythe : à savoir la fameuse « redondance » des séquences et des mythèmes (les éléments constitutifs du mythe). D'où l'efficacité pour l'exégèse d'une méthode de lecture qui se veut « mythocritique » (G. Durand, Figures mythiques et visages de l'œuvre). On peut relire jusqu'à l'incantation l'invitation de Clélia à Fabrice : « Entre ici, ami de mon cœur... ». Les paroles passent, mais les écrits restent, et la moindre lettre d'un être cher, lorsqu'on la relit, fait accéder celui ou celle qui l'a écrite à une dignité d'être qui transcende tout Dasein. C'est une telle découverte qui fonde la quête proustienne du temps perdu et s'exprime dans les pages triomphantes du Temps retrouvé.

Chez Thomas Mann, c'est au sein de la description de la décadence et de la maladie que s'élabore ce que l'auteur appelle « un processus d'affinement », bien proche d'une procédure initiatique, qui débouche sur 1'« élection » du héros (M. Deguy, Le Monde de Thomas Mann). L'élection de la persona – et la leçon que peut en tirer le lecteur – se fait à travers la dégradation du temps, elle passe comme une promesse – la Promesse biblique qu'illustrera la grande tétralogie de Joseph et ses frères –, elle passe de Hanno Buddenbrook au Goethe de Lotte à Weimar, de Goethe à l'« élu » Grégoire, de Grégoire au dérisoire Kroll, pour culminer dans le personnage de Joseph et se confondre avec la Promesse abrahamique. Mieux, la procédure de redondance mythique est consciemment à l'œuvre chez l'écrivain, elle s'exprime par la relativité des commencements qu'évoque le jeune et aimable Joseph penché jusqu'au vertige sur le « puits insondable du passé ». La redondance atteint – comme chez Faulkner – les noms propres eux-mêmes : Abraham, l'homme venu d'Ur, que Joseph croit être le très proche aïeul de son propre père Jacob, l'homme d'Ur de la Bible, « n'était probablement pas celui qui avait quitté Ur le premier... » (jeu de mot en allemand sur Ur origine).

Il y a donc chez le grand romancier allemand la conviction très forte que le privilège d'écrire permet d'atteindre une sorte de Urzeit, de temps primordial – l'illud tempus cher aux mythiciens – que rendent possible tous les jeux de l'écriture et de la relecture. Chez Mann comme chez Proust, l'acte d'écrire transmue le temps linéaire et mortel en séquences redondantes donc paradigmatiques : le temps n'a de sens qu'en ce qu'il confère au simple devenir aveugle les ponctuations du sens, garanties par cette incessante commémoration que propose à la lecture l'acte d'écrire.

Ce pouvoir de négation du temps et de la mort, que, dans Les Structures anthropologiques de l'imaginaire, nous mettions à la racine de tout imaginaire humain, mais que l'écriture facilite, constitue bien le nœud de l' [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 18 pages

Médias de l’article

Stendhal

Stendhal
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Thomas Mann

Thomas Mann
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

William Faulkner

William Faulkner
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Afficher les 3 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CRÉATION LITTÉRAIRE  » est également traité dans :

ART (Aspects esthétiques) - La contemplation esthétique

  • Écrit par 
  • Didier DELEULE
  •  • 3 639 mots

Dans le chapitre « Catharsis et dialogue »  : […] À travers l'expérience ek-statique du détachement de l'âme du corps – expérience issue des rites dionysiaques – se sédimente, au fil de la tradition orphico-pythagoricienne, une certaine signification de la notion de catharsis, et c'est en fait comme purification morale et intellectuelle seulement possible au niveau du dialogue que la catharsis inaugure, chez Platon, le discours philosophique. Te […] Lire la suite

ART & MATHÉMATIQUE

  • Écrit par 
  • Georges CHARBONNIER
  •  • 4 442 mots

Il semble bien que l'activité mathématique a toujours sous-tendu la création artistique, tout d'abord en ignorance de cause, puis intuitivement, enfin consciemment. Et, plus directement encore, à des fins heuristiques. Dès les premiers essais de représentation de l'animal et du corps humain, l'homme a été aux prises avec l'idée simple de symétrie. Les premières représentations de l'animal concerne […] Lire la suite

ART POUR L'ART

  • Écrit par 
  • Florence FILIPPI
  •  • 1 088 mots

L'histoire littéraire tend à confondre l'art pour l'art et le cénacle poétique constitué autour de la revue Le Parnasse contemporain (1866) et consacré près de trente ans plus tard, en 1893, par la parution des Trophées de José Maria Heredia. Pourtant, l'idée que l'œuvre d'art n'a d'autre fin qu'elle-même est une préoccupation centrale des théories esthétiques du xix e  siècle, qui dépasse lar […] Lire la suite

ARTS POÉTIQUES

  • Écrit par 
  • Alain MICHEL
  •  • 5 918 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Une synthèse essentielle : Baudelaire »  : […] En écrivant l' Art romantique , en affirmant que la poésie doit être à la fois liée à la vie moderne et au beau idéal, Baudelaire définit un programme qu'il accomplit exactement, alors que ses contemporains versent tantôt dans le culte parnassien de la plastique tantôt dans le mépris du style. Mais surtout il écrit les Correspondances et réalise ainsi l'intuition de Jouffroy selon laquelle la po […] Lire la suite

BACHELARD GASTON (1884-1962)

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 3 479 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une exploration de l’imaginaire »  : […] Il reste que cette voie de la philosophie des sciences, qui a pris part aux controverses les plus fondamentales avant 1950, ne comble pas Bachelard. Encouragé par des collègues comme Gaston Roupnel, historien des campagnes françaises, à l’université de Dijon, il ne parvient plus à négliger dans son travail académique ce qui l'habite et l'anime en profondeur : l'imagination rêveuse au contact de la […] Lire la suite

BAKHTINE MIKHAÏL MIKHAÏLOVITCH (1895-1975)

  • Écrit par 
  • François POIRIÉ
  •  • 1 060 mots

Né à Orel (Russie) dans une famille de vieille noblesse dont plusieurs membres illustrèrent l'histoire et la culture russes, Mikhaïl Bakhtine fait ses études secondaires au lycée d'Odessa. En 1913, il entre à la faculté d'histoire et de philologie de l'université de Novorossiisk (aujourd'hui université d'Odessa) qu'il quitte ensuite pour celle de Saint-Pétersbourg, où enseignaient notamment l'hell […] Lire la suite

ARTS POÉTIQUES, notion de

  • Écrit par 
  • Filippo D' ANGELO
  •  • 1 341 mots

On désigne par l'expression « art poétique » les textes qui élaborent une doctrine à la fois descriptive et prescriptive de la création littéraire. L'adjectif « poétique » ne renvoie donc pas ici au genre de la poésie lyrique, comme sa signification courante pourrait le laisser croire, mais à une conception générale de la littérature. […] Lire la suite

CRITIQUE LITTÉRAIRE

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Antoine COMPAGNON
  •  • 12 912 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « La critique créatrice »  : […] Comme la philologie, la critique créatrice est apparue avec le romantisme. L'apologie de l'intuition et de l'empathie, déjà présente chez Herder, était alors dirigée contre le rationalisme classique, non pas contre la critique historique. Il s'agissait de contempler chaque œuvre dans son unicité. Goethe réclamait une « critique des beautés », productive et non destructive. Baudelaire insiste sur […] Lire la suite

L'ESPACE LITTÉRAIRE, Maurice Blanchot - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Didier CAHEN
  •  • 1 257 mots

Dans le chapitre « Le temps de l'œuvre »  : […] Le livre se compose de sept essais d'inégale longueur et de quatre annexes qui reprennent, en une sorte de mise à l'épreuve immédiate, quelques-uns des principaux motifs développés dans le corps principal de l'ouvrage : la solitude, l'imaginaire, la nuit... Le chemin proposé est très clairement lisible : approches de l'espace littéraire, descriptions de son improbable foyer, retours sur l'expérien […] Lire la suite

FOUS LITTÉRAIRES

  • Écrit par 
  • Jean-Jacques LECERCLE
  •  • 5 640 mots

Dans le chapitre « Génie et folie »  : […] L'expression « fou littéraire » a son origine dans le mythe de la parenté entre le génie et la folie. C'est le psychiatre et criminologiste italien Lombroso qui en a donné la formulation la plus claire, dans L'Homme de génie (traduit en 1899) : la folie génère et nourrit le génie. Derrière cette tentative, sinon de psychiatriser la création littéraire, du moins de faire sortir la psychiatrie du […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Gilbert DURAND, « CRÉATION LITTÉRAIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/creation-litteraire/