CORÉEHistoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La Corée est riche d'une longue tradition, qui est restée originale tout en se développant au contact de la Chine. Les nombreux mouvements de peuples dont l'Asie du Nord-Est a été le théâtre au cours de la période historique ont eu d'importantes répercussions sur la péninsule coréenne.

Corée du Sud : carte administrative

Carte : Corée du Sud : carte administrative

Carte administrative de la Corée du Sud. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Corée du Nord : drapeau

Dessin : Corée du Nord : drapeau

Corée (Rép. pop. dém.) [1948]. Bandes horizontales bleue, rouge, bleue (paix et socialisme), séparées par de fines bandes blanches (couleur traditionnelle de la Corée). Dans le rouge, côté guindant, un disque blanc (taeguk, symbole de l'univers) frappé de l'étoile rouge du parti... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Corée du Sud : drapeau

Dessin : Corée du Sud : drapeau

Corée (1882 ; off. 1950). Sur champ blanc, au centre un large disque rouge et bleu (rang-ûm) et, aux angles, quatre des huit trigrammes (kwae) du « Livre des mutations ». Le rouge et le bleu du disque, de part et d'autre d'une ligne en forme de S, représentent les forces antagonistes et... 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

La suzeraineté chinoise, établie dès l'époque des Han, est vite devenue théorique. La Corée a été en butte aux pressions et aux agressions de puissantes confédérations barbares qui se sont successivement formées dans les confins mongolo-mandchous : Xiongnu (ive-iie s. av. J.-C.), Xianbei (ive s.), Kitan (xe-xie s.), Djurtchet (ou Jurchen, xiie s.), Mongols (xiiie-xive s.), Mandchous (xviie s.) l'ont, tour à tour, menacée ou soumise à leur joug.

À ces deux courants continentaux, en provenance du nord et du nord-ouest, s'en joint un troisième transmis par voie de mer. Dès le Ier millénaire avant J.-C., le sud de la péninsule est englobé dans la koinê établie par les royaumes barbares de Wu et de Yue (Chine centrale) parmi les riverains de la mer de Chine. Les populations du littoral coréen servent de relais dans la transmission des influences de la Chine maritime vers le Japon. Les échanges culturels, dont l'ancienneté est ainsi attestée, se perpétueront au cours des siècles. Pays de marche, comme l'a définie V. Elisseeff, la Corée s'est enrichie des apports de ses voisins, qui l'ont souvent empêchée de les assimiler en paix ; son développement a été, à maintes reprises, perturbé par leurs interventions.

Au xvie siècle, c'est l'invasion japonaise que les Coréens doivent repousser. Cette invasion reprend au xixe siècle parallèlement à l'action des puissances occidentales soucieuses de pénétrer dans la péninsule. La Corée est dès lors déchirée entre partisans de l'ouverture du pays aux influences étrangères et tenants d'une politique de repliement destinée à préserver l'indépendance du pays. En 1910, les Japonais parviennent à leurs fins et annexent le Pays du Matin calme à l'Empire du Soleil levant.

Les États-Unis, le Royaume-Uni et la Chine, conscients de la « servitude où est réduit le peuple coréen, sont déterminés à ce que, le moment venu, la Corée devienne libre et indépendante ». C'est en ces termes que F. D. Roosevelt, W. Churchill et Tchiang Kai-chek, réunis au Caire pendant la Seconde Guerre mondiale, arrêtent la ligne de conduite commune des grandes puissances à l'égard de la Corée.

L'indépendance de la Corée est réaffirmée à Potsdam, mais Staline et Roosevelt décident, à Yalta, de partager le pays : Roosevelt payait ainsi l'intervention des forces armées soviétiques contre le Japon. Cela signifiait pour la Corée une double occupation de part et d'autre du 38e parallèle. Et certes, les États-Unis se retiraient en janvier 1949 : la Corée du Sud ne figurait plus, aux dires de Dean Acheson, parmi les positions américaines de défense en Asie. Mais le franchissement du 38e parallèle par les troupes nord-coréennes (25 juin 1950) ramenait les troupes américaines sur le territoire du Sud. C'est le début de la guerre de Corée, qui aboutit à la partition de la péninsule à partir de 1953.

Les temps lointains

Des fouilles récentes attestent l'existence d'habitants à l'époque paléolithique, aussi bien dans le nord que dans le sud de la péninsule. Les premières vagues d'immigration de grande importance semblent avoir atteint le nord de la Corée entre le viie et le vie siècle avant J.-C. avec la civilisation du bronze ; celle du fer n'y sera connue que deux siècles plus tard environ. Quant à l'origine des populations qui arrivèrent, nous ne pouvons actuellement que présenter une hypothèse, généralement admise par les savants coréens, selon laquelle ces habitants seraient venus de la Chine du Nord et de la Mandchourie. Les linguistes rattachent souvent le coréen à une famille « altaïque » ou « ouralo-altaïque », mais il n'est pas certain que ces populations néolithiques aient parlé une seule et même langue.

Selon une légende, un nommé Tangun, issu d'un certain Hwanung et d'une ourse métamorphosée en femme, a fondé, il y a cinq mille ans environ, un État dit de Chosŏn (Joseon), dénomination que l'on traduit traditionnellement par « Matin calme ». Plus tard, à une date inconnue, cet État entra en rapport avec Kija (d'origine chinoise selon les documents chinois, mais coréenne d'après les recherches entreprises par des savants coréens, comme Yi Pyŏngdo), dont le descendant Chun fut chassé du trône (env. 194 av. J.-C.) par Wiman. Sous le règne d'Ugŏ, petit-fils de ce dernier, l'empereur Wu, de la dynastie chinoise des premiers Han, établit, au nord de la péninsule, une commanderie dite de Canghai (128 av. J.-C.), qui ne peut exister que pendant trois ans. Ce fut vingt ans plus tard (108-107 av. J.-C.) que le même empereur réussit à soumettre une grande partie du nord de la péninsule, en y créant quatre commanderies : Lelang, dans la région du bassin inférieur du fleuve Taedong, Xuantu (en coréen Hyŏndo), Lintun (Imdun) et Zhenfan (Chinbŏn), respectivement au nord, à l'est et au sud de Lelang. Les indigènes péninsulaires, qui étaient passés de l'usage de la pierre à celui d'objets métalliques, parvinrent alors à élaborer la civilisation la plus développée de l'Asie du Nord-Est au-dehors du territoire chinois.

Durant le ier siècle avant J.-C., on vit apparaître trois États péninsulaires : le Koguryŏ (Goguryeo), fondé vers 37 avant J.-C., aurait été situé au début dans le bassin inférieur de l'actuel fleuve Tongjiajiang de la Mandchourie du Sud, avant de contrôler, dès le ive siècle, une grande partie du nord de la Corée ; le Paekche (Baekje), dont la création remonterait à 18 avant J.-C., se situait dans le sud-ouest de la péninsule ; le Shilla (Silla) fondé, selon la légende, en 57 avant J.-C., occupait le sud-est. Le Koguryŏ s'est heurté, dès sa fondation, à la puissance chinoise ; deux défaites infligées aux Jin orientaux, en 313 et 314, permirent au Koguryŏ de faire disparaître les commanderies chinoises. Ce même pays, alors l'un des plus puissants de l'Asie du Nord-Est, entra en conflit avec ses deux voisins du Sud pour la conquête de l'hégémonie de la péninsule. Malgré sa suprématie, le Koguryŏ dut s'incliner (668), ainsi que le Paekche (660), devant le Shilla (Silla) qui, avec l'aide de l'armée chinoise des Tang, plaça la péninsule sous le contrôle d'un seul et même État. De ces trois États, les deux premiers transmirent au Japon [...]

Corée au IVe siècle

Dessin : Corée au IVe siècle

La Corée au IVe siècle. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Corée du Sud : carte administrative

Corée du Sud : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Corée du Nord : drapeau

Corée du Nord : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Corée du Sud : drapeau

Corée du Sud : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Corée au IVe siècle

Corée au IVe siècle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 13 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur des Universités, université de Lyon-III
  • : docteur d'État ès lettres, professeur à l'université de Paris-VII
  • : ancien maître de recherche au CNRS, professeure honoraire à l'École du Louvre, chargée de mission au Musée national des arts asiatiques-Guimet

Classification

Autres références

«  CORÉE  » est également traité dans :

CORÉE - Géographie

  • Écrit par 
  • Valérie GELÉZEAU, 
  • Jacques PEZEU-MASSABUAU
  •  • 1 830 mots
  •  • 1 média

Longue de 800 à 900 kilomètres, large en moyenne de 200 kilomètres, la péninsule coréenne (222 000 km2) a sa façade occidentale, toute en collines et en vastes estuaires, tournée au-delà de la mer Jaune, vers la Chine du Nord. À l'est au contraire, une haute chaîne montagneuse tombant droit dans la mer du Japon (mer de l'Est) fait face à l'archipel nippon. Cette dissymétrie […] Lire la suite

CORÉE - Arts

  • Écrit par 
  • Laurence DENÈS, 
  • Arnauld LE BRUSQ, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  •  • 11 404 mots
  •  • 4 médias

Proche de la Chine, la Corée a été de bonne heure attirée dans l'orbite de sa puissante voisine. Elle en a reçu de nombreux apports, sans jamais vraiment complètement les assimiler, tout comme elle a constitué une importante tête de pont pour leur transmission vers le Japon. Dans une dynamique paradoxale de rejet dû à cette confrontation, la Corée a su tirer profit des diverses influences auxquell […] Lire la suite

CORÉE - Littérature

  • Écrit par 
  • Ogg LI, 
  • Marc ORANGE, 
  • Martine PROST
  •  • 9 748 mots

Longtemps orale, essentiellement composée de chants rituels, puis rédigée en chinois, la littérature coréenne a pris son essor au xiiie siècle, avec le développement del'imprimerie dont l'usage des caractères mobiles en plomb fut d'abord réservé à la cour. L'invention de l' […] Lire la suite

CORÉE - Cinéma

  • Écrit par 
  • Adrien GOMBEAUD, 
  • Charles TESSON
  •  • 3 526 mots

Au début du troisième millénaire, la Corée du Sud est devenue un pays phare sur la carte du cinéma mondial. Dans l’ombre d’auteurs d’envergure internationale comme Bong Joon-ho, Hong Sang-soo ou Park Chan-wook, le pays produit un cinéma de genre très riche qui s’exporte sur tout le continent. Un retour au pr […] Lire la suite

CORÉES - Du rapprochement à la défiance

  • Écrit par 
  • Marie-Orange RIVÉ-LASAN
  •  • 2 909 mots

Les sociétés nord et sud-coréennes, confrontées en 2008 à la crise financière internationale comme le reste du monde, étaient déjà en proie à des incertitudes et à des difficultés économiques, politiques et sociales différentes, mais non pas moins cruciales. La crise larvée de part et d'autre du 38e parallèle n'est donc pas purement économique, mais traduit en plus, et depui […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 837 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La péninsule coréenne »  : […] La péninsule coréenne comprend à la fois des éléments de socle et de pseudo-socle. Le socle précambrien, déjà représenté au nord par les Changbaishan et leur prolongement, le plateau de Kaima, se trouve au centre dans la région drainée par le Han, ainsi que dans le sud où il affleure dans la chaîne diagonale des monts Sobaek (1 915 m), mais il est masqué par des terrains sédimentaires crétacés dan […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 814 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le national-développementalisme asiatique »  : […] Les pays d'Asie orientale ont vécu la confrontation avec le colonialisme et l'impérialisme venus d'Occident comme un enjeu majeur, et un traumatisme. L'accumulation de chocs, de guerres, de famines, de déplacements de population, de victimes, a engendré une capacité de résistance et de rebonds, une véritable « résilience asiatique » qui explique la vigueur actuelle de ces sociétés. Depuis plus d' […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - L'expansion

  • Écrit par 
  • Jean NAUDOU
  •  • 3 127 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « En Corée et au Japon »  : […] La Corée était au iv e  siècle de notre ère morcelée en plusieurs royaumes, dont les principaux sont le Ko-kou-rye au nord-ouest, le Paik-tchei au sud-ouest, et le Sillā au sud-est. En 372, le roi des Jin (Shǎnxi) envoya le bonze Sunde avec des textes et des images à Ko-kou-rye. Douze ans plus tard, c'était au tour du Paik-tchei d'être évangélisé. Une cinquantaine d'années plus tard, Sillā reçut à […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme japonais

  • Écrit par 
  • Jean-Noël ROBERT
  •  • 13 527 mots

Dans le chapitre « Les moines étrangers »  : […] Le bouddhisme est une religion fondée sur une communauté monacale, le dernier des Trois Joyaux, chargée de conserver et de transmettre le Dharma, et d'assurer à ses membres un milieu propice aux pratiques de délivrance. Le cadre en est fourni par la discipline monastique à laquelle chaque moine s'engage lors de son ordination ; ce code disciplinaire ( ritsu en japonais, vinaya en sanscrit) est c […] Lire la suite

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 695 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Les premiers Han (206 av. J.-C.-9 apr. J.-C.) »  : […] Les insurrections qui éclatent en 210 emportent la dynastie des Qin et se prolongent par une période d'anarchie, jusqu'aux environs de 196. Des pouvoirs régionaux indépendants – résurgence des anciens royaumes du iii e  siècle – se reconstituent à cette époque mais sont éliminés par Liu Bang, fondateur des premiers Han (dates traditionnelles : 206 av. J.-C.-9 apr. J.-C.) . Toutes les mesures prise […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

20-24 août 2012 États-Unis – Corée du Sud. Condamnation de Samsung pour violation de brevets d'Apple

Le 20, le groupe informatique américain Apple bat le record de la plus grande capitalisation boursière de l'histoire aux États-Unis, à plus de 623,5 milliards de dollars (502,4 milliards d'euros). Le précédent record était détenu par son concurrent américain Microsoft et datait de 1999. Le 24, le tribunal de San Jose (Californie) condamne la firme […] Lire la suite

9 avril 2008 Corée du Sud. Victoire du Grand Parti national aux élections législatives

Le Grand Parti national (conservateur) du président Lee Myung-bak remporte les élections législatives en obtenant 153 sièges sur 299 (+32 par rapport au précédent scrutin d'avril 2004). Le Parti d'union démocratique (ex-Uri, centre gauche) ne rassemble que 81 élus (—71). À droite, le nouveau parti de la Marche pour la liberté obtient 18 sièges. Le […] Lire la suite

22-23 avril 2004 Corée du Nord. Grave catastrophe ferroviaire

Le 22, dans la gare de Ryongchon, à la frontière chinoise, la collision de deux trains de marchandises transportant des produits hautement inflammables fait des centaines de morts. Il s'agit de l'une des plus graves catastrophes ferroviaires de l'histoire. Le 23, les autorités de Pyongyang font appel à l'aide des Nations unies. Le drame, dont le  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jin-Mieung LI, Ogg LI, Madeleine PAUL-DAVID, « CORÉE - Histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/coree-histoire/