MANDCHOUS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Membres du groupe toungouso-mandchou (sous-groupe des Tungus méridionaux) les Mandchous (Manchu ou Manču) sont localisés principalement en Mandchourie (ou, pour adopter la terminologie moderne, dans la Chine du Nord-Est) ainsi que, sporadiquement, en diverses provinces de la Chine proprement dite et en Mongolie-Intérieure. Complètement sinisés, ils ont, à quelques exceptions près, oublié leur langue. Leur passé a pourtant été si glorieux que cet effacement total de la scène de l'histoire peut surprendre : il faut y voir un effet de la puissance d'assimilation de la civilisation chinoise. Le premier peuple protomandchou à faire parler de lui est celui des Jürčen qui, au xiie siècle, dominent en Chine du Nord (dynastie Jin). Leur langue, un dialecte de l'ancien mandchou, était encore en usage au xviie siècle, mais il nous en reste bien peu de chose — tout juste quelques bribes notées dans une mystérieuse écriture dérivée des caractères chinois, ou en transcriptions phonétiques chinoises.

À la fin du xvie siècle, Nurhači (1559-1626), chef de la famille Aisin Gioro du peuple dit Jürčen de Jianzhou, c'est-à-dire les futurs Mandchous (en fait, ce ne sont pas les vrais descendants des Jürčen du xiie siècle), commence à unifier de proche en proche sous son autorité les tribus qui l'entourent, ainsi que le fit Gengis khān à ses débuts, et, comme lui, il soude ses conquêtes par une solide organisation à la fois militaire, politique, sociale et économique, capable de s'étendre à l'ensemble d'un empire : dès 1615, le système des Huit Bannières (baqi) est mis en place ; l'année suivante, le nom dynastique de Jin est emprunté à la dynastie du xiie siècle, et le trône de Chine, qui tombera en 1644, est revendiqué. C'est Abahai (1592-1643), le fils de Nurhači, qui, se proclamant empereur, change en 1636 le nom de son peuple en « Mandchou » (chin. Manzu) et prend le nom dynastique chinois de Qing. Évincés en 1912 par la République (le dernier empereur, Puyi, reviendra comme chef puis empereur du fugace Manzhouguo de 1932 à 1945), les Qing [...]

Puyi, le dernier empereur

Puyi, le dernier empereur

Photographie

Puyi, qui sera le dernier empereur de Chine, sur les genoux de son père, le prince Chun, en 1908. 

Crédits : Hulton Archive/ Hulton Royals Collection/ Getty Images

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages



Écrit par :

  • : directeur de recherche au C.N.R.S. et à la Fondation nationale des sciences politiques (C.E.R.I)

Classification


Autres références

«  MANDCHOUS  » est également traité dans :

ČAKHAR ou TCHAKHAR

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN
  •  • 803 mots

Principale tribu des grands khāns mongols du xvi e siècle, les Čakhar (ou Tchakhar ou Chakhar) sont les descendants de Gengis khān. Au début du xvii e siècle, leur souverain, le grand khān Ligdan khān (ou Legdan khān, ou Lingdan khān), dont le règne se situe entre 1604 et 1634, tente de reconsti […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cakhar-tchakhar/#i_50836

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 675 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Établissement de la domination mandchoue »  : […] Les circonstances de la conquête de la Chine par les Mandchous sont bien connues et révèlent que cette conquête est venue mettre un terme à une crise sociale et économique si profonde qu'elle devait, dans tous les cas, amener la chute de la dynastie des Ming . Les zones de rébellion, nées des difficultés de la paysannerie et du mauvais approvisionnement des troupes, s'étendent en Chine du Nord à p […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-histoire-jusqu-en-1949/#i_50836

LA CITÉ INTERDITE. VIE PUBLIQUE ET PRIVÉE DES EMPEREURS DE CHINE, 1644-1911 (exposition)

  • Écrit par 
  • Anne CHAYET
  •  • 1 234 mots

Organisée au musée du Petit Palais à Paris (9 novembre 1996-23 février 1997), l'exposition La Cité interdite . Vie publique et privée des empereurs de Chine (1644-1911 ) propose une présentation somptueuse, mais peut-être conventionnelle, d'un choix d'objets provenant de l'ancien palais des souverains chinois. Le thème principal est sans doute un thème f […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-cite-interdite-vie-publique-et-privee-des-empereurs-de-chine-1644-1911-exposition/#i_50836

DYNASTIE QING

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 224 mots

Les Jurchen, descendants lointains des tribus qui avaient fondé au xii e  siècle l'Empire des Jin dans les territoires du Nord-Est et en Chine du Nord, prennent en 1635 le nom de Mandchous (Manzhou) et, l'année suivante, leur souverain, Abahai, change le titre dynastique de Jin en Daqing (grands Qing). D'abord alliés de la Chine qu'ils aident cont […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dynastie-qing/#i_50836

DYNASTIE QING - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Pascal BURESI
  •  • 313 mots

1644 Conquête de Pékin par les troupes mandchoues d'Abahai. Fin de la dynastie chinoise des Ming. 1652 Le dalaï-lama est invité à Pékin où il est reçu avec faste. 1689 Sous le règne de Kangxi, le premier traité de paix entre la Russie et l'Empire chinois est signé à Nertchinsk. 1732 L'em […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dynastie-qing-reperes-chronologiques/#i_50836

JURCHEN ou JÜRČEN

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN
  •  • 559 mots
  •  • 2 médias

Ancien peuple de chasseurs forestiers semi-nomades tungus (ou protomandchous), originaire de la Mandchourie orientale. Connu depuis le vii e  siècle, les Jürčen sont assujettis à un peuple protomongol, les Kitan, depuis la fondation de la dynastie Liao dans le nord de la Chine et en Mandchourie . Dans le premier quart du xii […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jurchen-jurcen/#i_50836

MANDCHOURIE

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX
  •  • 1 979 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Rapports avec la Chine »  : […] Dès le début de notre ère, à l'époque de la dynastie chinoise des Han, les garnisons et les paysans chinois s'installent en Mandchourie du Sud, tandis que le reste du pays est occupé par les tribus toungouses et mongoles. Une série de formations monarchiques plus ou moins stables et plus ou moins vigoureuses s'établissent en Mandchourie : le royaume de Gaogouli ( i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mandchourie/#i_50836

MING LES, dynastie chinoise (1368-1644)

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 951 mots
  •  • 2 médias

Après avoir chassé de Chine le régime mongol, les Ming seront eux-mêmes supplantés par un pouvoir d'origine non chinoise, la dynastie mandchoue des Qing. Le destin de cette dernière dynastie « nationale » présente maints aspects du classique « cycle dynastique » : née des rébellions suscitées par un régime oppressif et corrompu, fondée par un chef de guerre pouvant se targuer d'avoir recueilli le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-ming-dynastie-chinoise/#i_50836

MONGOLIE, histoire

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN, 
  • Vadime ELISSEEFF
  •  • 17 559 mots
  •  • 22 médias

Dans le chapitre « La conquête mandchoue »  : […] Une vingtaine d'années après la mort d'Altan-khan, un prince čakhar, seul grand-khan authentique, Ligdan-khan, tentait à son tour de regrouper autour de lui les fiefs éparpillés et de mater les insoumissions . Mais, à ce moment, le vent de l'histoire tournait au profit d'une troisième puissance barbare qui, après les Turcs et les Mongols, se lançait à la conquête des steppes et de la Chine : les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mongolie-histoire/#i_50836

OÏRAT

  • Écrit par 
  • Françoise AUBIN
  •  • 2 091 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les grandes migrations »  : […] À compter des dernières décennies du xv e  siècle, les Mongols orientaux reprenant force sous le long règne de Dayan-khan (cf.  mongolie -Histoire), les Mongols occidentaux sont peu à peu rejetés vers l'ouest, où ils accentuent leur pression sur leurs voisins turcs – nomades des steppes (Kirghiz-Qazaq) et sédentaires des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/oirat/#i_50836

QING [TS'ING] LES, dynastie mandchoue (1644-1911)

  • Écrit par 
  • Pierre-Étienne WILL
  •  • 1 321 mots
  •  • 5 médias

Dernière maison impériale ayant régné sur la Chine, les Qing sont issus d'un groupe de tribus Tungus vivant dans les forêts de l'est de la Mandchourie, considérées comme vassales par les Ming, et fédérées à la fin du xvi e siècle par Nurhaci (1559-1626), tenu pour le fondateur de la dynastie . La construction d'un État mandchou (le mot apparaît e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/qing-ts-ing-les-dynastie-mandchoue/#i_50836

TRIADE, société secrète

  • Écrit par 
  • Kristofer SCHIPPER
  •  • 543 mots

Société secrète de la Chine moderne (Sanhehui) dont le nom chinois le plus usité est Tiandihui (Société du Ciel et de la Terre), alias Hongmen (Porte de Hong). Antidynastique, ou plutôt antimandchoue, la Triade fut très répandue en Chine, surtout au cours du xix e  siècle. Il s'agit d'une véritable société secrète que l'on a souvent rapprochée de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/triade-societe-secrete/#i_50836

Pour citer l’article

Françoise AUBIN, « MANDCHOUS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/mandchous/