CORÉEHistoire

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dynastie Koryŏ (918-1392)

Le début de l'histoire de Koryŏ, qui a donné, par la suite, le nom de Corée, est marqué par les invasions des Kitan, c'est-à-dire la dynastie chinoise des Liao (907-1125). Après avoir réussi à repousser les attaques des Kitan à deux reprises, en 993 et 1010, Koryŏ fut finalement obligé de concéder à son adversaire une région dans le nord-est de la péninsule, pour obtenir la paix. À cette époque, le gouvernement royal central contrôlait 2 100 000 habitants, répartis en dix provinces. L'administration et la défense étaient confiées aux 17 000 « dignitaires » yangban, classe divisée en deux catégories, dites de l'Est pour les civils et de l'Ouest pour les militaires, et dont les rivalités s'aggravèrent dès le milieu du xiie siècle. Sans doute ragaillardis lors de la guerre contre les Djurtchet (ou Jurchen), fondateurs de la dynastie des Jin (1115-1234), qui finit pourtant par une soumission de Koryŏ (1126), les yangban militaires, généralement méprisés par ceux de la catégorie civile, se révoltèrent en 1170 sous la conduite de Chŏng Chungbu ( ? – 1178), qui finit par accaparer le contrôle du gouvernement central. D'autres militaires lui succédèrent, mais déjà la menace des Mongols commençait à peser sur Koryŏ. En effet, après avoir assassiné un émissaire de Koryŏ à la cour des Jin (1211), les troupes envahirent la péninsule en 1231 et imposèrent au gouvernement de Kaesŏng le contrôle des « commissaires résidents ». C'est ainsi que commença le « règne » mongol qui dura jusqu'en 1368, année où une nouvelle dynastie fut établie en Chine, sous le nom de Ming. La cour royale de Koryŏ, liée alors par le sang à celle des Mongols, essaya de prouver sa fidélité envers ces derniers, en expédiant des troupes contre la nouvelle dynastie chinoise des Ming (1388). Arrivé à l'embouchure du fleuve Yalu, Yi Sŏnggye, chef d'un corps expéditionnaire fort de 38 800 hommes, rebroussa chemin, sous prétexte qu'il était dangereux de pénétrer dans le territoire du pays « suzerain », et se débarrassa de ses adversaires politiques. Affaiblie, la cour royale de Koryŏ dut « céder » le trône, en 1392, à Yi Songgye, qui fonda la dynastie de Chosŏn, remplaçant celle de Koryŏ.

À Koryŏ, la terre était propriété de l'État qui la distribuait, sous forme de droit d'usufruit, à ses fonctionnaires, civils et militaires, ainsi qu'aux soldats en activité. Toute terre distribuée devait être rendue à l'État en cas de décès du détenteur, sauf celle qui avait été accordée pour récompenser un service méritoire dont le droit de détention pouvait être hérité par les descendants. Les dignitaires surent si bien profiter de ce cas exceptionnel pour transformer la terre en « domaine privé » que le système de distribution de la terre commença à tomber en désuétude dès la fin du xiie siècle. On ignore la valeur exacte de la production agricole, mais, selon le Koryŏ-sa (cf. livre lxxviii), la production de céréales suffisait à nourrir convenablement la population. En outre, il existait, à Koryŏ, des « habitants », bugok et so, spécialisés dans la production des métaux (or, argent, fer ou bronze), des étoffes de soie, du papier, des tuiles, du charbon de bois, etc.

Le bouddhisme connut une certaine expansion, grâce à la protection de la cour royale. À partir de 1086, le maître Taegak tenta avec succès une fusion des sectes d'« enseignement » kyo (en chinois : jiao) et de celles du dhyāna, en coréen sŏn (en chinois : chan). L'influence profonde du bouddhisme à Koryŏ se reflète dans les poésies qui expriment des conceptions mahāyānistes, nirvānistes, amidistes et dhyānistes. L'influence sino-bouddhique se manifeste également dans le domaine artistique, sous la forme de statues, stūpa et fresques. Empruntée, elle aussi, à la Chine, la technique du céladon atteignit à Koryŏ un tel degré de perfection que sa renommée s'étendit jusqu'en Chine même. La technique d'imprimerie fit des progrès spectaculaires ; en effet, au moment où la cour royale fit graver, pour obtenir la protection des Bouddha contre les envahisseurs mongols, 81 137 planches xylographiques du Canon bouddhique qui, terminées en 1251, sont conservées au temple Haein, les habitants de Koryŏ étaient déjà initiés à l'usage des caractères métalliques mobiles. Ce fut également durant cette époque de Koryŏ que furent mis au point des documents historiques importants relatifs à l'Antiquité : le Sam [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Médias de l’article

Corée du Sud : carte administrative

Corée du Sud : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Corée du Nord : drapeau

Corée du Nord : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Corée du Sud : drapeau

Corée du Sud : drapeau
Crédits : Encyclopædia Universalis France

drapeau

Corée au IVe siècle

Corée au IVe siècle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 13 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur des Universités, université de Lyon-III
  • : docteur d'État ès lettres, professeur à l'université de Paris-VII
  • : ancien maître de recherche au CNRS, professeure honoraire à l'École du Louvre, chargée de mission au Musée national des arts asiatiques-Guimet

Classification

Autres références

«  CORÉE  » est également traité dans :

CORÉE - Géographie

  • Écrit par 
  • Valérie GELÉZEAU, 
  • Jacques PEZEU-MASSABUAU
  •  • 1 830 mots
  •  • 1 média

Longue de 800 à 900 kilomètres, large en moyenne de 200 kilomètres, la péninsule coréenne (222 000 km2) a sa façade occidentale, toute en collines et en vastes estuaires, tournée au-delà de la mer Jaune, vers la Chine du Nord. À l'est au contraire, une haute chaîne montagneuse tombant droit dans la mer du Japon (mer de l'Est) fait face à l'archipel nippon. Cette dissymétrie […] Lire la suite

CORÉE - Arts

  • Écrit par 
  • Laurence DENÈS, 
  • Arnauld LE BRUSQ, 
  • Madeleine PAUL-DAVID
  •  • 11 404 mots
  •  • 4 médias

Proche de la Chine, la Corée a été de bonne heure attirée dans l'orbite de sa puissante voisine. Elle en a reçu de nombreux apports, sans jamais vraiment complètement les assimiler, tout comme elle a constitué une importante tête de pont pour leur transmission vers le Japon. Dans une dynamique paradoxale de rejet dû à cette confrontation, la Corée a su tirer profit des diverses influences auxquell […] Lire la suite

CORÉE - Littérature

  • Écrit par 
  • Ogg LI, 
  • Marc ORANGE, 
  • Martine PROST
  •  • 9 748 mots

Longtemps orale, essentiellement composée de chants rituels, puis rédigée en chinois, la littérature coréenne a pris son essor au xiiie siècle, avec le développement del'imprimerie dont l'usage des caractères mobiles en plomb fut d'abord réservé à la cour. L'invention de l' […] Lire la suite

CORÉE - Cinéma

  • Écrit par 
  • Adrien GOMBEAUD, 
  • Charles TESSON
  •  • 3 526 mots

Au début du troisième millénaire, la Corée du Sud est devenue un pays phare sur la carte du cinéma mondial. Dans l’ombre d’auteurs d’envergure internationale comme Bong Joon-ho, Hong Sang-soo ou Park Chan-wook, le pays produit un cinéma de genre très riche qui s’exporte sur tout le continent. Un retour au pr […] Lire la suite

CORÉES - Du rapprochement à la défiance

  • Écrit par 
  • Marie-Orange RIVÉ-LASAN
  •  • 2 909 mots

Les sociétés nord et sud-coréennes, confrontées en 2008 à la crise financière internationale comme le reste du monde, étaient déjà en proie à des incertitudes et à des difficultés économiques, politiques et sociales différentes, mais non pas moins cruciales. La crise larvée de part et d'autre du 38e parallèle n'est donc pas purement économique, mais traduit en plus, et depui […] Lire la suite

ASIE (Structure et milieu) - Géographie physique

  • Écrit par 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Jean DELVERT, 
  • Xavier de PLANHOL
  •  • 34 837 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La péninsule coréenne »  : […] La péninsule coréenne comprend à la fois des éléments de socle et de pseudo-socle. Le socle précambrien, déjà représenté au nord par les Changbaishan et leur prolongement, le plateau de Kaima, se trouve au centre dans la région drainée par le Han, ainsi que dans le sud où il affleure dans la chaîne diagonale des monts Sobaek (1 915 m), mais il est masqué par des terrains sédimentaires crétacés dan […] Lire la suite

ASIE (Géographie humaine et régionale) - Dynamiques régionales

  • Écrit par 
  • Manuelle FRANCK, 
  • Bernard HOURCADE, 
  • Georges MUTIN, 
  • Philippe PELLETIER, 
  • Jean-Luc RACINE
  •  • 24 814 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Le national-développementalisme asiatique »  : […] Les pays d'Asie orientale ont vécu la confrontation avec le colonialisme et l'impérialisme venus d'Occident comme un enjeu majeur, et un traumatisme. L'accumulation de chocs, de guerres, de famines, de déplacements de population, de victimes, a engendré une capacité de résistance et de rebonds, une véritable « résilience asiatique » qui explique la vigueur actuelle de ces sociétés. Depuis plus d' […] Lire la suite

BOUDDHISME (Histoire) - L'expansion

  • Écrit par 
  • Jean NAUDOU
  •  • 3 127 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « En Corée et au Japon »  : […] La Corée était au iv e  siècle de notre ère morcelée en plusieurs royaumes, dont les principaux sont le Ko-kou-rye au nord-ouest, le Paik-tchei au sud-ouest, et le Sillā au sud-est. En 372, le roi des Jin (Shǎnxi) envoya le bonze Sunde avec des textes et des images à Ko-kou-rye. Douze ans plus tard, c'était au tour du Paik-tchei d'être évangélisé. Une cinquantaine d'années plus tard, Sillā reçut à […] Lire la suite

BOUDDHISME (Les grandes traditions) - Bouddhisme japonais

  • Écrit par 
  • Jean-Noël ROBERT
  •  • 13 527 mots

Dans le chapitre « Les moines étrangers »  : […] Le bouddhisme est une religion fondée sur une communauté monacale, le dernier des Trois Joyaux, chargée de conserver et de transmettre le Dharma, et d'assurer à ses membres un milieu propice aux pratiques de délivrance. Le cadre en est fourni par la discipline monastique à laquelle chaque moine s'engage lors de son ordination ; ce code disciplinaire ( ritsu en japonais, vinaya en sanscrit) est c […] Lire la suite

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 695 mots
  •  • 50 médias

Dans le chapitre « Les premiers Han (206 av. J.-C.-9 apr. J.-C.) »  : […] Les insurrections qui éclatent en 210 emportent la dynastie des Qin et se prolongent par une période d'anarchie, jusqu'aux environs de 196. Des pouvoirs régionaux indépendants – résurgence des anciens royaumes du iii e  siècle – se reconstituent à cette époque mais sont éliminés par Liu Bang, fondateur des premiers Han (dates traditionnelles : 206 av. J.-C.-9 apr. J.-C.) . Toutes les mesures prise […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

20-24 août 2012 États-Unis – Corée du Sud. Condamnation de Samsung pour violation de brevets d'Apple

Le 20, le groupe informatique américain Apple bat le record de la plus grande capitalisation boursière de l'histoire aux États-Unis, à plus de 623,5 milliards de dollars (502,4 milliards d'euros). Le précédent record était détenu par son concurrent américain Microsoft et datait de 1999. Le 24, le tribunal de San Jose (Californie) condamne la firme d'électronique sud-coréenne Samsung à verser une indemnité de 1,05 milliard de dollars à Apple pour la violation « délibérée » de brevets de design et de technologie relatifs au smartphone iPhone et à la tablette iPad. […] Lire la suite

9 avril 2008 Corée du Sud. Victoire du Grand Parti national aux élections législatives

Le Grand Parti national (conservateur) du président Lee Myung-bak remporte les élections législatives en obtenant 153 sièges sur 299 (+32 par rapport au précédent scrutin d'avril 2004). Le Parti d'union démocratique (ex-Uri, centre gauche) ne rassemble que 81 élus (—71). À droite, le nouveau parti de la Marche pour la liberté obtient 18 sièges. Le nouveau parti Park créé pour soutenir Park Geun-hye, fille de l'ancien président Park Chung-hee, qui n'avait pas reçu l'investiture du G. […] Lire la suite

22-23 avril 2004 Corée du Nord. Grave catastrophe ferroviaire

Le 22, dans la gare de Ryongchon, à la frontière chinoise, la collision de deux trains de marchandises transportant des produits hautement inflammables fait des centaines de morts. Il s'agit de l'une des plus graves catastrophes ferroviaires de l'histoire. Le 23, les autorités de Pyongyang font appel à l'aide des Nations unies. Le drame, dont le bilan demeure imprécis, provoque un élan de solidarité de la part des Sud-Coréens. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jin-Mieung LI, Ogg LI, Madeleine PAUL-DAVID, « CORÉE - Histoire », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/coree-histoire/