CASUISTIQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Utilisée spécialement en théologie morale, mais aussi en droit et en médecine, la méthode casuistique consiste à résoudre les problèmes posés par l'action concrète au moyen de principes généraux et de l'étude des cas similaires. Deux principes la fondent : validité des lois générales comme normes de l'action particulière ; similitude de certaines actions humaines qui permet de transposer les lois de l'agir de l'une à l'autre. Science appliquée, la casuistique ne peut ni se soustraire à la lumière des principes ni se substituer au jugement de la conscience personnelle.

La casuistique existait dans les religions antiques, le judaïsme et le christianisme primitif. Au xvie siècle, en Occident, elle devient la méthode presque exclusive de la théologie morale catholique. À partir du xviie siècle, le mot « casuistique » prend un sens péjoratif et devient synonyme de subtilité excessive et même de mauvaise foi. Discréditée par ses excès (laxisme, minimalisme ou rigorisme), la casuistique demeure cependant, grâce à une utilisation plus rigoureuse, une des méthodes de la théologie morale catholique.

Principes moraux et situations humaines

Le mot « casuistique » vient du latin casus : événement fortuit, imprévu. En langage de droit, casus signifie fait concret, réel ou supposé. La casuistique est donc l'art d'appliquer les lois générales d'une discipline à un fait, réel ou supposé. On la rencontre dans l'enseignement du droit, de la médecine, de la psychologie, des sciences économiques. En théologie morale, elle est une méthode d'enseignement, mais aussi de recherche, l'étude des faits particuliers aboutissant à dégager les lois générales de l'action.

Singularité de tout acte

Chaque action humaine est unique et singulière. Mais la conscience personnelle, qui doit délibérer à son sujet et l'accomplir, n'est pas livrée à une spontanéité qui la condamnerait à la solitude. Elle doit examiner les circonstances complexes de l'action. [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

  • : professeur d'histoire de la théologie morale moderne à l'Accademia Alfonsiana de l'université pontificale du Latran (Rome)

Classification


Autres références

«  CASUISTIQUE  » est également traité dans :

BIOÉTHIQUE ou ÉTHIQUE BIOMÉDICALE

  • Écrit par 
  • Gilbert HOTTOIS
  •  • 7 814 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les principes de la bioéthique »  : […] Nous sommes loin de la déontologie et de l’éthique médicales traditionnelles caractérisées par l’autorité paternaliste du médecin, seul juge du bien de son patient dans une perspective naturaliste où le médecin n’est qu’un auxiliaire de la nature. La reconnaissance des « droits du patient » et des demandes et désirs individuels débordant le cadre strictement thérapeutique fait partie de cette évol […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bioethique-ethique-biomedicale/#i_9160

JÉSUITES ou COMPAGNIE DE JÉSUS

  • Écrit par 
  • Jean DELUMEAU, 
  • Universalis
  •  • 4 381 mots

Dans le chapitre « Les débats sur la grâce »  : […] Au cours des xvii e et xviii e  siècles, trois grands débats opposèrent la Compagnie de Jésus à ses adversaires. Le premier porta sur la grâce, donc sur la gravité du péché originel. Pour les nombreux augustiniens de l'âge classique – les jansénistes n'étant que les extrémistes de ce camp –, « ce n'est pas en vertu de nos mérites que la grâce de Dieu est donnée aux enfants et aux personnes en âg […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jesuites-compagnie-de-jesus/#i_9160

MOYEN ÂGE - La pensée médiévale

  • Écrit par 
  • Alain de LIBERA
  •  • 22 370 mots

Dans le chapitre « Outils conceptuels et langages analytiques : le rôle de l'imaginaire »  : […] Telle que l'ont pratiquée les médiévaux, l'approche métalinguistique du monde ne s'est pas limitée à une refonte générale de la théorie de la connaissance ni à une redéfinition du champ, des outils et des méthodes de la psychologie. C'est dans la philosophie de la nature et dans la physique qu'elle a trouvé son principal terrain d'élection. On pouvait s'attendre à ce qu'une approche sémiotique du […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/moyen-age-la-pensee-medievale/#i_9160

PASCAL BLAISE (1623-1662)

  • Écrit par 
  • Dominique DESCOTES, 
  • François RUSSO
  •  • 8 433 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Port-Royal »  : […] C'est en 1646, à Rouen, que Pascal rencontre l'augustinisme grâce aux frères Deschamps, deux médecins venus soigner son père, qui lui font lire des ouvrages de Saint-Cyran et peut-être de Jansénius, dont il est si fortement frappé que, dans cette famille dont le catholicisme a été jusqu'alors tiède, il engendre un mouvement de ferveur qui touche particulièrement sa sœur Jacqueline. Cette première […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/blaise-pascal/#i_9160

PROBABILISME

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 776 mots

Le système de théologie morale qui, dans l'Église catholique, a pris le nom de probabilisme tient à la difficulté d'appliquer strictement et indistinctement les lois de la morale chrétienne aux cas de conscience divers et précis que les fidèles rencontrent. Cette difficulté a été ressentie très tôt ; le problème de l'ignorance de la loi et celui du doute de la conscience occupèrent déjà les théolo […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/probabilisme/#i_9160

LES PROVINCIALES, Blaise Pascal - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Christian BIET
  •  • 1 416 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Contre la « nouvelle morale » »  : […] Il s'agit donc, en dix-huit lettres mordantes, de mettre en dialogue les questions qui séparent les deux courants opposés du catholicisme, de démontrer que les jésuites sont le fer de lance d'une religion dévoyée et de faire triompher les thèses de Port-Royal. Les quatre premières lettres portent sur la question de la grâce, en réponse directe aux problèmes débattus à la Sorbonne. Le « destinateu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-provinciales/#i_9160

ROMAIN DROIT

  • Écrit par 
  • Jean GAUDEMET
  •  • 6 356 mots

Dans le chapitre « Casuistique et souci du concret  »  : […] Ce sens du réel et du concret apparaît dans l'un des caractères de la méthode des juristes romains, son aspect casuistique. Si on laisse de côté les manuels sommaires, du genre des Institutes, obligés pour être simples et clairs d'user de formules générales, les grandes œuvres juridiques et les grands traités, aussi bien que les ouvrages de pure casuistique, préfèrent l'analyse de situations concr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-romain/#i_9160

Voir aussi

Pour citer l’article

Louis-Gustave VEREECKE, « CASUISTIQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/casuistique/