COMÉDIE MUSICALE, cinéma

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Par comédie musicale on entend, au cinéma, un spectacle de divertissement, bâti sur un scénario souvent ténu, où la musique, le chant et la danse tiennent une place de choix. La comédie musicale n'a donc pu naître qu'avec le cinéma parlant, et Le Chanteur de jazz (Jazz Singer) d'Alan Crosland (1927) en fut la première manifestation.

Les historiens font la part du lion — et à bon droit — aux Américains. Ils oublient peut-être trop vite les grands succès allemands que lança la U.F.A. aux débuts du parlant ; Le Chemin du paradis (Drei von der Tankstelle), de Wilhelm Thiele (1930), tourné en deux versions, toutes deux avec Lilian Harvey, sur une musique fort entraînante de Werner Richard Heymann. Lilian Harvey avec les mêmes partenaires, en trois versions cette fois (Willy Fritsch pour l'allemand, Henri Garat pour le français et l'anglais), jouèrent, chantèrent et dansèrent Le Congrès s'amuse (Der Kongress tanzt, 1931) d'Erich Charell, toujours sur une musique de Heymann, tandis que Jean Murat et Käthe von Nagy, dans Capitaine Craddock, faisaient défiler et chanter « Les Gars de la marine ». Le nazisme arrêta peu ce lyrisme sans prétention qui connut pourtant un très grand succès, et il fit sa vedette de Marika Rökk, qui fit une longue carrière sous la direction de son mari Georg Jacoby (par exemple, Kora Terry, 1940). La France, faute de moyens financiers sans doute, n'a guère produit de films musicaux dignes d'être retenus par l'histoire du cinéma. Pourtant les années trente ont connu l'engouement du public pour Henri Garat et Meg Lemonnier dans Il est charmant..., « Ray Ventura et ses Collégiens » ont animé plusieurs films, comme Nous irons à Paris, de Jean Boyer (1949), fort alerte. Jacques Demy a lancé un film « en chanté », Les Paraplu [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Les Demoiselles de Rochefort, J. Demy

Les Demoiselles de Rochefort, J. Demy
Crédits : Sunset Boulevard/ Corbis/ Getty Images

photographie

La Veuve joyeuse

La Veuve joyeuse
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Fred Astaire et Ginger Rogers dans Amanda

Fred Astaire et Ginger Rogers dans Amanda
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

En avant la musique, Busby Berkeley

En avant la musique, Busby Berkeley
Crédits : MGM/ The Kobal Collection/ Picture Desk

photographie

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  COMÉDIE MUSICALE, cinéma  » est également traité dans :

COMÉDIES MUSICALES. LA JOIE DE VIVRE AU CINÉMA (exposition)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 1 022 mots
  •  • 2 médias

Les expositions sur le cinéma se multiplient. On peut s’en réjouir quand on voit que le peintre Auguste Renoir et le cinéaste Jean Renoir sont célébrés sur un pied d’égalité au musée d’Orsay : ici, ce ne sont pas deux membres d’une même famille qui sont ainsi associés, mais deux artistes travaillant dans des disciplines différentes (Renoir […] Lire la suite

COMÉDIE MUSICALE

  • Écrit par 
  • Laurent VALIÈRE
  •  • 6 023 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le musical en France : opéras rock et Jacques Demy »  : […] Si le musical américain est fille de l'opérette d'Offenbach et de l'opéra-comique français, le musical à l'américaine n'a jamais vraiment rencontré son public en France. La Belle de New York ( The Belle of New York , 1897) est la première comédie musicale américaine présentée à Paris, dès 1903. C'est l'époque où le public français découvre La Veuve joyeuse de Franz Lehár et les opérettes viennoi […] Lire la suite

COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 211 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La comédie musicale »  : […] Par définition, la comédie musicale n'apparaît qu'avec le son, même si le célèbre film de la Warner The Jazz Singer ( Le Chanteur de Jazz , Alan Crossland, 1927) ne comporte que quelques chansons synchronisées avec l'image. Des spectacles comiques faciles entrecoupés de chants et de numéros musicaux existaient dès la seconde moitié du xix e  siècle ( The Black Crook , 1866) aux États-Unis. Ils év […] Lire la suite

FOSSE BOB (1927-1987)

  • Écrit par 
  • Noël SIMSOLO
  •  • 1 532 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Une vocation précoce »  : […] Né à Chicago (Illinois) le 23 juin 1927 dans une famille de comédiens de théâtre, Robert Louis Fosse débute sur scène à l'âge de treize ans. Il étudie ensuite la danse classique et acrobatique, se rend à New York, s'exhibe d'abord dans les night-clubs, puis, en 1948, travaille à Broadway dans Call Me Mister et Make Mine Manhattan . Reconnu comme un bon danseur professionnel, il se sent insatisfai […] Lire la suite

LERNER ALAN JAY (1918-1986)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 531 mots
  •  • 1 média

Le librettiste et parolier américain Alan Jay Lerner naît le 31 août 1918 à New York, dans une famille de commerçants prospères. Il est d'abord scolarisé en Angleterre, à la Bedales School (Hampshire). De retour aux États-Unis, il fréquente la Choate School de Wallingford (Connecticut), avant de poursuivre ses études à la Juilliard School of Music de New York puis à l'université Harvard. Il parti […] Lire la suite

WALTERS CHARLES (1911-1982)

  • Écrit par 
  • Robert de LAROCHE
  •  • 932 mots

Parmi tous les maîtres de la comédie musicale américaine de l'après-guerre, Charles Walters a longtemps fait figure d'oublié. Alors que Vincente Minnelli, Stanley Donen et Gene Kelly sont entrés de leur vivant au panthéon des auteurs, le réalisateur de réussites du genre comme Parade du printemps (1948), Entrons dans la danse (1949), La Jolie Fermière (1950), La Belle de New York (1952), Lil […] Lire la suite

MINNELLI VINCENTE (1903-1986)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 1 693 mots
  •  • 2 médias

Des maîtres de la comédie musicale hollywoodienne de l'après-guerre, Minnelli est le seul à avoir affronté avec bonheur, non pas à la suite, comme le fit Stanley Donen, mais de front, les registres de la comédie légère et du drame symbolique. Peut-être son importance dans l'histoire du film musical a-t-elle masqué en partie la véritable place de l'artiste, qui s'est interrogé lucidement sur la c […] Lire la suite

KELLY GENE (1912-1996)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 1 225 mots
  •  • 2 médias

Gene Kelly était un danseur, un très grand danseur. À ce titre, il prend place dans la mémoire cinéphilique au côté de Fred Astaire. Toutefois, il s'exprimait différemment de son aîné : doté d'une silhouette plus massive, il a imposé un style, fondé sur la puissance et l'énergie, relevant de la performance acrobatique et de l'effort athlétique. Il s'est révélé également bon chanteur et excellent c […] Lire la suite

ARRANGEURS DE LA CHANSON FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Serge ELHAÏK
  •  • 8 038 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Années 1950 : les arrangeurs des monstres sacrés de la chanson française et l’arrivée du vinyle »  : […] À partir du début des années 1950, les 78-tours sont progressivement remplacés par les disques vinyle 45-tours et 33-tours, popularisés auprès du grand public grâce aux progrès des techniques d’enregistrement (magnétophones multipistes, stéréophonie, etc.) et à la diffusion de la musique (juke-box, radio dont celle au transistor, télévision). Ce nouveau support permet l’enregistrement de plusieur […] Lire la suite

PARLANT CINÉMA

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 8 151 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Un nouveau cinéma musical »  : […] Enfin, parmi les tendances fortes du cinéma parlant à partir des années 1980, il faut signaler le renouvellement du film musical qui se produit dans des directions inattendues. Un film peut avoir un caractère musical sans faire chanter et danser (dans le sens officiel du mot, renvoyant à des techniques apprises) ses personnages. Les derniers films de Terrence Malick, de Tree of Life (2011) à Kn […] Lire la suite

Pour citer l’article

Victor BACHY, « COMÉDIE MUSICALE, cinéma », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-musicale-cinema/