COMÉDIE MUSICALE, cinéma

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Par comédie musicale on entend, au cinéma, un spectacle de divertissement, bâti sur un scénario souvent ténu, où la musique, le chant et la danse tiennent une place de choix. La comédie musicale n'a donc pu naître qu'avec le cinéma parlant, et Le Chanteur de jazz (Jazz Singer) d'Alan Crosland (1927) en fut la première manifestation.

Les historiens font la part du lion — et à bon droit — aux Américains. Ils oublient peut-être trop vite les grands succès allemands que lança la U.F.A. aux débuts du parlant ; Le Chemin du paradis (Drei von der Tankstelle), de Wilhelm Thiele (1930), tourné en deux versions, toutes deux avec Lilian Harvey, sur une musique fort entraînante de Werner Richard Heymann. Lilian Harvey avec les mêmes partenaires, en trois versions cette fois (Willy Fritsch pour l'allemand, Henri Garat pour le français et l'anglais), jouèrent, chantèrent et dansèrent Le Congrès s'amuse (Der Kongress tanzt, 1931) d'Erich Charell, toujours sur une musique de Heymann, tandis que Jean Murat et Käthe von Nagy, dans Capitaine Craddock, faisaient défiler et chanter « Les Gars de la marine ». Le nazisme arrêta peu ce lyrisme sans prétention qui connut pourtant un très grand succès, et il fit sa vedette de Marika Rökk, qui fit une longue carrière sous la direction de son mari Georg Jacoby (par exemple, Kora Terry, 1940). La France, faute de moyens financiers sans doute, n'a guère produit de films musicaux dignes d'être retenus par l'histoire du cinéma. Pourtant les années trente ont connu l'engouement du public pour Henri Garat et Meg Lemonnier dans Il est charmant..., « Ray Ventura et ses Collégiens » ont animé plusieurs films, comme Nous irons à Paris, de Jean Boyer (1949), fort alerte. Jacques Demy a lancé un film « en chanté », Les Paraplu [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Médias de l’article

Les Demoiselles de Rochefort, J. Demy

Les Demoiselles de Rochefort, J. Demy
Crédits : Sunset Boulevard/ Corbis/ Getty Images

photographie

La Veuve joyeuse

La Veuve joyeuse
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Fred Astaire et Ginger Rogers dans Amanda

Fred Astaire et Ginger Rogers dans Amanda
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie

En avant la musique, Busby Berkeley

En avant la musique, Busby Berkeley
Crédits : MGM/ The Kobal Collection/ Picture Desk

photographie

Afficher les 9 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  COMÉDIE MUSICALE, cinéma  » est également traité dans :

COMÉDIES MUSICALES. LA JOIE DE VIVRE AU CINÉMA (exposition)

  • Écrit par 
  • Christian VIVIANI
  •  • 1 023 mots
  •  • 2 médias

Les expositions sur le cinéma se multiplient. On peut s’en réjouir quand on voit que le peintre Auguste Renoir et le cinéaste Jean Renoir sont célébrés sur un pied d’égalité au musée d’Orsay : ici, ce ne sont pas deux membres d’une même famille qui sont ainsi associés, mais deux artistes travaillant dans des disciplines différentes (Renoir […] Lire la suite

ANGLAIS (ART ET CULTURE) - Cinéma

  • Écrit par 
  • N.T. BINH
  •  • 3 487 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Une floraison de genres »  : […] Sans être aussi marquée que dans le cinéma américain, la division du cinéma britannique en genres précis s'est vite imposée. Si les Anglais sont connus pour leur sens de l'humour « à froid », la comédie britannique offre une belle variété de sous-genres. Les artistes burlesques venus de la scène, au temps du muet, firent carrière outre-Atlantique (Charles Chaplin, Stan Laurel), mais l'arrivée du […] Lire la suite

ARRANGEURS DE LA CHANSON FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Serge ELHAÏK
  •  • 8 002 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Années 1950 : les arrangeurs des monstres sacrés de la chanson française et l’arrivée du vinyle »  : […] À partir du début des années 1950, les 78-tours sont progressivement remplacés par les disques vinyle 45-tours et 33-tours, popularisés auprès du grand public grâce aux progrès des techniques d’enregistrement (magnétophones multipistes, stéréophonie, etc.) et à la diffusion de la musique (juke-box, radio dont celle au transistor, télévision). Ce nouveau support permet l’enregistrement de plusieur […] Lire la suite

ASTAIRE FRED (1899-1987)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 131 mots
  •  • 4 médias

Fred Astaire , de son vrai nom Frederick Austerlitz, est né le 10 mai 1899 à Ohama (Nebraska, États-Unis). Il est surtout célèbre pour les grandes comédies musicales dont il partage la vedette avec Ginger Rogers. Beaucoup voient en lui le meilleur danseur de musique populaire de tous les temps. Né dans une famille aisée, Astaire apprend la danse dès l'âge de quatre ans. En 1906, il monte avec sa […] Lire la suite

BARBARA (1930-1997)

  • Écrit par 
  • Michel P. SCHMITT
  •  • 2 856 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Nouvelle donne »  : […] Barbara s’installe en 1973 à Précy-sur-Marne, à l’est de Paris, dans une maison qu’elle ne quittera plus. Vedette consacrée, adulée en France et à l’étranger, toujours auteure de chansons nouvelles (« Les Insomnies », « Cet enfant-là »…), elle est peut-être à l’apogée de sa carrière. Elle est invitée au « Grand Échiquier » de Jacques Chancel, d’autres émissions lui sont entièrement consacrées. La […] Lire la suite

BERKELEY BUSBY (1895-1976)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 634 mots
  •  • 1 média

Né à Los Angeles, William Berkeley Enos, dit Busby, n'a jamais été, sauf une exception déconcertante, un cinéaste au sens strict du terme. Il s'était cantonné dans un rôle de directeur de production numbers , c'est-à-dire d'organisateur de séquences dansées à grand spectacle, et s'il lui est arrivé de signer la réalisation entière d'un film, c'est que, souvent, celui-ci était composé exclusivement […] Lire la suite

BERLIN IRVING (1888-1989)

  • Écrit par 
  • Sylvie FÉVRIER
  •  • 587 mots
  •  • 2 médias

Irving Berlin a suivi le parcours « classique » de nombreux juifs russes de son époque. Il naît à Mogilev, en Russie (aujourd'hui Biélorussie) le 11 mai 1888 ; fils de Moses Baline, chantre de synagogue, il est prénommé Israel : « Izzy ». Il a cinq ans quand sa famille émigre aux États-Unis, à la suite d'un pogrom, et s'installe dans un quartier pauvre de New York. Le petit Israel grandit comme […] Lire la suite

CHANTONS SOUS LA PLUIE (S. Donen et G. Kelly)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 287 mots

Bien avant Chantons sous la pluie ( Singing in the Rain ), tous les ingrédients de la comédie musicale existaient, à commencer par la préparation d'un spectacle comme support de numéros musicaux. Mais Stanley Donen (1924-2019) et Gene Kelly (1912-1996) renouvellent totalement le genre en dosant à la perfection, et parfois en détournant ces ingrédients : humour, scénario brillant, chorégraphie vir […] Lire la suite

CHANTONS SOUS LA PLUIE, film de Stanley Donen et Gene Kelly

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 1 110 mots
  •  • 1 média

En 1951, la Metro Goldwyn Mayer est devenue, parmi les « majors », la compagnie la plus riche en vedettes, et le producteur Arthur Freed (ancien auteur de chansons) y dirige un département consacré à la comédie musicale de prestige. Les films-florilèges consacrés aux auteurs-compositeurs étant à la mode, il souhaite se faire plaisir en commandant un scénario qui permette de rassembler ses propres […] Lire la suite

CHEVALIER MAURICE (1888-1972)

  • Écrit par 
  • Jean-Claude KLEIN
  •  • 444 mots
  •  • 3 médias

La carrière de Maurice Chevalier, qui commença en 1899 dans un modeste « boui-boui » de Ménilmontant et s'étendit sur près de trois quarts de siècle, est sans conteste l'une des plus prestigieuses du monde du spectacle Chevalier ne fut d'abord qu'un jeune comique de café-concert, imitateur de Dranem et de Boucot. Sous l'emprise de Mistinguett, il prend une orientation nouvelle au sortir de la Gra […] Lire la suite

Pour citer l’article

Victor BACHY, « COMÉDIE MUSICALE, cinéma », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-musicale-cinema/