WALTERS CHARLES (1911-1982)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Parmi tous les maîtres de la comédie musicale américaine de l'après-guerre, Charles Walters a longtemps fait figure d'oublié. Alors que Vincente Minnelli, Stanley Donen et Gene Kelly sont entrés de leur vivant au panthéon des auteurs, le réalisateur de réussites du genre comme Parade du printemps (1948), Entrons dans la danse (1949), La Jolie Fermière (1950), La Belle de New York (1952), Lili et Haute Société (1956) s'est vu refuser ce privilège.

Charles – que tout le monde appelle « Chuck » – Walters arrive à la M.G.M. en 1942, auréolé d'une réputation flatteuse. Né à Pasadena (Californie) le 17 novembre 1911, cet autodidacte a appris seul la danse. Extrêmement doué, il fait vite son chemin à Broadway, et sympathise avec d'autres débutants nommés Gene Kelly, Van Johnson, Stanley Donen et Keenan Wynn. Walters paraît dans Jubilee de Cole Porter (1935), où il crée Begin the Begine, The Show Is On (1936), dont le metteur en scène est Vincente Minnelli, I Married an Angel (1938), avec Vera Zorina, et Du Barry Was a Lady (1939), avec Ethel Merman et Betty Grable. Parallèlement, il devient chorégraphe. C'est pour régler les numéros musicaux de Judy Garland dans Presenting Lily Mars (Lily Mars vedette, 1942) qu'il est engagé à la M.G.M. Il guidera à nouveau les pas de la jeune comédienne dans Girl Crazy (1943), Meet Me in Saint Louis (Le Chant du Missouri, 1944) et Ziegfeld Follies (1946).

Il n'en faut pas plus à Walters pour persuader le producteur Arthur Freed de lui laisser réaliser entièrement un film. Ce sera Good News (Vive l'amour, 1947), comédie musicale mettant en scène les élèves d'un collège. Tourné en extérieurs – une innovation – avec un budget modeste et des vedettes de second plan (June Allyson et Peter Lawford), ce petit film très inventif est un succès commercial étourdissant. Walters peut [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Robert de LAROCHE, « WALTERS CHARLES - (1911-1982) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 04 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-walters/