ROGERS GINGER (1911-1995)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Lloyd Bacon et Busby Berkeley

Lloyd Bacon et Busby Berkeley
Crédits : Hulton Getty

photographie

Fred Astaire et Ginger Rogers dans Le Danseur du dessus

Fred Astaire et Ginger Rogers dans Le Danseur du dessus
Crédits : John Miehle/ John Kobal Foundation/ Getty Images

photographie

Fred Astaire et Ginger Rogers dans Amanda

Fred Astaire et Ginger Rogers dans Amanda
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie


Pour le public comme pour les historiens du cinéma, le nom de Ginger Rogers reste associé à la dizaine de films musicaux qu'elle tourna avec Fred Astaire, et qui firent d'elle une superstar des années 1930 et 1940. Mais elle fut par ailleurs l'une des reines de la comédie loufoque américaine, genre dans lequel sa blondeur piquante se doublait d'une merveilleuse aptitude au sarcasme et à la bouffonnerie. Elle fut également à l'aise dans le mélodrame, où elle incarnait volontiers la perte de l'innocence, accompagnée d'irrépressibles aspirations romanesques ou sociales.

Née en 1911, à Independence (Missouri), Ginger Rogers, de son vrai nom Virginia Katherine MacMath, est élevée, après le divorce de ses parents, par une mère énergique, Lela Rogers, qui conduira la carrière de Ginger avec une autorité devenue légendaire. Dès l'âge de seize ans, Ginger Rogers gagne un concours de charleston et, très vite, est engagée dans des tournées de music-hall, qui la mèneront à Broadway. À dix-neuf ans, elle crée un spectacle des frères Gershwin, Girl Crazy, qui connaît un grand succès, et fait ses premières apparitions à l'écran : de petits rôles dans des longs-métrages tournés aux studios Paramount de la côte est (Young Man of Manhattan, de Monta Bell, 1930).

Lorsqu'elle arrive à Hollywood, en 1931, elle n'est qu'une starlette parmi d'autres, ce qui ne l'empêche pas de tourner une douzaine de films. Son ami Mervyn LeRoy, alors réalisateur à la Warner, lui permet de décrocher deux rôles, brefs mais marquants, de chorus girl dans 42e Rue (de Lloyd Bacon, 1933) et Chercheuses d'or (de Mervyn LeRoy, 1933). Ce dernier film s'ouvre sur un morceau d'anthologie réglé par Busby Berkeley : We're in the Money, où on la voit entièrement vêtue de pièces d'or. C'est alors qu'on lui demande de jouer les faire-valoir auprès de Dolores del Río et Gene Raymond dans Carioca (Flying Down to Rio, de Thornton Freeland, 1933) ; à ce [...]

Lloyd Bacon et Busby Berkeley

Lloyd Bacon et Busby Berkeley

Photographie

Une scène de 42e Rue, comédie musicale américaine du réalisateur Lloyd Bacon et de son chorégraphe habituel Busby Berkeley, en 1933. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : membre du comité de rédaction de la revue Positif, critique et producteur de films

Classification


Autres références

«  ROGERS GINGER (1911-1995)  » est également traité dans :

ASTAIRE FRED (1899-1987)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 1 130 mots
  •  • 4 médias

Fred Astaire , de son vrai nom Frederick Austerlitz, est né le 10 mai 1899 à Ohama (Nebraska, États-Unis). Il est surtout célèbre pour les grandes comédies musicales dont il partage la vedette avec Ginger Rogers. Beaucoup voient en lui le meilleur danseur de musique populaire de tous les temps. Né dans une famille aisée, Astaire apprend la danse dès l'âge de quatre ans. En 1906, il monte avec sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/fred-astaire/#i_92215

COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 211 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La comédie musicale »  : […] Par définition, la comédie musicale n'apparaît qu'avec le son, même si le célèbre film de la Warner The Jazz Singer ( Le Chanteur de Jazz , Alan Crossland, 1927) ne comporte que quelques chansons synchronisées avec l'image. Des spectacles comiques faciles entrecoupés de chants et de numéros musicaux existaient dès la seconde moitié du xix e  siècle ( The Black Crook , 1866) aux États-Unis. Ils év […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-americaine-cinema/#i_92215

Pour citer l’article

N.T. BINH, « ROGERS GINGER - (1911-1995) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/ginger-rogers/