GARLAND JUDY (1922-1969)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Actrice et chanteuse américaine née le 10 juin 1922 à Grand Rapids (Minnesota), morte le 22 juin 1969 à Londres.

Judy Garland, de son vrai nom Frances Ethel Gumm, naît dans une famille d'acteurs de variété. Elle débute très jeune et pendant quelques années tourne avec ses deux sœurs aînées dans un numéro de chant intitulé Gumm Sisters. Elle a déjà pris le nom de Judy Garland lorsqu'en 1935 elle signe avec la Metro-Goldwyn-Mayer. Elle fait ses débuts cinématographiques dans le court-métrage Every Sunday (1936). Parmi ses premiers films figurent également Pigskin Parade (1936), Listen, Darling (1938) et Broadway Melody of 1938 (1937, Mélodie de Broadway), dans lequel elle chante You Made Me Love You, premier des nombreux titres auxquels elle sera à jamais associée. Judy Garland fait sa première apparition aux côtés de Mickey Rooney dans Thoroughbreds Don't Cry (1937), puis dans Love Finds Andy Hardy (1938), Babes in Arms (1939), Strike Up the Band (1940, En avant la musique), Babes on Broadway (1941, Débuts à Broadway) et Girl Crazy (1943), dans lequel elle chante les célèbres titres de George Gershwin I Got Rhythm et Embraceable You.

En avant la musique, Busby Berkeley

Photographie : En avant la musique, Busby Berkeley

Dans les années 1940, les films de Busby Berkeley mettent en valeur le duo de charme formé par Judy Garland et Mickey Rooney. Ici, En avant la musique (1940). 

Crédits : MGM/ The Kobal Collection/ Picture Desk

Afficher

Dans ses premiers films, Judy Garland interprète souvent le rôle d'une jeune fille innocente et sympathique mais dont les émotions complexes transcendent le stéréotype, comme dans les célèbres films The Wizard of Oz (1939, Le magicien d'Oz) et Meet Me in Saint Louis (1944, Le Chant du Missouri). Dans le premier, l'ennui profond mêlé de désir que ressent son personnage, exprimé dans la chanson Over the Rainbow, est l'un des éléments qui font de ce film un classique indémodable. Le second film marque l'apogée de l'archétype de la jeunesse que représente Judy Garland dans la série culte des Andy Hardy au côté de Mickey Rooney. Il perpétue en outre la tradition musicale américaine qui consiste à utiliser les chansons pour faire avancer l'intrigue ou définir les personnages. L'interprétation de Have Yourself a Merry Little Christmas que donne Judy Garland révèle ainsi le chagrin et la résistance de son personnage.

Judy Garland joue également dans For Me and My Gal (1942, Pour moi et ma mie), The Clock (1945), The Harvey Girls (1946), The Pirate (1948, Le pirate), Easter Parade (1948, Parade de printemps) et In the Good Old Summertime (1949). Elle supporte cependant mal la célébrité et connaît des problèmes personnels et de santé qui l'incitent à mettre fin à son contrat avec la M.G.M. en 1950. Sa fragilité grandissante l'oblige à renoncer au premier rôle dans Annie Get Your Gun (1950), attribué à Betty Hutton. Judy Garland termine difficilement son dernier film avec la M.G.M., Summer Stock (1950), bien que ce dernier comporte l'un de ses plus célèbres numéros (Get Happy). Après deux mariages ratés, avec le chanteur David Rose et le réalisateur Vincente Minnelli, elle épouse en 1951 le producteur Sidney Luft, qui orchestre son triomphe sur les planches au Palladium à Londres et au Palace Theatre à New York (1951). Judy Garland fait son retour au cinéma avec la Warner Bros dans la comédie musicale A Star Is Born (1954, Une étoile est née). Elle incarne alors un personnage qui n'évoluera plus : une femme vulnérable et maniérée, en proie à des émotions extrêmes. Ses apparitions à l'écran sont plus rares à la fin de sa vie. Son interprétation dans Judgment at Nuremberg (1961) lui vaut cependant d'être nominée pour l'oscar du meilleur second rôle féminin. Elle continue à faire des apparitions à la télévision, à se produire en concert et à faire des enregistrements.

Judy Garland enregistre de nombreux titres de chanson populaire chez Decca dans les années 1940 et pour le label Capitol la décennie suivante, travaillant avec les meilleurs arrangeurs, tel Nelson Riddle. Elle revient sur le devant de la scène musicale avec une série de concerts au Carnegie Hall de New York en 1961. L'album qui y est enregistré, Judy at Carnegie Hall (1961), est un triomphe.

Judy Garland anime sa propre émission de variété, The Judy Garland Show, en 1963-1964, mais le programme est interrompu au bout d'une saison. Elle continue à se débattre avec l'alcool, la drogue et divers autres problèmes de santé jusqu'à la fin des années 1960. Après avoir tourné son dernier film en 1963, elle se concentre alors sur les concerts. Judy Garland meurt d'un [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Classification

Autres références

«  GARLAND JUDY (1922-1969)  » est également traité dans :

MINNELLI VINCENTE (1903-1986)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 1 694 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Un enfant de la balle »  : […] C'est à Chicago qu'est né Vincente Minnelli, le 28 février d'une année incertaine : 1903, 1908, 1910 ou 1913, on ne sait..., et l'intéressé feint l'ignorance. Ce qui est sûr, c'est qu'à trois ans il fait ses débuts sur les planches, comme membre de la troupe ambulante des frères Minnelli, où son père est chef d'orchestre et premier violon, et sa mère, d'origine française, vedette féminine. L'enfan […] Lire la suite

WALTERS CHARLES (1911-1982)

  • Écrit par 
  • Robert de LAROCHE
  •  • 932 mots

Parmi tous les maîtres de la comédie musicale américaine de l'après-guerre, Charles Walters a longtemps fait figure d'oublié. Alors que Vincente Minnelli, Stanley Donen et Gene Kelly sont entrés de leur vivant au panthéon des auteurs, le réalisateur de réussites du genre comme Parade du printemps (1948), Entrons dans la danse (1949), La Jolie Fermière (1950), La Belle de New York (1952), Lil […] Lire la suite

Pour citer l’article

« GARLAND JUDY - (1922-1969) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/judy-garland/