AKIN FATIH (1973- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Depuis l'ours d'or attribué en 2004 à Gegen die Wand (Head On), et les succès en France de ses deux films suivants, Auf der anderen Seit (De l'autre côté) en 2007 et Soul Kitchen en 2010, Fatih Akin est devenu l'auteur-réalisateur allemand le plus connu des spectateurs français et des grands festivals.

D'ascendance turque, né à Hambourg en 1973, Akin a manifesté très jeune des ambitions cinématographiques. En 1998, Kurz und Schmerzlos (L'Engrenage) raconte l'histoire de trois amis issus de l'immigration, le Turc Gabriel, le Serbe Bobby, et le Grec Costa, décidés à se faire une place dans le milieu de St-Pauli, le quartier hambourgeois de la prostitution. Le film recherche l'efficacité en jouant des codes du polar américain et échappe à ceux du policier psychologique allemand télévisuel.

Deux ans plus tard, Im Juli (2000, Julie en juillet) se présente à la fois comme une comédie romantique et un road-movie, dont les deux acteurs principaux sont deux des jeunes vedettes les plus connues de l'époque, Moritz Bleibtreu et Christiane Paul. Le film conduit le spectateur de Hambourg vers Istanbul à la suite de Daniel, tombé amoureux d'une jeune femme turque qu'il va rejoindre, en traversant l'Autriche, la Hongrie, la Bulgarie, et la Roumanie, jusqu'en Turquie où il trouvera l'amour, après de nombreuses et cocasses aventures.

Solino (2002) a confirmé le succès commercial rencontré par le film précédent, mais a valu au cinéaste des critiques sévères. Ce récit de la vie d'une famille italienne – et singulièrement de deux frères –, originaire de Solino et installée à Duisbourg, utilise en effet les ficelles modernisées du mélodrame traditionnel. Le film commence en 1964 et s'achève en 1984. Ces grandes étapes de dix ans en dix ans rythment le film. Cependant, celui qui penserait trouver ici une peinture de l'histoire allemande, à l'instar de la trilogie de Fassbinder entamée par Le Mariage de Maria Braun, sera déçu. Fatih Akin n'est pas un cinéaste de l'histoire. Ce n'est que le sort des individus qui l'intéresse. À travers le récit de la vocation contrariée de Gigi, c'est bien plutôt la sienne qu'Akin veut raconter en affirmant sa volonté de pratiquer un cinéma où le primat des acteurs, chargés d'incarner avec énergie les virtualités de scénarios plein de rebondissements, est aussi celui de la psychologie individuelle sur les mécanismes sociaux.

Head On et De l'autre côté vont marquer une inflexion certaine dans le travail d'Akin. Le premier film reste centré sur ses personnages : l'alcoolique quadragénaire (Biro Ünel) et la jeune femme (Sibel Kekilli) qui veut échapper à sa famille en l'épousant. Les deux acteurs se donnent pleinement dans un jeu naturaliste parfois à la limite de l'hystérie, ce qui valut à Sibel Kekilli le prix d'interprétation au festival de Berlin. La construction repose sur une succession de scènes habilement variées, passant rapidement du dramatique à de petits intermèdes comiques pour conduire au mélodrame amoureux.

En 2007, après Crossing the Bridge, documentaire sur la vie musicale d'Istanbul, De l'autre côté met en place une structure plus complexe où les personnages et les générations se croisent et se déplacent d'Allemagne en Turquie. L'intrigue est plus précisément ancrée dans la réalité contemporaine. Fatih Akin revendique ici la filiation avec le cinéma iranien qui se manifeste par certaines scènes moins découpées et moins dialoguées. Enfin, Hannah Schygulla, icône fassbindérienne, jette un pont entre le cinéma de Fatih Akin et le nouveau cinéma allemand des années 1970. Le film mêle très intelligemment de nombreux thèmes du cinéma d'art et d'essai européen : immigration, conflit de générations, misère sexuelle et prostitution, revendications identitaires, relation amoureuse homosexuelle. Pourtant, s'il aborde dans les deux films certains problèmes liés à l'immigration et à l'intégration des jeunes nés en Allemagne de parents turcs, en instillant des éléments plus documentaires, Akin continue de faire prévaloir une conception cinématographique d'identification classique aux personnages.

Le prix du scénario accordé à De l'autre côté, première récompense cannoise depuis de très longues années pour un film allemand, contribua à conforter le statut d'auteur de Fatih Akin. Il était ainsi logique que Soul Kitchen reçût à l'occasion du festival de Venise en 2009 le prix du jury pour cette comédie délaissant totalement le thème de la relation germano-turque. Soul [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : enseignant en cinéma à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle et à l'université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification

Autres références

«  AKIN FATIH (1973- )  » est également traité dans :

ALLEMAND CINÉMA

  • Écrit par 
  • Pierre GRAS, 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 10 338 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Vers un renouveau ? »  : […] Good Bye Lenin ! , La Chute , La Vie des autres  : trois films allemands ont marqué les spectateurs du monde entier dans les années 2000. Ignoré et boudé dans les années 1990 par les spectateurs non germanophones comme par les festivals et les distributeurs, le cinéma allemand semble enfin sorti d'une période de léthargie. La liste de ses succès est longue : oscar du meilleur film étranger en 2003 […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre GRAS, « AKIN FATIH (1973- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/fatih-akin/