STERNBERG JOSEF VON (1894-1969)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

L'Ange bleu, J. von Sternberg

L'Ange bleu, J. von Sternberg
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Josef von Sternberg et Marlene Dietrich

Josef von Sternberg et Marlene Dietrich
Crédits : Hulton Getty

photographie

Shanghai Express, J. von Sternberg

Shanghai Express, J. von Sternberg
Crédits : Eugene Robert Richee/ Moviepix/ Getty Images

photographie

Moi, Claude

Moi, Claude
Crédits : Hulton Getty

photographie

Tous les médias


Né sous François-Joseph comme Pabst et Stroheim, Sternberg, autrichien mi-américanisé, a pris avec son pays et avec son temps le recul de l'artiste et a traduit dans une œuvre inégale, formellement étincelante, sa haine du réel, homme, choses et époque. Comme ses deux compatriotes, il vécut en maître et en solitaire. Sa véritable personnalité n'appelle que des hypothèses. L'exégèse approfondie de ses films est encore à faire, qui fera mentir sa boutade : « Les critiques sont devant mes films comme devant un test de Rorschach qu'ils doivent déchiffrer. Leurs préférences et leurs idées ne sont que des projections d'eux-mêmes. »

Un errant

Né à Vienne en 1894 d'une famille israélite, Josef Sternberg (le von est une addition de coquetterie ou de défi) avait sept ans lorsqu'il émigra aux États-Unis avec ses parents en transitant par Hambourg, dont le sordide marqua sa sensibilité. Rentré en Autriche en 1910 pour y faire des études de lettres, il regagna l'Amérique au début de la guerre de 1914. Il y débuta aussitôt dans le cinéma. Monteur, assistant, puis réalisateur de films didactiques pour l'armée, il poursuivit pendant de longues années une carrière artisanale, à Londres, à New York et à Los Angeles, apprenant un métier sans savoir qu'il deviendrait un créateur.

Son œuvre de la période du muet, en partie remaniée : Escape (1925) ; refusée : La Mouette (The Sea Gull, 1926) ; ou perdue : L'Assommeur (Thunderbolt, 1929), fut entièrement réalisée en Californie. Elle est dominée par Les Chasseurs du salut (The Salvation Hunters, 1925), Les Nuits de Chicago (Underworld, 1927), Crépuscule de gloire (The Last Command, 1928) et Les Damnés de l'océan (The Docks of New York, 1928). Les réprouvés sociaux l'occupent tout entière : « Trois épaves humaines vivant sur un chaland à boue », la pègre nocturne de Chicago, un ex-général tsariste au fond de la déchéance, le soutier et la prostituée, sans oublier la servante séduite et abandonnée : Le Calvaire de Lena X (The Case of Lena Smith, 1929).

Appelé en Allemagne au début du parlant, il réalise L'Ange bleu (Der blaue Engel, 1930), qui [...]

L'Ange bleu, J. von Sternberg

L'Ange bleu, J. von Sternberg

Photographie

Marlene Dietrich et Emil Jannings dans L'Ange bleu (1930), de Josef von Sternberg (1894-1969). 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  STERNBERG JOSEF VON (1894-1969)  » est également traité dans :

L'ANGE BLEU, film de Josef von Sternberg

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 985 mots
  •  • 1 média

Josef von Sternberg (1894-1969), de son vrai nom Jonas Sternberg, est un juif viennois d'origine modeste dont la famille émigre aux États-Unis dans sa petite enfance. Il débute à Hollywood en 1912 en exerçant toutes sortes de métiers : nettoyeur et vérificateur de copies de films, monteur, titreur, photog […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/l-ange-bleu/#i_9023

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Malice et gravité. Lubitsch et Sternberg »  : […] La nécessité commerciale n'est nullement avilissante, comme en témoignent les comédies de Lubitsch et les mélodrames de Josef von Sternberg. Lubitsch (1892-1947) a réalisé ses premiers films en Allemagne dès 1915, puis il s'est expatrié en Amérique en 1922. Très vite, il s'est imposé comme un réalisateur à succès. Il produit ses propres films : L'Éventail de Lady Windermere […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-aspects-generaux-histoire/#i_9023

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Musique de film

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 6 504 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « L'avènement du sonore »  : […] L'avènement du sonore mit un terme à ces pratiques aléatoires qui ne peuvent que laisser perplexe dans la mesure où d'une salle à l'autre la perception que le spectateur avait des images pouvait s'avérer différente. Toutefois, il créa de nouveaux problèmes. Une question fondamentale se posa en effet : dès lors que tous les sons émis à l'image étaient audibles, comment justifier la présence d'une m […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-realisation-d-un-film-musique-de-film/#i_9023

COOPER GARY (1901-1961)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 637 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Un héros au naturel »  : […] Frank James Cooper, dit Gary Cooper, est né le 7 mai 1901 à Helena (Montana), où son père, Charles Cooper, fils de fermiers anglais, avait émigré en 1885 et étudié le droit parallèlement à son emploi de mécanicien, jusqu'à devenir juge. Comme son frère aîné Arthur, Frank est envoyé avec sa mère en Angleterre pour ses études. Au retour, il se montre surtout passionné d'art et de dessin. Le succès d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gary-cooper/#i_9023

DIETRICH MARLENE (1901-1992)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 606 mots
  •  • 6 médias

Si Garbo était « la divine », Marlene est « l'impératrice ». Elle l'est parce qu'on ne l'imagine guère sans le costume d'apparat qui sied à la fonction dans The Scarlet Empress ( L'Impératrice rouge , 1934), évidemment, ou dans Dishonored ( X27 , 1931), Shanghai Express (1932) , […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marlene-dietrich/#i_9023

ÉROTISME

  • Écrit par 
  • Frédérique DEVAUX, 
  • René MILHAU, 
  • Jean-Jacques PAUVERT, 
  • Mario PRAZ, 
  • Jean SÉMOLUÉ
  •  • 19 795 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « Technique et mythologie érotiques »  : […] L'érotisme ne pouvant être le paradis du cinéaste, il sera sa croix, en tout cas sa hantise, grandissant sans cesse, comme sur les affiches et dans les autres domaines de la publicité. Un film comme Benjamin (1967) double ses recettes par un sous-titre alléchant : Mémoires d'un puceau . « Civilisation du cul », affirme Godard dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/erotisme/#i_9023

Voir aussi

Pour citer l’article

Victor BACHY, « STERNBERG JOSEF VON - (1894-1969) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 mai 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/josef-von-sternberg/