SCHLÖNDORFF VOLKER (1939-    )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Accompagnant l'évolution du cinéma allemand depuis le milieu des années 1960, Volker Schlöndorff est l'un des (rares) « passeurs » du cinéma entre la France et l'Allemagne ; il est aussi un authentique représentant du cinéma d'auteur, et ne s'est jamais désintéressé des conditions de la production. À ce titre, il s'est engagé à plusieurs reprises pour demander un renforcement du cinéma européen.

Né à Wiesbaden en 1939, c'est à la France, où il a fait ses études secondaires, que Volker Schlöndorff doit son apprentissage du cinéma, comme assistant-réalisateur de cinéastes aussi essentiels que Jean-Pierre Melville, Alain Resnais, Louis Malle – ce dernier pour quatre films (1960-1965). C'est d'ailleurs Louis Malle qui l'encouragea, moralement et financièrement, à réaliser à vingt-six ans son premier film : Les Désarrois de l'élève Toerless (1966), d'après le roman de Robert Musil. Témoignant d'une grande maturité, et ordonnant forme classique et profondeur psychologique selon un tempo narratif personnel, le film obtient le prix de la Critique au festival de Cannes en 1966. Schlöndorff incarne alors le renouveau du cinéma allemand, avec Alexander Kluge et quelques autres.

Son goût prononcé pour l'adaptation littéraire est un des aspects les plus visibles de son œuvre, et peut induire en erreur. Car Le Coup de grâce (1976), d'après le roman de Marguerite Yourcenar, et Le Tambour (1979), d'après celui de Günter Grass, sont aussi de grandes réussites cinématographiques. Le Tambour a obtenu, la même année, la palme d'or à Cannes et l'oscar du meilleur film étranger à Hollywood, fait exceptionnel qui n'a pas été sans ouvrir bien des portes au cinéaste, sans que, pourtant, il désire accéder à la grande production marchande de l'époque. Fidèle à l'un des principes du jeune cinéma allemand, il est le producteur de ses films, avec généralement des coproducteurs – souvent français – presque toujours venus de la télévision.

Son portrait en « jeune cinéaste » se caractérise donc par son non-conformisme [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  SCHLÖNDORFF VOLKER (1939- )  » est également traité dans :

LE TAMBOUR, film de Volker Schlöndorff

  • Écrit par 
  • Michel MARIE
  •  • 1 170 mots

Volker Schlöndorff est né dans une famille de médecins en 1939 à Wiesbaden, dans le Land de la Hesse en Allemagne, mais il a fait ses études en France où il se rend dès l'âge de quinze ans. Il intègre l'I.D.H.E.C. puis devient l'assistant de grands réalisateurs français comme Jean-Pierre Melville, Alain Resnais et Louis Malle de 1960 à 1965. Son […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-tambour-volker-schlondorff/#i_82053

ALLEMAND CINÉMA

  • Écrit par 
  • Pierre GRAS, 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 10 337 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'Allemagne coupée en deux »  : […] Abschied von Gestern, 1966) d'Alexander Kluge et Les Désarrois de l'élève Toerless (Der junge Törless, 1966) de Volker Schlöndorff, les jeunes réalisateurs s'organisent et obtiennent des aides publiques qui contribuent à l'affirmation de ce « jeune cinéma allemand », incarnation d'un cinéma d' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-allemand/#i_82053

Pour citer l’article

Daniel SAUVAGET, « SCHLÖNDORFF VOLKER (1939-    ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/volker-schlondorff/