CATALOGNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Vie économique

Les milieux naturels de la Catalogne sont divers, le relief est fragmenté et troué de quelques bassins où les hommes se concentrent dans les villes, la montagne est souvent qualifiée de traditionnelle par les urbains, et le littoral jugé artificiel, notamment par ceux qui défendent les valeurs écologiques et patrimoniales. Ces ensembles jouent sur des complémentarités valorisées par la gestion politique et l'organisation économique de la région. On parle alors « des Catalognes », afin de souligner les éléments qui solidarisent et unifient. Tout d'abord, la montagne répond à des tonalités vertes, plus européennes qu'ibériques. Parcs naturels et stations d'altitude ont conquis aujourd'hui ses versants et ses sommets, et son économie est largement dépendante des flux saisonniers métropolitains et européens. Ensuite, le littoral catalan a permis à l'Espagne, avant l'aménagement du Sud, de s'ouvrir au tourisme. Dès 1950, plus d'un million de touristes séjournent sur la Costa Brava, submergeant ainsi les premières installations d'infrastructures et de résidences mises en place par la bourgeoisie catalane des années 1920. Toutefois, en termes de fréquentation touristique, la Catalogne a perdu sa première place : en 2005, elle enregistre environ 25 millions de nuitées contre plus de 30 millions en Andalousie. Enfin, les villes catalanes ont bénéficié des implantations industrielles du xixe siècle, et confortent leur position parmi les villes d'Espagne grâce aux retombées – sous forme de résidence et de pôles d'activités tertiaires – de la métropole barcelonaise. Par ailleurs, la répartition de la population traduit les partitions géographiques de la région. Le littoral, et plus particulièrement la conurbation de Barcelone, sont parmi les espaces régionaux les plus denses de l'Union européenne. L'intérieur des terres, en revanche, fait partie des zones les moins peuplées. Entre 1990 et 2005, la Catalogne a gagné quelque 730 000 habitants (+ 12 p. 100), surtout dans l'aire métropolitaine de Barcelone, contre près de 900 000 (+ 18 p. 100) pour la Communauté de Madrid, et plus d'un million (+ 13 p. 100) pour l'Espagne méridionale, longtemps pays d'émigration.

Les ressources en matières premières (charbon, minerais...) étant relativement rares, la Catalogne a fondé son développement industriel sur le savoir-faire et l'usage de techniques avant-gardistes. La bourgeoisie investit dès le xixe siècle dans l'industrie et s'accommode fort bien des contrôles exercés sur le monde ouvrier et politique par le franquisme, même si elle a dû renoncer alors à l'expression politique du catalanisme. Le retour à la démocratie modifie en profondeur les structures économiques locales, au profit de la petite entreprise, d'une part, et de l'ouverture au capital international, d'autre part. Les firmes étrangères, surtout japonaises, firent de la Catalogne leur point de départ pour la conquête des marchés européens, bénéficiant, notamment, de coûts salariaux plus faibles.

L'industrie textile, issue du travail de la laine au Moyen Âge, des indiennes de coton au xviiie et, par la suite, des textiles artificiels et du prêt-à-porter à Barcelone, Sabadell et Mataró, constitue une activité traditionnelle de première importance. Malgré de régulières reconversions, cette industrie a perdu, depuis le début des années 1980, les deux tiers de la quinzaine de milliers d'entreprises et des 120 000 emplois, dont plus de la moitié seulement entre 1995 et 2005. Mais la Catalogne représente encore 48 p. 100 en moyenne de l'industrie textile espagnole sur le plan des emplois et de la production. En outre, la pétrochimie à Tarragone, la chimie (150 000 emplois, 50 p. 100 de la production nationale en valeur) et la métallurgie, les constructions électriques, électrotechniques et mécaniques (construction automobile SEAT-Volkswagen, 32 p. 100 de la production nationale), implantées dans la ceinture de Barcelone, sont les éléments majeurs de la concentration et de la diversification de la production qui font de la Catalogne le premier pôle industriel national. On y trouve 25 p. 100 des emplois industriels nationaux, contre 17 p. 100 en moyenne dans les autres secteurs économiques, et moins de 7 p. 100 pour l'agriculture. Au total, en 2005, les quelque 755 000 actifs de l'industrie représentent 24 p. 100 des actifs de la région, contre 18 p. 100 en Espagne. En revanche, le secteur des services et les emplois du secteur public sont moins bien représentés, la Catalogne ayant connu, au cours des années 1990, un moindre développement des fonctions tertiaires, qui assurent, toutefois, les deux tiers du produit régional brut en 2005, grâce au tourisme notamment. Cette situation explique la croissance limitée de la région, au cours des années 1995-2005, en comparaison avec le Pays basque et la région de Madrid, ou encore la Navarre et l'Andalousie.

L'économie catalane souffre d'une productivité relativement faible, freinée par la faiblesse des réseaux de transport et des outils de production trop peu modernisés. Les secteurs les plus forts de l'industrie locale, comme le textile, subissent la concurrence des pays à faible niveau de rémunération, alors que les activités innovantes à forte valeur ajoutée (dans l'informatique et les communications) sont encore peu liées aux capitaux locaux, souvent d'origine familiale. L'économie de la Catalogne, stimulée par les investissements étrangers qui ont implanté leurs filiales de production, se trouve aujourd'hui largement dépendante des grands groupes internationaux en termes de recherche-développement. Les crises répétées du secteur industriel génèrent un taux de chômage plus élevé que dans la Communauté de Madrid par exemple (9,7 p. 100 contre 6,7 p. 100 en 2004), surtout parmi la population active jeune. L'emploi stagne au point que l'attractivité, qui avait fait la force de la région, ne peut plus se renouveler. De ce fait, les perspectives démographiques pour 2020 prévoient une perte nette de plus de 107 000 personnes pour la Catalogne, alors que la région de Madrid en gagnerait 205 000 et l'Andalousie 833 000.

La vitalité de l'économie catalane repose en grande partie sur les exportations (notamment produits agricoles et alimentaires, biens de consommation, biens intermédiaires de la chimie, de la mécanique...) sur le port de Barcelone, premier d'Espagne et l'un des plus importants du golfe du Lion, ainsi que sur la diversité du tissu productif. Mais la dynamique est moins rapide que dans d'autres régions de la péninsule qui bénéficient davantage des aides nationales et européennes. Depuis le début des années 2000, la croissance annuelle du P.I.B. par habitant est ralentie (Catalogne + 2,8 p. 100 en moyenne depuis 1999, Espagne [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 34 pages


Médias de l’article

Espagne : carte administrative

Espagne : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Funérailles de Franco, 1975

Funérailles de Franco, 1975
Crédits : Central Press/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Aqueduc des Ferreras

Aqueduc des Ferreras
Crédits : G. Nimatallah/ De Agostini/ Getty Images

photographie

Prieuré de Serrabone

Prieuré de Serrabone
Crédits : Peter Willi/ Bridgeman Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur honoraire à l'université de Rennes-II-Haute-Bretagne
  • : professeur des Universités, professeur à l'université de Montpellier-III-Paul-Valéry, directeur du Centre Du Guesclin à Béziers
  • : professeur à l'université de Chicago
  • : professeur émérite d'histoire de l'art à l'université de Toulouse-Le-Mirail
  • : agrégé de géographie, docteur ès lettres, professeur des Universités
  • : docteur ès lettres, professeur aux Estudis universitaris catalans
  • : professeur agrégé des Universités, professeur à l'université de Montpellier-III-Paul-Valéry

Classification

Autres références

«  CATALOGNE  » est également traité dans :

BARCELONE

  • Écrit par 
  • Robert FERRAS, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 3 655 mots
  •  • 6 médias

Deuxième ville d’Espagne après Madrid, Barcelone (Barcelona) compte à peine plus de 1,62 million d'habitants en 2009, mais son aire métropolitaine approche 5 millions d'habitants. Sa trajectoire économique depuis le début du xx e  siècle souligne son dynamisme et ses capacités d'adaptation au monde moderne. Capitale industrielle en Catalogne et en Espagne, ses relations avec Madrid ont régulièr […] Lire la suite

BOHIGAS ORIOL (1925- )

  • Écrit par 
  • Francis RAMBERT
  •  • 558 mots

Né en 1925 à Barcelone, l'architecte Oriol Bohigas s'associe en 1951 avec son compatriote Josep Martorell (le fondateur du groupe R), puis avec l'Anglais David Mackay en 1963 pour former l'agence MBM (Martorell, Bohigas, Mackay) dont la production va, à l'instar du parcours d'un autre architecte catalan, Ricardo Bofill, marquer le passage du franquisme à la démocratie. Pilier de l'architecture ca […] Lire la suite

CERDAGNE

  • Écrit par 
  • Gabriel LLOBET
  •  • 236 mots

Ancien comté situé sur le versant sud des Pyrénées orientales, la Cerdagne occupait le large bassin montagnard du Sègre en amont de la Séo d'Urgel et débordait sur celui de la Têt. Son premier comte apparaît au x e  siècle. Mais, dès 1117, le pays est réuni au comté de Barcelone. Il n'en sera dès lors distrait que pour suivre le sort du Roussillon, appartenant au roi de Majorque aux xiii e et xi […] Lire la suite

COSTA BRAVA

  • Écrit par 
  • Robert FERRAS
  •  • 345 mots

Littoral de la province de Gérone entre la frontière française et le Tordera qui la sépare du Maresme barcelonais. Ce « finisterre » catalan dit Côte de Gérone ou Costa de Levante est entré dans la catégorie des plages très fréquentées sous le nom de côte brava (sauvage), rocheuse et malaisée d'accès, interrompue par des cales ménageant des abris naturels. La Costa Brava se décompose en trois se […] Lire la suite

EMPURIES

  • Écrit par 
  • Pedro de PALOL
  •  • 1 332 mots

Située près d'une ville ibérique non identifiée (Indika), sur la côte de Catalogne, Empúries (en catalan) est une ancienne colonie grecque (Emporion) qui fut, par la suite, romanisée (Emporiae). Fondée par les Phocéens au début du ~  vi e siècle, à la même époque que Massalia (Marseille), elle connut un grand essor démographique après la prise de Phocea par les Perses (~ 540) et la bataille d'Ala […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Michel DRAIN
  •  • 9 612 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « La Catalogne »  : […] La géographie de cette région grande comme la Belgique (31 930 km 2 ) est hétérogène. On y trouve le prolongement, vers l'est, d'unités morphologiques propres au nord-est de la péninsule, Pyrénées et bassin de l'Ebre et, en outre, l'élément original de deux petites chaînes côtières. Les contrastes climatiques sont accusés, ils opposent du point de vue thermique le rude milieu de haute montagne à […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Des Wisigoths aux Rois catholiques

  • Écrit par 
  • Marcelin DEFOURNEAUX
  •  • 6 379 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les noyaux de résistance et la naissance des monarchies chrétiennes »  : […] La tradition fait de Pélage, ancien dignitaire de la cour de Tolède, vainqueur des Musulmans à la bataille de Covadonga (env. 722), le premier caudillo de la Reconquête. Il s'agit en fait d'un épisode de la résistance chrétienne dans les montagnes asturiennes où s'est constitué, autour d'Oviedo, un « royaume des Asturies ». Mais, dès le milieu du siècle, les chrétiens s'enhardissent à sortir de l […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - De l'unité politique à la guerre civile

  • Écrit par 
  • Henri LAPEYRE
  •  • 14 279 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La IIe République »  : […] En 1931, les perspectives ne paraissaient pas aussi sombres, et c'est dans une atmosphère d'enthousiasme et dans le calme que s'effectua le changement de régime. Un gouvernement provisoire se forma sous la présidence d'un ancien ministre de la monarchie, Alcalá Zamora. Il réunissait des opinions très diverses : républicains conservateurs (Miguel Maura), radicaux (Alejandro Lerroux), radicaux-socia […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - L'ère franquiste

  • Écrit par 
  • Guy HERMET
  •  • 7 215 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les effets du retard économique »  : […] Pour Lénine, la politique n'est que « de l'économie concentrée ». L'idée est fausse sous cette forme tranchée. Relativisée, elle introduit l'une des dimensions de la singularité politique de l'Espagne. Dans l'Europe du Nord et de l'Ouest, la naissance des régimes parlementaires qui préfigurent les gouvernements démocratiques reflète l'émergence d'une nouvelle élite économique puis politique – la f […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Le retour à la démocratie

  • Écrit par 
  • Guy HERMET, 
  • Mercedes YUSTA RODRIGO
  •  • 10 708 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Le tournant socialiste »  : […] Le nouveau président du gouvernement José Luis Rodríguez Zapatero semble à bien des égards le contraire de son prédécesseur avec son air discret et « normal ». Zapatero, considéré comme « mou » par ses opposants politiques et même par certains membres de son propre parti, est pourtant un politicien chevronné : quand il arrive au pouvoir, à quarante-trois ans, il a presque vingt ans d'expérience p […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

13-22 juin 2021 Espagne. Grâce accordée aux dirigeants indépendantistes catalans emprisonnés.

Les indépendantistes réfugiés à l’étranger, comme l’ancien président de la Généralité de Catalogne Carles Puigdemont, ne sont pas concernés. La grâce n’affecte pas les peines annexes d’inéligibilité.  […] Lire la suite

21 mai 2021 Espagne. Élection de Pere Aragonès à la présidence de la Catalogne.

Au terme de trois mois de négociations entre les partis indépendantistes, à l’issue des élections régionales de février que ceux-ci ont remportées, le Parlement catalan élit l’indépendantiste modéré Pere Aragonès (Gauche républicaine de Catalogne, ERC) à la présidence de la Généralité. La droite indépendantiste de Junts per Catalunya, qui contrôlera la moitié des ministères, impose la participation à la gestion de la coalition du Conseil pour la République catalane, un organisme contrôlé par l’ancien président du gouvernement catalan Carles Puigdemont (Junts) depuis la Belgique où il vit en exil depuis octobre 2017. […] Lire la suite

9 mars 2021 Union européenne – Espagne. Levée de l'immunité parlementaire des élus indépendantistes catalans.

Ceux-ci sont poursuivis pour « sédition » à la suite de l’organisation d’un référendum illégal et de la proclamation de l’indépendance de la Catalogne par le Parlement de la Généralité en octobre 2017. Ils étaient réfugiés à Bruxelles depuis cette date. Les élus européens de Podemos, parti de gauche radicale membre de la coalition au pouvoir à Madrid, votent contre la levée de l’immunité. […] Lire la suite

16 février 2021 Espagne. Violences à la suite de l'arrestation du rappeur Pablo Hasél.

Les jours suivants, des manifestants affrontent violemment les forces de l’ordre, notamment en Catalogne d’où est originaire le rappeur. […] Lire la suite

14 février 2021 Espagne. Élections au Parlement de Catalogne.

Le Parti socialiste catalan (PSC) conduit par le ministre espagnol de la Santé Salvador Illa, en fort progrès, arrive en tête aux élections au Parlement de Catalogne, avec 23 % des suffrages et 33 sièges sur 135. Également en progrès, les indépendantistes de la Gauche républicaine de Catalogne (ERC) de Pere Aragonès obtiennent 21,3 % des voix et 33 élus, ceux d’Ensemble pour la Catalogne (Junts per Catalunya) de Laura Borràs 20 % des suffrages et 32 députés et ceux de la Candidature d’unité populaire (CUP) de Dolors Sabater 6,7 % des voix et 9 sièges. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Mathilde BENSOUSSAN, Christian CAMPS, John COROMINAS, Marcel DURLIAT, Robert FERRAS, Jean MOLAS, Jean-Paul VOLLE, « CATALOGNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/catalogne/