MADRID

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Parmi les grandes capitales, Madrid occupe une place assez particulière : elle se situe entre celles qui, favorisées par leur site et les ressources de leur arrière-pays, connurent un développement harmonieux et régulier – Rome, Paris, Londres – et celles qu'a fait surgir ex nihilo la volonté d'un homme ou d'un peuple – Saint-Pétersbourg ou Washington, notamment. Aussi, bien que millénaire, ne commence-t-elle à compter qu'à partir de 1561, lorsque Philippe II lui octroie la fonction de capitale politique.

Espagne : carte administrative

Carte : Espagne : carte administrative

Carte administrative de l'Espagne. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Son histoire est marquée par deux énormes sautes de croissance : l'une, après cette promotion qu'elle doit au roi et à sa volonté centralisatrice qui, en un demi-siècle, transforme une petite ville de dix mille âmes en une capitale de 100 000 habitants ; l'autre, engagée dès les années 1950, a sextuplé sa population (3,2 millions d'hab. en 2009) et a transformé la Villa y Corte traditionnelle, avant tout monarchique, en une métropole tentaculaire.

Madrid n'est toutefois pas seulement une grande agglomération mais aussi, depuis la Constitution de 1978, une région autonome (Comunidad autonoma de Madrid) dotée d'un territoire de 8 000 kilomètres carrés et dont la population (6,44 millions d'hab. en 2010) est en rapide croissance. Elle est située au centre de l'Espagne dans un espace qui figure parmi les moins peuplés de toute l'Europe, et localisée sur le piémont des sierras centrales à plus de 600 mètres d'altitude, faisant ainsi de Madrid la capitale la plus élevée d'Europe. C'est l'histoire, plus encore que la géographie, qui explique l'évolution particulière de la ville et de sa région.

Philippe II et l'avènement de Madrid

En 1561, Philippe II transfère la chancellerie royale de Tolède à Madrid et s'installe dans l'Alcázar madrilène que son père avait commencé à restaurer. Aucun texte n'ayant justifié ou commenté cette décision, les historiens pourront toujours discuter ses motifs. Madrid était une petite ville, à mi-chemin entre Tolède et la sierra de Guadarrama, aux confins de deux paysages : sierra granitique au nord, alors très boisée, et moutonnement des terres ocreuses au sud, annonçant déjà la Manche. « Mâjrit » apparaît dans les textes du xe siècle, bourgade adossée à l'Alcázar arabe qui dominait de soixante mètres la vallée du Manzanares. Ce cap assez abrupt, protégé par deux ravins latéraux, surveillait une route stratégique conduisant de Tolède vers les hautes terres de l'Alcarria et les confins de l'Aragon. Reconquise à la fin du xie siècle en même temps que Tolède, repeuplée, pourvue d'une nouvelle enceinte, elle était devenue un modeste marché pour les légumes et le vin des environs et surtout pour le bétail, disputant à sa puissante voisine Ségovie les pâturages du haut Manzanares. Ce caractère rural apparaît même dans le choix de son patron saint Isidore, laboureur du xiie siècle, berger et creuseur de puits. Appréciée par les souverains du xve siècle pour la pureté de l'air, la qualité des eaux, la proximité des terrains de chasse du Pardo, Madrid reçut plusieurs fois Charles Quint qui y apprit sa victoire à Pavie et logea dans l'Alcázar le roi de France prisonnier. Mais cette ville sans fleuve, située dans une zone sablonneuse et peu fertile, n'offrait aucun avantage qui la prédestinât à devenir la capitale d'un grand empire. Philippe II, en la choisissant, obéit-il à une pensée politique ? Roi espagnol, succédant à un empereur nomade, voulut-il départager les métropoles historiques rivales (Tolède, Séville, Barcelone, Saragosse) en leur substituant une ville sans passé, centre géographique de la péninsule et symbole de l'unité de l'Espagne ? Il est plus probable que ce choix fut un expédient imposé par des considérations pratiques, les services d'une administration de plus en plus proliférante et centralisée trouvant à Madrid l'espace qui manquait à Tolède ; surtout, 1561 est l'année où Philippe II choisit l'emplacement du palais – monastère et nécropole – voulu par son père : à Madrid, il se trouve à pied d'œuvre pour surveiller les travaux de cet Escorial qui va prendre une place prépondérante dans sa vie.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 7 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Espagne : carte administrative

Espagne : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Plaza Mayor, Madrid

Plaza Mayor, Madrid
Crédits : Françoise Weyl

photographie

Hospice de San Fernando, Madrid

Hospice de San Fernando, Madrid
Crédits : Bridgeman Images

photographie

La fontaine de Cybèle à Madrid

La fontaine de Cybèle à Madrid
Crédits : Joe Cornish/ Getty Images

photographie

Afficher les 7 médias de l'article

Écrit par :

  • : agrégé de géographie, docteur d'État, directeur de recherche émérite au C.N.R.S.
  • : professeur honoraire à l'université de Toulouse

Classification

Autres références

«  MADRID  » est également traité dans :

CASTILLE

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  • , Universalis
  •  • 10 288 mots
  •  • 12 médias

Dans le chapitre « L'architecture et la sculpture baroques »  : […] Dans un fléchissement général de l'activité, la Castille conserve une situation relativement privilégiée grâce au mécénat de la Cour et de quelques grands seigneurs. En outre, l'Église ouvre un certain nombre de chantiers pour satisfaire les besoins religieux de Madrid, la nouvelle capitale. Sur le plan stylistique, la sévérité classique de l'Escorial fait place progressivement au baroque . Cette […] Lire la suite

COMEDIA, Espagne

  • Écrit par 
  • Charles Vincent AUBRUN
  •  • 2 606 mots

Dans le chapitre « Histoire du genre. Succès et influence »  : […] Le genre fit véritablement fureur. On écrivit des milliers de comédies ; on les représenta aux champs et à la ville, sous les formes les plus pures et les plus corrompues, refontes et adaptations, plagiats et mélanges. Mais c'est Madrid qui donna toujours le ton. Sous Philippe III et ses successeurs, la capitale était devenue une « Babylone » monstrueuse par l'afflux d'une jeune population désœuv […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Michel DRAIN
  •  • 9 612 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Madrid »  : […] La région de Madrid compte, en 2009, 6,3 millions d'habitants, soit 13,4 p. 100 de la population de l'Espagne. Le contraste entre la ville et les campagnes environnantes reste d'ailleurs encore accusé, à l'exception des axes ferroviaires et routiers le long desquels s'étirent les édifices à usage commercial et industriel. Capitale politique longtemps dépourvue d'industries, enjeu symbolique durant […] Lire la suite

GÓMEZ DE MORA JUAN (1586-env. 1648)

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 294 mots

Neveu et élève de Francisco de Mora, Gómez de Mora poursuivit l'œuvre de libération de l'architecture espagnole commencée par son oncle et conduisit celle-ci jusqu'au baroque. Ses principales sources d'inspiration furent les traités d'architecture italiens ; il s'intéressait particulièrement à la théorie de la construction et aux principes du décor des monuments. Devenu maître des œuvres royales e […] Lire la suite

HERRERA JUAN DE (1530-1597)

  • Écrit par 
  • Catherine WILKINSON-ZERNER
  •  • 4 879 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Travaux publics et urbanisme »  : […] Le style abstrait de Herrera avait des affinités avec l'architecture des ingénieurs civils et militaires, à laquelle d'ailleurs il se consacra. Ici, on peut parler d'un vrai projet de réforme de l'architecture, conçu par le roi et effectué par son architecte. Cela commence avec les jardins d' Aranjuez où Philippe II lui-même avait imaginé une vaste urbanisation du paysage dans les années 1550. He […] Lire la suite

LOGEMENTS COLLECTIFS DE L'APRÈS-GUERRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Simon TEXIER
  •  • 811 mots

1947-1952 Unité d'habitation, Marseille, Le Corbusier (1887-1965). Grâce à l'appui du ministère de la Reconstruction et de l'Urbanisme, Le Corbusier peut, pour la première fois, mettre à l'épreuve son projet de « Cité radieuse » imaginé avant-guerre. Ce bâtiment, posé sur pilotis, accueille environ 400 logements de 23 types différents, desservis à chaque étage par une rue intérieure, ainsi que de […] Lire la suite

NINI JEAN-BAPTISTE (1717-1786)

  • Écrit par 
  • Marie-Cécile FOREST, 
  • Barbara SIBILLE-PUCCINI
  •  • 2 057 mots

Dans le chapitre « Le séjour madrilène : Nini graveur sur verre »  : […] Après son séjour bolonais, Nini émigre en Espagne où sa présence est attestée en 1747, après un court passage à Vérone où il réalise le portrait de son hôte Pier Antonio Serpini, négociant en soie et grand collectionneur de dessins et d'estampes. Les échanges culturels entre Bologne et Madrid s'étaient accrus depuis le xiv e  siècle avec la création du Collège d'Espagne à Bologne. Nini signe en 17 […] Lire la suite

PRADO MUSÉE DU, Madrid

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 522 mots
  •  • 3 médias

Situé à Madrid, le musée d'art du Prado possède la plus belle et la plus vaste collection de peintures espagnoles au monde, ainsi que des chefs-d'œuvre appartenant à d'autres écoles européennes, en particulier italiennes et flamandes. La construction du bâtiment du Prado, de style néoclassique, débute en 1785 lorsque Charles III fait appel à l'architecte Juan de Villanueva pour dessiner les plan […] Lire la suite

RIBERA PEDRO DE (1681-1742)

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 355 mots
  •  • 2 médias

Architecte espagnol qui appartient à la catégorie des « fous délirants » dénoncés par le néo-classicisme. On condamnait ainsi la liberté dans la création et le caractère proprement espagnol de celui qui fut le grand architecte madrilène du xviii e  siècle, par opposition aux architectes étrangers pratiquant à la cour un art international. Formé d'abord par son père Juan, un maître charpentier d'or […] Lire la suite

TIEPOLO LES

  • Écrit par 
  • Aldo RIZZI
  •  • 2 611 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Le peintre des cours européennes »  : […] À la fin de 1750, Tiepolo, accompagné de ses enfants Giandomenico et Lorenzo, s'installe à Würzburg ; il y restera trois ans pour décorer la résidence du prince-évêque Karl Philipp von Greiffenklau. Dans la Kaisersaal, il représente Apollon conduisant à Frédéric Barberousse son épouse Béatrice de Bourgogne , les Noces de Frédéric Barberousse et l' Investiture de l'évêque Harold  ; au plafond de l' […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

28-30 juin 2022 O.T.A.N. – Suède – Finlande. Validation de la demande d'adhésion de la Suède et de la Finlande.

Du 28 au 30 se tient à Madrid le sommet du « tournant » de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), selon son secrétaire général Jens Stoltenberg, alors que s’annonce « une nouvelle ère de compétition stratégique ». Le président turc Recep Tayyip Erdogan accepte de lever son veto à l’adhésion de la Suède et de la Finlande, après la signature avec la Première ministre suédoise Magdalena Andersson et le président finlandais Sauli Niinistö d’un mémorandum « répondant aux préoccupations de la Turquie ». […] Lire la suite

8-10 juin 2022 Algérie – Espagne. Suspension de l'accord d'amitié entre l'Algérie et l'Espagne.

Le 8, le gouvernement algérien annonce la suspension du traité d’amitié, de bon voisinage et de coopération conclu en octobre 2002 entre Alger et Madrid. Cette décision fait suite à l’alignement de l’Espagne, en mars, sur la position marocaine au sujet de la question du Sahara occidental. Le 10, le vice-président de la Commission européenne et commissaire européen au Commerce Valdis Dombrovskis dénonce l’arrêt annoncé par Alger des transactions commerciales avec Madrid qu’il considère comme une violation de l’accord d’association liant l’Union européenne (UE) à l’Algérie. […] Lire la suite

1er-31 mai 2022 Ukraine – Russie. Évacuation des derniers combattants de Marioupol.

Le 18, en réaction aux expulsions de diplomates russes par Paris, Madrid et Rome en avril, Moscou annonce l’expulsion de trente-quatre diplomates français, vingt-sept espagnols et vingt-quatre italiens. Le 21, la Russie interrompt ses livraisons de gaz à la Finlande et, le 31, aux Pays-Bas et au Danemark. Le 27, l’Église orthodoxe ukrainienne annonce sa rupture avec l’Église orthodoxe russe dirigée par le patriarche Cyrille, dont elle dépend depuis sa création en 1990, et qui soutient l’invasion russe de l’Ukraine. […] Lire la suite

28-31 mai 2022 France. Violences au Stade de France.

Le 28, de violents incidents éclatent entre les forces de l’ordre et le public aux abords du Stade de France, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), avant le début de la finale de la Ligue des champions opposant les clubs de football de Liverpool et du Real Madrid. Le match, qui devait initialement se dérouler à Saint-Pétersbourg, avait été relocalisé à Paris par l’Union des associations européennes de football (UEFA) à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février. […] Lire la suite

17 mai 2022 Maroc – Espagne. Réouverture des frontières terrestres entre le Maroc et les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla.

Celle-ci s’est conclue en avril par l’alignement de Madrid, à ce sujet, sur les positions de Rabat.  […] Lire la suite

Pour citer l’article

Michel DRAIN, Paul GUINARD, « MADRID », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/madrid/