Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

PRÊT-À-PORTER

Le terme « prêt-à-porter » commence à être utilisé en France dans le courant des années 1950. Calqué sur le ready-to-wear américain, il se substitue au mot « confection » et désigne des articles vestimentaires produits en série, prêts à être portés.

S'inspirant des méthodes qui servent à la réalisation des uniformes militaires, la fabrication en série de vêtements de ville apparaît au xviiie siècle et prend son essor au siècle suivant, à proximité des centres urbains. La France, l'Angleterre, les États-Unis ou l'Allemagne développent, depuis le premier tiers du xixe siècle, une industrie dont les produits sont destinés à la masse et où prévaut un souci d'efficacité et de rentabilité.

En France, la confection masculine suit un rythme de développement progressif en tout point conforme à celui des autres pays industrialisés. L'histoire de la confection féminine, en revanche, demeure longtemps occultée par celle de la prestigieuse haute couture : ce secteur très créatif monopolise en effet l'attention de la presse, des acheteurs et des consommatrices jusque dans les années 1950. À partir de cette époque, la confection, devenue prêt-à-porter, s'émancipe et ose enfin affirmer sa spécificité : créer des modes pour le plus grand nombre.

Industrie de main-d'œuvre, le prêt-à-porter présente un modèle original de développement qui oscille en permanence entre flexibilité et standardisation : flexibilité pour s'adapter à la demande, standardisation pour réaliser des économies d'échelle. Soumis à un rythme saisonnier qui nécessite un effort incessant d'innovation, défini par une logique de coûts de main-d'œuvre qui détermine ses lieux de fabrication, ce secteur, marqué très tôt par la mondialisation, est particulièrement sensible aux aléas de la conjoncture économique internationale.

Aujourd'hui, les tendances de la mode sont atomisées, chacun créant son propre style. De l'ultrabasique à l'hyper-sophistication d'un produit de luxe, l'offre est pléthorique et le marché des pays matures en pleine transformation. Les comportements d'achat évoluent : ils ne semblent plus déclenchés ni par le prix, ni par l'utilité, mais par la créativité, par la capacité du produit à séduire – en somme, par des facteurs immatériels. Longtemps demeuré bien de consommation, le prêt-à-porter du troisième millénaire est en passe de devenir un bien d'agrément.

La mise en place d'un marché au XVIIIe siècle

Le prêt-à-porter, qui recouvre aujourd'hui une immense diversité de produits, emprunte ses premières méthodes de fabrication à celle des uniformes militaires. En France, l'usage de ces costumes, définis par des règlements, a commencé à se répandre au xviie siècle. À la fin du siècle suivant, un Directoire de l'habillement centralisait les commandes (environ vingt mille équipements par an) et contrôlait les fournitures, tandis que la fabrication était disséminée dans de multiples ateliers. La standardisation était née : des tailles pour les vêtements (grande, moyenne et petite), des pointures pour les chaussures, et une tendance à la simplification du costume. Selon l'historien Daniel Roche, ce costume militaire, standardisé et unificateur, qui devait être maintenu propre et en état, commença d'accoutumer une partie du peuple, et notamment les campagnards, à la consommation des choses, prémices de la constitution d'un marché.

Sous l'Ancien Régime, les vêtements civils sont rares et onéreux. Seule une fraction privilégiée de la population accède aux productions luxueuses, réalisées sur mesure, des tailleurs et des couturières, qui perpétuent le savoir-faire artisanal ainsi que la suprématie française dans le domaine des élégances. Le reste de la population – la majorité – se contente de produits[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • AGHION GABY (1921-2014)

    • Écrit par Universalis
    • 385 mots

    La créatrice française Gaby Aghion fonda en 1952 la maison de mode Chloé, qui introduisit le prêt-à-porter dans le monde parisien de la haute couture des années 1950.

    Gabrielle Hanoka naît à Alexandrie (Égypte) le 3 mars 1921. De sa famille aisée qui suit l’actualité de la mode, elle reçoit une...

  • ARNODIN MAÏMÉ (1916-2003)

    • Écrit par Marie-José LEPICARD
    • 695 mots

    Au début des années 1960, la Française Maïmé Arnodin a inventé un nouveau métier dans la mode, en montant le premier bureau de style couplé à une agence de publicité. Elle le fit dans l'enthousiasme, avec le projet d'une vie meilleure, plus dynamique, plus esthétique, et correspondant mieux...

  • BANGLADESH

    • Écrit par Alice BAILLAT, Universalis
    • 8 421 mots
    • 9 médias
    L’essor considérable du secteur du prêt-à-porter est un vecteur d’importantes transformations sociales, telles que l’émancipation des femmes. En effet, sur les 3,5 millions de personnes employées dans le secteur, 90 % sont des femmes. Accédant au marché formel de l’emploi et donc à davantage d’autonomie,...
  • BERGÉ PIERRE (1930-2017)

    • Écrit par Jean-Marc DANIEL
    • 1 015 mots
    • 1 média

    Personnage de la mode et du monde parisien parmi les plus en vue, Pierre Bergé a marqué son temps par la création de la maison de couture Yves Saint Laurent aux côtés du célèbre styliste en 1961, un sens aigu des affaires et une implication indirecte, mais bien réelle dans la vie politique du pays....

  • Afficher les 22 références

Voir aussi