COSTA BRAVA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Littoral de la province de Gérone entre la frontière française et le Tordera qui la sépare du Maresme barcelonais. Ce « finisterre » catalan dit Côte de Gérone ou Costa de Levante est entré dans la catégorie des plages très fréquentées sous le nom de côte brava (sauvage), rocheuse et malaisée d'accès, interrompue par des cales ménageant des abris naturels. La Costa Brava se décompose en trois secteurs : pyrénéen au nord (Port-Bou, Cadaqués, cap de Creus) ; ampurdanais avec le golfe de Rosas et ses plages sablonneuses ; méridional avec les massifs de Montgri et Bagur, où se trouvent les stations les plus fréquentées : Palamós, S'agaró, Playa de Aro, San Felíu de Guíxols, Tossa, Lloret de Mar, Blanes.

Deux comptoirs grecs s'étaient établis à Rhodé (Rosas) et à Emporion (Ampurias) ; les activités traditionnelles sont restées longtemps immuables : récolte du corail, fabrication des bouchons de liège, artisanat textile, pêche et construction navale. Une première poussée démographique est enregistrée au xviiie siècle, mais l'essor est contemporain. L'impulsion vient des villes voisines, Barcelone et Gérone, après la Première Guerre mondiale ; en 1930, des réfugiés politiques allemands découvrent Tossa ; un industriel géronais lance S'agaró ; pendant vingt ans, la fréquentation est uniquement régionale. En 1950, le tourisme de masse fait irruption ; d'abord des Français, prolongement des séjours sur la côte Vermeille roussillonnaise, puis des Britanniques et des Allemands.

En quelques décennies, le tourisme transforme un paysage jusque-là respecté, les hôtels se multiplient, les lotissements des urbanizaciones gagnent les coins les plus reculés, des routes sont ouvertes ; la multiplication des charters sur l'aéroport voisin de Gérone confirme le caractère international de ce tourisme.

Cette région est aussi, du point de vue agricole, une des plus riches d'Espagne.

—  Robert FERRAS

Écrit par :

  • : agrégé de géographie, docteur ès lettres, professeur des Universités

Classification

Autres références

«  COSTA BRAVA  » est également traité dans :

EMPURIES

  • Écrit par 
  • Pedro de PALOL
  •  • 1 332 mots

Située près d'une ville ibérique non identifiée (Indika), sur la côte de Catalogne, Empúries (en catalan) est une ancienne colonie grecque (Emporion) qui fut, par la suite, romanisée (Emporiae). Fondée par les Phocéens au début du ~  vi e siècle, à la même époque que Massalia (Marseille), elle connut un grand essor démographique après la prise de Phocea par les Perses (~ 540) et la bataille d'Ala […] Lire la suite

TOURISME

  • Écrit par 
  • Jean-Christophe GAY
  •  • 14 749 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Les grandes concentrations »  : […] C’est le long des mers et des océans qu’ont été créés le plus grand nombre de lieux touristiques et qu’on trouve les concentrations les plus fortes. Songeons tout d’abord aux conurbations, nées de la coalescence de stations ou de villes et villages touristifiés, comme celles de Floride (spécialement la « Gold Coast », de Coral Gables à West Palm Beach), État qui a reçu 126 millions de touristes en […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert FERRAS, « COSTA BRAVA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/costa-brava/