CERDAGNE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ancien comté situé sur le versant sud des Pyrénées orientales, la Cerdagne occupait le large bassin montagnard du Sègre en amont de la Séo d'Urgel et débordait sur celui de la Têt. Son premier comte apparaît au xe siècle. Mais, dès 1117, le pays est réuni au comté de Barcelone. Il n'en sera dès lors distrait que pour suivre le sort du Roussillon, appartenant au roi de Majorque aux xiiie et xive siècles ou au roi de France en 1463-1493. Finalement, la Cerdagne fut partagée par le traité des Pyrénées (1659). L'Espagne gardait Puigcerda et Llivia en enclave.

La Cerdagne française joua sous l'Ancien Régime le rôle de marche militaire, dominée par la puissante citadelle de Montlouis (du nom de Louis XIV) créée par Vauban et qui domine les hautes vallées de la Têt, de l'Aude et du Sègre. L'abbaye de Saint-Martin-du-Canigou (bâtie sur un à-pic de plus de 1 000 m) fut fondée en 1001 par Guifred, comte de Cerdagne ; abandonnée en 1783, elle a été restaurée par le diocèse de Perpignan au début du xxe siècle. Malgré les efforts de la francisation, la Cerdagne française resta par sa langue, ses mœurs et sa sensibilité religieuse un pays catalan, comme le Roussillon avec lequel elle forma la généralité de Perpignan et, à la Révolution, le département des Pyrénées-Orientales.

—  Gabriel LLOBET

Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle, professeur au lycée Léonard-Limosin, Limoges

Classification


Autres références

«  CERDAGNE  » est également traité dans :

CAPÉTIENS (987-1498)

  • Écrit par 
  • Jacques LE GOFF
  •  • 8 058 mots

Dans le chapitre « Les succès et leurs causes »  : […] Au milieu de terribles épreuves, la lutte contre l'étranger a apporté à la monarchie un soutien inappréciable, celui du sentiment national. La remontée démographique et économique qui s'amorçait permit alors à Charles VII et à son fils et successeur Louis XI (1461-1483) d'accélérer le retour aux progrès monarchiques. L'unité territoriale de la France et l'agrandissement du domaine royal s'accompli […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/capetiens/#i_14809

FRANCE (Histoire et institutions) - Formation territoriale

  • Écrit par 
  • Yves DURAND
  •  • 12 872 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Des dominations féodales à l'administration royale »  : […] En 1498, à la mort de Charles VIII, la frontière du sud-ouest laisse en dehors du royaume le Roussillon et la Cerdagne, acquis par Louis XI en 1462-1463 et abandonnée par Charles VIII au traité de Barcelone (1493), avant son expédition d'Italie. Au sud-est, la Provence et le Dauphiné font partie du royaume, mais non le comté de Nice et naturellement pas la Savoie, qui forme un duché indépendant. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/france-histoire-et-institutions-formation-territoriale/#i_14809

ROUSSILLON

  • Écrit par 
  • Jean SAGNES, 
  • Jean-Paul VOLLE
  •  • 1 507 mots
  •  • 2 médias

Les pays catalans qui, aujourd'hui, font partie intégrante de l'ensemble français formaient, du Moyen Âge au milieu du xvii e  siècle, les comtés de Roussillon, de Cerdagne, de Conflent et de Vallespir. En 1659, ces comtés sont annexés à la France par le traité des Pyrénées. Restructurés, ils reçoivent alors l'appellation globale de province de Ro […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/roussillon/#i_14809

Pour citer l’article

Gabriel LLOBET, « CERDAGNE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 17 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cerdagne/