NYMPHÉE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le mot nymphée (du grec numphaïon) désigne, en premier lieu, un sanctuaire consacré aux Nymphes. Celles-ci étant des divinités de l'eau, on en vient rapidement à se servir du terme pour nommer des fontaines publiques monumentales. C'est dans ce sens qu'est toujours pris le latin nymphaeum.

Les architectes grecs avaient déjà réalisé des fontaines monumentales, comme l'Enneakrounos d'Athènes (fontaine aménagée par Pisistrate). À l'époque hellénistique, on s'applique à donner une allure architecturale à des grottes naturelles où jaillit une eau tenue pour sacrée. La grotte se transforme en abside ou en chambre voûtée que précède le bassin de puisage. À partir de ces éléments, les constructeurs romains, qui ont su d'autre part aménager des « antres » naturels comme celui de Sperlonga, ont créé deux types d'édifices. On rencontre le premier, le nymphée-basilique, surtout en Italie. Il se compose d'une salle rectangulaire allongée, comportant généralement une double colonnade intérieure parallèle aux longs côtés, et terminée sur l'un des petits côtés par une abside où jaillit l'eau. On connaît des édifices de ce type, remontant au ~ ier siècle, à Tivoli, à Formies dans la villa dite de Cicéron, au lac d'Albano. L'« auditorium de Mécène », qui subsiste encore sur le Viminal, appartient à cette série, de même que l'une des pièces de la Maison d'Or de Néron, richement décorée de mosaïques. Un nymphée-basilique a été découvert à Bolsena dans la province de Viterbe. L'un des édifices les mieux conservés est le temple dit de Diane à Nîmes, qui fait partie d'un complexe cultuel consacré au dieu Nemausus, personnification de la source qui jaillit au pied du mont Cavalier ; les eaux sont recueillies dans un bassin artificiel, entourant une île carrée qui devait porter un autel ; le « temple de Diane » (un autre temple et un théâtre dominaient le bassin) a été reconstitué au xviiie siècle avec beaucoup d'exactitude.

Le second type, le nymphée-théâtre, s'apparente aux murs de scène des théâtres romains. Il consiste en un mur, tantôt rectiligne, tantôt courbe, défoncé de niches dans lesquelles jaillissaient des fontaines.

La catégorie curviligne, qui évoque une immense grotte où l'eau coulait de plusieurs sources, est représentée par le Canope de la villa d'Hadrien à Tivoli, où la grotte est l'aboutissement d'un long canal ; par le nymphée d'Alexandre Sévère, qui déversait les eaux de l'Aqua Julia, par de nombreux édifices d'Ostie, par le nymphée sévérien de Lepcis Magna, l'exèdre d'Hérode Atticus à Olympie, etc. On rattache souvent à ce type les septizonia, monuments élevés en l'honneur du Soleil, de la Lune et des planètes — dont le plus impressionnant fut dressé par Septime Sévère à l'extrémité du Palatin —, qui reproduisaient exactement un mur de scène (frons scaenae) avec leurs trois absides juxtaposées et leurs colonnades étagées sur trois niveaux ; mais il n'est pas certain qu'ils aient toujours comporté des fontaines. Dans les véritables théâtres, d'ailleurs, les fontaines sont un des ornements habituels des niches du pulpitum (mur qui porte la scène), et l'on pouvait dans certains donner des spectacles aquatiques.

La catégorie rectiligne, moins somptueuse, est représentée dans presque toutes les villes de l'Empire par des fontaines publiques qui décoraient notamment les forums et des fontaines privées qui ornaient les péristyles des maisons riches. Ostie présente plusieurs exemples de cette dernière catégorie dans ses hôtels aristocratiques qui datent du ive siècle.

La Gaule, dans ce domaine comme dans bien d'autres, fait preuve d'originalité. Les nymphées-théâtres y paraissent inconnus. Il y avait pourtant un grand nombre de sources sacrées, dont certaines étaient annexées à des temples et pouvaient être richement ornées de sculptures, comme celle de Genainville, dans le Vexin.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  NYMPHÉE  » est également traité dans :

FONTAINE MONUMENTALE

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME
  •  • 644 mots
  •  • 1 média

La fontaine est un lieu aménagé et orné où la nature dit sa puissance de fécondité, d'où la très ancienne habitude de faire jaillir l'eau de protomés ou d'orifices imités de pertuis organiques. Mais la valorisation de l'eau ne suit pas des cheminements uniques ; le signalent, ainsi, les fantasmes attachés au projet médiéval de la fontaine de Jouvence ou la théâtralisation jacobine de la fontaine d […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gilbert-Charles PICARD, « NYMPHÉE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 juillet 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/nymphee/