BURGOS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Espagne : carte administrative

Espagne : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Cloître du monastère de Las Huelgas, Burgos, Espagne

Cloître du monastère de Las Huelgas, Burgos, Espagne
Crédits : Istituto Geografico De Agostini

photographie

Cathédrale de Burgos, Espagne

Cathédrale de Burgos, Espagne
Crédits : Ken Welsh, Bridgeman Images

photographie


À Burgos, on sent battre le cœur de la Vieille-Castille. N'est-ce pas ici qu'apparaît pour la première fois la claire conscience d'une politique commune à l'ensemble de la péninsule Ibérique ? La ville fut une des résidences de la cour de Castille lorsque celle-ci était encore nomade ; mais, dès la fin du Moyen Âge, le rôle économique l'emporte nettement sur la fonction politique.

Espagne : carte administrative

Espagne : carte administrative

Carte

Carte administrative de l'Espagne. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Après avoir été une simple étape du camino francés (section espagnole de la route du pèlerinage à Compostelle), Burgos en arrive à dominer l'axe commercial Ségovie-Bilbao par Medina del Campo, c'est-à-dire la route d'exportation de la laine, principale ressource de la Castille. À la fin du xve siècle, les marchands de Burgos, après avoir établi un monopole de fait sur le commerce de cette matière première, règnent sur la Vieille-Castille et entretiennent des agents dans les principales places commerciales de l'Europe occidentale : Nantes et Rouen, Anvers et Bruges. Ils s'installent à Séville pour profiter des relations nouées avec l'Amérique, et la quête de la fortune les conduit jusqu'aux Canaries, au Cap-Vert et en Guinée. Dès le xvie siècle, cependant, la bourgeoisie de Burgos, jusque-là la plus prospère d'Espagne, connaît le déclin. Elle en porte en partie la responsabilité. Sensible aux agréments de la vie, cultivée et douée de sens artistique, elle se laisse séduire par le genre de vie seigneurial. Mais, elle est aussi victime de conditions nouvelles et particulièrement défavorables. La révolte des Pays-Bas et la guerre contre les Hollandais et les Anglais accumulent les ruines. Les progrès de la centralisation en Espagne s'effectuent au bénéfice de Séville et de Madrid. De grandes faillites se produisent en 1568. Après 1570, les principales familles de financiers se retirent définitivement des affaires.

Ce bref [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite d'histoire de l'art à l'université de Toulouse-Le-Mirail

Classification


Autres références

«  BURGOS  » est également traité dans :

CASTILLE

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  • , Universalis
  •  • 10 282 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Enracinements »  : […] Le xii e  siècle a vu en Castille, comme dans les autres provinces d'Espagne, l'art roman s'enraciner en prenant des caractères particuliers, régionaux et parfois même locaux. C'est le cas de la haute vallée du Duero, où Soria se pare de monuments reflétant les influences les plus diverses. Des apports occidentaux doivent être mis en relation avec […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/castille/#i_12253

CASTILLE-LEÓN, Espagne

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 360 mots
  •  • 5 médias

Noyau historique autour duquel s'est formé l'État espagnol, la Castille-León est la région la plus étendue d'Espagne (94 200 000 km 2 ). Elle comprend neuf provinces : Avila, Burgos , León , Palencia, Salamanque , Ségovie , Soria, Valladolid et Zamora. La majeure partie de son territoire est constituée par une grande plate-forme irriguée par le Due […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/castille-leon-espagne/#i_12253

SILOE DIEGO DE (1495-1563)

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 444 mots

Le fils du sculpteur flamand Gil de Siloe passe pour le plus grand artiste de la Renaissance en Espagne. Diego de Siloe fit le voyage d'Italie et collabora à Naples, avec Bartolomé Ordóñez, à la sculpture du retable de la chapelle des Caraccioli dans l'église de San Giovanni à Carbonara (1517). Après son retour en Espagne en 1519, une première part […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diego-de-siloe/#i_12253

SILOE GIL DE (actif entre 1486 et 1505)

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 643 mots

Une des figures les plus attachantes du gothique tardif. Bien qu'étranger à l'Espagne par sa naissance, le sculpteur d'origine nordique Gil de Siloe sut exprimer avec maîtrise et poésie une orientation essentielle de l'art de ce pays : le goût pour l'exubérance décorative. Comme il est parfois désigné sous le nom de Gil d'Anvers, on peut supposer q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gil-de-siloe/#i_12253

VIGARNY ou BIGUERNY FELIPE (1470 env.-1542)

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 268 mots

Originaire du diocèse de Langres, ce sculpteur français paraît avoir reçu de maîtres italiens une partie de sa formation première. Il s'établit à Burgos en 1498 et commence par sculpter trois des grands reliefs du revers de l'abside ( trasaltar ) de la cathédrale. La composition des scènes, les costumes et les types humains demeurent gothiques, mai […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vigarny-biguerny/#i_12253

Pour citer l’article

Marcel DURLIAT, « BURGOS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 février 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/burgos/