SILOE DIEGO DE (1495-1563)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le fils du sculpteur flamand Gil de Siloe passe pour le plus grand artiste de la Renaissance en Espagne. Diego de Siloe fit le voyage d'Italie et collabora à Naples, avec Bartolomé Ordóñez, à la sculpture du retable de la chapelle des Caraccioli dans l'église de San Giovanni à Carbonara (1517).

Après son retour en Espagne en 1519, une première partie de sa carrière se déroule à Burgos, au service des évêques et du chapitre de la cathédrale. Son art demeure très fortement influencé par l'Italie. Le tombeau de l'évêque Acuña (1519), qu'il exécute pour la chapelle Sainte-Anne, est l'œuvre d'un architecte. Il construit le bel escalier doré (Escalera dorada, 1519-1523), qui rachète la dénivellation importante existant entre la porte septentrionale du transept, dite de la Coronería, et le sol de la cathédrale. Dans le détail de l'ornementation, il utilise déjà les cartouches à personnages fortement encadrés, qui soulignent la vigueur de son art. Il est associé à Felipe Vigarny (1523-1526) pour le décor de la monumentale chapelle du Connétable, au fond du déambulatoire (retable principal et retable de saint Pierre).

En avril 1528, Diego de Siloe est appelé à Grenade pour y poursuivre la construction du fastueux monastère de San Jerónimo. Il décore les voûtes de l'église de prophètes de la Bible et de héros de l'Antiquité. Pour les stalles du chœur (1528-1531), il fournit des sculptures d'une extraordinaire délicatesse de lignes (Vierge à l'Enfant).

Son ambition de bâtir comme les Romains trouva matière à s'exercer dans la construction de la cathédrale de Grenade, dont il dirigea le chantier après la mort d'Egas. Son prédécesseur l'avait conçue comme une réplique de la cathédrale de Tolède. Il en fera un monument foncièrement original, tout à la fois monument funéraire et ex-voto, combinant la rotonde et le plan basilical. L'exécution en fut lente. Durant les années 1530, il élève les portails, notamment la puerta del Perdón (1537), et commence la rotonde et le déambulatoire. Les successeurs de Siloe respecteront dans l'ensemble les dessins qu'il avait fournis.

L'influence de la cathédrale de Grenade, le grand édifice de la première Renaissance en Espagne, fut considérable. Son style a marqué celle de Málaga. L'église du Sauveur à Úbeda (1536) combine à nouveau une rotonde et une nef. Siloe intervint aussi dans les plans de la sacristie (1536) de la cathédrale de Séville et dans ceux de la cathédrale de Guadix (1549).

—  Marcel DURLIAT

Écrit par :

  • : professeur émérite d'histoire de l'art à l'université de Toulouse-Le-Mirail

Classification


Autres références

«  SILOE DIEGO DE (1495-1563)  » est également traité dans :

ANDALOUSIE

  • Écrit par 
  • Michel DRAIN, 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  •  • 10 391 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Le XVIIIe siècle »  : […] Casa de Contratación de Indias » (1717). Trois ans plus tard, on commençait dans cette dernière ville la construction d'une vaste cathédrale, dont les plans furent donnés par Vicente Acero. Celui-ci prit comme modèle le chef-d'œuvre de Diego de Siloé à Grenade, mais simplifiant, rectifiant, recomposant, il l'interpréta dans un esprit tout nouveau […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andalousie/#i_1676

BURGOS

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 1 069 mots
  •  • 3 médias

À Burgos, on sent battre le cœur de la Vieille-Castille. N'est-ce pas ici qu'apparaît pour la première fois la claire conscience d'une politique commune à l'ensemble de la péninsule Ibérique ? La ville fut une des résidences de la cour de Castille lorsque celle-ci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/burgos/#i_1676

CASTILLE

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT, 
  • Philippe WOLFF
  • , Universalis
  •  • 10 287 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Le style plateresque »  : […] premier art plateresque trouva sa synthèse dans l'œuvre de Diego Siloé. Celui-ci devait s'illustrer à Grenade ; mais, sa formation s'étant faite à Burgos, c'est dans cette ville qu'on trouvera sa première création importante : le noble escalier du croisillon nord du transept de la cathédrale, daté de 1523 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/castille/#i_1676

ESPAGNE (Arts et culture) - L'art espagnol

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 5 036 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « De la libération de l'ornement à la crise de rigorisme »  : […] et ses prétentions à l'universalisme, alors que la cathédrale bâtie par Diego Siloe exprime, d'une part, une pensée symbolique inspirée du Saint-Sépulcre, à travers une organisation très stricte de l'espace, et, d'autre part, une piété accordée à Érasme, par l'usage très libre d'éléments formels empruntés aux ordres antiques. Seuls des termes […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/espagne-arts-et-culture-l-art-espagnol/#i_1676

PLATERESQUE ART

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 405 mots

On doit voir dans le style plateresque une manière d'art national espagnol, dont l'originalité apparaît avec une particulière netteté par rapport à l'Escorial, qui lui sert en quelque sorte de repoussoir. La dénomination, qui semble impliquer une référence à l'orfèvrerie (platería), ne doit pas faire illusion, car le style […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/art-plateresque/#i_1676

VIGARNY ou BIGUERNY FELIPE (1470 env.-1542)

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 268 mots

Originaire du diocèse de Langres, ce sculpteur français paraît avoir reçu de maîtres italiens une partie de sa formation première. Il s'établit à Burgos en 1498 et commence par sculpter trois des grands reliefs du revers de l'abside (trasaltar) de la cathédrale. La composition des scènes, les costumes et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/vigarny-biguerny/#i_1676

Pour citer l’article

Marcel DURLIAT, « SILOE DIEGO DE - (1495-1563) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/diego-de-siloe/