SILOE GIL DE (actif entre 1486 et 1505)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une des figures les plus attachantes du gothique tardif. Bien qu'étranger à l'Espagne par sa naissance, le sculpteur d'origine nordique Gil de Siloe sut exprimer avec maîtrise et poésie une orientation essentielle de l'art de ce pays : le goût pour l'exubérance décorative. Comme il est parfois désigné sous le nom de Gil d'Anvers, on peut supposer qu'il était d'origine flamande, ce qui s'accorde bien avec d'autres caractères de son style. Il exerça principalement son activité à Burgos où il est mentionné entre 1486 et 1501.

C'est en 1486 que la reine Isabelle la Catholique lui commanda le tombeau qui devait recevoir les cendres de son père, le roi Jean II de Castille, et de sa mère, Isabelle de Portugal, dans la chartreuse de Miraflores à Burgos. Placé devant l'autel de la chapelle, le monument dessine une étoile à huit pointes, c'est-à-dire un motif d'origine musulmane, mais dont la source immédiate paraît avoir été la voûte de la chapelle du Connétable, dans la cathédrale de Burgos. En dépit de ses vastes dimensions, cette œuvre d'albâtre est traitée comme un joyau. Les gisants du roi et de la reine sont entourés d'une foule de figurines — personnages de l'Ancien Testament, images de la Vierge Marie et représentations des Vertus — distribuées dans un univers de baldaquins, de pinacles et d'autres éléments architecturaux, qui décomposent les surfaces en d'innombrables facettes et produisent dans la lueur de l'albâtre un effet quasi magique.

En même temps qu'il travaillait à cette œuvre majeure, Gil de Siloe exécuta, entre 1489 et 1493, le tombeau du frère d'Isabelle la Catholique, l'infant don Alfonso. Mort prématurément, victime du poison ou de la peste, le jeune homme repose dans un enfeu ménagé à gauche du tombeau de ses parents. Il est représenté agenouillé, les mains jointes, devant un prie-Dieu. Comme le roi et la reine, il est somptueusement vêtu. La beauté du monument résulte en partie de la richesse [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur émérite d'histoire de l'art à l'université de Toulouse-Le-Mirail

Classification


Autres références

«  SILOE GIL DE (actif entre 1486 et 1505)  » est également traité dans :

BURGOS

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 1 068 mots
  •  • 3 médias

À Burgos, on sent battre le cœur de la Vieille-Castille. N'est-ce pas ici qu'apparaît pour la première fois la claire conscience d'une politique commune à l'ensemble de la péninsule Ibérique ? La ville fut une des résidences de la cour de Castille lorsque celle-ci était encore nomade ; mais, dès la fin du Moyen Âge, le rôle économique l'emporte nettement sur la fonction politique. Après avoir été […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/burgos/#i_1675

Pour citer l’article

Marcel DURLIAT, « SILOE GIL DE (actif entre 1486 et 1505) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gil-de-siloe/