VALLADOLID

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Au confluent du Pisuerga et de l'Esgueva, le site de Valladolid n'a rien de pittoresque, mais il s'est révélé propice au développement d'une grande ville : au cœur de la région de Castille-Léon, à l'endroit où les principaux affluents du Douro convergent vers le grand fleuve, dans une région fertile et à proximité immédiate de la tierra de Campos, la Beauce de la Péninsule.

Espagne : carte administrative

Carte : Espagne : carte administrative

Carte administrative de l'Espagne. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Valladolid a grandi, à partir de la Reconquête, avec la renaissance du commerce. Elle s'est installée sur un grand axe économique du Moyen Âge, reliant les ports castillans de la côte cantabrique, Santander et Laredo, à Séville, par Medina del Campo, Ségovie, Madrid, Tolède et Cordoue. À proximité se situaient les grandes foires de Villalón, de Medina de Ríoseco et de Medina del Campo. Néanmoins, elle ne réussit pas à exploiter pleinement des conditions favorables. Sa propre foire demeura sans grande importance, faute d'être assortie de changes. Elle ne devint ni un grand centre commercial comme Burgos ni une ville industrielle comme Ségovie. Elle n'obtint un évêché qu'au xvie siècle et son université n'était à la même époque que la troisième des universidades mayores, après celles de Salamanque et d'Alcalá de Henares. Son rôle principal fut, en définitive, celui d'une capitale politique et administrative. La cour y fit des séjours longs et répétés jusqu'à Philippe II. Le mariage des Rois Catholiques, Ferdinand d'Aragon et Isabelle de Castille, y fut célébré. De nombreux et riches seigneurs, dont un certain nombre de grands d'Espagne, y eurent leur résidence. Le pouvoir judiciaire était installé à demeure avec le puissant tribunal de l'audience ou chancellerie. Cependant, au moment où la cour cessa d'être nomade, Valladolid ne sut pas la retenir. Après le choix de l'Escorial par Philippe II en 1561, Madrid allait devenir la capitale. Au début du règne de Philippe III, Valladolid crut possible d'acheter très cher le retour du roi. Elle fut victime d'un marché de dupes et tomba dans un piège tendu par le favori du roi, le duc de Lerme. En mars 1606, définitivement abandonnée par la cour, elle sombra dans une décadence dont elle ne s'est relevée qu'à l'époque contemporaine, avec le développement de l'industrie (montage d'automobiles, agroalimentaire, textiles). Le centre porte les cicatrices d'une histoire urbaine complexe, et les faubourgs s'étendent rapidement, alignant des casas molineras pauvres et des blocs collectifs. La ville comptait 320 000 habitants en 2006, en léger déclin au profit de sa blanlieue.

Faute d'avoir disposé de bons matériaux de construction – longtemps on n'utilisa que la brique et le pisé –, Valladolid n'est pas une ville monumentale. Elle est médiocrement construite et seuls quelques monuments témoignent de sa grande histoire. L'ancien palais royal fut acheté et agrandi par Philippe III, au moment où le roi entretenait Valladolid dans l'illusion de sa faveur. Sa façade sévère s'associe à deux patios plateresques. Parmi les anciennes résidences seigneuriales, on citera l'immense palais des comtes de Benavente, qui, bien que construit vers 1510-1520, conserve encore l'aspect d'une forteresse. C'est au contraire le style de la Renaissance florentine, avec ses bossages et un patio à colonnes toscanes, qui caractérise le palais des marquis de Valverde. Il a malheureusement été transformé par des restaurations aux xviie et xviiie siècles. Une sévérité herrérienne, tempérée par quelques souvenirs de la Renaissance, donne enfin son caractère au palais de Fabio Nelli de Espinosa, construit, entre 1580 et 1594, pour un puissant financier d'origine siennoise.

Si elle avait pu être achevée, la cathédrale serait un des monuments majeurs de l'art religieux dans la péninsule Ibérique. Pour honorer la ville où il était né, Philippe II confia à Juan de Herrera le soin de concevoir une église qui aurait été le symbole de l'orthodoxie catholique victorieuse. Cependant, [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : professeur émérite d'histoire de l'art à l'université de Toulouse-Le-Mirail

Classification

Autres références

«  VALLADOLID  » est également traité dans :

BENNASSAR BARTOLOMÉ (1929-2018)

  • Écrit par 
  • Richard MARIN
  •  • 926 mots

Historien de renommée internationale, prolifique et inventif, Bartolomé Bennassar est une des figures majeures de l’hispanisme français. Avec plus d’une trentaine d’ouvrages à son actif, certains en collaboration, il ne s’est jamais cantonné à un seul registre. Si l’Espagne, tant moderne que contemporaine, a été l’objet central de sa recherche, il s’est souvent échappé de son domaine de prédilecti […] Lire la suite

CASTILLE-LEÓN, Espagne

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 361 mots
  •  • 5 médias

Noyau historique autour duquel s'est formé l'État espagnol, la Castille-León est la région la plus étendue d'Espagne (94 200 000 km 2 ). Elle comprend neuf provinces : Avila, Burgos , León , Palencia, Salamanque , Ségovie , Soria, Valladolid et Zamora. La majeure partie de son territoire est constituée par une grande plate-forme irriguée par le Duero et ses affluents et entourée de régions montagn […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - Géographie

  • Écrit par 
  • Michel DRAIN
  •  • 9 612 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Vieille-Castille et León »  : […] Dans la cuvette à demi fermée entourée de montagnes, l'altitude élevée (entre 700 et 1 000 mètres) impose un climat rude aux longs hivers neigeux. L'olivier est absent et la vigne, qui doit faire l'objet de soins attentifs, donne, pour cette raison sans doute, les meilleurs crus d'Espagne (Toro, Ribera del Duero). Le fleuve Duero rejoint le Portugal par des gorges profondes mises à profit par de g […] Lire la suite

ESPAGNE (Arts et culture) - L'art espagnol

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 5 038 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « De la libération de l'ornement à la crise de rigorisme »  : […] Le mariage de Ferdinand d'Aragon et d'Isabelle de Castille en 1469 ouvrit pour l'Espagne une ère nouvelle d'unité, de puissance et de grandes aventures. À peine la prise de Grenade a-t-elle mis fin à la Reconquête que commence la conquête de l'Amérique. Celle-ci assurera des ressources considérables au bénéfice exclusif de la Castille et de l'Andalousie. Dans ces mêmes années, l'Espagne s'insère d […] Lire la suite

HERNÁNDEZ ou FERNÁNDEZ GREGORIO (1570 env.-1636)

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 386 mots

Le dernier des grands sculpteurs de l'école de Valladolid incarne l'âme religieuse de l'Espagne de la Contre-Réforme. On est mal informé sur son origine et sa formation, mais il est évident qu'il subit profondément dans sa jeunesse l'influence des maîtres de l'art naturaliste que furent le Bourguignon Juan de Juni et l'Italien Pompeo Leoni. Cette veine naturaliste caractérise l'époque de la maturi […] Lire la suite

HERRERA JUAN DE (1530-1597)

  • Écrit par 
  • Catherine WILKINSON-ZERNER
  •  • 4 879 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les églises »  : […] Le rôle prééminent joué par Herrera à l'Escorial a eu pour conséquence de lui faire attribuer toute église castillane du xvi e  siècle ayant un style suffisamment classique. Il est vrai qu'en Castille le classicisme a beaucoup influencé les églises de village – surtout pour les façades et les tours –, mais Herrera n'a dessiné aucune de ces églises, et d'ailleurs aucune d'elles ne reflète son styl […] Lire la suite

JUNI JUAN DE (1506 env.-1571)

  • Écrit par 
  • Marcel DURLIAT
  •  • 435 mots

Avec Alonso Berruguete et Gregorio Fernández, Juan de Juni domine l'école de sculpture polychrome de Valladolid. Il ne s'établit cependant dans cette ville qu'assez tard, en 1541, après avoir travaillé dans diverses cités espagnoles. D'origine française et très influencé par l'Italie, il possédait une large culture dont témoignent les ouvrages français, italiens, latins et espagnols — parfois illu […] Lire la suite

Les derniers événements

5-25 octobre 1989 C.E.E. La diplomatie européenne de François Mitterrand

Les 23 et 24, à Valladolid, il participe au troisième sommet franco-espagnol. Le 25, le président français est l'hôte du Parlement européen à Strasbourg. C'est pour lui l'occasion d'évoquer les événements en cours en Europe orientale et de plaider en faveur du soutien à la politique de Mikhaïl Gorbatchev. Il affirme que seule la construction de l'Europe politique pourra répondre aux transformations des pays de l'Est et qu'à cette fin il importe de respecter le calendrier prévu pour la réalisation de l'Europe monétaire. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marcel DURLIAT, « VALLADOLID », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/valladolid/