BOURBONS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les Bourbons hors de France

Philippe V et les Bourbons d'Espagne

La succession de Charles II d'Espagne en 1700 permit à Philippe d'Anjou (1683-1746), petit-fils de Louis XIV, de monter sur le trône de Madrid. Charles II, sans descendant direct, laissait un héritage difficile. Tous deux étant fils et époux d'infantes espagnoles, Louis XIV comme l'empereur Léopold Ier de Habsbourg pouvaient y prétendre. Par les traités de l'automne de 1698 et de mars 1700, le roi de France consentit à ce que le royaume d'Espagne revint au prince électeur de Bavière ou à l'archiduc Charles de Habsbourg, à condition que le Dauphin reçût Naples, la Sicile, le Milanais et le Guipuzcoa, monnaies d'échange pour agrandir la France de la Lorraine, de la Savoie et de Nice.

La cour d'Espagne allait faire échouer ce projet. Les Espagnols refusèrent de morceler leur empire, et le testament de Charles II appela à la couronne Philippe, duc d'Anjou, second fils du Grand Dauphin, frère cadet du duc de Bourgogne. Le roi mourut le 1er novembre 1700, et l'acceptation du testament par Louis XIV provoqua la grande alliance de 1701 contre la France et l'Espagne. Après une guerre difficile, les traités d'Utrecht (avril 1713) et de Rastatt (mars 1714) amputèrent l'État espagnol de ses possessions italiennes et des Pays-Bas attribués à l'empereur Charles VI et à Victor-Amédée de Savoie, mais l'Espagne conserva son roi Bourbon.

Les maisons de Parme et des Deux-Siciles

Philippe V eut de ses deux mariages, avec Marie-Louise de Savoie et Élisabeth Farnèse, Louis, à qui il abandonna le trône en 1724 pour le reprendre la même année, Ferdinand VI, qui régna de 1745 à 1759, Charles, d'abord roi des Deux-Siciles de 1744 à 1759, puis d'Espagne de 1759 à 1788, et Philippe, duc de Parme et de Plaisance de 1748 à 1765.

Au xviiie siècle, la maison de Bourbon gagna en effet de nouvelles couronnes. Le traité de Vienne (1731) assura à Charles le duché de Parme, qu'il devait échanger en 1738 (paix de Vienne) contre le royaume de Naples et de Sicile. À la paix d'Aix-la-Chapelle (1748), après la guerre de Succession d'Autriche, le second fils de Philippe V, don Philippe, reçut les duchés de Parme et de Plaisance cédés par Marie-Thérèse d'Autriche. L'union des cours de la maison de Bourbon allait se concrétiser par le « Pacte de famille » entre Versailles, Parme, Naples et Madrid en 1761, œuvre de Choiseul pour aider à terminer la guerre de Sept Ans.

À Naples devaient se succéder Ferdinand Ier (1759-1825), troisième fils de Charles III d'Espagne, François Ier (1825-1830), Ferdinand II (1830-1859) et François II (1859-1860). En 1860, l'unification de l'Italie au profit du Piémont ruina les monarchies bourboniennes de la péninsule. Il en fut à Naples comme à Parme, où Robert qui régnait depuis 1854 fut renversé. Il était fils de Charles III (1849-1854), lui-même fils de Charles-Louis (roi d'Étrurie en 1803, duc de Lucques en 1815, de Parme en 1847). Le père de Charles-Louis, Louis de Bourbon (1773-1830), avait été un moment roi d'Étrurie par la grâce de Napoléon. Louis était fils de Ferdinand (1765-1802), petit-fils de don Philippe (1748-1765), le bénéficiaire de la paix d'Aix-la-Chapelle.

À Madrid, le destin des Bourbons fut très inégal. Au règne éclairé de Charles III (1759-1788), succéda celui de Charles IV qui dut abdiquer en 1808 en faveur de Joseph Bonaparte. Après la guerre d'indépendance, la couronne revint à son fils Ferdinand VII (1814-1833) qui restaura l'absolutisme, mais ne put empêcher l'effondrement de l'empire colonial espagnol. Isabelle II, sa fille, régna de 1833 à 1868. L'Espagne fut alors troublée par les révoltes carlistes de 1833 à 1840 avec de nouvelles flambées en 1847 et en 1870-1875 : le frère cadet de Ferdinand VII, don Carlos, essaya de prendre la couronne à sa nièce, en excipant de la loi salique. Le carlisme, cousin du légitimisme français, recrutait ses partisans dans le nord-est de l'Espagne, Navarre et Pays basque.

Une révolution chassa Isabelle II en 1868 et le trône fut offert à Amédée de Savoie. Mais une situation anarchique, suivie d'une dictature militaire, permit la restauration des Bourbons en la personne d'Alphonse XI [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 10 pages

Écrit par :

  • : chargé d'enseignement à la faculté des lettres et sciences humaines de Nantes

Classification

Autres références

«  BOURBONS  » est également traité dans :

AMÉRIQUE (Histoire) - Amérique espagnole

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre BERTHE
  •  • 21 938 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Le despotisme éclairé et les Lumières »  : […] Le xviii e  siècle connaît en Amérique espagnole une période de mouvement et de transformations, qui contraste avec le climat général des époques antérieures et, surtout avec l'isolement des Indes et du monde hispanique au xvii e  siècle. L'avènement au trône d'Espagne de Philippe V et de la dynastie des Bourbons s'accompagne, par la force même des choses, d'une certaine ouverture de l'Amérique a […] Lire la suite

ANNE D'AUTRICHE (1601-1666) reine de France

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 268 mots
  •  • 1 média

Fille de Philippe III d'Espagne et de Marguerite d'Autriche, femme de Louis XIII (1615), mère de Louis XIV (1638) et du duc d'Orléans (1640), grande, belle, telle que l'ont peinte Rubens (musée du Prado) et Mignard (musée du Louvre), héroïne enfin d'Alexandre Dumas, la reine a suscité amitiés fidèles et animosités redoutables. Louis XIII ne l'aime guère, Richelieu s'en méfie, le duc de Buckingham […] Lire la suite

ANNE DE FRANCE, dite LA DAME DE BEAUJEU (1462-1522)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 318 mots

Fille aînée de Louis XI et de Charlotte de Savoie, Anne de France fut régente du royaume pendant la minorité de son frère Charles VIII, de 1485 à 1491, avec son mari Pierre de Bourbon, sire de Beaujeu. Une intelligence politique aiguë, alliée à une grande énergie, la rendit capable de surmonter les difficultés qui menaçaient le royaume, dont la plus redoutable : l'agitation qui se développait parm […] Lire la suite

BOURBON CHARLES duc de (1490-1527) connétable de France

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 635 mots

Connétable de France sous François I er , puis général sous le principal adversaire du roi, Charles Quint, Charles de Bourbon est né le 17 février 1490 à Montpensier et mort le 6 mai 1527 à Rome. Deuxième fils de Gilbert, comte de Montpensier, chef de file de la branche cadette de la maison de Bourbon, le jeune Charles bénéficie d'une succession de décès : celui de son père (1496) est suivi de cel […] Lire la suite

BOURBONNAIS

  • Écrit par 
  • André LEGUAI
  •  • 754 mots

Le point de départ du Bourbonnais a été une petite seigneurie qui ne correspondait ni à un ancien territoire gaulois, ni à une circonscription gallo-romaine. L'ancêtre présumé des sires de Bourbon semble avoir été un familier de Guillaume le Pieux, duc d'Aquitaine, nommé Aimard. En 915, il abandonna au monastère de Cluny sa terre de Souvigny. L'avouerie du prieuré créé en ce lieu fut le premier fo […] Lire la suite

BOURBON-PARME XAVIER DE (1889-1977)

  • Écrit par 
  • Louis URRUTIA-SALAVERRI
  •  • 972 mots

Né au château de Pianore, près de Viareggio en Toscane, le prince François Xavier de Bourbon-Parme et de Bragance doit à son ascendance et aux circonstances de succéder, par décret royal de cette branche dynastique, le 23 janvier 1936 au vieux prétendant carliste Alfonso Carlos I er . Jusqu'à la veille de sa mort, il va représenter le carlisme moderne, fonction qu'il remettra entre les mains de s […] Lire la suite

CHAMBORD HENRI DE BOURBON comte de (1820-1883)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 392 mots

Dernier héritier de la branche aînée des Bourbons, né le 29 septembre 1820 à Paris, mort le 24 août 1883 à Frohsdorf, en Autriche. Petit-fils du roi Charles  X et fils posthume de Charles Ferdinand, duc de Berry, qui mourut assassiné, Henri d'Artois, duc de Bordeaux, comte de Chambord, doit fuir la France en 1830, alors que son cousin Louis-Philippe, de la maison d'Orléans, vient d'être couronn […] Lire la suite

CHARLES X (1757-1836) roi de France (1824-1830)

  • Écrit par 
  • Guillaume de BERTHIER DE SAUVIGNY
  •  • 517 mots
  •  • 1 média

Né à Versailles le 9 octobre 1757, Charles était le quatrième fils du dauphin Louis (fils de Louis XV, mort en 1765 sans avoir régné). À la cour de Versailles, la vie du jeune comte d'Artois (tel était son titre) fut celle d'un écervelé aimable et libertin, fort empressé auprès des dames qui se plaisaient à le surnommer chevaleresquement Galaor. Dans la crise de 1789, Artois soutint le parti de la […] Lire la suite

CONDÉ LOUIS II DE BOURBON prince de, dit LE GRAND CONDÉ (1621-1686)

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 557 mots

Fils de Henri II de Bourbon, frère de la duchesse de Longueville et du prince de Conti, arrière-petit-fils du célèbre Louis I er de Bourbon, tué à la bataille de Jarnac en 1569, le prince de Condé fait d'excellentes études chez les jésuites de Bourges ; il épouse, en 1641, l'une des nièces de Richelieu. Très jeune, il devient la gloire de l'armée française. C'est le type du prince du sang du xvi […] Lire la suite

CONTI LES

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 1 008 mots

Branche cadette de la maison de Bourbon. Conti est un village de Picardie entre Amiens et Montdidier. La maison fut formée en 1551 en faveur de Louis I er de Bourbon et s'éteignit en 1614 avec la mort de François son troisième fils. Elle fut relevée vers 1630 en faveur d'Armand de Bourbon, frère du Grand Condé, et dura jusqu'en 1814. Armand sembla d'abord se destiner à l'état ecclésiastique puis […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Yves DURAND, « BOURBONS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bourbons/