ANNE D'AUTRICHE (1601-1666) reine de France

Anne d'Autriche (1601-1666)

Anne d'Autriche (1601-1666)

Anne d'Autriche (1601-1666)

Attribué à Charles Beaubrun, Anne d'Autriche, reine de France, vers 1650. Huile sur toile, 137 cm ×…

Fille de Philippe III d'Espagne et de Marguerite d'Autriche, femme de Louis XIII (1615), mère de Louis XIV (1638) et du duc d'Orléans (1640), grande, belle, telle que l'ont peinte Rubens (musée du Prado) et Mignard (musée du Louvre), héroïne enfin d'Alexandre Dumas, la reine a suscité amitiés fidèles et animosités redoutables. Louis XIII ne l'aime guère, Richelieu s'en méfie, le duc de Buckingham l'idolâtre, Mazarin, comme en témoigne sa correspondance, a toujours compté sur son indéfectible soutien, même s'il n'y eut jamais de mariage secret. Paresseuse, peu instruite (c'est un trait qu'elle partage avec nombre de membres des familles régnantes de l'époque), aussi entêtée qu'autoritaire, elle n'a plus, après la mort de son mari, qu'un souci : celui de léguer à son fils un royaume intact. Pour simplifier, disons qu'elle a eu deux carrières politiques successives. Jusqu'en 1643, elle chaperonne l'opposition, participe peu ou prou à tous les « complots », comme ceux de Chalais ou de Cinq-Mars, entretient avec son frère Philippe IV une correspondance secrète qui témoigne de plus d'inconscience que de réelle trahison. Tout change avec Mazarin. Elle se laisse aveuglément guider par l'« Italien », par celui qui fut peut-être l'un des plus brillants hommes d'État du xviie siècle, au plus grand bénéfice de la monarchie française. En 1661, elle se retire de la scène politique et meurt cinq ans plus tard dans ce Val-de-Grâce qu'elle avait fait construire.

— Jean MEYER

    La suite de cet article est accessible aux abonnés

    • Des contenus variés, complets et fiables
    • Accessible sur tous les écrans
    • Pas de publicité

    Découvrez nos offres

    Déjà abonné ? Se connecter

    Écrit par

    • Jean MEYER : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Rennes

    Classification

    Pour citer cet article

    Jean MEYER, « ANNE D'AUTRICHE (1601-1666) reine de France », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL :

    Média

    Anne d'Autriche (1601-1666)

    Anne d'Autriche (1601-1666)

    Anne d'Autriche (1601-1666)

    Attribué à Charles Beaubrun, Anne d'Autriche, reine de France, vers 1650. Huile sur toile, 137 cm ×…

    Autres références

    • BOURBONS

      • Écrit par Yves DURAND
      • 5 681 mots
      • 1 média
      Au xvii e siècle, la famille royale se compose surtout des reines Marie de Médicis (1573-1642) et Anne d'Autriche (1601-1666), la première malhabile pendant la minorité de Louix XIII à défendre les droits du roi, la seconde, comme la première, au cœur de tous les complots du vivant de Louis...
    • DUPES JOURNÉE DES (10-11 nov. 1630)

      • Écrit par Jean MEYER
      • 558 mots

      Tallemant des Réaux appelle la journée des dupes « la grande cabale des deux Reynes, de Monsieur et de toute la maison de Guise ». On pourrait ajouter à cette liste les bâtards de Henri IV, le parti dévot avec le chancelier d'Aligre et les deux Marillac, pour ne pas parler du mécontentement...

    • FRONDE

      • Écrit par Victor-Lucien TAPIÉ
      • 2 475 mots
      ...faite de traditions aux limites imprécises et qui se contenaient les unes les autres dans un équilibre fragile. À la mort de Louis XIII (1643), la reine Anne d'Autriche avait obtenu du parlement de Paris qu'on lui confiât l'exercice de la régence. Elle gouvernait depuis cinq ans, avec...
    • IMPORTANTS CABALE DES

      • Écrit par Jean MEYER
      • 298 mots

      À la mort de Louis XIII, tous ceux qui ne veulent plus d'un Premier ministre puissant et espèrent, à la faveur d'un changement, se pousser aux affaires sont liés à la régente Anne d'Autriche, souhaitant le renversement à leur profit de la politique générale. On trouve...

    • LOUIS XIV (1638-1715) roi de France (1643-1715)

      • Écrit par Victor-Lucien TAPIÉ
      • 9 183 mots
      • 10 médias
      ...groupes éclairés de la société et dans les classes populaires, la France ressentait l'absence d'un héritier au trône comme une frustration nationale. Mariés depuis 1615, époux depuis 1619, le roi Louis XIII et la reine Anne d'Autriche étaient demeurés jusque-là sans enfant. Aussi ne faut-il pas s'étonner...

    Voir aussi