Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ROI

Articles

  • BODIN JEAN (1529-1596)

    • Écrit par
    • 4 649 mots
    • 1 média
    Mais, de ses origines germaniques, la monarchie franque, puis française, a retenu l'importance du principe féodal. La quasi-totalité des membres du corps social sont reliés entre eux par des obligations de type personnel qui font de la noblesse la classe politique par excellence. Aux yeux de...
  • BOURBONS

    • Écrit par
    • 6 456 mots
    • 1 média
    ...conçoivent pas l'État comme une réalité abstraite, mais comme un tout organique, comme un corps vivant : un corps mystique. Le même Guy Coquille écrit que « le roy est le chef et le peuple des trois ordres sont les membres et tous ensemble font le corps politique et mystique, dont la liaison et union est...
  • ÉTRUSQUES

    • Écrit par
    • 13 400 mots
    • 17 médias
    ...les étapes de la naissance d'une société caractérisée par une pluralité de principes, de reguli, appelés aussi selon les sources latines lucumones (= rois ; de l'étrusque reconstitué lauchme). L'autorité de ces lucumones s'exerce au moyen des liens gentilices de la fides. La gens...
  • FRANCE (Histoire et institutions) - Naissance d'une nation

    • Écrit par
    • 8 924 mots
    • 11 médias
    ...monnaie accaparé par les seigneurs haut justiciers et le développement des échanges à moyen et grand rayon d'action entraînèrent la multiplication des espèces et, pour beaucoup d'entre elles, leur avilissement. Il en résulta l'habitude prise en France entre 1050 et 1100 de préciser dans les actes l'origine...
  • FRANCE (Histoire et institutions) - L'État monarchique

    • Écrit par
    • 7 592 mots
    • 1 média
    Au début de l'époque franque (Mérovingiens), le roi considère le royaume comme son bien ; cette conception patrimoniale a pour conséquence, à la mort du monarque, le partage du royaume entre ses fils, les filles étant exclues comme elles le sont de la succession à la terre des ancêtres (...
  • JUSTICE ROYALE

    • Écrit par
    • 506 mots

    Le roi est la source de toute justice et c'est de sa fonction de justicier suprême qu'il tire ses pouvoirs. Cette notion est inséparable de la souveraineté dans les royautés occidentales. La main de justice, qui est une variante du sceptre, est remise au roi le jour de son sacre,...

  • MONARCHIE

    • Écrit par
    • 9 672 mots
    Même institué par volonté divine,le roi ne peut gouverner qu'avec l'appui de telle ou telle partie du peuple. Les mythes romains nous montrent ainsi Romulus, roi charismatique, s'appuyant sur une élite de juniores, de celeres – c'est-à-dire un parti de militants tout dévoués. Numa...
  • SCANDINAVIE

    • Écrit par , , , , et
    • 22 005 mots
    • 11 médias
    Les conceptions païennes accordaient au roi une place considérable dans l'ordre surnaturel : il est l'intermédiaire des hommes et des dieux, et il arrive qu'on le sacrifie en cas de mauvaise récolte persistante. Mais dans l'ordre civil le rôle du roi est mesuré. Sans doute, il appartient à une famille...
  • SCEPTRE

    • Écrit par
    • 904 mots

    Depuis l'Antiquité, bergers, rois et dieux portent de longs sceptres qui sont le signe de leur autorité sur le troupeau, sur le peuple ou sur le cosmos. On y place souvent au sommet un emblème destiné à montrer quelle est la source de ce pouvoir, le symbole de la divinité tutélaire,...

  • SÉPARATION DES POUVOIRS

    • Écrit par
    • 1 438 mots
    S'inspirant des institutions britanniques, Montesquieu résout tout autrement la question de la fonction législative. En Angleterre, le roi participe encore à cette fonction par son droit de veto et partage encore avec les chambres un pouvoir de proposition, si bien que son « pouvoir d'empêcher »...
  • SOUVERAINETÉ

    • Écrit par
    • 1 356 mots

    Le principe de souveraineté occupe une place essentielle dans la théorie politique : c'est autour de lui que s'ordonne la pensée du politique à partir du xvie siècle. La souveraineté apparaît ainsi comme le fondement de la modernité politique et permet en grande partie d'expliquer...

  • SUZERAIN

    • Écrit par
    • 441 mots

    Seigneur supérieur. Dans le vocabulaire du droit féodo-vassalique, le suzerain est le seigneur du seigneur (antonyme : arrière-vassal). Ce terme désigne par excellence la personne qui se trouve au sommet d'une pyramide hiérarchique : l'empereur, le roi, dans la société féodale, sont des suzerains....