COMTE AUGUSTE (1798-1857)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

De la science à la philosophie

L'idée comtienne de la science

Pourquoi Auguste Comte, contrairement à Saint-Simon, présente-t-il une réflexion sur la science en préambule à un plan de réforme sociale ? Cela tient à l'idée qu'il se fait de la science, non pas seulement somme de savoirs, mais rapport global de l'homme au monde. Par suite, elle s'offre avant tout comme un principe et un système de croyances. Or toute organisation sociale repose, en dernière analyse, sur un système de cette sorte. Si la science se révèle comme le seul type de croyance actuellement efficace, alors la réforme sociale repose sur la science. De cela Comte est profondément convaincu parce que lui-même a perdu la foi en recevant une éducation scientifique. Désormais, toute vérité doit être prouvée. Au juste, seul un petit nombre d'hommes est susceptible de comprendre les démonstrations scientifiques ; cela n'a pas d'importance car la science fournira même aux ignorants une foi suffisante pour établir un ordre social. On voit donc que les deux formules qui résument la science dans la première leçon du Cours : « Savoir pour pouvoir afin de pourvoir » et « Savoir pour savoir » ne sont pas incompatibles comme un pur pragmatisme et un pur intellectualisme. Le but le plus haut : « Savoir pour savoir », exprime le lien entre les hommes et n'exclut pas une certaine utilité.

Cependant, alors que les croyances théologiques permettaient une représentation organisée, et, par suite, fondaient une société durable, les sciences, au début du xixe siècle, demeurent des ensembles partiels, impropres à produire une vue d'ensemble. Il est impossible de concilier la théologie et la science. Il n'y a pas à proprement parler conflit logique ou dialectique entre elles. Un nouveau mode d'explication frappe les dogmes d'obsolescence. Aussi l'esprit positif prétend-il éviter la polémique et aspire à s'établir pacifiquement dans les [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages






Écrit par :

Classification


Autres références

«  COMTE AUGUSTE (1798-1857)  » est également traité dans :

COURS DE PHILOSOPHIE POSITIVE, Auguste Comte - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Éric LETONTURIER
  •  • 928 mots
  •  • 1 média

Le Cours se situe dans la seconde des trois grandes périodes que traditionnellement la postérité voit dans la production d'Auguste Comte (1798-1857), juste entre les Opuscules (1820-1826) et le Système de politique positive (1851-1854). D'abord professé à partir d'avril 1826 à son domicile, pu […] Lire la suite

CAUSALITÉ

  • Écrit par 
  • Raymond BOUDON, 
  • Marie GAUTIER, 
  • Bertrand SAINT-SERNIN
  •  • 12 999 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le discrédit de l'analyse causale »  : […] La concurrence faite à l'idée de cause par le fonctionnalisme, par la méthode « compréhensive » ou par l'explication à partir des raisons, la répulsion de certains sociologues à accepter l'idée wébérienne d'une complémentarité entre « explication » et « compréhension », bien que guidées par la spécificité du social, sont sans doute liées au discrédit philosophique de la causalité qui a suivi le dé […] Lire la suite

CONSENSUS

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 2 712 mots

Dans le chapitre « Consensus ou lutte de classes ? »  : […] Confrontée dès sa naissance à ces sociétés nouvelles nées de la Révolution française et de l'industrialisation, la sociologie a si nettement centré sa réflexion sur le consensus que l'on pourrait, comme le suggère Raymond Aron, classer les sociologues en fonction du sens qu'ils donnent à la fois au consensus et aux luttes sociales. Ainsi Auguste Comte comme Émile Durkheim pensent que toute sociét […] Lire la suite

DURKHEIM (ÉCOLE DE)

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 2 534 mots

Dans le chapitre « Aux origines de la sociologie française »  : […] Durkheim s'est assigné la tâche de créer la science sociologique, avec ses propres objets, sa méthodologie et ses modèles explicatifs. Philosophe de formation, il se situe dans la lignée positiviste de Comte (1798-1857), l'inventeur du mot sociologie. Le positivisme ne s'intéresse ni aux causes premières ni aux fins dernières des phénomènes, mais seulement à la manière dont ils peuvent être expl […] Lire la suite

ÉPISTÉMOLOGIE

  • Écrit par 
  • Gilles Gaston GRANGER
  •  • 13 082 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « L'épistémologie « post-kantienne » »  : […] Notons tout d'abord que l'adjectif de post-kantien n'est pas pris ici au sens habituellement utilisé pour désigner les philosophies de Fichte, de Schelling et de Hegel. En tant que source d'un développement de l'épistémologie, la philosophie transcendantale de Kant apparaît comme un rationalisme de la perception . L' objet de la science est, en effet, décrit par Kant comme prolongement direct de […] Lire la suite

ESTHÉTIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Daniel CHARLES
  •  • 11 893 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Les esthétiques de l'objet »  : […] Un premier groupe de théories envisage l'esthétique d'un point de vue résolument gnoséologique. Discipline positive, l'esthétique renverrait aux différentes sciences humaines, dont elle serait appelée à utiliser tour à tour les diverses méthodes, sans avoir cependant à se plier entièrement à aucune. Elle se voudrait à ce titre, plutôt qu'une science humaine parmi les autres, un modèle possible pou […] Lire la suite

FAMILLE - Sociologie

  • Écrit par 
  • Rémi LENOIR
  •  • 5 316 mots
  •  • 2 médias

La famille est devenue en France une catégorie de l'action politique parce que se sont constitués un discours sur la famille et une théorie des structures familiales largement partagés dès la première moitié du xix e  siècle aussi bien par Louis de Bonald et Joseph de Maistre d'un côté que par Charles Fourier et Pierre Joseph Proudhon de l'autre, et, dans la seconde moitié, par Frédéric Le Play et […] Lire la suite

IDÉALISME

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 495 mots

Dans le chapitre « L'idéalisme et la philosophie de la physique »  : […] On rencontre fréquemment deux opinions : que le réalisme est naturel aux sciences ; que la philosophie est nécessairement idéaliste. La première de ces affirmations a pu être vraie pour certaines théories. Émile Meyerson a soutenu qu'elle est vraie et que les thèses positivistes-idéalistes vont à contre-fil de la pratique des savants. Par exemple, Comte interdit de formuler des hypothèses sur « l […] Lire la suite

INTÉRIORITÉ

  • Écrit par 
  • Étienne BORNE
  •  • 5 258 mots

Dans le chapitre « Du positivisme à la pensée contemporaine »  : […] Sans se référer à l'hégélianisme, le positivisme d' Auguste Comte lui est cependant consonant par sa négation d'une expérience de l'intériorité et sa dénonciation de l'illusion réflexive (d'où il suit que la psychologie ne saurait être une science), par cette affirmation majeure que l'esprit humain n'existe pas en lui-même, mais dans la suite liée de ses manifestations culturelles, par la mise en […] Lire la suite

LITTRÉ ÉMILE (1801-1881)

  • Écrit par 
  • Jean-Didier WAGNEUR
  •  • 1 464 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un « saint laïc » »  : […] Les études d'Émile Littré disséminées dans les revues et dont il ne rassemblera qu'une partie en volume vont dès lors occuper ses nuits. Il écrit pour la Revue des Deux Mondes , le Journal des Savants , le Journal des Débats , sans oublier l' Histoire littéraire de la France dont il est l'un des médiévistes remarquables. Il a commencé à collaborer très tôt au journal Le National comme lecteur et […] Lire la suite

LOI SOCIOLOGIQUE

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 935 mots

Selon Raymond Boudon et François Bourricaud (1982), il « est exagéré de prétendre que la sociologie soit essentiellement une science nomothétique , visant à la mise en évidence de lois générales ». Cette prétention est liée à l'ambition de la sociologie à la généralité, celle-ci fût-elle conditionnelle, et « peut donc prendre la forme de la recherche de lois générales, sans prendre nécessairement […] Lire la suite

MATIÈRE

  • Écrit par 
  • Jacques GUILLERME, 
  • Hélène VÉRIN
  •  • 10 672 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'hétérogène et l'homogène ou l'abstraction de la matière »  : […] Dans la proximité de toute expérience, la matière émeut le corps et nous fait épier les degrés de notre existence. Instrument de l'emprise, la main qui manipule est, comme l'on sait, le truchement et le signe de la raison. Ce n'est point hasard si ceux qui énoncèrent cette liaison conçurent des systèmes explicatifs de la matière dont notre culture demeure tout imprégnée. Assurément, les aventures […] Lire la suite

MÉTAPHYSIQUE

  • Écrit par 
  • Ferdinand ALQUIÉ
  •  • 9 360 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le positivisme et le marxisme »  : […] La critique kantienne est la dernière des critiques proprement philosophiques de la métaphysique. Au xix e  siècle, la métaphysique ne sera plus véritablement critiquée, mais souvent contestée et niée. Ainsi, pour condamner la métaphysique, Marx aussi bien que Comte se placent en dehors d'elle et refusent de considérer ses problèmes. Le marxisme rejette la métaphysique pour plusieurs raisons. Tant […] Lire la suite

MÉTHODE

  • Écrit par 
  • Jean LARGEAULT
  •  • 9 011 mots

Dans le chapitre « Considérations historiques »  : […] Ce n'est pas un hasard que l'invention et les premiers développements de l' algèbre coïncident avec le renouveau de l'idée de méthode : à l'origine, l'algèbre se présente comme un système de règles opératoires qui prescrivent comment transformer des symboles indépendamment de leur interprétation. Elle possède donc le caractère essentiel d'une méthode, pouvoir s'appliquer à un nombre indéfini de si […] Lire la suite

MORT - Les interrogations philosophiques

  • Écrit par 
  • René HABACHI
  •  • 7 525 mots

Dans le chapitre « Les doctrines de la dispersion »  : […] Face au dualisme platonicien et à l'unité substantielle aristotélicienne, le grand courant du monisme matérialiste ne considère pas la mort comme un problème mais comme un fait à constater et qui trouve une explication complète, pour l'homme comme pour le reste des vivants, dans la constitution physique du cosmos. Le monisme est dominé, dans l'Antiquité grecque, par Leucippe de Milet (500 av. J.- […] Lire la suite

NAISSANCE DE LA SOCIOLOGIE (J. Heilbron)

  • Écrit par 
  • Claude JAVEAU
  •  • 958 mots

On ne peut comprendre l'histoire des idées qu'en la rapportant à celle des contextes dans lesquels elles ont pris leur essor. Tel est l'argument central du livre de Johan Heilbron (Agone, 2006), dont la traduction française, réalisée par Paul Dirkx, survenait seize ans après sa première parution en langue néerlandaise. Notons toutefois que les références bibliographiques ont été, dans une certain […] Lire la suite

ORGANICISME

  • Écrit par 
  • Pierre BIRNBAUM
  •  • 2 866 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les fondateurs de l'organicisme »  : […] Au début du xix e  siècle, l'organicisme a d'abord été conçu comme une réponse aux doctrines universalistes et individualistes de la Révolution française : instrument du conservatisme social, il a été utilisé aussi bien par Edmond Burke que par Joseph de Maistre ou Louis de Bonald. Grâce à lui, tous trois ont pu mettre l'accent sur l'unité organique du corps social, qui justifie la prééminence de […] Lire la suite

PAUVRETÉ ET REVENUS MINIMA

  • Écrit par 
  • Denis CLERC
  •  • 6 588 mots

Dans le chapitre «  Un revenu social pour tous »  : […] Sous des appellations diverses (allocation universelle, revenu d'existence, revenu de base, revenu de citoyenneté, dividende social, etc.), la solution du revenu social pour tous suppose que, au sein de la société, chaque personne a droit, de sa naissance à sa mort, à un revenu social garanti, indépendant de ses éventuelles autres ressources. Non pour exister, mais parce qu'on existe, disait l'éc […] Lire la suite

POSITIVISME

  • Écrit par 
  • Angèle KREMER-MARIETTI
  •  • 5 246 mots
  •  • 2 médias

Le rapport du positivisme aux sciences positives est fondamentalement affirmé par Littré et confirmé par Auguste Comte . Littré écrit dans son Dictionnaire de la langue française (1863-1870) : «  Philosophie positive  : se dit d'un système philosophique émané de l'ensemble des sciences positives ; Auguste Comte en est le fondateur ; ce philosophe emploie particulièrement cette expression par oppo […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Bernard GUILLEMAIN, « COMTE AUGUSTE - (1798-1857) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/auguste-comte/