Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ARTS DE LA RUE

L'élan des années 1960

Durant les années 1960, la notion d'œuvre, malmenée de longue date par Marcel Duchamp, fut jetée à la rue par les provocations de Jean-Jacques Lebel, facétieux cousin des performers nord-américains et des actionnistes viennois de Fluxus, et l'art livré aux passants à travers les interventions plastiques d'Yves Klein et des « nouveaux réalistes ». Jean Dubuffet agença ses volumes pénétrables, Jean Tinguely exposa ses automates dégingandés, Daniel Buren tendit ses toiles rayées, Christo emballa des statues et des bâtiments, Ernest Pignon-Ernest placarda des effigies sur les marches de Montmartre et les murs de Naples.

Bien avant 1968, le souvenir de transgressions encore tolérées dans quelques carnavals, mais tempérées dans les fêtes foraines et sous les toiles du cirque, a irrigué les rêves de jeunes troupes en quête d'instruments pour combattre le conditionnement du citadin par l'idéologie « bourgeoise ». Encore fallait-il que les recherches d'un art d'avant-garde vinssent féconder les entreprises de ce théâtre d'agitation. Peu de comédiens connaissaient vraiment les tentatives de Vladimir Maïakovski et les réalisations de Vsevolod Meyerhold dans la Russie révolutionnaire. En revanche, le Teatro Campesino, né lors de la lutte menée par les employés des grandes exploitations viticoles de Californie durant la seconde moitié des années 1960, a fait des émules en France. Les grands masques du Bread and Puppet (créé en 1962 par Peter Schumann) passèrent par Aubervilliers avant d'être conviés au festival de Nancy. Le Living Theater (fondé par Julian Beck et Judith Malina aux États-Unis en 1950) était apparu à Paris en 1961 (The Connexion, au Théâtre des Nations), à Cassis en 1966, à Caen en 1967, avant de défrayer la chronique du festival d'Avignon de 1968 avec Paradise now. Cette année-là, le sort du pays se joua de nouveau sur le pavé. Bien des troupes, renouant avec l'esprit qui animait le groupe Octobre des frères Prévert à la veille du Front populaire, visitèrent les facultés et les usines en grève, à la façon du Théâtre du Soleil d'Ariane Mnouchkine, qui puisa dans cette expérience l'énergie pour monter 1789 sur un archipel de scènes à la Cartoucherie (1970). Le Grand Magic Circus de Jérôme Savary multiplia les interventions à la volée. Nulle discipline ne fut épargnée par ces échappées d'artistes qui ne pouvaient ni ne voulaient trouver place au sein des institutions.

Dans l'après-mai, des collectifs théâtraux comme l'Aquarium ou la Troupe Z, des fanfares telles que Les Quinziémiards, mais aussi le Théâtre à bretelles (créé en 1973 par Anne Quésémand et Philippe Duval) et beaucoup d'autres arpentèrent les campus et animèrent les fêtes militantes. Des danseurs, tels Jean-Claude Gallota à Grenoble et Odile Duboc à Aix-en-Provence, des musiciens comme Nicolas Frize (dès 1973), Pierre Sauvageot (Poly Sonneries, à partir de 1975), Gilbert Artman (Urban Sax, depuis 1977) s'insinuaient dans l'espace urbain, intégrant ses remous et ses hasards à la composition. Glanant des arguments tantôt chez Antonin Artaud ou Georges Bataille, tantôt chez Bertolt Brecht, inspirés pour les uns par les écrits de Guy Debord, nourris pour les autres du livre d'Augusto Boal (Pratique du Théâtre de l'opprimé, paru à Rio de Janeiro en 1977, traduit chez Maspéro en 1978), maints artistes ont suivi l'exemple d'André Benedetto et de Gérard Gélas, figures du festival off d'Avignon. Ils fréquentèrent le festival de Nancy pour y découvrir les troupes venues d'Europe centrale ou d'Amérique. Certains ont vu l'Orlando Furioso (1970) mis en actes par Luca Ronconi dans un pavillon des Halles en cours de destruction, d'autres attendirent 1976 pour voir dans un entrepôt La Passion[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : maître de conférences à l'université de Paris-X-Nanterre, chargé de cours à l'université de Louvain-la-Neuve (Belgique), membre du comité de rédaction des Temps modernes et d'Études théâtrales

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Dario Fo

Dario Fo

Festival d'Aurillac, 2007

Festival d'Aurillac, 2007

Autres références

  • BREAD AND PUPPET THEATRE

    • Écrit par Armel MARIN
    • 941 mots

    À travers le Bread and Puppet Theatre, et grâce à son créateur, Peter Schumann, sculpteur d'origine allemande, le spectacle américain des années 1960 a rencontré les marionnettes siciliennes issues d'une très vieille tradition du xive siècle et, peut-être, subi l'influence du...

  • BREAD AND PUPPET THEATRE - (repères chronologiques)

    • Écrit par Jean CHOLLET
    • 388 mots

    1962 À New York, Peter Schumann (né en 1934) crée, avec Bob Ernstthal et Bruno Eckhardt, le Bread and Puppet Theatre.

    1963 The King's Story, premier spectacle avec des marionnettes à tiges en papier mâché. Les manipulateurs sont encore dissimulés par un rideau rouge, les acteurs masqués....

  • CARNAVAL

    • Écrit par Annie SIDRO
    • 6 168 mots
    • 1 média
    C'est ainsi que le théâtre etles arts de rue ont tendance à empiéter de plus en plus sur l'espace carnavalesque traditionnel. Ils inspirent déjà plusieurs carnavals en Europe. Depuis l'an 2000, ils occupent une place plus importante dans le carnaval de Nice et sont à l'origine de la création de la...
  • CRÉATION DU BREAD AND PUPPET THEATRE

    • Écrit par Jean CHOLLET
    • 351 mots

    Persuadé que le théâtre « est aussi indispensable à l'homme que le pain », l'Américain d'origine allemande Peter Schumann (né en 1934), sculpteur, musicien et chorégraphe, crée en 1962 une troupe, dans un quartier de Manhattan, pour présenter des spectacles hors des théâtres, dans la rue et autres...

  • Afficher les 8 références

Voir aussi