ARTS DE LA RUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Entre l'expérience et l'œuvre

La documentation de HorsLesMurs rassemble la plupart des écrits relatifs aux compagnies. Peu de spectacles ont fait l'objet de captations audiovisuelles fidèles, bien que les créations et les festivals attirent les photographes et les reporters. L'iconographie serait orpheline et la connaissance balbutiante si n'existaient, notamment dans les collections du Musée national des arts et traditions populaires (M.N.A.T.P.), du Cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale de France (B.N.F.), des Archives nationales, du musée Carnavalet, de la Bibliothèque historique de la Ville de Paris (B.H.V.P.), des documents sur les spectacles urbains à travers les âges. L'université a longtemps concédé ce champ aux seuls historiens, voire aux sociologues de la ville contemporaine comme Sylvia Ostrowetsky. Les spécialistes d'esthétique théâtrale commencent à s'y intéresser à l'instar de Luc Boucris, de même que les scénologues qui abordent ces thèmes à l'exemple de Marcel Freydefont à l'École d'architecture de Nantes, dans le cadre d'un futur Institut européen de scénographie esquissé en 2003. À la Sorbonne (Paris-IV), un master professionnel « Projets culturels dans l'espace public » a démarré en octobre 2005. À la suite d'un appel d'offres du ministère de la Culture, un réseau « Arts de ville – Développement culturel et espace public urbain » a vu le jour en 2006 sous la responsabilité de Philippe Chaudoir (Lyon-II), avec des chercheurs d'horizons divers.

Les enquêtes sur les pratiques culturelles vérifient l'axiome selon lequel l'audience des arts en espace ouvert est plus large que celle des salles closes. Faute de billetterie, il est impossible de l'estimer mais, en 1997, 29 p. 100 des Français âgés de quinze ans et plus déclaraient avoir vu au moins un spectacle de rue durant l'année, contre 16 p. 100 qui disaient s'être rendus au théâtre. L'effet de surprise et l'attrait de la gratuité jouent indéniablement leur rôle. Des études conduites dans les festivals de l'été de 2004 montrent néanmoins que la répartition sociale des habitués contraste peu par rapport à celle des amateurs de concerts ou de musées. Ce public, plus jeune et plus féminin, s'avère nettement plus instruit et plus assidu que la moyenne des Européens. La sortie à l'air libre n'apporte donc pas d'issue définitive aux paradoxes de l'art « élitaire pour tous », ni de solution sûre aux dilemmes de la « démocratisation culturelle ». Si les arts de la rue peuvent se targuer de vertus politiques, c'est davantage en raison de l'implication qu'ils réclament des spectateurs. Ces derniers doivent braver l'inconfort de leur position, s'adapter à l'instabilité de la représentation, consentir à l'ambiguïté de la fiction, et souvent être pris à témoin par les comédiens. Contextuels et relationnels, ces types de spectacles l'étaient bien avant que de telles notions ne soient théorisées dans la sphère des arts plastiques.

Nomade en saison, le théâtre de rue est également déambulatoire, lorsque la troupe parcourt le dédale de la ville avec ses comédiens, ses véhicules, ses machines, ses orchestres ou ses haut-parleurs. Souvent les spectateurs tracent eux-mêmes leur itinéraire entre des aires de jeu distinctes. Agenceurs d'univers provisoires, bricoleurs de décors brinquebalants, les poètes ambulants regardent la hiérarchie des beaux-arts comme une relique de musée. Selon les collectifs et les réalisations, le spectacle de rue oscille entre l'expérience, vécue avec la force de l'immédiateté, et l'œuvre, fixée par une écriture textuelle, musicale et scénique.

Cinq compagnies françaises, parmi tant d'autres, électrisent la tension entre ces deux pôles de la représentation. Ilotopie (dirigée par Bruno Schnebelin à Port-Saint-Louis du Rhône) a donné avec PLM : Palace à loyer modéré le prélude phocéen d'une série de Champs d'expériences, continuée à Avignon de 1993 à 1996, qui mit en ombres et en lumières le cloisonnement social des cités. D'une grande richesse plastique, ses « inventions et interventions artistiques » se sont poursuivies en tous milieux avec Gens de couleur, La Mousse en cage, Les Menus Plaisirs, sur toutes surfaces avec Land Act ou Fous de bassin. Pierre Berthelot et Kathy Avram, de Générik Vapeur, mènent leur « trafic d'acteurs et d'engins » avec La Petite Reine (1992), Taxi (1997) ou Bivouac (1998), depuis leur base marseillaise vers de nombreuses villes [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Médias de l’article

Dario Fo

Dario Fo
Crédits : Mondadori Portfolio/ Archivio Pigi Cipelli /Pigi Cipelli/ AKG-images

photographie

Festival d'Aurillac, 2007

Festival d'Aurillac, 2007
Crédits : V. Muteau/ Troupe Warner&Consorten, 2007

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Paris-X-Nanterre, chargé de cours à l'université de Louvain-la-Neuve (Belgique), membre du comité de rédaction des Temps modernes et d'Études théâtrales

Classification

Autres références

«  ARTS DE LA RUE  » est également traité dans :

BREAD AND PUPPET THEATRE

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 940 mots

À travers le Bread and Puppet Theatre, et grâce à son créateur, Peter Schumann, sculpteur d'origine allemande, le spectacle américain des années 1960 a rencontré les marionnettes siciliennes issues d'une très vieille tradition du xiv e siècle et, peut-être, subi l'influence du carnaval allemand et de certaines représentations médiévales de la vie des saints. Cette forme de théâtre s'est manifesté […] Lire la suite

BREAD AND PUPPET THEATRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 397 mots

1962 À New York, Peter Schumann (né en 1934) crée, avec Bob Ernstthal et Bruno Eckhardt, le Bread and Puppet Theatre. 1963 The King's Story , premier spectacle avec des marionnettes à tiges en papier mâché. Les manipulateurs sont encore dissimulés par un rideau rouge, les acteurs masqués. 1965 The Piep Piper of Harlem , travail collectif avec les habitants de Harlem, s'inspire de la légende all […] Lire la suite

CARNAVAL

  • Écrit par 
  • Annie SIDRO
  •  • 6 182 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Parades et défilés multiculturels »  : […] Après la décennie de 1980, qui a vu arriver en Europe, Scandinavie, Pays-Bas, Allemagne (à Berlin) une tropicalisation de carnavals calqués sur les écoles de samba ou les steel bands et les mas de Trinidad (grands groupes avec des costumes et marionnettes géantes créées par de talentueux artistes plasticiens comme Peter Minshall) et surtout Notting Hill, la décennie des années 1990 voit surgir u […] Lire la suite

CRÉATION DU BREAD AND PUPPET THEATRE

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 351 mots

Persuadé que le théâtre « est aussi indispensable à l'homme que le pain », l'Américain d'origine allemande Peter Schumann (né en 1934), sculpteur, musicien et chorégraphe, crée en 1962 une troupe, dans un quartier de Manhattan, pour présenter des spectacles hors des théâtres, dans la rue et autres espaces publics. À partir de matériaux simples – papiers, terre glaise, toiles –, il réalise des masq […] Lire la suite

CRESPIN MICHEL (1940-2014)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 985 mots

Poète de l’éphémère, metteur en scène et scénographe urbain, Michel Crespin a fait du théâtre de rue un art à part entière. Né à Paris le 18 octobre 1940, ce fils de militaire mort à la guerre, passé par les enfants de troupe, licencié ès lettres et certifié en sciences physiques, voit son destin bouleversé par Mai-68. L’heure est à la contestation du « vieux monde » et, en art, à l’invention d’u […] Lire la suite

DUBOC ODILE (1941-2010)

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 166 mots

Figure marquante de la danse contemporaine française, la chorégraphe Odile Duboc, qui est décédée le 23 avril 2010 d'un cancer, a su à la fois créer une technique et la transmettre au sein du Centre chorégraphique national (C.C.N.) de Franche-Comté, à Belfort, qu'elle dirigea de 1990 à 2008. Née le 23 juillet 1941 à Versailles, Odile Duboc prétendait avoir su danser avant de savoir marcher. Dès l […] Lire la suite

FESTIVALS

  • Écrit par 
  • Jean-Michel BRÈQUE, 
  • Matthieu CHÉREAU, 
  • Jean CHOLLET, 
  • Philippe DULAC, 
  • Christian MERLIN, 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  • , Universalis
  •  • 17 247 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Le festival d'Aurillac »  : […] Ce chef-lieu du Cantal est devenu, depuis la création du festival en 1986, une vitrine et un carrefour incontournable pour des artistes qui ont fait de l'espace urbain le support de leurs créations. Le festival trouve sa source dans l'émergence des arts de la rue amorcée au début des années 1970, dans un contexte politique et social où leurs formes artistiques et leurs moyens d'exploitation se v […] Lire la suite

ROYAL DE LUXE, compagnie théâtrale

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 950 mots

Faire théâtre de tout. C'était le mot d'ordre d'Antoine Vitez. Ce pourrait être celui de Royal de Luxe. Sauf que ce théâtre ne se joue pas dans des salles mais, pour paraphraser cette fois Shakespeare, prend pour scène le monde, au sens littéral du terme. En effet, à l'espace clos traditionnel, la troupe dirigée par Jean-Luc Courcoult préfère les rues et les places publiques. Son mode d'action ? […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Emmanuel WALLON, « ARTS DE LA RUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/arts-de-la-rue/