ARTS DE LA RUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Festivals et fabriques

L'intégration des arts de la rue au paysage institutionnel résulte surtout des efforts des artistes. En fondant des festivals et des fabriques, ils ont pu séduire une partie de la critique et convaincre les tutelles d'apporter leur aide à une profession en pleine structuration. Le prix à payer est à l'aune de ces acquis : la subversion recule quand progressent les subventions. En 1983, Michel Crespin fonda Lieux publics à la Ferme du Buisson de Marne-la-Vallée, avec l'aide de la Direction du développement culturel (D.D.C.) du ministère de la Culture. Cet organisme de production convoqua des rencontres professionnelles, édita une revue, rassembla une documentation et publia un annuaire, le Goliath, en 1985. En parallèle, Michel Crespin faisait du festival Éclat d'Aurillac, lancé par ses soins en 1986 avec seulement six spectacles (plus un hors programme), l'un des principaux rendez-vous de la catégorie. Jean-Marie Songy lui succéda en 1994 à la direction artistique de cette manifestation, qui attire bon an mal an cent mille spectateurs venus applaudir une vingtaine d'équipes invitées et les centaines de compagnies « de passage » (plus de 300 en 1997, 459 en 2006 pour l'édition du vingtième anniversaire). Il prit également la responsabilité du festival de Châlons-en-Champagne (Furies), moins important toutefois que celui de Chalon-sur-Saône (Chalon dans la rue) dont le « in » accueille une quinzaine de troupes et le « off » environ 150, que Pierre Layac et Jacques Quentin ont animé de 1987 à 2005, date à laquelle la mairie en confia la direction à Pedro Garcia.

Festival d'Aurillac, 2007

Photographie : Festival d'Aurillac, 2007

Photographie

«Guerrilla», par la compagnie néerlandaise Warner and Consorten. Festival d'Aurillac 2007. 

Crédits : V. Muteau/ Troupe Warner&Consorten, 2007

Afficher

De tels succès ont sonné l'heure des décisions pour des pouvoirs publics qui s'étaient contentés jusque-là d'honorer quelques compagnies de subsides empruntés aux crédits du théâtre. La considération de l'État s'exprime d'une manière beaucoup plus timide qu'à l'égard des autres arts du spectacle, mais elle perdure d'un ministre à l'autre. En 1993, le ministère a créé l'association HorsLesMurs pour assumer les tâches d'information, de réflexion et de conseil. Sous tutelle de la Direction d [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages

Médias de l’article

Dario Fo

Dario Fo
Crédits : Mondadori Portfolio/ Archivio Pigi Cipelli /Pigi Cipelli/ AKG-images

photographie

Festival d'Aurillac, 2007

Festival d'Aurillac, 2007
Crédits : V. Muteau/ Troupe Warner&Consorten, 2007

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

  • : maître de conférences à l'université de Paris-X-Nanterre, chargé de cours à l'université de Louvain-la-Neuve (Belgique), membre du comité de rédaction des Temps modernes et d'Études théâtrales

Classification

Autres références

«  ARTS DE LA RUE  » est également traité dans :

BREAD AND PUPPET THEATRE

  • Écrit par 
  • Armel MARIN
  •  • 940 mots

À travers le Bread and Puppet Theatre, et grâce à son créateur, Peter Schumann, sculpteur d'origine allemande, le spectacle américain des années 1960 a rencontré les marionnettes siciliennes issues d'une très vieille tradition du xiv e siècle et, peut-être, subi l'influence du carnaval allemand et de certaines représentations médiévales de la vie des saints. Cette forme de théâtre s'est manifesté […] Lire la suite

BREAD AND PUPPET THEATRE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 397 mots

1962 À New York, Peter Schumann (né en 1934) crée, avec Bob Ernstthal et Bruno Eckhardt, le Bread and Puppet Theatre. 1963 The King's Story , premier spectacle avec des marionnettes à tiges en papier mâché. Les manipulateurs sont encore dissimulés par un rideau rouge, les acteurs masqués. 1965 The Piep Piper of Harlem , travail collectif avec les habitants de Harlem, s'inspire de la légende all […] Lire la suite

CARNAVAL

  • Écrit par 
  • Annie SIDRO
  •  • 6 181 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Parades et défilés multiculturels »  : […] Après la décennie de 1980, qui a vu arriver en Europe, Scandinavie, Pays-Bas, Allemagne (à Berlin) une tropicalisation de carnavals calqués sur les écoles de samba ou les steel bands et les mas de Trinidad (grands groupes avec des costumes et marionnettes géantes créées par de talentueux artistes plasticiens comme Peter Minshall) et surtout Notting Hill, la décennie des années 1990 voit surgir u […] Lire la suite

CRÉATION DU BREAD AND PUPPET THEATRE

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 351 mots

Persuadé que le théâtre « est aussi indispensable à l'homme que le pain », l'Américain d'origine allemande Peter Schumann (né en 1934), sculpteur, musicien et chorégraphe, crée en 1962 une troupe, dans un quartier de Manhattan, pour présenter des spectacles hors des théâtres, dans la rue et autres espaces publics. À partir de matériaux simples – papiers, terre glaise, toiles –, il réalise des masq […] Lire la suite

CRESPIN MICHEL (1940-2014)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 985 mots

Poète de l’éphémère, metteur en scène et scénographe urbain, Michel Crespin a fait du théâtre de rue un art à part entière. Né à Paris le 18 octobre 1940, ce fils de militaire mort à la guerre, passé par les enfants de troupe, licencié ès lettres et certifié en sciences physiques, voit son destin bouleversé par Mai-68. L’heure est à la contestation du « vieux monde » et, en art, à l’invention d’u […] Lire la suite

DUBOC ODILE (1941-2010)

  • Écrit par 
  • Agnès IZRINE
  •  • 1 166 mots

Figure marquante de la danse contemporaine française, la chorégraphe Odile Duboc, qui est décédée le 23 avril 2010 d'un cancer, a su à la fois créer une technique et la transmettre au sein du Centre chorégraphique national (C.C.N.) de Franche-Comté, à Belfort, qu'elle dirigea de 1990 à 2008. Née le 23 juillet 1941 à Versailles, Odile Duboc prétendait avoir su danser avant de savoir marcher. Dès l […] Lire la suite

FESTIVALS

  • Écrit par 
  • Jean-Michel BRÈQUE, 
  • Matthieu CHÉREAU, 
  • Jean CHOLLET, 
  • Philippe DULAC, 
  • Christian MERLIN, 
  • Nicole QUENTIN-MAURER
  • , Universalis
  •  • 17 238 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Le festival d'Aurillac »  : […] Ce chef-lieu du Cantal est devenu, depuis la création du festival en 1986, une vitrine et un carrefour incontournable pour des artistes qui ont fait de l'espace urbain le support de leurs créations. Le festival trouve sa source dans l'émergence des arts de la rue amorcée au début des années 1970, dans un contexte politique et social où leurs formes artistiques et leurs moyens d'exploitation se v […] Lire la suite

ROYAL DE LUXE, compagnie théâtrale

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 950 mots

Faire théâtre de tout. C'était le mot d'ordre d'Antoine Vitez. Ce pourrait être celui de Royal de Luxe. Sauf que ce théâtre ne se joue pas dans des salles mais, pour paraphraser cette fois Shakespeare, prend pour scène le monde, au sens littéral du terme. En effet, à l'espace clos traditionnel, la troupe dirigée par Jean-Luc Courcoult préfère les rues et les places publiques. Son mode d'action ? […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Emmanuel WALLON, « ARTS DE LA RUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 juin 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/arts-de-la-rue/