CIRQUE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Tel qu'il fut à ses débuts, tel qu'il demeure dans sa forme, indépendamment des valeurs de spectacle qu'il propose, le cirque est le centre où viennent se cristalliser les émotions des spectateurs en quête d'exceptionnel, de fantastique, d'extraordinaire. Sous son aspect architectonique, il est l'arène des belluaires, l'hippodrome des voltigeurs, le manège des écuyers, l'amphithéâtre pour pantomimes équestres, cavalcades et chevauchées, vélodrome, stade, podium ou ring. Sa forme répond si bien à sa raison d'être qu'elle résout un problème scénique et optique toujours constant : trouver l'aire d'évolution répondant à la plus grande liberté des acteurs dans un spectacle où chacun doit voir avec la même intensité, quelle que soit la place qu'il occupe. La question, toujours posée et identiquement résolue, assure au cirque sa forme naturelle.

Cirque et équitation

Des origines aux Franconi

Le cirque tel que nous le connaissons aujourd'hui n'est comparable que dans sa forme aux cirques et aux hippodromes anciens. Si les artistes de l'adresse, de la force et de l'agilité qui en font l'agrément ont eu de lointains prédécesseurs, c'est au xixe siècle seulement que les troupes d'acrobates nomades occupent une place qu'ils défendent avec succès dans les manèges et les amphithéâtres envahis depuis le siècle précédent par des compagnies équestres.

On suppose qu'il y avait déjà des cirques en Égypte, bien qu'on ne relève comme preuve de cette possibilité que des jongleurs, des équilibristes et des acrobates à cheval qui figurent sur les documents – poteries, sculptures, peintures – parvenus jusqu'à nous. Il est probable que, sans avoir construit d'édifices qui puissent se comparer aux cirques-hippodromes romains, les artistes grecs de la force et de l'agilité se sont produits autant sur les places publiques que dans les stades, comme celui d'Olympie, plus particulièrement réservés aux athlètes et aux évolutions équestres.

Rome posséda plusieurs cirques : cirque de Flore, de Maximus, de Flaminius, que nous appellerions des hippodromes. Il exista [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 12 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CIRQUE  » est également traité dans :

BARNUM CIRQUE

  • Écrit par 
  • Jean BAUDEZ
  •  • 529 mots
  •  • 1 média

L'Américain Phinéas T. Barnum (1810-1891), par une réclame tapageuse, fondée sur des affirmations mensongères, d'invention souvent drolatique, conquiert, un demi-siècle durant, d'innombrables foules, parfois sceptiques, mais jamais déçues. Il exhibe successivement : la nourrice de George Washington, une vieille négresse aveugle et à moitié […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cirque-barnum/#i_8389

BOUGLIONE LES

  • Écrit par 
  • Gilles COSTAZ
  •  • 693 mots

Avec les Gruss, les Bouglione, famille de banquistes d'origine italienne et gitane, restent une des toutes dernières dynasties du cirque français, alors que les noms de Médrano, Pinder, Amar ont été vendus comme des marques commerciales sous la pression des crises économiques qui frappent ce style de spectacle depuis les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-bouglione/#i_8389

CLOWN

  • Écrit par 
  • Tristan RÉMY
  •  • 2 714 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les origines de M. Claune »  : […] fois exprimé phonétiquement en France dans un petit livre daté de 1816 et consacré au cirque Franconi. Il y est question d'un certain M. Claune, comique équestre. C'est toutefois sous le qualificatif de « grotesques » ou de « paillasses » que sont désignés Philippe Laurent et les siens quand ils débutent au théâtre des Arts […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clown/#i_8389

ÉTAIX PIERRE (1928-2016)

  • Écrit par 
  • Alain GAREL
  •  • 684 mots
  •  • 1 média

pour le cinéma, où il fait néanmoins des apparitions en tant qu’acteur, il se consacre au cirque. Avec sa seconde épouse, Annie Fratellini, il se produit en tournée, comme clown blanc cette fois, puis – après avoir écrit, mis en scène et interprété le spectacle À quoi on joue ? (1972) – il crée l’École nationale du cirque (1973 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pierre-etaix/#i_8389

FRATELLINI LES

  • Écrit par 
  • Pierre ÉTAIX, 
  • Annie FRATELLINI
  •  • 578 mots
  •  • 1 média

À l'origine, les Fratellini étaient quatre frères : Louis (Florence, 1868-Varsovie, 1909) ; Paul (Catane, 1877-Le Perreux-sur-Marne, 1940) ; François (Paris, 1879-1951) et Albert (Moscou, 1885-Épinay, 1961 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-fratellini/#i_8389

LALOUE FERDINAND (1794-1850)

  • Écrit par 
  • Jean BAUDEZ
  •  • 392 mots

Pendant la seconde Restauration, La Quotidienne, qui avait été sous la Révolution une feuille antirépublicaine, reparaît. C'est la gazette des ultras. Ferdinand Laloue, jeune rédacteur, y publie un mimodrame, La Bataille de Bouvines ou la Roche des tombeaux, que représente le Cirque […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ferdinand-laloue/#i_8389

LA SYMPHONIE DU HANNETON (J. Thiérrée)

  • Écrit par 
  • Didier MÉREUZE
  •  • 956 mots

petit-fils de Charlie Chaplin, mais surtout enfant de Victoria Chaplin et Jean-Baptiste Thiérrée, fondateurs du Cirque bonjour, devenu le Cirque imaginaire, puis le Cirque invisible. Initialement présenté en France en 1998, ce spectacle « féerique pour tout public » a été repris un peu partout dans l'Hexagone avant de revenir à Paris, au Théâtre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/la-symphonie-du-hanneton/#i_8389

MIME ET PANTOMIME

  • Écrit par 
  • Tristan RÉMY
  •  • 2 880 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « La pantomime romantique »  : […] Philippe Laurent, l'arlequin rival de Deburau, passe sous Louis-Philippe au Cirque-Olympique. Son imagination fertile en inventions mécaniques y trouve à résoudre des problèmes de mises en scène truquées plus compliquées qu'aux Funambules, dernier refuge de l'arlequinade sautante dite italienne et de la pantomime à matériel dite anglaise. Le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/mime-et-pantomime/#i_8389

RENZ ERNST (1815-1892)

  • Écrit par 
  • Jean BAUDEZ
  •  • 536 mots

Dès qu'il put se tenir sur les jambes, Ernst Renz apprit le métier de son père, Cornelius Renz, danseur de corde dans la compagnie Maxwell. Il suit son père au cirque Brilloff où il apprend l'équitation. À vingt et un ans, l'élève, particulièrement doué, devient le bras droit de son directeur. Il […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernst-renz/#i_8389

SAKOUNTALA (M.-C. Pietragalla)

  • Écrit par 
  • Odile COUGOULE
  •  • 1 016 mots

Danse et cirque, l'association n'est pas nouvelle... Par le passé, l'univers du cirque a été traité dans de superbes spectacles comme Parade de Jean Cocteau – monté par les Ballets russes en 1917, d'après une chorégraphie de Léonide Massine sur une musique d'Erik Satie – ou Les Forains de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sakountala/#i_8389

SAQUI LES (XVIIIe-XIXe s.)

  • Écrit par 
  • Jean BAUDEZ
  •  • 593 mots

En 1791, un Lalanne (d'une famille de bateleurs parisiens) qui tient l'emploi de premier danseur chez Nicolet sous le nom de Navarin le Fameux, présente sa fille Marguerite (1786-1866), alors âgée de cinq ans. Portée à bout de bras, elle se renverse en arrière pour saisir entre ses lèvres une pièce que son père tient entre ses dents. Peu après […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/saqui-les/#i_8389

THÉÂTRE OCCIDENTAL - Le mélange des genres

  • Écrit par 
  • Jean CHOLLET
  •  • 6 550 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Danse, cirque, arts plastiques, musique »  : […] au langage du corps, le théâtre ne pouvait rester à l'écart des formes circassiennes. Outre le fait qu'il trouve dans les disciplines du cirque – clowns, acrobates, funambules, improvisation, jeu de masques – une pédagogie formatrice d'un nouveau type d'acteur, l'art théâtral peut se nourrir avec profit de ses modes de représentation, en s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/theatre-occidental-le-melange-des-genres/#i_8389

TOURNIAIRE JACQUES (1722-1829)

  • Écrit par 
  • Jean BAUDEZ
  •  • 282 mots

Sans doute le plus ancien directeur de cirque ambulant. Fils d'un marchand grenoblois, Tourniaire arrive à Paris à l'âge de quinze ans et s'engage dans la troupe d'Astley dont il devient bientôt l'un des meilleurs écuyers. Au départ d'Astley pour l'Angleterre, il reste quelque temps avec les Franconi. En 1801, il fonde sa […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-tourniaire/#i_8389

WEDEKIND FRANK (1864-1918)

  • Écrit par 
  • Philippe IVERNEL
  •  • 1 974 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le recours au cirque »  : […] de faune en airain avec ses yeux de chouette mélancoliques sur des traits rigides ». Le recours au cirque, utilisé comme matériau ou comme métaphore pour dynamiter ou dynamiser le drame, est déjà inscrit dans un court texte de l'auteur, daté de 1887, Pensées cirquesques. Wedekind évoque là deux figures clés : d'un côté la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/frank-wedekind/#i_8389

Voir aussi

Pour citer l’article

Tristan RÉMY, Didier MÉREUZE, « CIRQUE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cirque/