Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ART (Le discours sur l'art) Sémiologie de l'art

Les codes picturaux : dénotation, connotation

Si lire un tableau consiste non seulement à le parcourir du regard, mais à le déchiffrer, l'interprétation implique un ou des codes d'interprétation pour en reconnaître et en comprendre le sens. Ainsi, la peinture représentative dispose d'un premier code, le code perceptif, d'autant plus profond que sa mise en œuvre est plus immédiate et plus inconsciente, qu'il semble ne jamais apparaître comme code. Ce code n'est pas innocent. Non seulement dans ses éléments, mais encore dans son existence même, il implique une certaine dépendance culturelle, marquée par la familiarité avec la notion de représentation qui est un trait de culture remarquable. Au niveau de la lisibilité primaire du tableau, c'est ce code de déchiffrement, et celui-là seul, qui est utilisé. Mais, si l'image picturale dans une peinture représentative est signe figuratif, cela signifie qu'outre sa fonction de désignation elle possède une fonction d'expression. La relation référentielle qui définit de part en part l'image picturale doit alors s'intégrer à une relation plus profonde dont elle ne sera qu'un terme, le signifiant. C'est là très précisément la définition que donnent Louis Hjelmslev et Roland Barthes de la connotation et de la sémiologie connotative : le premier système constitue alors le plan de la dénotation (c'est la relation de désignation dans le cas de la peinture « représentative ») et le second système, extensif au premier, le plan de la connotation. On dira donc qu'un système connoté est un système dont le plan d'expression est constitué lui-même par un système de signification.

Aussi n'est-ce point un hasard si Pierre Bourdieu, reprenant la distinction d' Erwin Panofsky entre l'étude préiconographique, l'iconographie et l'iconologie, aboutit à une théorie sociologique de la connaissance adéquate de l'œuvre dans laquelle « les différents niveaux s'articulent en un système hiérarchisé où l'englobant devient à son tour englobé, le signifié, à son tour signifiant » (E. Panofsky), théorie de l'emboîtement des codes de déchiffrement ou introduction à une théorie de l'idéologie si, comme le remarque Barthes, la forme des signifiés de connotation est l'ensemble de représentations à un moment déterminé du monde et de l'histoire. Le code est, en un sens, un principe de constitution des classes de signes figuratifs, que ces classes soient organisées selon le type ou selon le sens. Mais, en outre, c'est le classement lui-même par variations paradigmatiques qui permet de constituer le code. Cette circularité méthodologique n'est pas un cercle logique ; elle correspond à deux phases de la recherche : la phase de recherche sémiologique, par laquelle la constitution des séries virtuelles de signes figuratifs permet d'aboutir à un niveau codé ; la phase de la vérification de la valeur opératoire du code qui autorise l'extension différentielle de la série paradigmatique et conduit éventuellement à distinguer, dans le code, des sous-codes et, dans la série, des sous-classes. Un signe figuratif, une figure a une valeur définie par la situation réciproque des signes dans le système. Si cette comparaison des signes s'instaure sur le plan des réserves virtuelles paradigmatiques ou champs associatifs et si ces champs n'ont pas d'ordre déterminé, on comprendra alors que la valeur d'un signe figuratif ou d'une figure puisse se modifier à chaque lecture profonde, varier lorsque variera la situation réciproque des signes dans le système, et que le concept de valeur que l'on trouve également chez Panofsky soit un des concepts clefs pour l'élaboration des codes picturaux, comme pour l'analyse compréhensive des évolutions, des changements ou des mutations dans les styles.[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur d'Université, directeur d'études à l'École des hautes études en sciences sociales

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ANTHROPOLOGIE DE L'ART

    • Écrit par Brigitte DERLON, Monique JEUDY-BALLINI
    • 3 610 mots
    • 1 média

    L’anthropologie de l’art désigne le domaine, au sein de l’anthropologie sociale et culturelle, qui se consacre principalement à l’étude des expressions plastiques et picturales. L’architecture, la danse, la musique, la littérature, le théâtre et le cinéma n’y sont abordés que marginalement,...

  • ART (notions de base)

    • Écrit par Philippe GRANAROLO
    • 3 282 mots

    Les liens qui ont longtemps uni l’art et la religion se sont-ils distendus au fil de l’histoire ? L’art s’est-il émancipé de la religion pour devenir une activité culturelle autonome ? Alain (1868-1951) se serait-il trompé en affirmant que « l’art et la religion ne sont pas deux choses,...

  • FINS DE L'ART (esthétique)

    • Écrit par Danièle COHN
    • 2 835 mots

    L'idée des fins de l'art a depuis plus d'un siècle et demi laissé la place à celle d'une fin de l'art. Or, à regarder l'art contemporain, il apparaît que la fin de l'art est aujourd'hui un motif exsangue, et la question de ses fins une urgence. Pourquoi, comment en est-on arrivé là ?

  • ŒUVRE D'ART

    • Écrit par Mikel DUFRENNE
    • 7 938 mots

    La réflexion du philosophe est sans cesse sollicitée par la notion d'œuvre. Nous vivons dans un monde peuplé des produits de l'homo faber. Mais la théologie s'interroge : ce monde et l'homme ne sont-ils pas eux-mêmes les produits d'une démiurgie transcendante ? Et l'homme anxieux d'un...

  • STRUCTURE & ART

    • Écrit par Hubert DAMISCH
    • 2 874 mots

    La métaphore architecturale occupe une place relativement insoupçonnée dans l'archéologie de la pensée structurale qu'elle aura fournie de modèles le plus souvent mécanistes, fondés sur la distinction, héritée de Viollet-le-Duc, entre la structure et la forme. La notion d'ordre, telle que l'impose la...

  • TECHNIQUE ET ART

    • Écrit par Marc LE BOT
    • 5 572 mots
    • 1 média

    La distinction entre art et technique n'est pas une donnée de nature. C'est un fait social : fait qui a valeur institutionnelle et dont l'événement dans l'histoire des idées est d'ailleurs relativement récent. C'est dire qu'on ne saurait non plus considérer cette distinction comme un pur fait de connaissance...

  • 1848 ET L'ART (expositions)

    • Écrit par Jean-François POIRIER
    • 1 189 mots

    Deux expositions qui se sont déroulées respectivement à Paris du 24 février au 31 mai 1998 au musée d'Orsay, 1848, La République et l'art vivant, et du 4 février au 30 mars 1998 à l'Assemblée nationale, Les Révolutions de 1848, l'Europe des images ont proposé une...

  • ACADÉMISME

    • Écrit par Gerald M. ACKERMAN
    • 3 543 mots
    • 2 médias

    Le terme « académisme » se rapporte aux attitudes et principes enseignés dans des écoles d'art dûment organisées, habituellement appelées académies de peinture, ainsi qu'aux œuvres d'art et jugements critiques, produits conformément à ces principes par des académiciens, c'est-à-dire...

  • ALCHIMIE

    • Écrit par René ALLEAU, Universalis
    • 13 642 mots
    • 2 médias
    ...phénomènes perçus par nos sens et par leurs instruments. Cette hypothèse peut sembler aventureuse. Pourtant, le simple bon sens suffit à la justifier. Tout art, en effet, s'il est génial, nous montre que le « beau est la splendeur du vrai » et que les structures « imaginales » existent éminemment puisqu'elles...
  • ARCHAÏQUE MENTALITÉ

    • Écrit par Jean CAZENEUVE
    • 7 048 mots
    ...le succès correspond peut-être à un besoin accru encore par les progrès de la pensée positive et pour ainsi dire en réaction contre elle. D'autre part, on peut trouver dans la vie artistique, sous toutes ses formes, la recherche d'une harmonie entre le subjectif et l'objectif, en même temps qu'un retour...
  • Afficher les 41 références

Voir aussi