CONNOTATION

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Si c'est en 1933 seulement que Bloomfield introduisit le terme de connotation parmi les concepts de la linguistique scientifique, l'idée même que véhicule ce mot (emprunté à la logique et à la philosophie, non sans modification de sens) était en fait perçue depuis longtemps. Dans la Logique de Port-Royal, par exemple, il en était déjà question sous la forme d'« idées accessoires » : « Il arrive souvent qu'un mot, outre l'idée principale qu'on regarde comme la signification propre de ce mot, excite plusieurs autres idées qu'on peut appeler accessoires, auxquelles on ne prend pas garde, quoique l'esprit en reçoive l'impression. » Voilà bien, de façon encore intuitive et globale, ce qu'on désigne le plus souvent aujourd'hui par connotation : tous les effets de sens indirects, seconds, périphériques, implicites, additionnels, subjectifs, flous, aléatoires, non distinctifs, que peuvent engendrer les éléments du discours.

Plus scientifiquement, puisqu'elle opère au cœur de la sémantique, on considère que la connotation est un concept servant à nommer tout ce qui, dans la signification, ne relève pas de la dénotation (ces deux notions se partageant exclusivement la totalité du champ de la production du sens). Cette définition négative n'a pas cessé, évidemment, de faire problème : alors que les valeurs dénotatives qui structurent le lexique peuvent être assez strictement cernées grâce à la décomposition en sèmes, toutes les autres valeurs sémantiques délimitent une sorte de catégorie « fourre-tout », regroupant des phénomènes de statut différent, apparemment très hétérogène, ouvrant à l'indéfinissable, etc. Pour élaborer une définition positive de cette problématique, il fallait, abordant de front l'ensemble du phénomène connotatif, dresser un inventaire de ses diverses modalités, qui soit le plus complet et le plus structuré possible. La référence obligée est ainsi devenue l'étude de Catherine Kerbrat-Orecchioni (La Connotation, P.U.L., Lyon, 1977). Cet essai présente la connotation comme une unité bifaciale très autonome, dotée d'un signifiant et d'un signifié spécifiques, c'est-à-dire de supports connotants et de contenus connotés non isomorphes, dont l'auteur propose une typologie.

Une première série de signifiants de connotation peut être liée au matériel phonique et graphique, qu'il s'agisse de « phonostylèmes » (telle façon de rouler le R indique l'origine géographique et/ou sociale du locuteur), qu'il s'agisse d'exploiter la valeur expressive des sons ou encore de certaines dispositions de traits phoniques ou graphiques ayant nom rime, paronomase, anagramme, contrepèterie, etc. Une seconde série est constituée par des faits de nature prosodique : l'intonation, l'accent tonique, la pause, le rythme, le débit, etc. apportent des informations supplémentaires aux contenus dénotatifs. Par ailleurs, la construction syntaxique peut également fonctionner comme indice connotateur (l'antéposition de l'adjectif peut signaler le « discours poétique »). Bien entendu, le signifiant lexical lui-même (mot ou morphème) en est un autre, et non des moindres (« godasses » n'est pas « chaussures » même si leur dénoté est identique). On pourrait poursuivre longtemps l'énumération : de cet inventaire ouvert, on conclura non seulement que le signifiant de connotation est extrêmement diversifié, qu'il touche à tous les aspects du langage, mais aussi et surtout qu'il est considérablement autonome, loin d'être isomorphe au signifiant de dénotation.

Pour ce qui est des contenus connotés véhiculés par ces multiples supports, qui ne leur correspondent pas nécessairement terme à terme, on peut les classer grosso modo en quatre grandes catégories : d'abord les connotations stylistiques, qui signalent l'appartenance du message à telle ou telle sous-langue — géographique (variante régionale), sociale (niveaux de langue), historique (variante archaïque ou moderniste), ou de « genre » (poétique, scientifique, publicitaire...). Ensuite les connotations énonciatives, qui apportent des informations non plus sur le message mais sur le locuteur, pouvant illustrer soit son appartenance dialectale (connotations socio-géographiques, en intersection avec les précédentes), soit s [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : enseignant-chercheur à l'université de Paris-III-Sorbonne nouvelle

Classification

Autres références

«  CONNOTATION  » est également traité dans :

ART (Le discours sur l'art) - Sémiologie de l'art

  • Écrit par 
  • Louis MARIN
  •  • 3 561 mots

Dans le chapitre « Les codes picturaux : dénotation, connotation »  : […] Si lire un tableau consiste non seulement à le parcourir du regard, mais à le déchiffrer, l'interprétation implique un ou des codes d'interprétation pour en reconnaître et en comprendre le sens. Ainsi, la peinture représentative dispose d'un premier code, le code perceptif, d'autant plus profond que sa mise en œuvre est plus immédiate et plus inconsciente, qu'il semble ne jamais apparaître comme c […] Lire la suite

DÉNOTATION

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 446 mots

Terme qui désigne en linguistique l'ensemble des sens d'un signe, objet d'un consentement entre les usagers d'une langue. Il est emprunté à la logique, où il renvoie à l'extension du concept ; en linguistique, le terme dénotation n'a d'intérêt théorique que dans le couple qu'il forme avec connotation : il représente alors l'hypothèse selon laquelle il existe une communication purement informative […] Lire la suite

EXTENSION & COMPRÉHENSION, logique

  • Écrit par 
  • Françoise ARMENGAUD
  •  • 443 mots

Distinction introduite par la Logique de Port-Royal et portant sur les idées universelles : « J'appelle compréhension de l'idée les attributs qu'elle enferme en soi, et qu'on ne peut lui ôter sans la détruire, comme la compréhension de l'idée du triangle enferme extension, figure, trois lignes, trois angles, et l'égalité de ces trois angles à deux droits, etc. [...]. J'appelle étendue (ou exten […] Lire la suite

HJELMSLEV LOUIS TROLLE (1899-1965)

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 695 mots
  •  • 1 média

Linguiste danois, animateur du cercle linguistique de Copenhague, Louis Hjelmslev se situe dans la perspective structurale issue de l'enseignement de Ferdinand de Saussure. Sa théorie « glossématique » constitue un approfondissement et une tentative de formalisation de la plupart des concepts de ce dernier. Il retient, en effet, du Cours de linguistique générale les deux postulats suivants : la […] Lire la suite

LINGUISTIQUE & LITTÉRATURE

  • Écrit par 
  • Pierre KUENTZ
  •  • 5 325 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Poétiques »  : […] C'est une combinaison assez différente de linguistique et de littérature qui s'est organisée dans le domaine de la poétique, sur un système d'échanges plus que de complémentarité. On suppose ici que la réponse à la question « qu'est-ce qui fait qu'un texte littéraire est un texte littéraire ? » doit pouvoir être obtenue à l'aide de critères formels dont la linguistique est censée fournir les princ […] Lire la suite

POÉSIE

  • Écrit par 
  • Michel COLLOT, 
  • Dominique VIART
  •  • 9 391 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Sens »  : […] Les structures profondes dégagées à partir de l'analyse du vers ne concernent pas seulement la forme du poème, mais sa signification même, qui en est inséparable. La poésie tend à établir une équivalence entre signifiant et signifié, produite par une « retrempe alternée en le sens et la sonorité » (Mallarmé). La rime, par exemple, n'est pas une simple homophonie ; elle induit entre les mots qu'el […] Lire la suite

SÉMANTIQUE

  • Écrit par 
  • Catherine KERBRAT-ORECCHIONI
  •  • 10 323 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Évaluation »  : […] Mais l'analyse sémique pose bien d'autres problèmes, que nous allons envisager, après toutefois avoir dit que personne aujourd'hui ne conteste la pertinence de l'hypothèse des traits de sens, ni la validité théorique et descriptive du modèle componentiel, qui a permis l'importation tardive dans le domaine lexical du principe structural (énonçant la primauté du rapport sur l'élément, et de la forme […] Lire la suite

STYLISTIQUE

  • Écrit par 
  • Georges MOLINIÉ
  •  • 6 184 mots

Dans le chapitre « Le champ de la stylistique »  : […] Il est ainsi loisible, à ce point de l'exposé, de présenter sommairement le champ de travail stylistique, à la manière d'un champ de fouilles avec ses multiples filons. Ce champ représente un inventaire de tous les postes possibles d'observation stylistique. A priori, sous réserve des manipulations rythmo-versifiées spécifiques et des jeux microstructuraux plus déliés, on pose que l'unité stylisti […] Lire la suite

TEXTE THÉORIE DU

  • Écrit par 
  • Roland BARTHES
  •  • 7 503 mots

Dans le chapitre « Signifiance »  : […] On peut attribuer à un texte une signification unique et en quelque sorte canonique ; c'est ce que s'efforcent de faire en détail la philologie et en gros la critique d'interprétation, qui cherche à démontrer que le texte possède un signifié global et secret, variable selon les doctrines : sens biographique pour la critique psychanalytique, projet pour la critique existentielle, sens socio-histor […] Lire la suite

Les derniers événements

31 juillet 2012 France. Adoption de la nouvelle loi sur le harcèlement sexuel

Le nouveau texte définit le harcèlement sexuel comme « le fait d'imposer à une personne, de façon répétée, des propos ou agissements à connotation sexuelle qui, soit portent atteinte à sa dignité en raison de leur caractère dégradant ou humiliant, soit créent à son égard une situation intimidante, hostile ou offensante ». Par ailleurs, « est assimilé au harcèlement sexuel le fait, même non répété, d'user de toute forme de pression grave, dans le but réel ou apparent d'obtenir un acte de nature sexuelle, que celui-ci soit recherché au profit de l'auteur des faits ou au profit d'un tiers ». […] Lire la suite

9-30 juin 1991 France. Nouveaux débats autour de l'immigration et de la sécurité dans les banlieues

Ces propos provoquent une polémique politique, Édith Cresson les trouvant « choquants » et à « connotation raciste », François Mitterrand y voyant « un déni au respect que l'on doit aux gens ». Dans la nuit du 23 au 24, de violents incidents opposent les forces de l'ordre à des fils de harkis regroupés dans la cité des Oliviers, à Narbonne. Quatre jeunes gens sont incarcérés. […] Lire la suite

25-27 février 1989 États-Unis – Chine. Visite du président George Bush à Pékin

Le nouveau président, qui a dirigé le bureau de liaison américain en Chine avant la normalisation des relations diplomatiques entre les deux pays, entend donner à sa visite une connotation sentimentale de retrouvailles, destinée en partie à asseoir sa stature internationale aux États-Unis. Mais les autorités chinoises empêchent, le 26, l'astrophysicien dissident Fang Lizhi d'assister au banquet auquel l'avait invité George Bush pour mettre l'accent sur la question des droits de l'homme en Chine. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Philippe DUBOIS, « CONNOTATION », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/connotation/