AMIANTE ou ASBESTE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La question du désamiantage

À son tour est venue la question du désamiantage des immeubles bâtis (décrets du 7 février 1996 et du 13 septembre 2001). Dès son rapport de 1996, l'Académie avait cependant posé les jalons d'une nouvelle polémique en affirmant que « en France, une élimination radicale – et sans danger pour les personnes présentes – de tout l'amiante des bâtiments publics serait une opération d'une ampleur gigantesque, et dans l'immense majorité des cas inutile, toujours dangereuse pour l'environnement si des précautions draconiennes, à la limite des possibilités techniques, ne sont pas mises en œuvre ».

La faisabilité des opérations de retrait d'amiante reste au cœur du débat, qui s'est cristallisé autour des universités de Jussieu. Les innombrables retards accumulés dans la gestion prévisionnelle des travaux – dénoncés par les occupants au sein du Comité antiamiante dès les années 1970 –, le choc des points de vue, mêlant considérations immobilières et restructuration universitaire, ainsi que certaines prises de position contre le « désamiantage », dont celle de Claude Allègre, ministre de l'Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie et à l'époque directeur du Bureau de recherches géologiques et minières (B.R.G.M.), ont fait douter de l'opportunité d'engager le plus grand chantier de déflocage d'Europe (220 000 mètres carrés de locaux à traiter). Ouvert en 1996, le chantier était considéré comme réalisé aux deux tiers, dix ans plus tard, par la mission d'information du Sénat. Une lenteur due à la nécessité d'adapter les méthodes, d'opérer avec prudence, et de déplacer les usagers et leur mobilier.

Pour nettoyer la France, près de cent millions de mètres carrés de surface devraient être « désamiantés » à travers le pays dans les bâtiments publics ou privés. Outre le coût élevé, des opérations exigent d'être conduites selon un cahier des charges très rigoureux – protection des ouvriers, sacs spéciaux pour les déchets, extracteurs d'air, sas de décontamination, douches, confinement et mise en dépressio [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages





Écrit par :

  • : chef de section médecine-modes de vie, service société au journal Le Monde
  • : directeur de recherche honoraire au C.N.R.S., toxicologue

Classification


Autres références

«  AMIANTE ou ASBESTE  » est également traité dans :

AMPHIBOLES & PYROXÈNES

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CARRON
  •  • 3 904 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les amiantes »  : […] On a vu que l'axe  c constitue une direction privilégiée dans la structure des amphiboles. Lorsque le développement a été très accentué dans cette direction, on obtient des minéraux fibreux appelés « amiantes » ou « asbestes » (cf. amiante ), faciès qui se rencontre aussi chez les serpentines. L' anthophyllite , dont le nom évoque le faciès fréquent en tablettes jaunes, peut former des fibres uti […] Lire la suite

CHLORE

  • Écrit par 
  • Henri GUÉRIN
  •  • 5 616 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Comparaison des cellules à mercure et des cellules à diaphragme »  : […] La consommation d'énergie électrique par tonne de chlore produit est plus faible avec les cellules à diaphragme, mais un supplément d'énergie doit être fourni pour la concentration de la solution diluée de soude qu'elles fournissent, alors que les cellules à mercure produisent directement des solutions à la concentration voulue. Celles-ci ont également l'avantage de permettre l'obtention de soud […] Lire la suite

HYGIÈNE

  • Écrit par 
  • Philippe HARTEMANN, 
  • Maurice MAISONNET
  •  • 9 488 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre «  La rénovation méthodologique »  : […] Dans le dernier quart du XX e  siècle, les notions de probabilité, d'incertitude, d’erreur et de biais, apparues depuis des décennies dans les sciences « dures », ont gagné la santé publique. L'inefficacité de certains programmes d’actions mûrement réfléchis (telle la lutte contre le paludisme) ou, au contraire, l'efficacité inattendue d'autres programmes sont venues mettre en cause le paradigme […] Lire la suite

OURAL

  • Écrit par 
  • André BLANC, 
  • Pierre CARRIÈRE, 
  • Pascal MARCHAND, 
  • Guy MENNESSIER
  •  • 4 070 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une reconversion difficile »  : […] Depuis la fin des années 1980, l'Oural ne joue plus de rôle essentiel dans l'activité extractive : il n'assure plus que 15 p. 100 de la production de fer et de bauxite, moins de 10 p. 100 de celle de nickel. Il n'est important que pour la production de cuivre, avec 30 à 40 p. 100 de la production nationale. La basse teneur des minerais et la faiblesse des réserves (sauf pour le fer) y obèrent cepe […] Lire la suite

POLLUTION

  • Écrit par 
  • François RAMADE
  •  • 20 844 mots
  •  • 21 médias

Dans le chapitre « Particules solides »  : […] On es classe en catégories de taille décroissante, les plus petites, dites insédimentables, car incapables de se déposer au sol sous l'effet de la gravitation, possèdent un diamètre inférieur à 0,1 micromètre. Ce sont les plus dangereuses pour la santé humaine car elles sont susceptibles de pénétrer dans les alvéoles pulmonaires. Par ailleurs, elles contaminent les plus hautes couches atmosphériq […] Lire la suite

RESPIRATOIRE (APPAREIL) - Pathologie

  • Écrit par 
  • Raoul KOURILSKY
  •  • 27 404 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « L'asbestose »  : […] L' usage de plus en plus répandu de l'amiante dans l'industrie en a montré les risques ; l'asbestose a été mieux connue et l'utilisation de l'amiante proscrite dans les locaux d'habitation et de travail. La preuve directe a été faite par la découverte de fibres ou de fragments de fibres dans les poumons (Montagu et Murray, 1920) et dans l'expectoration (Steward, 1925) ; cela non seulement chez les […] Lire la suite

SERPENTINE

  • Écrit par 
  • Yves GAUTIER
  •  • 1 150 mots

Phyllosilicate hydraté de magnésium qui se présente sous diverses formes minérales portant chacune une appellation. La serpentine, au sens large, cristallise en masse microcristalline compacte ou en agglomérats fibreux. Les cristaux visibles à l'œil nu sont inconnus. La « serpentine noble », variété prisée pour la fabrication de bijoux et de petits objets sculptés, apparaît en masse translucide d […] Lire la suite

TEXTILE

  • Écrit par 
  • Eugène AMOUROUX, 
  • Jean-Yves DRÉAN, 
  • Claude FAUQUE, 
  • André PARISOT, 
  • Marc RENNER, 
  • Richard A. SCHUTZ
  •  • 23 393 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Fibre minérale »  : […] L' amiante ou asbeste . Cette fibre minérale composée de silicates complexes de calcium, de magnésium et d'oxyde de fer est extraite de roches filamenteuses telles que la crocidolite, l'amosite et la chrysolite. Cette dernière fournit l'amiante blanche, qui fut la plus appréciée en textile. Après abattage des roches, les blocs sont broyés, lavés et séchés. Puis on procède à une séparation mécaniq […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Laurence FOLLÉA, Henri PÉZERAT, « AMIANTE ou ASBESTE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 août 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/amiante-asbeste/