CORTOT ALFRED (1877-1962)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Alfred Cortot en 1910

Alfred Cortot en 1910
Crédits : Hulton-Deutsch Collection/ CORBIS

photographie

Gabriel Fauré, Pablo Casals, Jacques Thibaud et Alfred Cortot

Gabriel Fauré, Pablo Casals, Jacques Thibaud et Alfred Cortot
Crédits : AKG

photographie


Aussi insaisissable que ces Papillons de Schumann qu'il a tant joués, Alfred Cortot a voulu s'abandonner à toutes les musiques, à toutes les aventures, quitte à s'y brûler parfois les ailes. Une curiosité jamais apaisée, une soif de beauté toujours plus vive au fil des années en font l'une de ces personnalités vif-argent qui glissent entre les limites des définitions et s'évadent des portraits les plus fidèles. De l'orchestre au piano, de l'enseignement à l'écriture, de Richard Wagner à Claude Debussy, Alfred Cortot n'a jamais accepté la contrainte des modes, des clans, des spécialités. Aujourd'hui encore il fascine par cette fringale de liberté, cette vie puissante qui emplit ses interprétations jusqu'aux plus tardives.

Alfred Cortot en 1910

Alfred Cortot en 1910

photographie

Pianiste de génie, Alfred Cortot donna des interprétations magistrales de Debussy et Chopin. Sous le régime de Vichy, il accepta des responsabilités administratives visant à réorganiser en profondeur le secteur de la musique. 

Crédits : Hulton-Deutsch Collection/ CORBIS

Afficher

Le philtre wagnérien

Alfred Denis Cortot naît à Nyon (Suisse) le 26 septembre 1877. Aucun don précoce ne le signale à l'admiration des siens et ses études musicales seront plus la conséquence d'une décision familiale que la réponse à une irrésistible aspiration. À Genève, où les Cortot s'établissent en 1882, ses sœurs guident ses premiers contacts avec le clavier. Mais, bien vite, c'est à Paris que la famille se fixe. Le jeune Alfred entre en novembre 1887 dans la classe préparatoire au Conservatoire que dirige un ancien élève de Chopin, Émile Decombes. Il y côtoie Reynaldo Hahn, Édouard Risler, Lazare-Lévy et Maurice Ravel. Ses premiers résultats n'en font pas un enfant prodige : échec en 1888 et 1889, troisième médaille dernier nommé en 1890, première médaille en 1891, deuxième médaille en 1892... L'année même où sa jolie voix de soprano lui permet de participer en soliste, avec Louis Aubert, au Stabat Mater de Palestrina et à la Messe de César Franck, il entre enfin, en octobre 1892, dans la classe supérieure qu'anime Louis Diémer. Plus que son prestigieux professeur, c'est un assistant, Édouard Risler, son aîné de quatre ans à peine, qui marquera à jamais les conceptions musicales d'Alfred Cortot. Dès 1894, il aborde la musique de chambre avec

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CORTOT ALFRED (1877-1962)  » est également traité dans :

HASKIL CLARA (1895-1960)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON, 
  • Universalis
  •  • 1 585 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le difficile cheminement d'une carrière »  : […] intervention est un succès. Mais, en 1942, il lui est interdit de se produire sur scène : , haut-commissaire aux beaux-arts du régime de Vichy, prône en effet une musique « purifiée » de ses éléments juifs. La même année, juste avant que la zone dite libre ne soit occupée par les troupes allemandes, Clara Haskil parvient à gagner la Suisse ; elle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clara-haskil/#i_89791

INTERPRÉTATION MUSICALE

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS, 
  • Jacqueline PILON
  •  • 7 433 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La révolution du XXe siècle »  : […] pianistes perdent cette fâcheuse habitude de jouer les mains l'une après l'autre. Seul, Cortot conservera jusqu'à la fin de sa vie une certaine tendance en la matière, mais avec quelle inimitable élégance ! Il faudra attendre un peu plus longtemps pour que le port de voix des chanteurs ou les points d'orgue sur les notes aiguës s'atténuent […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/interpretation-musicale/#i_89791

LEFÉBURE YVONNE (1898-1986)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 902 mots

des sonates pour violon et piano de Beethoven. Mais l'enseignement l'accapare sans cesse davantage : assistante d'Alfred Cortot à l'École normale de musique de Paris (1930-1939), elle se voit confier les meilleurs élèves du maître, qui est empêché par ses multiples activités de les suivre régulièrement : Dinu Lipatti et Samson François […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/yvonne-lefebure/#i_89791

LITVINNE FELIA (1860-1936)

  • Écrit par 
  • André TUBEUF
  •  • 417 mots

C'est à Saint-Pétersbourg que naquit Françoise-Jeanne Vasil'yevna Schütz, dite Felia Litvinne, soprano russe d'ascendance allemande et canadienne, naturalisée française. Elle fut élevée en Italie et à Paris avec sa sœur Hélène, qui devait épouser l'illustre basse franco-polonaise Édouard De Reszké. Une telle alliance valait […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/felia-litvinne/#i_89791

MUSIQUE SOUS L'OCCUPATION

  • Écrit par 
  • Myriam CHIMÈNES
  •  • 3 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une politique musicale »  : […] La musique est mise à l’honneur par le régime de Vichy : la position officielle d’Alfred Cortot en est un signe manifeste. Ardent maréchaliste, le célèbre pianiste va devenir le principal conseiller musical du gouvernement. Il entre en mai 1942 au cabinet d’Abel Bonnard, ministre de l’Éducation nationale, sans pour autant cesser de donner des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/musique-sous-l-occupation/#i_89791

RAVEL MAURICE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 828 mots
  •  • 1 média

17 mai 1904 Shéhérazade, trois mélodies pour mezzo-soprano et orchestre sur des poèmes de Tristan Klingsor (Asie, La Flûte enchantée, L'Indifférent), est créée à la Société nationale, à Paris (salle du Nouveau-Théâtre), […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ravel-reperes-chronologiques/#i_89791

TAGLIAFERRO MAGDA (1894-1986)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 551 mots

Cette « ambassadrice de charme du gouvernement français » appartenait à une certaine légende du piano. En France, elle était certainement moins connue côté scène que côté salle où sa chevelure rouge, ses décolletés profonds et ses tenues peu banales passaient rarement inaperçus. Mais, dans l'ensemble de l'Amérique latine, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/magda-tagliaferro/#i_89791

THIBAUD JACQUES (1880-1953)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 315 mots

L'un des plus illustres violonistes français, né à Bordeaux, Jacques Thibaud a été l'élève de Martin Marsick au Conservatoire de Paris, où il remporte un premier prix en 1896. Édouard Colonne l'engage dans son orchestre, dont il devient bientôt violon solo, remplaçant le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-thibaud/#i_89791

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre BRETON, « CORTOT ALFRED - (1877-1962) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-cortot/