CORTOT ALFRED (1877-1962)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aussi insaisissable que ces Papillons de Schumann qu'il a tant joués, Alfred Cortot a voulu s'abandonner à toutes les musiques, à toutes les aventures, quitte à s'y brûler parfois les ailes. Une curiosité jamais apaisée, une soif de beauté toujours plus vive au fil des années en font l'une de ces personnalités vif-argent qui glissent entre les limites des définitions et s'évadent des portraits les plus fidèles. De l'orchestre au piano, de l'enseignement à l'écriture, de Richard Wagner à Claude Debussy, Alfred Cortot n'a jamais accepté la contrainte des modes, des clans, des spécialités. Aujourd'hui encore il fascine par cette fringale de liberté, cette vie puissante qui emplit ses interprétations jusqu'aux plus tardives.

Alfred Cortot en 1910

Photographie : Alfred Cortot en 1910

Pianiste de génie, Alfred Cortot donna des interprétations magistrales de Debussy et Chopin. Sous le régime de Vichy, il accepta des responsabilités administratives visant à réorganiser en profondeur le secteur de la musique. 

Crédits : Edmund Joaillier/ Hulton Archive/ Getty Images

Afficher

Le philtre wagnérien

Alfred Denis Cortot naît à Nyon (Suisse) le 26 septembre 1877. Aucun don précoce ne le signale à l'admiration des siens et ses études musicales seront plus la conséquence d'une décision familiale que la réponse à une irrésistible aspiration. À Genève, où les Cortot s'établissent en 1882, ses sœurs guident ses premiers contacts avec le clavier. Mais, bien vite, c'est à Paris que la famille se fixe. Le jeune Alfred entre en novembre 1887 dans la classe préparatoire au Conservatoire que dirige un ancien élève de Chopin, Émile Decombes. Il y côtoie Reynaldo Hahn, Édouard Risler, Lazare-Lévy et Maurice Ravel. Ses premiers résultats n'en font pas un enfant prodige : échec en 1888 et 1889, troisième médaille dernier nommé en 1890, première médaille en 1891, deuxième médaille en 1892... L'année même où sa jolie voix de soprano lui permet de participer en soliste, avec Louis Aubert, au Stabat Mater de Palestrina et à la Messe de César Franck, il entre enfin, en octobre 1892, dans la classe supérieure qu'anime Louis Diémer. Plus que son prestigieux professeur, c'est un assistant, Édouard Risler, son aîné de quatre ans à peine, qui marquera à jamais les conceptions musicales d'Alfred Cortot. Dès 1894, il aborde la musique de chambre avec Jacques Thibaud et Jules Boucherit, rencontre Georges Enesco, joue devant Anton Rubinstein, mais n'obtient qu'un premier accessit. En 1895, il travaille l'harmonie avec Raoul Pugno mais ne décroche aucune récompense. Enfin, en 1896, il remporte avec éclat un premier prix à l'unanimité, seul nommé avec une Quatrième Ballade de Chopin qui aura toujours sa préférence.

Dès cette époque il est littéralement envoûté par la musique de Wagner, communiant avec Risler dans cette dévorante religion. Avec lui, sur un piano double – sorte de piano tombé en désuétude qui associe à une caisse de résonance unique deux claviers, deux mécaniques et un double jeu de cordes –, il impose dans ses programmes, avec une obstination passionnée, les transcriptions de ses opéras. Année charnière, 1896 l'est à bien des égards : première tournée en province, rencontre avec Saint-Saëns et, grâce à la comtesse de Greffulhe, avec Fauré, qui ne cessera de protéger ce remuant musicien. Mais 1896, c'est surtout le premier des pèlerinages à Bayreuth, qu'il renouvellera en 1897 et 1901. Risler et lui s'y multiplient comme répétiteurs, souffleurs et chefs de chœur sous la direction de Hans Richter. Extase suprême, Alfred Cortot est introduit à Wahnfried et interprète Liszt devant Cosima Wagner, dont il deviendra l'un des familiers. Vue de ces hauteurs mystiques, la carrière de pianiste virtuose lui apparaît soudain bien mesquine. Aussi, malgré de brillants débuts internationaux – un concert à deux pianos puis un récital Beethoven en soliste à Berlin (1898) –, il la délaisse pour s'adonner sans retenue à la direction d'orchestre et se laisser envahir par le puissant charme wagnérien. En 1899, il est le chef de chant que choisit Charles Lamoureux pour donner la première française de Tristan et Isolde, au Nouveau-Théâtre, à Paris. Quelques mois après, Alfred Cortot prend la succession du grand chef français qui vient de disparaître (1899). C'est donc lui qui crée à Paris Le Crépuscule des dieux (15 mai 1902), l'année même de la première représentation de Pelléas et Mélisande de Debussy, partition dont la beauté novatrice ne lui échappera pas. En 1903, il dirige des extraits de Parsifal, prenant ainsi le risque d'une brouille avec Cosima, qui revient sur l'accord qu'elle lui avait donné.

On le retrouve à la tête de l'Association symphonique de Lille ; il fonde l'Association des grandes auditions chorales (1904), puis l'Association des concerts Alfred Cortot (1904-1905) et donne, entre 1904 et 1908, deux concerts symphoniques annuels à la Société nationale de musique. L'originalité du répertoire qu'il choisit de défendre – Poème de l'amour et de la mer d'Ernest Chausson, Hymne à la justice d'Albéric Magnard, Missa solemnis de Beethoven, Faust-Symphonie et les poèmes symphoniques de Liszt, la création en 1904 du prélude symphonique Résurrection d'Albert Roussel, la première audition complète en France du Requiem allemand de Brahms – démontre une fois de plus l'étendue de sa curiosité et la sûreté de son goût. Mais, depuis plusieurs années déjà, les difficultés financières nées de l'ambition de ses programmes symphoniques l'avaient amené à reprendre son activité de pianiste. À l'occasion de son premier récital au Queen's Hall de Londres (1903), il grave ses premiers disques : des lieder avec Félia Litvinne et l'Invitation à la valse de Weber. On l'entend beaucoup dans ces salons qui font et défont alors les carrières musicales. Il y fréquente Duparc, Chausson, Debussy et y accompagne au piano de grands chanteurs comme Ernest Van Dyck, Félia Litvinne, Marya Freund, Charles Panzéra, Claire Croiza, Germaine Lubin ou Maggie Teyte. De récital en récital se construit très vite une réputation de grand beethovénien. En 1905, dans la maison de cet amateur passionné de musique qu'était Léon Blum, il fonde l'illustrissime trio Cortot-Thibaud-Casals. Le trio ne se séparera qu'à la Seconde Guerre mondiale, offrant à la postérité, en sonate ou en trio, les plus merveilleuses leçons de [...]

Gabriel Fauré, Pablo Casals, Jacques Thibaud et Alfred Cortot

Photographie : Gabriel Fauré, Pablo Casals, Jacques Thibaud et Alfred Cortot

Le trio formé par Alfred Cortot (piano), Jacques Thibaud (violon) et Pablo Casals (violoncelle) compte parmi les formations de musique de chambre majeures du début du XXe siècle. Ce trio est ici en compagnie de Gabriel Fauré en 1923, après une exécution du «Trio pour piano, violon et... 

Crédits : AKG

Afficher

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Médias de l’article

Alfred Cortot en 1910

Alfred Cortot en 1910
Crédits : Edmund Joaillier/ Hulton Archive/ Getty Images

photographie

Gabriel Fauré, Pablo Casals, Jacques Thibaud et Alfred Cortot

Gabriel Fauré, Pablo Casals, Jacques Thibaud et Alfred Cortot
Crédits : AKG

photographie

Afficher les 2 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  CORTOT ALFRED (1877-1962)  » est également traité dans :

HASKIL CLARA (1895-1960)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON, 
  • Universalis
  •  • 1 585 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Le difficile cheminement d'une carrière »  : […] Clara Haskil naît à Bucarest le 7 janvier 1895 et révèle très tôt des dons stupéfiants pour la musique. Dès 1901, elle entre au Conservatoire de sa ville natale. Elle s'installe à Vienne l'année suivante, sous la tutelle protectrice mais écrasante de son oncle Avram Moscuna, qui renonce à sa carrière de médecin pour veiller sur sa formation musicale et remplacera – jusqu'à sa mort en 1934 – un pèr […] Lire la suite

INTERPRÉTATION MUSICALE

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS, 
  • Jacqueline PILON
  •  • 7 434 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « La révolution du XXe siècle »  : […] En matière de composition, la Première Guerre mondiale marque une rupture avec le romantisme. L'évolution de l'interprétation suivra avec un quart de siècle de retard. Alfred Cortot , Jacques Thibaud et Pablo Casals sont les héritiers des grands interprètes de la fin du xix e  siècle. Wilhelm Backhaus, Artur Schnabel, Yves Nat ou Georges Enesco créent un style nouveau, lié souvent à un répertoir […] Lire la suite

LEFÉBURE YVONNE (1898-1986)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 902 mots

Relativement peu connue du grand public, Yvonne Lefébure jouissait dans les milieux musicaux d'une réputation analogue à celle de Nadia Boulanger quelques années auparavant : les jeunes pianistes venaient du monde entier travailler avec cette éminente pédagogue qui détenait une tradition issue en ligne directe d'Alfred Cortot et des grands compositeurs francais qu'elle avait personnellement connus […] Lire la suite

LITVINNE FELIA (1860-1936)

  • Écrit par 
  • André TUBEUF
  •  • 417 mots

C'est à Saint-Pétersbourg que naquit Françoise-Jeanne Vasil'yevna Schütz, dite Felia Litvinne, soprano russe d'ascendance allemande et canadienne, naturalisée française. Elle fut élevée en Italie et à Paris avec sa sœur Hélène, qui devait épouser l'illustre basse franco-polonaise Édouard De Reszké. Une telle alliance valait de l'or en toute cette fin de siècle où Paris dictait sa loi au monde lyri […] Lire la suite

MUSIQUE SOUS L'OCCUPATION

  • Écrit par 
  • Myriam CHIMÈNES
  •  • 3 738 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une politique musicale »  : […] Instrumentalisée par les pouvoirs en place, la musique va se pourvoir d’une fonction politique à la fois pour les Français et pour les Allemands : les idéologues de la « Révolution nationale » inscrivent la musique dans leur programme, tandis que les occupants, soucieux du maintien de l’ordre, souhaitent éviter les troubles dans la population. La musique est mise à l’honneur par le régime de Vich […] Lire la suite

RAVEL MAURICE - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 828 mots
  •  • 1 média

7 mars 1875 Joseph-Maurice Ravel naît à Ciboure (Pyrénées-Atlantiques). 5 avril 1902 La Pavane pour une infante défunte , pour piano, est créée à la Société nationale de musique, à Paris (ancienne salle Pleyel), par Ricardo Viñes ; la version orchestrée par Ravel sera créée aux concerts Hasselmans, à Paris, le 25 décembre 1911, sous la direction d'Alfredo Casella. L'œuvre est dédiée à la princes […] Lire la suite

TAGLIAFERRO MAGDA (1894-1986)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 551 mots

Cette « ambassadrice de charme du gouvernement français » appartenait à une certaine légende du piano. En France, elle était certainement moins connue côté scène que côté salle où sa chevelure rouge, ses décolletés profonds et ses tenues peu banales passaient rarement inaperçus. Mais, dans l'ensemble de l'Amérique latine, elle était devenue le véritable symbole du piano français, incarnant la trad […] Lire la suite

THIBAUD JACQUES (1880-1953)

  • Écrit par 
  • Alain PÂRIS
  •  • 315 mots

L'un des plus illustres violonistes français, né à Bordeaux, Jacques Thibaud a été l'élève de Martin Marsick au Conservatoire de Paris, où il remporte un premier prix en 1896. Édouard Colonne l'engage dans son orchestre, dont il devient bientôt violon solo, remplaçant le titulaire, Guillaume Rémy, au pied levé dans le prélude du Déluge de Saint-Saëns. C'est le début d'une carrière de soliste dans […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre BRETON, « CORTOT ALFRED - (1877-1962) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-cortot/