Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

CORTOT ALFRED (1877-1962)

De l’ombre à la résurrection

Surviennent la guerre et l'Occupation. Cet homme dont la sensibilité est nourrie de ce que la culture allemande a de plus exaltant ne peut imaginer que, derrière le respect dont on l'entoure, le national-socialisme dissimule l'horreur au quotidien et l'assassinat de cette âme germanique que, de Goethe à Beethoven, il a tant aimée. Il accepte alors divers postes administratifs (haut-commissaire aux Beaux-Arts, directeur artistique des Services de la jeunesse) sous les gouvernements Pétain et Laval. Il fait sa rentrée à Paris en 1941 et participe avec Jacques Thibaud à un gala organisé par la Propagandastaffel. Il accepte enfin, en juin 1942, l'engagement que lui offre Furtwängler et il se produit à Berlin, Leipzig, Hambourg, Munich et Stuttgart.

En septembre 1944, il est arrêté puis condamné, sous la pression de l'opinion publique, à une année d'interruption de carrière. Après un premier retour à Tours (1946), il fait une rentrée plus que houleuse à Paris en janvier 1947. Blessé jusqu'au fond de l'âme, il annule tous ses concerts, s'installe à Lausanne et entame une interminable procédure judiciaire contre le Syndicat des musiciens, qu'il ne gagnera, en cassation, qu'en 1954. Réhabilité, il rejoue salle Pleyel le 17 octobre 1949 pour le centenaire de Chopin et, malgré une opération des yeux, reprend sa trépidante carrière. Entre 1944 et 1958, il donne plus de 970 récitals... Certes la main défaille maintenant de plus en plus souvent, mais le musicien n'a pas pris une ride. En 1955 il enregistre pour Radio Lausanne une série de dix entretiens. Son dernier concert, le 10 juillet 1958 à Prades, a toute la valeur d'un symbole : après plus de vingt ans de séparation artistique, il retrouve son compagnon des premiers jours, Pablo Casals. Il consacre ses dernières années à l'enseignement et meurt à Lausanne le 15 juin 1962.

Collectionneur averti de livres rares et d'autographes musicaux, Alfred Cortot est aussi un écrivain de grand style et de vaste culture. Il signe deux ouvrages : La Musique française de piano (1930) et Aspects de Chopin (1949). Le professeur laisse, outre la sténographie de certains cours d'interprétation, une méthode de piano – Principes rationnels de la technique pianistique (1928) – et, surtout, soixante-seize fascicules d'éditions de travail portant sur des œuvres de Chopin, Schumann, Schubert, Liszt, Weber et Mendelssohn. Chaque partition y est assortie de doigtés, annotée de commentaires et complétée par des exercices préparatoires. Le talent et parfois le génie de ses élèves – Dinu Lipatti, Eric Heidsieck, Thierry de Brunhoff, Dino Ciani et Clara Haskil, avec qui pourtant il ne s'entendait guère – donnent l'exacte mesure de la qualité de son enseignement. Alfred Cortot redécouvre les Études symphoniques posthumes ainsi que la première version du final de la Sonate en sol mineur de Schumann et réalise une nouvelle instrumentation des concertos pour piano de Chopin. Fauré, qui lui dédie sa Fantaisie, et Roussel son Poème de la forêt reconnaissent en lui l'ardent défenseur de la musique française qu'il n'a jamais cessé d'être.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

Classification

Pour citer cet article

Pierre BRETON. CORTOT ALFRED (1877-1962) [en ligne]. In Encyclopædia Universalis. Disponible sur : (consulté le )

Médias

Alfred Cortot en 1910 - crédits : Edmund Joaillier/ Hulton Archive/ Getty Images

Alfred Cortot en 1910

Gabriel Fauré, Pablo Casals, Jacques Thibaud et Alfred Cortot - crédits : AKG-images

Gabriel Fauré, Pablo Casals, Jacques Thibaud et Alfred Cortot

Autres références

  • HASKIL CLARA (1895-1960)

    • Écrit par Pierre BRETON, Universalis
    • 1 593 mots
    • 4 médias
    ...médecins, dont le professeur Jean Hamburger, l'intervention est un succès. Mais, en 1942, il lui est interdit de se produire sur scène : Alfred Cortot, haut-commissaire aux beaux-arts du régime de Vichy, prône en effet une musique « purifiée » de ses éléments juifs. La même année, juste avant que la zone...
  • INTERPRÉTATION MUSICALE

    • Écrit par Alain PÂRIS, Jacqueline PILON
    • 7 438 mots
    • 8 médias
    ...vibrato est beaucoup plus généreux ; de même, les pianistes perdent cette fâcheuse habitude de jouer les mains l'une après l'autre. Seul, Cortot conservera jusqu'à la fin de sa vie une certaine tendance en la matière, mais avec quelle inimitable élégance ! Il faudra attendre un peu plus...
  • LEFÉBURE YVONNE (1898-1986)

    • Écrit par Alain PÂRIS
    • 902 mots

    Relativement peu connue du grand public, Yvonne Lefébure jouissait dans les milieux musicaux d'une réputation analogue à celle de Nadia Boulanger quelques années auparavant : les jeunes pianistes venaient du monde entier travailler avec cette éminente pédagogue qui détenait une tradition issue...

  • LITVINNE FELIA (1860-1936)

    • Écrit par André TUBEUF
    • 416 mots

    C'est à Saint-Pétersbourg que naquit Françoise-Jeanne Vasil'yevna Schütz, dite Felia Litvinne, soprano russe d'ascendance allemande et canadienne, naturalisée française. Elle fut élevée en Italie et à Paris avec sa sœur Hélène, qui devait épouser l'illustre basse franco-polonaise Édouard...

  • Afficher les 8 références

Voir aussi