THIBAUD JACQUES (1880-1953)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'un des plus illustres violonistes français, né à Bordeaux, Jacques Thibaud a été l'élève de Martin Marsick au Conservatoire de Paris, où il remporte un premier prix en 1896. Édouard Colonne l'engage dans son orchestre, dont il devient bientôt violon solo, remplaçant le titulaire, Guillaume Rémy, au pied levé dans le prélude du Déluge de Saint-Saëns. C'est le début d'une carrière de soliste dans laquelle la musique de chambre occupe une place essentielle : avec Alfred Cortot et Pablo Casals il forme, en 1905, un trio qui compte parmi les principaux ensembles de musique de chambre du xxe siècle. Il bénéficie des conseils d'Eugène Ysaÿe et se consacre à l'enseignement au lendemain de la Première Guerre mondiale, lorsque Cortot fonde l'École normale de musique de Paris. En 1943, il crée avec Marguerite Long le concours international d'interprétation (violon et piano) qui porte leurs noms.

Thibaud possédait une sonorité pure, chaude et un style très raffiné qui convenaient mieux à Mozart, à la musique française ou à la musique de chambre qu'aux grands chefs-d'œuvre du répertoire romantique, qu'il aborda d'ailleurs plus rarement. Son jeu charmait tout en restant viril. Il aimait jouer sur de très légères fluctuations de justesse, notamment pour les notes tenues, qu'il prenait au-dessus de leur hauteur réelle, augmentant ainsi leur présence. Il passait volontiers d'une note à l'autre en usant de glissades qui ne tombaient jamais dans les excès du mauvais goût, contrairement à ses imitateurs. Homme d'une autre époque, dont il cultivait le charme, il n'a cessé de jouer jusqu'à la fin de sa vie et a trouvé la mort dans un accident d'avion, au-dessus des Alpes, alors qu'il partait en tournée pour l'Indochine.

—  Alain PÂRIS

Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification


Autres références

«  THIBAUD JACQUES (1880-1953)  » est également traité dans :

CORTOT ALFRED (1877-1962)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 2 554 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le philtre wagnérien »  : […] Alfred Denis Cortot naît à Nyon (Suisse) le 26 septembre 1877. Aucun don précoce ne le signale à l'admiration des siens et ses études musicales seront plus la conséquence d'une décision familiale que la réponse à une irrésistible aspiration. À Genève, où les Cortot s'établissent en 1882, ses sœurs guident ses premiers contacts avec le clavier. Mais, bien vite, c'est à Paris que la famille se fixe. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alfred-cortot/#i_89841

LONG MARGUERITE (1874-1966)

  • Écrit par 
  • Pierre BRETON
  •  • 932 mots

La pianiste et pédagogue française Marguerite Long (dont le véritable prénom est en fait Marie-Charlotte) naît à Nîmes le 13 novembre 1874. Elle a douze ans quand, au cours d'une tournée, Théodore Dubois, inspecteur des Beaux-Arts et professeur au Conservatoire de Paris, la découvre au conservatoire de sa ville natale. Grâce à lui, l'adolescente est admise au Conservatoire de Paris, dans la classe […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/marguerite-long/#i_89841

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « THIBAUD JACQUES - (1880-1953) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/jacques-thibaud/