FRANCK CÉSAR (1822-1890)

La trop grande richesse de la musique française est peut-être responsable du malentendu dont reste victime Franck, d'abord adulé puis traînant l'image du « Pater Seraphicus », quelque peu aspergée d'eau bénite, due à ses disciples qui croyaient défendre leur maître devant la vague novatrice qui lui succéda. Le respect qu'il a toujours suscité a relégué au second plan le tempérament complexe de ce musicien, belge de cœur mais profondément français, dont la pudeur voile souvent les véritables sentiments, un musicien dont la richesse et la diversité de la création montrent qu'il n'était pas seulement un chef d'école, comme le présentent maints ouvrages de référence.

César Franck

César Franck

photographie

César Franck (1822-1890) à l'orgue de Sainte-Clotilde. 

Crédits : Hulton Getty

Afficher

L'oppression

Le 10 décembre 1822, César Auguste voit le jour à Liège. Dès 1835, il se lance à la conquête de la capitale française, où il est l'élève d'Anton Reicha et de Pierre Zimmermann. Au Conservatoire, il travaille le contrepoint avec Aimé Leborne et l'orgue avec François Benoist. Toute sa carrière se déroulera en France, à l'exception d'une brève tournée en 1842. Lorsqu'il arrive à Paris, il est chaperonné par un père tyrannique dont le seul but est de transformer ses deux fils (César, l'aîné, et Joseph, le cadet) en enfants prodiges. Pour entrer au Conservatoire, les formalités de naturalisation sont vite expédiées ; quant aux études, certaines ne seront jamais achevées tant l'impatience du père est grande. Des campagnes publicitaires « orchestrent » des récitals au goût de l'époque, au cours desquels le jeune César côtoie les plus grands virtuoses de son temps : Liszt, Alkan... Bientôt, il y joue ses premières œuvres, des fantaisies à la mode. Une première parenthèse dans la tutelle paternelle va s'ouvrir avec les trois Trios concertants pour piano, violon et violoncelle op. 1 (1841), qui lui valent l'amitié et les encouragements de Liszt. Mais le père-imprésario ne voit pas d'un bon œil ces essais hors des sentiers battus. La mode est aux fantaisies de concert et paraphrases sur des airs d'opéras, où doit briller la virtuosité de l'interprète [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages


Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis



Écrit par :

  • : chef d'orchestre, musicologue, producteur à Radio-France

Classification


Autres références

«  FRANCK CÉSAR (1822-1890)  » est également traité dans :

CHABRIER EMMANUEL (1841-1894)

  • Écrit par 
  • Roger DELAGE
  •  • 2 466 mots

Dans le chapitre « Un musicien français »  : […] aucun des nombreux aspects de la musique de chambre. Cet ami de Franck et de ses disciples ne se laissa pas distraire de sa « vocation ». Il revêtit allégrement ces habits apparemment désuets que sont la romance, les courtes pièces de piano, l'opérette, l'opéra-comique, en dépit du mépris que les partisans de la « musique de l'avenir » portaient […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/emmanuel-chabrier/#i_10031

CHAUSSON ERNEST (1855-1899)

  • Écrit par 
  • Marc VIGNAL
  •  • 530 mots

Compositeur français né à Paris, un des principaux disciples de César Franck, Ernest Chausson fit dans une certaine mesure le lien entre celui-ci et Debussy, son ami et protégé. Après des études de droit, il n'entre au Conservatoire qu'à l'âge de vingt-cinq ans, dans les classes de Massenet et de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ernest-chausson/#i_10031

CHORAL

  • Écrit par 
  • Jacques CHAILLEY
  •  • 2 554 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le choral après Bach »  : […] On peut en dire autant des trois chorals de César Franck : ce ne sont pas des formes, mais des morceaux de structure différente, dans lesquels l'un des thèmes principaux seulement a le caractère d'un choral. L'allusion parodique au choral Ein feste Burg dans l'Histoire du soldat de Stravinski a sans doute une […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/choral/#i_10031

COMPOSITION MUSICALE

  • Écrit par 
  • Michel PHILIPPOT
  •  • 6 853 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Composition et invention des formes »  : […] ; une autre est celle dite de la composition cyclique, où les mêmes thèmes sont utilisés dans plusieurs mouvements (César Franck). La seconde direction, au contraire, serait présentée par une extension de la forme sous l'influence, notamment, d'une musique dramatique ou à programme, qui renonce au découpage en airs ou en scènes, c'est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/composition-musicale/#i_10031

Le Chasseur maudit, FRANCK (César)

  • Écrit par 
  • Alain FÉRON
  •  • 466 mots

Dans le chapitre « Auteur »  : […] Franck devient en 1858 titulaire de l'orgue Cavaillé-Coll de l'église Sainte-Clotilde, à Paris. En 1871, il est un des fondateurs de la Société nationale de musique, qui a pour but de faire connaître la musique française ; l'année suivante, il devient professeur d'orgue au Conservatoire de Paris, où […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/le-chasseur-maudit-franck-cesar/#i_10031

LEKEU GUILLAUME (1870-1894)

  • Écrit par 
  • Philippe BEAUSSANT
  •  • 176 mots

D'origine belge, élève de Franck et de Vincent d'Indy, mort à vingt-quatre ans d'une fièvre thyphoïde, Guillaume Lekeu ne laisse qu'une œuvre très mince, dominée par une belle et prometteuse Sonate pour violon et piano (1892). Lekeu avait une personnalité très riche, très généreuse et attachante. On s' […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-lekeu/#i_10031

SCHOLA CANTORUM, Paris

  • Écrit par 
  • Pierre-Paul LACAS
  •  • 357 mots

D'abord société de musique religieuse, fondée en 1894 à l'initiative de Charles Bordes, en collaboration avec Vincent d'Indy et Alexandre Guilmant, elle fonctionna comme école de musique en 1896. La Tribune de Saint-Gervais, dirigée par Bordes, diffusa ses idées à partir de 1895. […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/schola-cantorum-paris/#i_10031

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain PÂRIS, « FRANCK CÉSAR - (1822-1890) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cesar-franck/