ALDOSTÉRONE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dès 1934, Wintersteiner démontrait que l'animal, privé de surrénales, pouvait être maintenu en vie à l'aide d'une fraction amorphe extraite de la partie corticale de ces glandes.

En 1953, Wettstein et Reichstein ont isolé, à partir de cette fraction, une substance hormonale comportant une fonction aldéhyde et ils lui ont donné le nom d'aldostérone. Wettstein en a réalisé la synthèse en 1955.

C'est un stéroïde qui contrôle l'équilibre hydrominéral en agissant sur la rétention du sodium, d'où son importance dans la régulation de la tension artérielle.

Métabolisme

Production

L'aldostérone est sécrétée exclusivement par la couche glomérulée de la corticosurrénale, à un taux faible : de 0,1 à 0,2 mg en 24 heures en présence d'un apport sodé normal.

La synthèse de l'hormone s'effectue à partir du cholestérol produit localement ou d'origine hépatique qui est transformé en prégnenolone puis en progestérone. Celle-ci donne l'aldostérone, grâce à quatre enzymes réparties dans toutes les cellules de la corticosurrénale, et à la 18-hydroxylase et la 18-oxydoréductase spécifiques de la zone glomérulée. Les précurseurs immédiats de l'aldostérone sont la désoxycorticostérone et la corticostérone.

Les méthodes de dilution isotopique ont montré que l'aldostérone circule à des concentrations très faibles de l'ordre de 0,1 μg/l de plasma. Elle est en partie liée à des protéines, mais cette liaison est lâche, et il n'existe pas de support protéique spécifique. La demi-vie de l'aldostérone est courte, de l'ordre de 30 minutes, car sa diffusion et son métabolisme sont très rapides.

Il n'existe pas de phénomène de stockage pour l'aldostérone.

Catabolisme et élimination

L'aldostérone est presque entièrement métabolisée au cours de la traversée hépatique, comme l'indique sa concentration quasi nulle [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

  • : professeur de biochimie à l'université René-Descartes, chef de service à l'hôpital Necker, Paris

Classification


Autres références

«  ALDOSTÉRONE  » est également traité dans :

DIURÈSE

  • Écrit par 
  • Henri SCHMITT
  •  • 3 238 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Inhibiteurs compétitifs de l'aldostérone »  : […] Le fait que la progestérone possède une légère action antialdostérone a conduit Kagawa à rechercher dans ce groupe de stéroïdes des substances antagonistes de cette hormone qui contrôle la rétention du sodium et l'excrétion du potassium. En 1957, il a décrit les propriétés de la spirolactone (formule ). Celle-ci, en bloquant les échanges sodium-potassium, provoque une diurèse sodique et aqueuse a […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/diurese/#i_112

ENDOCRINIEN SYSTÈME

  • Écrit par 
  • René LAFONT
  •  • 5 252 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Le métabolisme postsécrétoire des hormones : une source de diversité et un rôle « actif » des cibles »  : […] Les messagers produits par les cellules endocrines ne sont pas toujours directement actifs : certains sont sécrétés sous forme de « précurseurs inactifs » et nécessitent des modifications postsécrétoires plus ou moins importantes : clivage(s) protéolytique(s) pour des peptides/protéines (angiotensinogène), réduction (3-déhydroecdysone en ecdysone), hydroxylation (ecdysone en 20-hydroxyecdysone), d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/systeme-endocrinien/#i_112

HORMONES

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Yves-Alain FONTAINE, 
  • René LAFONT, 
  • Jacques YOUNG
  • , Universalis
  •  • 14 342 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Mécanismes d'action et effets physiologiques »  : […] Les effets physiologiques des hormones au niveau des cellules effectrices (par exemple sur la croissance, les capacités de synthèse ou de sécrétion) sont le résultat d'une chaîne d'événements qui débute par l'interaction de la molécule hormonale avec un récepteur spécifique. C'est la présence dans des cellules de récepteurs reconnaissant une « hormone » avec une forte affinité qui confère à ce […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hormones/#i_112

HYDROMINÉRAL ÉQUILIBRE

  • Écrit par 
  • Alain REINBERG
  •  • 2 929 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Contrôle neuro-hormonal des échanges hydro-électrolytiques »  : […] Les hormones de la glande cortico-surrénale, en particulier l' aldostérone , le cortisol et la cortisone ont la propriété de favoriser la rétention de Na + par l'organisme et l'élimination de K + . Elles agissent sur le néphron (unité fonctionnelle du rein, ), mais aussi sur l'abs […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/equilibre-hydromineral/#i_112

HYPERTENSION

  • Écrit par 
  • Xavier JEUNEMAITRE, 
  • Jacques JULIEN, 
  • Jean-Baptiste MICHEL
  •  • 6 793 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les formes rares mendéliennes d'HTA »  : […] Bien qu'elles ne soient responsables que d'un faible pourcentage des hypertendus, l'étude de ces formes a permis une avancée considérable dans la compréhension moléculaire du déterminisme génétique de l'HTA. L'identification moléculaire de trois d'entre elles s'est faite entre 1992 et 1995. L'hyperaldostéronisme suppressible par la dexaméthasone associe une hypertension préc […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypertension/#i_112

REIN

  • Écrit par 
  • Paul JUNGERS
  •  • 15 497 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Réabsorption du sodium »  : […] La masse de sodium délivrée par l'ultrafiltrat glomérulaire à l'entrée du tube est supérieure à 500 g/j ; l'excrétion de sodium, en régime normal, est de quelques grammes seulement par jour : plus de 99 p. 100 du sodium filtré sont donc réabsorbés au cours du transit tubulaire. La réabsorption le long du tube contourné proximal est quantitativement la plus importante puisqu'elle correspond approxi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/rein/#i_112

STÉROÏDES

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Jacques PERRONNET, 
  • Daniel PHILIBERT
  •  • 7 595 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Effets biologiques »  : […] Les principaux effets biologiques de chaque catégorie d'hormones naturelles sont les suivants : – les glucocorticoïdes ( cortisone ⇆ cortisol, chez l'homme, et corticostérone chez le rat) sont biosynthétisés dans la zone fasciculée des glandes corticosurrénales. Ils exercent des effets cataboliques importants sur les protéines et les lipides d'où résulte la libération d'aci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/steroides/#i_112

SURRÉNALES

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Paul DI COSTANZO
  •  • 9 153 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Hyperaldostéronisme primaire »  : […] Certaines tumeurs corticosurrénales, généralement petites et bénignes, provoquent une hypersécrétion isolée d'aldostérone ( syndrome de Conn). Il en résulte une hypertension artérielle permanente et stable, avec augmentation du sodium et baisse du potassium dans le sang, augmentation de la clearance du potassium, polyurie et polydipsie. L'hypokaliémie entraîne des crises de parésie ou de paraly […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrenales/#i_112

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre KAMOUN, « ALDOSTÉRONE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/aldosterone/