Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

ALDOSTÉRONE

Dès 1934, Wintersteiner démontrait que l'animal, privé de surrénales, pouvait être maintenu en vie à l'aide d'une fraction amorphe extraite de la partie corticale de ces glandes.

En 1953, Wettstein et Reichstein ont isolé, à partir de cette fraction, une substance hormonale comportant une fonction aldéhyde et ils lui ont donné le nom d'aldostérone. Wettstein en a réalisé la synthèse en 1955.

C'est un stéroïde qui contrôle l'équilibre hydrominéral en agissant sur la rétention du sodium, d'où son importance dans la régulation de la tension artérielle.

Métabolisme

Production

L' aldostérone est sécrétée exclusivement par la couche glomérulée de la corticosurrénale, à un taux faible : de 0,1 à 0,2 mg en 24 heures en présence d'un apport sodé normal.

La synthèse de l'hormone s'effectue à partir du cholestérol produit localement ou d'origine hépatique qui est transformé en prégnenolone puis en progestérone. Celle-ci donne l'aldostérone, grâce à quatre enzymes réparties dans toutes les cellules de la corticosurrénale, et à la 18-hydroxylase et la 18-oxydoréductase spécifiques de la zone glomérulée. Les précurseurs immédiats de l'aldostérone sont la désoxycorticostérone et la corticostérone.

Les méthodes de dilution isotopique ont montré que l'aldostérone circule à des concentrations très faibles de l'ordre de 0,1 μg/l de plasma. Elle est en partie liée à des protéines, mais cette liaison est lâche, et il n'existe pas de support protéique spécifique. La demi-vie de l'aldostérone est courte, de l'ordre de 30 minutes, car sa diffusion et son métabolisme sont très rapides.

Il n'existe pas de phénomène de stockage pour l'aldostérone.

Catabolisme et élimination

L' aldostérone est presque entièrement métabolisée au cours de la traversée hépatique, comme l'indique sa concentration quasi nulle dans la veine sus-hépatique. L'inefficacité de l'aldostérone administrée par voie orale illustre sa métabolisation complète lors d'un seul passage hépatique.

La clearance métabolique de l'aldostérone, c'est-à-dire le volume plasmatique virtuel que le foie épure de l'hormone par unité de temps, est élevée : 1 500 litres de plasma par jour en moyenne. Elle est sensiblement égale au flux plasmatique hépatique, ce qui confirme le rôle essentiel du foie dans le catabolisme de l'hormone.

Le tissu hépatique réalise l'inactivation de l'hormone par des hydrogénations fournissant des dérivés tétrahydrogénés et hexahydrogénés qui sont secondairement conjugués à l'acide glucuronique.

Le tubule rénal réabsorbe très activement l'aldostérone libre, et plus faiblement les glucuronides des dérivés hydrogénés ou le 18-glucuronide d'aldostérone.

Dosage

Le dosage de l'aldostérone libre (0,5 p. 100 de la sécrétion) ou de ses dérivés dans l'urine s'effectue grâce à l'emploi de techniques chromatographiques, de dilution isotopique et d'une réaction colorée par l'acide chromotropique ou par les sels de tétrazolium. Dans le plasma, l'aldostérone est dosée par radio-immunologie : 75 + 38 μg/l chez les sujets couchés, avec apport normal en sodium.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur de biochimie à l'université René-Descartes, chef de service à l'hôpital Necker, Paris

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • DIURÈSE

    • Écrit par Henri SCHMITT
    • 3 237 mots
    • 2 médias
    Le fait que la progestérone possède une légère action antialdostérone a conduit Kagawa à rechercher dans ce groupe de stéroïdes des substances antagonistes de cette hormone qui contrôle la rétention du sodium et l'excrétion du potassium.
  • ENDOCRINIEN SYSTÈME

    • Écrit par René LAFONT
    • 5 266 mots
    • 7 médias
    ...prendre des formes encore plus subtiles : ainsi les cellules du tubule contourné distal du rein des mammifères, dont l'activité est contrôlée par l'aldostérone possèdent une 11β-hydroxystéroïde-déshydrogénase qui inactive le cortisol capable de se lier au récepteur de l'aldostérone (cette...
  • HORMONES

    • Écrit par Jacques DECOURT, Universalis, Yves-Alain FONTAINE, René LAFONT, Jacques YOUNG
    • 14 354 mots
    • 11 médias
    L'aldostérone, qui dérive de la corticostérone, représente le minéralocorticoïde le plus actif sur la réabsorption du sodium dans la partie distale des tubules rénaux et, secondairement, sur celle de l'eau ; elle exagère au contraire l'élimination urinaire du potassium et retentit par suite sur l'équilibre...
  • HYDROMINÉRAL ÉQUILIBRE

    • Écrit par Alain REINBERG
    • 2 931 mots
    • 5 médias
    Les hormones de la glande cortico-surrénale, en particulier l'aldostérone, le cortisol et la cortisone ont la propriété de favoriser la rétention de Na+ par l'organisme et l'élimination de K+. Elles agissent sur le néphron (unité fonctionnelle du rein, ), mais aussi sur l'absorption...
  • Afficher les 8 références

Voir aussi