SURRÉNALES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Biosynthèse des hormones stéroïdes

Biosynthèse des hormones stéroïdes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Cortisol : sécrétion

Cortisol : sécrétion
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Cortisol : catabolisme

Cortisol : catabolisme
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Aldostérone : catabolisme

Aldostérone : catabolisme
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tous les médias


Les glandes surrénales furent découvertes en 1543 par B. Eustachi, mais leur rôle n'apparut qu'en 1855 lorsque T. Addison décrivit la maladie bronzée et la rattacha à une destruction de ces glandes. C. E. Brown-Séquard (1856) démontra expérimentalement qu'elles étaient indispensables à la vie. En 1895, Oliver et Schäfer révélaient l'influence hypertensive des extraits surrénaux. En 1901, Takamine et Aldrich isolèrent l'adrénaline, hormone de la partie médullaire de la glande. Ces résultats prouvèrent que les surrénales sont formées en réalité par l'accolement de deux glandes d'origine et de structure distinctes, la corticale et la médullaire. L'isolement (1936-1942) et la synthèse chimique partielle (1946) des hormones corticosurrénales permirent à Hench et Kendall (1949) de les utiliser en thérapeutique, illustrant les efforts conjugués des recherches cliniques et biologiques. Enfin l'aldostérone, la plus puissante des hormones régissant l'équilibre hydrominéral, fut isolée en 1953 par Simpson et synthétisée par Reichstein en 1955.

Les glandes surrénales sont situées profondément, de part et d'autre de la colonne vertébrale, et coiffent le pôle supérieur et le bord interne des reins. De forme variable selon les espèces, le plus souvent « en tricorne », elles mesurent chez l'homme environ 3 cm de longueur, 2 cm de hauteur et 1 cm d'épaisseur, et pèsent chacune de 4 à 6 g. La coupe transversale montre qu'il existe dans chaque surrénale deux glandes différentes par leur origine, leur anatomie et leur fonction sécrétoire.

La corticale, dont le volume atteint 80 p. 100 de la glande entière, est épaisse de quelques millimètres et de consistance ferme ; elle prend une teinte plus foncée à sa partie interne, et se sépare de la médullaire par un liseré brunâtre. Elle provient de l'épithélium cœlomique du mésoblaste intermédiaire, qui fournit également les glandes génitales et les reins.

La médullaire [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages




Écrit par :

  • : ancien maître de conférences, agrégé, biologiste des hôpitaux de Paris
  • : professeur honoraire de clinique endocrinologique à la faculté de médecine de Paris, membre de l'Académie nationale de médecine

Classification


Autres références

«  SURRÉNALES  » est également traité dans :

ADRÉNALINE

  • Écrit par 
  • Jacques HANOUNE
  •  • 3 562 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Clinique »  : […] L'exploration de la fonction médullo- surrénale est limitée, en routine, à la mesure des quantités d' hormones circulantes ou excrétées dans les urines. La sécrétion totale de noradrénaline et d'adrénaline s'élève habituellement à 10 mg/j. On dose habituellement le principal dérivé urinaire, l'acide vanylmandélique, et les catécholamines méthoxylées (dans les urines) ou libres (dans le sang et le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/adrenaline/#i_1774

ALDOSTÉRONE

  • Écrit par 
  • Pierre KAMOUN
  •  • 1 642 mots

Dès 1934, Wintersteiner démontrait que l'animal, privé de surrénales, pouvait être maintenu en vie à l'aide d'une fraction amorphe extraite de la partie corticale de ces glandes. En 1953, Wettstein et Reichstein ont isolé, à partir de cette fraction, une substance hormonale comportant une fonction aldéhyde et ils lui ont donné le nom d'aldostérone. Wettstein en a réalisé la synthèse en 1955. C'es […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/aldosterone/#i_1774

ANDROGÈNES

  • Écrit par 
  • Dominique BIDET, 
  • Jean-Cyr GAIGNAULT, 
  • Jacques PERRONNET
  •  • 983 mots

Hormones stéroïdes à dix-neuf atomes de carbone, les androgènes naturels sont biosynthétisés par les gonades, ovaires et testicules (et dans ces derniers par les cellules de Leydig), et par les corticosurrénales (zone réticulée). La testostérone est chez le mâle le principal androgène parmi ceux qui circulent dans le sang. D'activité plus faible et produite en outre à concen […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/androgenes/#i_1774

DÉCOUVERTE DE LA CORTISONE

  • Écrit par 
  • Christiane SINDING
  •  • 212 mots

La recherche sur les glandes surrénales fut stimulée par des observations cliniques faites sur des malades atteints d'insuffisance surrénalienne. De 1933 à 1936, trois groupes de chercheurs, dont celui d'Edward C. Kendall, qui avait déjà isolé la thyroxine, et celui de Tadeus Reichstein à Zurich, isolent à partir des corticosurrénales une substance (nommée compound E par Ken […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/decouverte-de-la-cortisone/#i_1774

HORMONES

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Yves-Alain FONTAINE, 
  • René LAFONT, 
  • Jacques YOUNG
  • , Universalis
  •  • 14 342 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Nature chimique »  : […] Les mêmes hormones sont-elles présentes chez tous les Vertébrés, chez les Poissons, les Amphibiens, les Reptiles et les Oiseaux comme chez les Mammifères ? La réponse est positive dans un petit nombre de cas comme l'adrénaline et les hormones thyroïdiennes, thyroxine (T 4 ) et triiodothyronine (T 3 ) ; de plus, en ce qui concerne ces dernières, on a tendance à penser que c'est la T 3 qui est le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hormones/#i_1774

HYPERTENSION

  • Écrit par 
  • Xavier JEUNEMAITRE, 
  • Jacques JULIEN, 
  • Jean-Baptiste MICHEL
  •  • 6 793 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les formes complexes »  : […] Il existe des formes d'HTA où l'élévation de la PA n'est que contingente à un tableau clinique plus complexe. C'est le cas de certains blocs enzymatiques surrénaliens (déficits en 11β 0Hase, en 17α 0Hase). Le phéochromocytome traduit dans 5 à 10 p. 100 des cas la présence d'une maladie héréditaire : MEN 2A, 2B, maladie de von Hipple-Lindau, pour lesquelles les gènes ont été identifiés. La polykys […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypertension/#i_1774

HYPOPHYSE ou GLANDE PITUITAIRE

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Universalis
  •  • 6 568 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Maladie de Cushing »  : […] Le syndrome de Cushing est une affection qui traduit une sécrétion excessive d'hormones corticosurrénales. Il possède un aspect clinique bien caractéristique et une physiopathologie définie, mais il peut résulter, en réalité, de causes différentes. Dans certains cas, qui ne sont pas les plus fréquents, il a pour origine une tumeur corticosurrénale bénigne ( adénome) ou malign […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hypophyse-glande-pituitaire/#i_1774

NUCLÉAIRE MÉDECINE

  • Écrit par 
  • Jean-Louis BARAT, 
  • Dominique DUCASSOU, 
  • Nathalie VALLI
  •  • 5 878 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Les glandes surrénales »  : […] Différents traceurs permettent d'explorer les glandes surrénales : le 131 I-6β-iodométhyl-19-cholestérol pour la corticosurrénale, ou la métaiodobenzylguanidine (MIBG) marquée à l'iode 131 ou 123 pour la médullosurrénale. La scintigraphie au 131 I noriodocholesterol peut être réalisée dans des conditions basales (sans freinage corticotrope exogè […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/medecine-nucleaire/#i_1774

SELYE HANS (1907-1982)

  • Écrit par 
  • Didier LAVERGNE
  •  • 396 mots

Physiologiste canadien dont l'œuvre a dévoilé les principaux mécanismes de la réaction biologique des organismes animaux face aux agressions de toute nature, Hans Selye est né à Vienne et a fait ses études médicales à l'université de Prague, dont il a été diplômé en 1929. Il devient ensuite directeur de l'Institut de médecine et de chirurgie expérimentale de Montréal. Endocrinologue, il se consacr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/hans-selye/#i_1774

SEXUALISATION, biologie

  • Écrit par 
  • Jacques DECOURT, 
  • Jean-Marc LOBACCARO, 
  • Étienne PATIN, 
  • Lluis QUINTANA-MURCI, 
  • Charles SULTAN
  •  • 14 029 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Pseudo-hermaphrodisme féminin »  : […] On qualifie de pseudo-hermaphrodismes les états dans lesquels les deux gonades sont indiscutablement mâles ou femelles, en conformité avec le sexe génétique, mais où les organes génitaux externes, malformés, évoquent plus ou moins le sexe opposé. Sous le nom de pseudo-hermaphrodisme féminin on désigne des sujets génétiquement féminins, porteurs d'ovaires, de trompes et d'un utérus, mais dont les […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sexualisation-biologie/#i_1774

STRESS

  • Écrit par 
  • Robert DANTZER
  •  • 3 241 mots

Dans le chapitre « La dimension biologique du stress »  : […] La réaction de stress fait intervenir deux grandes catégories de médiateurs chimiques : les catécholamines qui sont libérées par la médullosurrénale (l' adrénaline) et les terminaisons nerveuses des neurones orthosympathiques du système nerveux autonome (la noradrénaline principalement) ; les glucocorticoïdes qui sont des hormones libérées par le cortex surrénalien sous l'action d'une autre hor […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/stress/#i_1774

Voir aussi

ACTH ou CORTICOTROPHINE    MALADIE D' ADDISON    ADRÉNOSTÉRONE    ANDROSTÈNEDIONE    ANDROSTÉRONE    ANGIOTENSINE    ANTI-INFLAMMATOIRES    BIOSYNTHÈSES    CATÉCHOLAMINES    CÉTOSTÉROÏDES    SYNDROME DE CONN    CORTICOÏDES ou CORTICOSTÉROÏDES    CORTICOSTÉRONE    CORTICOSURRÉNALES    CORTICOTHÉRAPIE    CORTISOL ou HYDROCORTISONE    CORTISONE    MALADIE DE CUSHING    DÉHYDROÉPIANDROSTÉRONE (DHEA)    DÉSOXYCORTICOSTÉRONE    DOPA (dihydroxyphénylalanine)    DOPAMINE    DOSAGE HORMONAL    SÉCRÉTION ENDOCRINE    EXPLORATION FONCTIONNELLE    FEEDBACK ou RÉTROACTION    GLUCOCORTICOÏDES    GLUCONÉOGENÈSE ou NÉOGLUCOGENÈSE    ACIDE GLUCURONIQUE    HYPERALDOSTÉRONISME    HYPERCORTICISME    HYPERGLYCÉMIE    HYPERPLASIE SURRÉNALE CONGÉNITALE    HYPERSURRÉNALISME MÉDULLAIRE    INSUFFISANCE SURRÉNALE    INSULINE    M.A.O.    MÉDULLOSURRÉNALE    MÉTABOLISME DES GLUCIDES    MINÉRALOCORTICOÏDES    NORADRÉNALINE    POTASSIUM biologie    PRÉGNÉNOLONE    PROGESTÉRONE    PSEUDOHERMAPHRODISME    RÉGULATIONS BIOCHIMIQUES    RÉNINE    SODIUM biologie    BIOSYNTHÈSE DES STÉROÏDES    TENSION ARTÉRIELLE    TESTOSTÉRONE    TRANSCORTINE    TYROSINE

Pour citer l’article

Paul DI COSTANZO, Jacques DECOURT, « SURRÉNALES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/surrenales/