FOIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'importance biologique du foie humain est attestée par son volume et par sa densité cellulaire ; il pèse environ 1,5 kg chez l'adulte et représente le 1/50 du poids du corps, formant ainsi la masse viscérale la plus volumineuse de l'organisme, avec près de trois cents milliards de cellules. Sa situation lui permet d'accomplir des fonctions indispensables à la vie : il est placé sur le trajet du courant sanguin qui provient de l'intestin, de telle sorte qu'il peut contrôler tout l'apport alimentaire. Cependant, dans l'échelle zoologique, le développement du foie coïncide avec la présence du glucose à un taux constant dans le sang circulant. Ce fait illustre la tâche primordiale du foie qui est, chez des êtres vivants ne s'alimentant pas de façon continue, de métaboliser sans cesse les nutriments ingérés de façon intermittente de manière à fournir à l'organisme un courant incessant de matériaux susceptibles d'être transformés en énergie.

Les recherches physiologiques classiques ont mis en évidence l'extraordinaire polyvalence métabolique du tissu hépatique : fonction glycogénique, réglant la glycémie (taux de glucose sanguin) ; fonction de synthèse des protéines (sérum-albumine, fibrinogène, complexe prothrombinique) ; fonction de synthèse et de dégradation des graisses (lipides) ; fonction de détoxication (transformation de substances variées, métabolites résiduels, poisons, substances chimiques médicamenteuses ou non, par mise en œuvre de processus de conjugaison, avec l'acide glycuronique, par exemple) ; fonction uréogénétique (élimination sous forme d'urée de l'azote ammoniacal produit par la dégradation des acides aminés).

Quant à la fonction biliaire, elle consiste dans la formation des sels biliaires aux dépens du cholestérol sanguin, et dans l'excrétion de bilirubine conjuguée, par transformation de la bilirubine que produit à partir de l'hémoglobine le système réticulo-histiocytaire, responsable de la destruction par phagocytose (ici au niveau des cellules de Küpffer du foie) des globules rouges périmés.

Le métabolisme, surtout celui des glucides et des lipides, la digestion grâce aux sels biliaires, la circulation du sang, grâce à la fabrication par le foie des facteurs de la coagulation, l'immunité par l'intermédiaire des immunoglobulines, dépendent d'un fonctionnement hépatique correct. Une telle importance biologique explique que l'on ait cherché, par la technique des transplantations, à remplacer un foie détruit ou gravement lésé par un foie sain.

Anatomie et histologie

Le foie est un organe thoraco-abdominal : la majeure partie de cette glande est logée sous la très profonde coupole diaphragmatique droite qui le sépare du poumon droit et d'une partie du cœur ; il surplombe (fig. 1) la partie droite des viscères abdominaux, auxquels le relient d'une part des vaisseaux (veine porte et artère hépatique qui lui apportent le sang ; veines sus-hépatiques qui en assurent le drainage), d'autre part, les voies biliaires (qui permettent l'évacuation vers l'intestin de la bile, sécrétion exocrine hépatique).

Il est nécessaire de connaître l'agencement microscopique des tissus hépatiques pour comprendre les fonctions du foie. Dans une coupe histologique d'un fragment de foie, on reconnaît des unités parenchymateuses hexagonales, ou « lobules » ; les cellules parenchymateuses, les hépatocytes, sont disposées en travées, ou plutôt en lames (fig. 2), qui convergent vers le centre du lobule. À la périphérie, on trouve les espaces portes, dont chacun contient une triade portale : un petit canal biliaire, une artériole, branche de l'artère hépatique, et une veinule, branche de la veine porte. Les ramifications de la veinule porte et (dans une moindre mesure) celles de l'artériole hépatique assurent la vascularisation du lobule en se jetant dans les sinusoïdes ; ce sont des espaces vasculaires qui alternent avec les travées cellulaires ; ils confluent dans la veine centrolobulaire, rameau d'origine des veines sus-hépatiques. C'est au long des parois du sinusoïde que se trouvent les cellules de Küpffer, de nature différente des hépatocytes.

Tissu hépatique

Dessin : Tissu hépatique

Le tissu hépatique 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Cette représentation traditionnelle permet d'établir les grandes divisions qui servent de fil conducteur pour l'étude de la physiologie et de la pathologie du foie : les hépatocytes, support des fonctions métaboliques, constituent le foie cellulaire ; les canalicules et canaux biliaires sont les structures visibles du foie biliaire, organe de sécrétion de la bile ; les veines, artères et sinusoïdes représentent anatomiquement le foie vasculaire, organe de régulation de la masse sanguine dans l'organisme.

Bien que péchant par excès de schématisme, cette division des fonctions hépatiques permet d'éclairer les divers rôles physiologiques du foie et de classer ses maladies.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 24 pages

Médias de l’article

Tissu hépatique

Tissu hépatique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Hépatocyte

Hépatocyte
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Tests d'exploration fonctionnelle

Tests d'exploration fonctionnelle
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Virus hépatotropes

Virus hépatotropes
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Afficher les 7 médias de l'article


Écrit par :

  • : docteur en médecine, ancien chef de clinique à la faculté de médecine de Paris
  • : professeur à la faculté de médecine de Paris
  • : docteur en médecine, ancien chef de clinique, médecin consultant de l'hôpital Saint-Antoine, Paris

Classification

Autres références

«  FOIE  » est également traité dans :

ABDOMEN

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT
  •  • 6 346 mots
  •  • 9 médias

Dans le chapitre « La pathologie traumatique »  : […] L'abdomen, insuffisamment protégé par sa paroi musculaire, est exposé à différentes agressions, qui provoquent soit des contusions, soit des plaies. a) Les contusions de l'abdomen atteignent de préférence les organes parenchymateux, et, par ordre de fréquence décroissante, la rate, le foie, les reins, le pancréas. La rupture traumatique de la rate peut succéder à un traumatisme localisé, du type […] Lire la suite

ADÉNYLIQUE CYCLIQUE ACIDE ou ADÉNOSINE MONOPHOSPHATE CYCLIQUE (AMP cyclique)

  • Écrit par 
  • Paolo TRUFFA-BACHI
  •  • 482 mots

En 1956, l'Américain E. W. Sutherland et ses collaborateurs découvrent un facteur thermostable indispensable à l'activation, par l'adrénaline, de la phosphorylase du tissu hépatique. La caractérisation chimique de la substance montre qu'il s'agit d'un nucléotide : l'adénosine 3′,5′-monophosphate cyclique. L'AMP cyclique a été depuis mis en évidence chez toutes les espèces animales, chez les bactér […] Lire la suite

ADRÉNALINE

  • Écrit par 
  • Jacques HANOUNE
  •  • 3 562 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Physiologie »  : […] Le rôle respectif des différents types de récepteurs adrénergiques dans les effets tissulaires intégrés des catécholamines est parfois difficile à élucider. En effet, ces récepteurs transmettent le plus souvent des messages divergents et modulent de manière opposée l'activité de la cellule cible. Dans beaucoup de systèmes expérimentaux, le type d'effet observé dépend de la concentration en adréna […] Lire la suite

ALCOOLISME

  • Écrit par 
  • Marie CHOQUET, 
  • Michel CRAPLET, 
  • Henri PÉQUIGNOT, 
  • Alain RIGAUD, 
  • Jean TRÉMOLIÈRES
  •  • 10 034 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Lésions viscérales de l'alcoolisme chronique »  : […] Leurs liens avec l'intoxication alcoolique, souvent difficiles à préciser, sont d'ordre statistique, et la filiation des lésions n'est guère aisée à mettre en évidence et à expliquer de manière détaillée. Nous limitant aux cas les plus fréquents, et aux faits les plus indiscutables, nous insisterons sur deux ordres d'atteintes : les neuropathies et la cirrhose du foie. L' intoxication alcoolique c […] Lire la suite

ALDOSTÉRONE

  • Écrit par 
  • Pierre KAMOUN
  •  • 1 642 mots

Dans le chapitre « Catabolisme et élimination »  : […] L' aldostérone est presque entièrement métabolisée au cours de la traversée hépatique, comme l'indique sa concentration quasi nulle dans la veine sus-hépatique. L'inefficacité de l'aldostérone administrée par voie orale illustre sa métabolisation complète lors d'un seul passage hépatique. La clearance métabolique de l'aldostérone, c'est-à-dire le volume plasmatique virtuel que le foie épure de l' […] Lire la suite

AMIBIASE

  • Écrit par 
  • Robert DURIEZ, 
  • Yves GOLVAN
  •  • 1 647 mots

Dans le chapitre « Localisations extra-intestinales »  : […] L'amibiase ne lèse pas que l'intestin ; le foie et plus rarement le poumon peuvent être touchés. C'est ainsi que l' hépatite amibienne représente la complication majeure de l'amibiase intestinale : l'amibe hématophage peut franchir la paroi colique, passer dans le sang veineux et envahir le foie pour y déterminer : – une hépatite amibienne non suppurée, avec gros foie douloureux et fébrile, curabl […] Lire la suite

ANDERSEN MALADIE D'

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 191 mots

La maladie d'Andersen, également appelée glycogénose de type IV, est une maladie héréditaire du métabolisme très rare liée au déficit en amylo-1 :4,1 :6-transglucosidase, enzyme clé de la synthèse du glycogène. Ce déficit entraîne la production excessive d'une forme anormale de glycogène, l'amylopectine, qui s'accumule dans les tissus, en particulier le foie et le muscle cardiaque. Les enfants at […] Lire la suite

BERNARD CLAUDE (1813-1878)

  • Écrit par 
  • Paul MAZLIAK
  •  • 4 110 mots

Dans le chapitre «  La fonction glycogénique du foie »  : […] C'est pour sa thèse de doctorat ès sciences naturelles (soutenue en 1863) que Claude Bernard effectua les recherches débouchant sur la découverte de la fonction glycogénique du foie. Persuadé par ses propres travaux que le sang n'était pas le milieu où se déroulaient les « oxydations respiratoires », il se mit à la recherche, à partir de 1850, des organes où se déroulaient ces oxydations. La prem […] Lire la suite

BILHARZIOSES ou SCHISTOSOMIASES

  • Écrit par 
  • Robert DURIEZ, 
  • Yves GOLVAN
  •  • 1 900 mots

Dans le chapitre « Clinique »  : […] Les manifestations pathologiques sont engendrées essentiellement par les œufs dont la présence déclenche une irritation locale. Chacun d'eux constitue un foyer inflammatoire. S'ensuivent ulcération, destruction tissulaire, fibrose ou rétraction cicatricielle source de complications. Ces œufs sont innombrables. Le pouvoir pathogène des Schistosoma demande cependant à être interprété. Dans bien des […] Lire la suite

BIO-INGÉNIERIE

  • Écrit par 
  • Chantal GUÉNIOT
  •  • 906 mots

Créer des organes en laboratoire... Depuis quelques années, ce scénario digne d'Aldous Huxley n'est plus une utopie : plusieurs personnes dans le monde vivent avec une trachée, une vessie ou un urètre bioartificiels. Mais façonner un organe plein vascularisé, comme le foie, se révèle beaucoup plus compliqué. Des chercheurs japonais viennent cependant de franchir un pas important en parvenant à c […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

7 janvier 2019 États-Unis. Interdiction de la vente de foie gras en Californie.

foie ». Entrée en vigueur en juillet 2012, cette loi avait été annulée par la justice fédérale en janvier 2015, puis validée en appel en septembre 2017, avant d’être l’objet d’un recours devant la plus haute juridiction du pays de la part de producteurs de foie gras. […] Lire la suite

12-27 janvier 1993 Allemagne. Libération contestée de l'ancien dirigeant est-allemand Erich Honecker

foie qui serait, selon les médecins experts, en phase terminale. Extradé de Russie le 29 juillet 1992 et jugé depuis le 12 novembre suivant, Erich Honecker est accusé d'avoir ordonné de tirer sur les fugitifs qui tentaient de franchir la frontière entre les deux Allemagnes et d'avoir effectué des malversations au détriment de l'État est-allemand. Le […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean ANDRE, Jacques CAROLI, Yves HECHT, « FOIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/foie/